Par Mister WP le 25 avril 2016 • 55 commentaires

Vous êtes un prestataire web respectable, plus de 5 ans d’expérience en développement, vous avez une bonne approche globale en matière d’e-marketing et un nouveau prospect vous contacte pour recevoir une offre de prix pour un projet qui vous intéresse beaucoup.

Message d’Alex : J’accueille aujourd’hui un autre Nicolas (alias Mister WP) sur la Marmite pour parler d’une situation qui peut arriver lorsque l’on est créateur de site : le refus catégorique d’utiliser WordPress. Bonne lecture 🙂

Super ! Les affaires peuvent commencer

Vous passez plusieurs heures à écouter les besoins de ce client potentiel, vous faites une longue étude des solutions disponibles pour réaliser ce projet.

Si vous êtes ici, j’imagine que vous êtes spécialiste WordPress, un CMS que vous affectionnez particulièrement.

Une fois votre étude technique terminée, vous soumettez votre offre à votre client. Vous répondez à 100% de ses attentes techniques. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et…

Paf ! Tout s’écroule lorsque votre client découvre que vous désirez utiliser WordPress pour son projet.

Eh oui, vous êtes professionnel et appréciez la transparence. Vous avez décidé d’informer votre prospect de vos choix techniques afin d’être sûr que vous êtes sur la même longueur d’onde dès le départ. Tout le monde n’est pas aussi transparent dans notre secteur.

Le client repart plus vite qu’il n’est arrivé et là, tout amoureux de WordPress que vous êtes, vous restez bouche bée ne comprenant pas la réaction de cette personne avec qui tout fonctionnait pourtant si bien.

Ça nous est arrivé à tous.

D’ailleurs, Maxime (WP Spread) nous a bien fait rigoler l’autre jour avec un tweet.

Mes deux expériences récentes

Il faut parfois ramer pour convaincre d'utiliser WordPress

Anecdote 1 : le client qui a un voisin qui s’y connait

Dans ma boite, notre commerciale a récemment eu à traiter une demande de devis d’un prospect qui nous avait été envoyée par un client satisfait (de longue date qui plus est). Donc, un gros potentiel en terme de transformation. C’était gagné d’avance !

Niveau technique : si comme moi vous aimez voyager, vous connaissez probablement tous les sites du genre Booking, Agoda & co.

Voilà, vous connaissez. Eh ben, ce client voulait un site de réservation d’hébergement (hôtels…), un peu dans le genre, mais un truc assez simple.

Je vous le dis tout de suite, c’est possible facilement avec WordPress. Des petits malins vous ont prémâché le travail en créant des thèmes/plugins conçus rien que pour ça.

Très motivés par le projet, on remet une offre imbattable à la dame et…

Je ne veux pas de WordPress, on ne sait pas le faire avec ça ! Et puis je ne veux pas le même site que tout le monde.

Vous allez me dire qu’il suffit dans ce cas d’être pédagogue et d’argumenter calmement, simplement, pour expliquer au client, tout ça, tout ça…

C’est ce qu’on a fait. Finalement, on a appris que la dame avait un ami, voisin, informaticien, qui avait « essayé » de faire le site avec WordPress mais il n’y arrivait pas.

Votre voisin a-t-il beaucoup d’expérience avec WordPress ?

Ben… il est quand même informaticien !

Finalement, j’ai perdu le projet.

Bilan : une douzaine de mails échangés, près de 3 heures au téléphone, sans compter les heures à étudier les solutions techniques disponibles sur le marché et la rédaction du devis.

Je me console en me disant qu’on n’est pas les seuls dans le cas.

Au suivant.

Anecdote 2 : le client pas content, mais mal informé

Un prospect nous contacte pour le développement d’un site d’annonces ciblées. Mais vraiment ciblées ! Un secteur très précis.

Quelques petites recherches plus tard, il existe au moins 5 solutions sérieuses pour diminuer significativement le coût de développement de son projet. Après quelques discussions de vive voix, on entend deux choses sortir de sa bouche :

J’ai un budget limité.
Je ne veux surtout pas de « template ».

De template ?

Euh… d’abord, il nous a fallu nous mettre d’accord sur le terme.

En grattant un peu, nous apprenons que le client a déjà un (autre) site réalisé sous WordPress et qu’il n’en est pas satisfait pour deux raisons :

  • On l’a parachuté dans l’interface d’administration de WordPress sans la moindre explication, et il a pris peur. Normal.
  • Il n’aime pas l’effet de « smooth scroll » (défilement bizarre de le fenêtre) qu’on lui a collé avec son thème. Perso, j’ai horreur de ça aussi. Généralement, il suffit de décocher une case dans les « Theme Options » pour supprimer cet effet.

Après quelques arguments, celui-là finit par accepter qu’on utilise un « template » pour son projet.

Les différentes idées reçues des clients

Le mot « WordPress » semble sonner assez mal dans l’oreille du quidam.

Pourquoi ? Je ne sais pas.

Voici quelques-unes de mes hypothèses :

  1. Je ne veux pas un site comme tout le monde.
  2. WordPress, c’est fait pour les blogs.
  3. WordPress ne peut pas convenir à un projet complexe. On ne sait pas faire ceci ou cela avec.
  4. L’interface d’administration me fait peur.
  5. Le CMS comporte des failles de sécurité.
  6. Il me faudra un forfait de maintenance pour faire les mises à jour.
Facepalm. Caïn by Henri Vidal.

Facepalm. Caïn by Henri Vidal.

Le CMS est-il victime de son succès ? Les gens restent-ils accrochés à l’idée d’un développement perso, ou réalisé avec un CMS qui parait moins sympathique et souriant que WordPress ?

En réalité, c’est à nous de changer les choses !

Enfilez votre costume !

Pour cela, il faut savoir défendre ce bel outil. Je m’y risque ci-dessous. Voici 6 pistes parmi lesquelles vous pouvez piocher.

Quels arguments faire valoir aux clients ?

  1. Votre site WordPress sera entièrement personnalisable. Cet outil nous sert de base, nous irons aussi loin que vous le souhaiterez dans la personnalisation de votre site.
  2. Aujourd’hui, WordPress est un CMS adapté à presque tous les types de projets. Avec les années, son ergonomie et son accessibilité ont donné envie aux développeurs du monde entier de l’améliorer, au-delà même de leurs propres ambitions.
  3. Même si certains projets feraient mieux de se passer de WordPress, beaucoup de projets complexes fonctionnent bien avec ce CMS car des équipes de développeurs vendent des plugins et thèmes nous permettant d’atteindre des objectifs inespérés pour un budget modéré.
  4. Avec de l’aide et une interface d’administration épurée (rôle spécifique au client, pas « full admin »), nous avons des clients inexpérimentés et parfois âgés qui gèrent quotidiennement leur site en toute autonomie. Si vous êtes capable d’utiliser un logiciel de traitement de texte, avec notre aide, vous pourrez utiliser WordPress. D’ailleurs, une interface d’administration issue d’un développement perso ne sera peut-être pas plus simple.
  5. Comme tout système informatique, WordPress peut comporter des failles. Il reste néanmoins l’un des CMS les plus sécurisés du marché et nous sommes conscients des bonnes pratiques et usages pour la sécurité des sites sur Internet* (voir ma remarque plus bas).
  6. Le coût d’un forfait « maintenance de site WordPress » est faible, surtout comparé à la réduction des coûts et au potentiel en terme de flexibilité dont vous bénéficierez en choisissant cette solution.

Bon, voilà, ça c’était les contre-arguments (justifiés) qu’on utilise au sein de notre agence web. Ça sent un peu le vécu, non ?

En voici quelques autres en bonus :

  • 25% du Web ne peut pas se tromper.
  • Pour un meilleur résultat et un produit plus évolutif, le coût de réalisation d’un site WordPress est environ 10 fois inférieur à un développement depuis une page blanche. Un site à 3.000€ sous WordPress pourra aisément coûter 30.000€ avec un développement spécifique.
  • Il ne sert à rien de réinventer la roue.

Sorry we are busy!

Pour le problème de « la sécurité des sites WordPress », je vous conseille à vous, techniciens du web, de vendre des packs « hébergement + maintenance » à vos clients en leur donnant des garanties en matière de sécurité, nettoyage, récupération de sauvegarde.

Perso, j’essaye de ne vendre que des sites avec mon service d’hébergement, d’infogérance et mon support technique annuel. Bien sûr, à vous d’anticiper les problèmes en sécurisant WordPress dès le départ.

À ce sujet, je vous proposais sur mon blog quelques bons réflexes à avoir pour bien démarrer.

Développer sous WordPress, ma révélation !

Vous êtes développeur PHP senior et vous n’avez encore jamais créé de plugin WP ? Eh ben je vais vous dire un truc.

Pour moi, développer dans l’environnement de WordPress est 4 à 5 fois plus rapide qu’en PHP classique !

Les développeurs chevronnés en WordPress vont bien se foutre de moi mais, j’ai récemment commencé à toucher au développement de plugins spécifiques pour des projets client.

Au départ, j’hésitais à faire comme d’habitude, un script parallèle en pur PHP qui viendrait se connecter à la DB de WordPress pour faire les travaux dont j’avais besoin (avec prise en compte de la sérialisation et tout le bazar).

Et puis j’ai décidé (pour une fois) de me lancer dans l’écriture d’un plugin permettant de faire le travail.

Finalement, formation comprise, j’ai divisé le temps de développement par 3 !

Et la mission fut 100 fois plus agréable à réaliser car, coder dans WordPress, avec le codex et tout et tout, ça coule tout seul. Essayez !

C’est donc un argument supplémentaire pour votre démarchage WordPress :

Si ce que vous désirez n’est pas encore possible avec WordPress, grâce aux fonctions de ce CMS, je peux vous créer ça moi-même plus rapidement qu’en partant de rien.

Dans quels cas WordPress ne convient pas ?

Eh oui, il y a des cas où WordPress ne convient pas. Même si on aime WordPress, il faut savoir rester critique.

Top 5 des situations où choisir un développement perso

  1. Le client n’a aucune limite de budget.
  2. Aucune fonctionnalité de base de WordPress, aucun plugin, aucun thème ne sert votre projet et ne vous fera gagner du temps en développement.
  3. Le client désire un backoffice aux fonctionnalités 100% personnalisées.
  4. Le client désire des connexions avancées entre différentes tables de base de données. Jouer avec les « custom types » de WordPress serait vraiment trop galère et contreproductif.
  5. La rapidité du site est la priorité numéro 1 du client, il ne veut rien de superflu au niveau du code, ni quoi que ce soit d’autre.

Quand choisir un CMS alternatif, genre Drupal ?

  1. Les performances : de base, Drupal est plus léger, c’est un fait.
  2. Les ambitions : il est plus facile d’optimiser un site Drupal avec une base de données gigantesque qu’avec WordPress. Cela doit être la raison pour laquelle beaucoup de grands comptes se tournent vers lui.
  3. Le budget : presque n’importe quel projet Drupal nécessite une équipe de développeur (qu’il faut payer), alors qu’à l’inverse, on peut faire beaucoup de choses presque sans développement avec WordPress.

On peut décliner cela à PrestaShop en disant que contrairement à WordPress, ce dernier est multilingue dès le départ et qu’il peut accueillir un plus grand nombre de produits potentiel. Mais WooCommerce le domine à tellement d’autres niveaux. 🙂

Le type de site aussi, encore, un peu…

FluxBB CMS de forum

Il n’y a pas que les blogs et les sites vitrines dans la vie.

Pour certains types de sites, il n’y a pas si longtemps, on s’orientait facilement vers d’autres CMS : FluxBB pour un forum de discussions, PrestaShop pour une boutique, MediaWiki pour un Wiki, ou encore, on se souviendra d’Arfooo pour les annuaires de sites Web.

Aujourd’hui, WordPress convient pour tous ces types de projets, mais les vieilles habitudes ont la vie dure. Des milliers de sites se créent chaque jour avec des solutions alternatives.

Restons ouverts d’esprit.

Dans quels cas éviter un thème premium ?

Avada, le thème premium le plus téléchargé de Themeforest

Je ne vois qu’une raison en particulier : si vous désirez un résultat fin, très précis et des performances supérieures.

Je m’explique…

On observe quelques agences Web qui préfèrent partir d’une page blanche (en se basant sur les thèmes de base comme Twenty Fifteen, Sixteen, Underscore ou autre).

TwentyFifteen

  • Elles ont des attentes précises en terme SEO (siloing, etc.) ;
  • Elles embauchent quelques machines de guerre du templating / CSS codant plus vite que leur ombre ;
  • Elles ont compris que, même si certains thèmes premium sont géniaux, ils sont rarement optimisés dès le départ.

Plutôt que de chipoter avec les options d’un thème trop complexe ou la mise en place d’un thème enfant pour écraser 50% du code qui ne leur convient pas, ces agences Web préfèrent faire leur propre salade grâce à WordPress.

Techniquement, c’est vraiment du travail propre, pour des applications web performantes.

Seul bémol, cela prend plus de temps et graphiquement cela ne parait pas toujours aussi abouti qu’un bon gros thème bien gras de chez ThemeForest.

Conclusion sur les clients qui ne veulent pas de WordPress

WordPress, non merci !

Si le client reste braqué, laissez tomber. Certains d’entre eux font un blocage et n’écouterons pas les meilleurs des arguments tout simplement car ils font confiance à un tiers qui leur raconte des bêtises.

Et cela arrive tout le temps, également avec les services commerciaux d’entreprises concurrentes qui n’hésitent pas à enjoliver la réalité ou raconter des carabistouilles pour vous piquer des clients : il ne saura jamais faire cela avec WordPress !

Globalement, les possibilités offertes par WordPress ne cessent de s’élargir.

Sa documentation pour développeurs, ainsi que celle des plugins majeurs devient logiquement de plus en plus complète et accessible.

Je ne saurais trop vous conseiller de prendre quelques jours pour vous former aux bases du développement dans WordPress.

Commencez par un petit plugin, par l’édition de fichiers functions.php et la personnalisation avancée de thèmes enfant. Vous verrez, ce n’est que du bonheur.

Niveau CMS, bien que WooCommerce et bbPress soient à mes yeux les plus modernes aujourd’hui, je travaille encore un peu avec Prestashop pour les boutiques et FluxBB pour les forums.

Eh oui, on s’accroche aux vieilles habitudes.

Concernant Drupal, je comprends bien les développeurs qui utilisent ce CMS comme une base pour leurs projets, mais moi, je ne peux plus ! Rien que pour installer des plugins ou faire les mises à jour, non ! Ce n’est pas possible. Je me suis sans doute trop habitué à la simplicité de WordPress.

Je suis devenu un gros fainéant, eh ouais ! 😀 

Niveau « choix de thèmes », pour l’instant, je suis plutôt à l’aise avec quelques templates premiums multiusages (pour les curieux). J’ai une licence à vie chez ElegantThemes et je suis bon client chez ThemeForest.

Par la suite, si je pouvais engager quelques créatifs talentueux, j’apprécierais beaucoup partir d’une base WordPress seine, sans superflu, pour faire du 100% personnalisé, mais pour l’instant, je n’ai pas le temps (rentabilité oblige).

Pour ma part, c’est pour toutes ces raisons que j’utilise principalement WordPress. Je suis persuadé que d’autres webmasters en partagent beaucoup avec moi.

Si vous aussi, vous créez des sites pour des clients, n’hésitez pas à diriger les plus récalcitrants vers cet article.

N’hésitez pas non plus à me compléter ou me contredire en commentaires, même si vous êtes situé du côté « client ».

Le débat est ouvert 😉 😘