Vous êtes ici : Accueil | Inspiration | Pour mon projet, je ne veux pas de WordPress !

Pour mon projet, je ne veux pas de WordPress !

comment-persuader-anti-wordpress

Vous êtes un prestataire web respectable, plus de 5 ans d’expérience en développement, vous avez une bonne approche globale en matière d’e-marketing et un nouveau prospect vous contacte pour recevoir une offre de prix pour un projet qui vous intéresse beaucoup.

Message d’Alex : J’accueille aujourd’hui un autre Nicolas (alias Mister WP) sur la Marmite pour parler d’une situation qui peut arriver lorsque l’on est créateur de site : le refus catégorique d’utiliser WordPress. Bonne lecture 🙂

Super ! Les affaires peuvent commencer

Vous passez plusieurs heures à écouter les besoins de ce client potentiel, vous faites une longue étude des solutions disponibles pour réaliser ce projet.

Si vous êtes ici, j’imagine que vous êtes spécialiste WordPress, un CMS que vous affectionnez particulièrement.

Une fois votre étude technique terminée, vous soumettez votre offre à votre client. Vous répondez à 100% de ses attentes techniques. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et…

Paf ! Tout s’écroule lorsque votre client découvre que vous désirez utiliser WordPress pour son projet.

Eh oui, vous êtes professionnel et appréciez la transparence. Vous avez décidé d’informer votre prospect de vos choix techniques afin d’être sûr que vous êtes sur la même longueur d’onde dès le départ. Tout le monde n’est pas aussi transparent dans notre secteur.

Le client repart plus vite qu’il n’est arrivé et là, tout amoureux de WordPress que vous êtes, vous restez bouche bée ne comprenant pas la réaction de cette personne avec qui tout fonctionnait pourtant si bien.

Ça nous est arrivé à tous.

D’ailleurs, Maxime (WP Spread) nous a bien fait rigoler l’autre jour avec un tweet.

Mes deux expériences récentes

Il faut parfois ramer pour convaincre d'utiliser WordPress

Anecdote 1 : le client qui a un voisin qui s’y connait

Dans ma boite, notre commerciale a récemment eu à traiter une demande de devis d’un prospect qui nous avait été envoyée par un client satisfait (de longue date qui plus est). Donc, un gros potentiel en terme de transformation. C’était gagné d’avance !

Niveau technique : si comme moi vous aimez voyager, vous connaissez probablement tous les sites du genre Booking, Agoda & co.

Voilà, vous connaissez. Eh ben, ce client voulait un site de réservation d’hébergement (hôtels…), un peu dans le genre, mais un truc assez simple.

Je vous le dis tout de suite, c’est possible facilement avec WordPress. Des petits malins vous ont prémâché le travail en créant des thèmes/plugins conçus rien que pour ça.

Très motivés par le projet, on remet une offre imbattable à la dame et…

Je ne veux pas de WordPress, on ne sait pas le faire avec ça ! Et puis je ne veux pas le même site que tout le monde.

Vous allez me dire qu’il suffit dans ce cas d’être pédagogue et d’argumenter calmement, simplement, pour expliquer au client, tout ça, tout ça…

C’est ce qu’on a fait. Finalement, on a appris que la dame avait un ami, voisin, informaticien, qui avait « essayé » de faire le site avec WordPress mais il n’y arrivait pas.

Votre voisin a-t-il beaucoup d’expérience avec WordPress ?

Ben… il est quand même informaticien !

Finalement, j’ai perdu le projet.

Bilan : une douzaine de mails échangés, près de 3 heures au téléphone, sans compter les heures à étudier les solutions techniques disponibles sur le marché et la rédaction du devis.

Je me console en me disant qu’on n’est pas les seuls dans le cas.

Au suivant.

Anecdote 2 : le client pas content, mais mal informé

Un prospect nous contacte pour le développement d’un site d’annonces ciblées. Mais vraiment ciblées ! Un secteur très précis.

Quelques petites recherches plus tard, il existe au moins 5 solutions sérieuses pour diminuer significativement le coût de développement de son projet. Après quelques discussions de vive voix, on entend deux choses sortir de sa bouche :

J’ai un budget limité.
Je ne veux surtout pas de « template ».

De template ?

Euh… d’abord, il nous a fallu nous mettre d’accord sur le terme.

En grattant un peu, nous apprenons que le client a déjà un (autre) site réalisé sous WordPress et qu’il n’en est pas satisfait pour deux raisons :

  • On l’a parachuté dans l’interface d’administration de WordPress sans la moindre explication, et il a pris peur. Normal.
  • Il n’aime pas l’effet de « smooth scroll » (défilement bizarre de le fenêtre) qu’on lui a collé avec son thème. Perso, j’ai horreur de ça aussi. Généralement, il suffit de décocher une case dans les « Theme Options » pour supprimer cet effet.

Après quelques arguments, celui-là finit par accepter qu’on utilise un « template » pour son projet.

Les différentes idées reçues des clients

Le mot « WordPress » semble sonner assez mal dans l’oreille du quidam.

Pourquoi ? Je ne sais pas.

Voici quelques-unes de mes hypothèses :

  1. Je ne veux pas un site comme tout le monde.
  2. WordPress, c’est fait pour les blogs.
  3. WordPress ne peut pas convenir à un projet complexe. On ne sait pas faire ceci ou cela avec.
  4. L’interface d’administration me fait peur.
  5. Le CMS comporte des failles de sécurité.
  6. Il me faudra un forfait de maintenance pour faire les mises à jour.
Facepalm. Caïn by Henri Vidal.

Facepalm. Caïn by Henri Vidal.

Le CMS est-il victime de son succès ? Les gens restent-ils accrochés à l’idée d’un développement perso, ou réalisé avec un CMS qui parait moins sympathique et souriant que WordPress ?

En réalité, c’est à nous de changer les choses !

Enfilez votre costume !

Pour cela, il faut savoir défendre ce bel outil. Je m’y risque ci-dessous. Voici 6 pistes parmi lesquelles vous pouvez piocher.

Quels arguments faire valoir aux clients ?

  1. Votre site WordPress sera entièrement personnalisable. Cet outil nous sert de base, nous irons aussi loin que vous le souhaiterez dans la personnalisation de votre site.
  2. Aujourd’hui, WordPress est un CMS adapté à presque tous les types de projets. Avec les années, son ergonomie et son accessibilité ont donné envie aux développeurs du monde entier de l’améliorer, au-delà même de leurs propres ambitions.
  3. Même si certains projets feraient mieux de se passer de WordPress, beaucoup de projets complexes fonctionnent bien avec ce CMS car des équipes de développeurs vendent des plugins et thèmes nous permettant d’atteindre des objectifs inespérés pour un budget modéré.
  4. Avec de l’aide et une interface d’administration épurée (rôle spécifique au client, pas « full admin »), nous avons des clients inexpérimentés et parfois âgés qui gèrent quotidiennement leur site en toute autonomie. Si vous êtes capable d’utiliser un logiciel de traitement de texte, avec notre aide, vous pourrez utiliser WordPress. D’ailleurs, une interface d’administration issue d’un développement perso ne sera peut-être pas plus simple.
  5. Comme tout système informatique, WordPress peut comporter des failles. Il reste néanmoins l’un des CMS les plus sécurisés du marché et nous sommes conscients des bonnes pratiques et usages pour la sécurité des sites sur Internet* (voir ma remarque plus bas).
  6. Le coût d’un forfait « maintenance de site WordPress » est faible, surtout comparé à la réduction des coûts et au potentiel en terme de flexibilité dont vous bénéficierez en choisissant cette solution.

Bon, voilà, ça c’était les contre-arguments (justifiés) qu’on utilise au sein de notre agence web. Ça sent un peu le vécu, non ?

En voici quelques autres en bonus :

  • 25% du Web ne peut pas se tromper.
  • Pour un meilleur résultat et un produit plus évolutif, le coût de réalisation d’un site WordPress est environ 10 fois inférieur à un développement depuis une page blanche. Un site à 3.000€ sous WordPress pourra aisément coûter 30.000€ avec un développement spécifique.
  • Il ne sert à rien de réinventer la roue.

Sorry we are busy!

Pour le problème de « la sécurité des sites WordPress », je vous conseille à vous, techniciens du web, de vendre des packs « hébergement + maintenance » à vos clients en leur donnant des garanties en matière de sécurité, nettoyage, récupération de sauvegarde.

Perso, j’essaye de ne vendre que des sites avec mon service d’hébergement, d’infogérance et mon support technique annuel. Bien sûr, à vous d’anticiper les problèmes en sécurisant WordPress dès le départ.

À ce sujet, je vous proposais sur mon blog quelques bons réflexes à avoir pour bien démarrer.

Développer sous WordPress, ma révélation !

Vous êtes développeur PHP senior et vous n’avez encore jamais créé de plugin WP ? Eh ben je vais vous dire un truc.

Pour moi, développer dans l’environnement de WordPress est 4 à 5 fois plus rapide qu’en PHP classique !

Les développeurs chevronnés en WordPress vont bien se foutre de moi mais, j’ai récemment commencé à toucher au développement de plugins spécifiques pour des projets client.

Au départ, j’hésitais à faire comme d’habitude, un script parallèle en pur PHP qui viendrait se connecter à la DB de WordPress pour faire les travaux dont j’avais besoin (avec prise en compte de la sérialisation et tout le bazar).

Et puis j’ai décidé (pour une fois) de me lancer dans l’écriture d’un plugin permettant de faire le travail.

Finalement, formation comprise, j’ai divisé le temps de développement par 3 !

Et la mission fut 100 fois plus agréable à réaliser car, coder dans WordPress, avec le codex et tout et tout, ça coule tout seul. Essayez !

C’est donc un argument supplémentaire pour votre démarchage WordPress :

Si ce que vous désirez n’est pas encore possible avec WordPress, grâce aux fonctions de ce CMS, je peux vous créer ça moi-même plus rapidement qu’en partant de rien.

Dans quels cas WordPress ne convient pas ?

Eh oui, il y a des cas où WordPress ne convient pas. Même si on aime WordPress, il faut savoir rester critique.

Top 5 des situations où choisir un développement perso

  1. Le client n’a aucune limite de budget.
  2. Aucune fonctionnalité de base de WordPress, aucun plugin, aucun thème ne sert votre projet et ne vous fera gagner du temps en développement.
  3. Le client désire un backoffice aux fonctionnalités 100% personnalisées.
  4. Le client désire des connexions avancées entre différentes tables de base de données. Jouer avec les « custom types » de WordPress serait vraiment trop galère et contreproductif.
  5. La rapidité du site est la priorité numéro 1 du client, il ne veut rien de superflu au niveau du code, ni quoi que ce soit d’autre.

Quand choisir un CMS alternatif, genre Drupal ?

  1. Les performances : de base, Drupal est plus léger, c’est un fait.
  2. Les ambitions : il est plus facile d’optimiser un site Drupal avec une base de données gigantesque qu’avec WordPress. Cela doit être la raison pour laquelle beaucoup de grands comptes se tournent vers lui.
  3. Le budget : presque n’importe quel projet Drupal nécessite une équipe de développeur (qu’il faut payer), alors qu’à l’inverse, on peut faire beaucoup de choses presque sans développement avec WordPress.

On peut décliner cela à PrestaShop en disant que contrairement à WordPress, ce dernier est multilingue dès le départ et qu’il peut accueillir un plus grand nombre de produits potentiel. Mais WooCommerce le domine à tellement d’autres niveaux. 🙂

Le type de site aussi, encore, un peu…

FluxBB CMS de forum

Il n’y a pas que les blogs et les sites vitrines dans la vie.

Pour certains types de sites, il n’y a pas si longtemps, on s’orientait facilement vers d’autres CMS : FluxBB pour un forum de discussions, PrestaShop pour une boutique, MediaWiki pour un Wiki, ou encore, on se souviendra d’Arfooo pour les annuaires de sites Web.

Aujourd’hui, WordPress convient pour tous ces types de projets, mais les vieilles habitudes ont la vie dure. Des milliers de sites se créent chaque jour avec des solutions alternatives.

Restons ouverts d’esprit.

Dans quels cas éviter un thème premium ?

Avada, le thème premium le plus téléchargé de Themeforest

Je ne vois qu’une raison en particulier : si vous désirez un résultat fin, très précis et des performances supérieures.

Je m’explique…

On observe quelques agences Web qui préfèrent partir d’une page blanche (en se basant sur les thèmes de base comme Twenty Fifteen, Sixteen, Underscore ou autre).

TwentyFifteen

  • Elles ont des attentes précises en terme SEO (siloing, etc.) ;
  • Elles embauchent quelques machines de guerre du templating / CSS codant plus vite que leur ombre ;
  • Elles ont compris que, même si certains thèmes premium sont géniaux, ils sont rarement optimisés dès le départ.

Plutôt que de chipoter avec les options d’un thème trop complexe ou la mise en place d’un thème enfant pour écraser 50% du code qui ne leur convient pas, ces agences Web préfèrent faire leur propre salade grâce à WordPress.

Techniquement, c’est vraiment du travail propre, pour des applications web performantes.

Seul bémol, cela prend plus de temps et graphiquement cela ne parait pas toujours aussi abouti qu’un bon gros thème bien gras de chez ThemeForest.

Conclusion sur les clients qui ne veulent pas de WordPress

WordPress, non merci !

Si le client reste braqué, laissez tomber. Certains d’entre eux font un blocage et n’écouterons pas les meilleurs des arguments tout simplement car ils font confiance à un tiers qui leur raconte des bêtises.

Et cela arrive tout le temps, également avec les services commerciaux d’entreprises concurrentes qui n’hésitent pas à enjoliver la réalité ou raconter des carabistouilles pour vous piquer des clients : il ne saura jamais faire cela avec WordPress !

Globalement, les possibilités offertes par WordPress ne cessent de s’élargir.

Sa documentation pour développeurs, ainsi que celle des plugins majeurs devient logiquement de plus en plus complète et accessible.

Je ne saurais trop vous conseiller de prendre quelques jours pour vous former aux bases du développement dans WordPress.

Commencez par un petit plugin, par l’édition de fichiers functions.php et la personnalisation avancée de thèmes enfant. Vous verrez, ce n’est que du bonheur.

Niveau CMS, bien que WooCommerce et bbPress soient à mes yeux les plus modernes aujourd’hui, je travaille encore un peu avec Prestashop pour les boutiques et FluxBB pour les forums.

Eh oui, on s’accroche aux vieilles habitudes.

Concernant Drupal, je comprends bien les développeurs qui utilisent ce CMS comme une base pour leurs projets, mais moi, je ne peux plus ! Rien que pour installer des plugins ou faire les mises à jour, non ! Ce n’est pas possible. Je me suis sans doute trop habitué à la simplicité de WordPress.

Je suis devenu un gros fainéant, eh ouais ! 😀 

Niveau « choix de thèmes », pour l’instant, je suis plutôt à l’aise avec quelques templates premiums multiusages (pour les curieux). J’ai une licence à vie chez ElegantThemes et je suis bon client chez ThemeForest.

Par la suite, si je pouvais engager quelques créatifs talentueux, j’apprécierais beaucoup partir d’une base WordPress seine, sans superflu, pour faire du 100% personnalisé, mais pour l’instant, je n’ai pas le temps (rentabilité oblige).

Pour ma part, c’est pour toutes ces raisons que j’utilise principalement WordPress. Je suis persuadé que d’autres webmasters en partagent beaucoup avec moi.

Si vous aussi, vous créez des sites pour des clients, n’hésitez pas à diriger les plus récalcitrants vers cet article.

N’hésitez pas non plus à me compléter ou me contredire en commentaires, même si vous êtes situé du côté « client ».

Le débat est ouvert 😉 😘

Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement les prochains articles et accédez à des ressources exclusives. Plus de 10000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?

C'est parti, je m'inscris !

48 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’ai moi même 10 ans de développement PHP derrière moi avec une affreuse tendance à toujours vouloir faire du maison de A à Z. J’ai même été jusqu’à me fabriquer ma propre classe de gestion de requêtes SQL.

    Puis un jour, un client me demande un site. Le site le plus simple du monde : 3 photos dans 2 catégories, un texte d’accueil, un slide….
    J’ai commencé à voir que le fait maison a aussi ses limites : on passe vraiment beaucoup trop de temps à développer une broutille, on reste bloqué sur des bugs dont nous seuls sommes confrontés…

    C’est là que j’ai découvert WP. Je ne connaissait que de nom à vrai dire, je n’avais même pas été assez curieux pour voir à quoi ça ressemble, avec tous mes aprioris aussi débiles les uns que les autres « c’est pour les blogs de cooking », « le développement au sein d’un CMS est forcément archaïque »…

    Cela fait 3 mois que j’ai fait mes premiers pas sur WP, mais j’en ai déjà sorti 3 sites web, et ça ne s’arrête plus. J’en découvre tous les jours et j’ai déjà réalisé 3 plugins perso pour des usages sur mesure.

    Donc, oui, plus que jamais, malgré son fonctionnement de templates extra dégueulasse à mon goût et une logique pas toujours saine, WP est un superbe environnement pour y développer son site web, tant qu’on est pas trop exigeant dans les manières de fonctionner en back-office.
    Son principal défaut : c’est lent.
    Mais un coup de plugin de cache et de hacks dans le htaccess et c’est de l’histoire ancienne !

    Là où je rejoins moins cet article, c’est à propos des thèmes premium. On a beau pas être graphiste, je préfère largement partir d’un PSD brut et d’y développer mon thème autour de ça, en partant de 0. J’ai rencontré des problèmes avec des thèmes premium qui je trouve n’ont pas leur place dans un process de développement, surtout quand on a des deadlines à tenir. Après c’est peut-être à tort, mais lorsqu’on touche le code HTML du front-office, je reste intimement persuadé qu’on est jamais mieux servi que par soi même. 🙂

    Répondre
    • Salut Benoit,

      Merci pour ton retour ! Pour rebondir sur les thèmes, tu peux toujours utiliser un thème starter comme Underscores ou de ta conception pour aller plus vite dans tes développements.
      A+

    • Benoit, excellent retour ! Merci.

      C’est intéressant de découvrir que pour les sites simples, WordPress a su t’arracher à ton habitude de tout développer « from scratch ». Pas sûr qu’une ancienne version de WP, genre la 3.5 aurait eu cet effet 😀 C’est sans doute que c’était le bon moment pour toi.

      Pour ma part, je trouve qu’on se fait assez facilement au templating sous WP. Rien à redire là dessus.

      Le backoffice a son aspect bien à lui auquel on finit bien par se faire également. Par contre, ça ne vaudra jamais un backoffice sur-mesure, c’est sûr. Les outils/réglages/types sont tous mélangés dans la même sidebar. Mais, consolons-nous, il y a pire. Regarde un peu le backend de Prestashop et sa section « Modules » où tout se retrouve plongé dans la hiérarchie de navigation. Qu’est-ce que c’est long d’agir dans une telle interface d’admin ! 😓

      D’accord avec toi aussi pour dire qu’un bon plugin de cache bien paramétré est indispensable sur tout site WP (avec l’hébergement qui va bien).

      Enfin, concernant les thèmes premiums, ce que tu dis est très juste !

      J’ai rencontré des problèmes avec des thèmes premium qui n’ont pas leur place dans un process de développement.

      C’est clair ! Pas plus tard qu’hier, j’ai passé 15 minutes à essayer de faire passer une règle CSS bête comme tout pour découvrir que la team qui développait le thème avait été me foutre du « !important » dans le cœur de leur CSS.

      Après, il faut leur laisser : les thèmes premiums ont pour atout de nous faire gagner du temps, en particulier sur tous les petits effets / animations CSS qu’on aime retrouver sur un site au design dit « moderne ». Mais comme je le disais dans l’article, le pied c’est de réaliser 100% de ses webdesigns évidemment. C’est ça, notre métier, à la base.

      @+ et bon amusement avec WordPress ! 😉

  2. Article très intéressant et je suis plutôt d’accord avec toi 🙂
    Il y a beaucoup de projets pour lesquels ça n’a pas de sens de se braquer comme certains le font… et WordPress tient malheureusement une mauvaise réputation sur certains points.

    Par contre, il n’empêche que la « rapidité » de développement que l’on peut avoir avec ce CMS est relatif en fonction du projet et des besoins. Surtout que la rapidité d’un développement n’entre pas forcément en corrélation avec la maintenabilité ni la performance (alors que ces deux critères rentrent eux-mêmes en collision 🙂 )

    Si on devait faire une code review des plugins WP (même les plus gros), c’est souvent une catastrophe. Je ne parle pas du core où je me demande si parfois le boulot d’un mec n’est pas de maintenir une et une seule fonction…
    La simplicité de WP lui a permis de s’ouvrir à un maximum de personnes (de débutant à confirmé). Par contre, c’est ce qu’il en fait aussi un bordel sans nom puisque les normes sont inexistantes.

    Un débutant sur un framework quelconque sera plus cloisonné qu’un débutant sur WP qui n’a comme seule limite son fichier functions.php. Ce fichier se retrouve souvent à faire plus de 1000 – 2000 lignes. Même s’il est gentil et qu’il fait des include et sépare certains bouts de code, c’est un choix personnel et donc subjectif. Or, sur 25% du web, personne ne fera la même chose 🙂 On va entendre des bonnes pratiques d’un côté de l’atlantique qui ne seront pas les mêmes de l’autre.
    Bref… ! WordPress c’est cool mais pour moi il lui manque un vrai cadre pour être au « top ».

    Répondre
    • Merci pour ton retour éclairé Thomas 🙂

    • Hélas, je suis obligé d’être d’accord avec toi Thomas. Commencer à toucher au développement de plugins WP m’a permis de voir pas mal d’erreurs d’optimisation du code, parfois même dans des plugins utilisés sur plusieurs dizaines de milliers d’installations. Mais bon, « ça fonctionne ». 😓

  3. je trouve cet article très opportun en ce qui concerne les à priori de certains clients.
    Je n’ai pas de méconnaissances que le web et certains forums comme celui-ci qui ne m’aide à y remédier.
    Je suis content de lire que d’autres développeurs wordpress sont dans les mêmes cas que moi et qu’ensemble nous pouvons trouver des réponses de façon simple, astucieuse et souvent rigolote.
    à tout bon wordpress addict,
    salut

    Répondre
    • Salut Benjamin,
      Rassure-toi, tu n’es pas le seul dans ce cas 😉

  4. Bonjour, et merci pour cet article. Je codais tout mano il y a quelques années jusqu’à ce que je teste WordPress, Joomla et Drupal : WordPress a retenu mon attention bien évidemment, et bien sûr le gain de temps qui va avec !

    J’ai beaucoup aimé ces deux parties : le fils/voisin qui s’y connaît bien en informatique (ah soupir !) et celle où tu abordes de démarrer sur un thème quasi vierge pour l’optimiser (j’adhère sans réserve à cette méthode) mais c’est vrai que cela prend un peu plus de temps.

    Enfin, même si j’indique à mes clients/prospects que j’utilise WordPress en solution technique, j’ai généralement en retour ces réactions :
    – euh… sur Google, non ?
    – Ah ben moi tant que ça marche….
    – c’est pour les mots clefs ?

    Bref, comme diraient les Inconnus, l’utilisation de WordPress, « c »est une responsabilité qui nous incombe, et surtout qui nous décombe » 😉

    Répondre
    • Ah ah Google ! (double soupir)

      Merci pour ton retour Stefan ! À bientôt sur le blog

    • Ça me fait penser à quand j’ai demandé à mon filleule de 3 ans « c’est quoi Internet 🙂 » et qu’il m’a répondu « Internet, c’est Google ! ».

  5. Bonjour,

    Je voulais laisser un commentaire plus long et vous faire part de 3 exemples, mais comme je dois retourner à mes peintures, ça sera peut être pour plus tard, je précise que je ne suis pas programmeur et que je ne vend aucun site, je suis peintre :).

    Je vais commencer par la …

    « créez votre site WP en 5 minutes ! » « WP en 1 clic! » « WP Gratuit ! » « WP pour les nuls » « WP facile » « Installer WP en quelques clics » « créez votre site professionnel avec WP » bien sur je stoppe ici la car la liste est interminable !

    C’est à mon avis à partir de ces arguments fallacieux que l’histoire de WP commence à mal tourner ! Ce n’est bien sur pas à vous que je vais apprendre que WP est un formidable outil pour créer de très bon sites, mais à mon avis c’est certain « WP est victime de son « mauvais » succès ».

    L’attente de la personne, qui comme moi ne connaît rien en programmation, est simple à comprendre : « Super ! je vais faire mon super site tout seul et sans rien connaître en quoi que ce soit ! »
    Évidemment passé le cap de la découverte, on déchante !
    Oui WP est un outil très technique si l’on veut « se faire un chouette site »
    et donc les arguments fallacieux précédents ne font que détruire la réputation de ce CMS.

    Juste un petit exemple, la fleuriste de mon village…

    Suite à un démarchage par tel. ou on lui proposait de lui créer un site internet basé sur WP, elle m’a demandé ce que je pensais de WP. Evidemment étant un convaincu de ce CMS j’ai abondé dans le sens du commercial … jusqu’au prix (HT) 1500€ pour 5 pages, une quinzaine de photos (à fournir) et du texte (à fournir) on lui proposait aussi un blog en option payante et « un service d’achat en ligne » pour ses fleurs et plantes, lui aussi payant. Bien entendu elle est d’accord pour payer un produit ou un service, c’est pas la le problème. le problème c’est posé lorsque comme moi elle à taper « créer un site avec wordpress » dans son navigateur et elle est donc tombée sur les très mauvais arguments cités précédemment. Résultat, elle à créé son site elle même sur … wix !
    Car comme elle dit « de toute façon j’ai juste besoin d’une vitrine en plus de celle que j’ai déja ».

    Pour une personne qui ne connaît pas grand chose à la construction d’un site (environ 99% de la population mondiale) il est difficile de faire un lien cohérent entre « votre site WP gratuit en 1 clic » et « 1500€ ht ».
    Alors du coup beaucoup de pros qui ont un budget limité (voire même très limité) se tourne vers des services de site à créer soi même en ligne avec une fonction simple et évidente à comprendre : le WYSIWYG.

    Je vais pas les citer, vous les connaissez. Les offres sur les moteurs de recherche sont de plus en plus nombreuses, bien évidemment on ne parle pas de la même chose, mais allez expliquer ça à ma fleuriste, elle paye une centaine d’euros par an avec son propre nom de domaine, c’est hébergé, sécurisé, pas de mise à jour, plein de photos, un blog et elle ajoute « en plus je me débrouille moi-même et ça m’amuse » !

    Alors bien sur on pourrait chercher à qui la faute, mais quand on voit des « boites » comme worpress.com, qui n’a qu’un objectif vendre des pubs sur un site qu’il vous mette gratuitement à disposition, on peut s’interroger sur les intérêts de chacun.

    Voila à mon avis ou commence le problème de réputation de WP et je ne suis pas certain que cela ira en s’arrangeant car WP n’est ni simple ni facile il est juste ce qu’il est, à titre personnel je considère WP (et d’autres CMS) comme un frameworks, c’est un outil formidable et passionnant aux innombrables possibilités, mais hélas de nombreuses « grosses boites du web » lui ont taillé un costard sur mesure à base de : simple, facile, gratuit, donc je comprends facilement les difficultés que vous pouvez avoir à vendre un site basé sur WP à vos prospects, même à 500€ alors qu’il voit partout sur le web que c’est : simple, facile et gratuit.

    Les intérêts de certains ne sont pas forcément les intérêts de tous et apparemment pas les vôtres.

    Mon cas à moi … (vite fait et je vous laisse tranquille 🙂 )

    Je suis peintre (entre autre) il est pourtant facile pour n’importe qui d’acheter un pot de peinture, un rouleau, un camion, un pinceau, une grille et roule poupoule je repeins le salon et la salle à manger. Du moins c’est ce que dise les pubs dans les dépliants et le marketing du pot de peinture en question, pourtant lorsque je vois certains résultats j’ai plutôt envie de rire. Mais évidemment entre un achat à 150€ dans un magasin et ma prestation 3 fois plus chère … il est logique que le client trouve « une grosse différence de service et de qualité » sinon il aura beaucoup de mal à comprendre et donc les peintres auront mauvaise réputation. (je crois d’ailleurs que c’est le cas, merci casto 🙂 )

    Désolé je devais pas rester longtemps mais ce sujet est franchement passionnant !
    D’ailleurs je repasserai plus tard pour continuer cette chouette conversation.

    ++ 0/ – bruno

    Répondre
    • Eh bien, ça c’est du commentaire Bruno ! Merci pour ton retour et ton exemple personnel.

      Effectivement, tu mets le doigt sur quelque chose. L’excès de « WP c’est facile » etc. peut en effet faire déchanter les plus débutant. Facile est un adjectif relatif. Ce qui est facile pour un ne le sera pas forcément pour un autre. Du coup, il y a pas mal d’incompréhensions et la réputation de WordPress en pâti…

    • Merci Bruno pour ton retour qui sera un excellent complément à l’article.

      Grâce à ton recule, tu as réussi à dépeindre (sans jeu de mots 🙂 ) la situation avec un autre angle et peut-être même mieux que moi !

      Je réagis à quelques points.

      « WordPress facile, WordPress gratuit », quelle catastrophe. Mais ça ne touche pas que WordPress, ça touche toute la profession de « créateur de site » car, là aussi, c’est pareil : « créer un site gratuit », vous avez tous déjà vu ça quelque part.

      Lorsque j’étais toujours en Europe, il me semble même avoir déjà vu des pubs à la TV pour ce genre de service issu d’un grand hébergeur. En 20 secondes on vous faisait la démonstration qu’en quelques cliquer-glisser, on pouvait se faire un site au rendu 100% professionnel, avec e-shop et tout le toutim.

      C’est peut-être vrai ? Je n’ai jamais testé. Peut-être devrais-je ?

      WordPress devient de plus en plus technique au fil du temps, c’est un fait, pour le plus grand bonheur de tous les prestataires Web.

      En parallèle, selon moi, les sites Wix ont aussi leur raison d’être. On est forcés de l’avouer. J’ai même déjà croisé des techniciens juniors qui proposent dans leurs différentes offres « la création de votre propre site Wix par mes soins ». Vous y croyez ? Après tout, pourquoi pas ?

      Pour l’acquisition de clients, j’ai eu l’idée miraculeuse de demander à ma commerciale de démarcher par téléphone des entreprises de secteurs variés, mais assez juteux quand même, détenteurs de sites Wix.

      Je vous arrête tout de suite ! Laissez tomber l’affaire, ça ne fonctionne pas !

      Nous nous sommes arrêtés à 100 appels téléphoniques et nous avons dressé un constat sans appel. Ces clients-là sont contents avec leur site Wix ! Indélogeable le truc. Ce n’est pas cher, ça remplit la fonction désirée par le client, basta.

      « Oui mais madame pour votre référencement, bla-bla-bla ».

      « Je m’en fous ! Je suis contente chez Wix ».

      « D’accord madame, merci bonne journée ».

      Après, comme je le disais, pour le référencement naturel et même dans le cadre de campagnes publicitaires, selon moi, un site Wix est loin d’être optimal et donc risquerait de faire gaspiller du budget pub à l’entrepreneur. Et ce que je dis reste encore à prouver.

      Bref, pour ma part, je laisse volontiers ces clients utiliser cette solution s’ils n’ont pas de grandes ambitions sur Internet, comme la personnalisation très avancée de leur site. De toute façon, s’il n’y a pas de budget… Mieux vaut pour nous nous positionner sur du travail dit « sur-mesure » (enfin, on se comprend). Mais pour ça, il faut vraiment laver les idées reçues et Bruno, tu l’as dit, la tâche est loin d’être gagnée.

      Conclusion sur les sites gratuits,

      Si l’entreprise veut un site Web « parce qu’il faut bien » et qu’elle ne veut pas faire de frais, qu’elle aille sur Wix. Pourquoi pas ?

      Par contre, si je suis face, par exemple, à un restaurateur qui doit absolument remplir sa salle sinon c’est la faillite dans 6 – 8 mois, je lui proposerais (comme je l’ai déjà fait dans une telle situation) un package « site pro + publicité locale + différentes actions marketing » pour redresser la barre. Le site Wix ne serait selon moi d’aucune aide ou presque dans une telle situation.

      À chaque besoin son outil. Il faut rester ouvert et critique sur soi et sur son offre.

      – on s’amuse bien ici 😀

  6. Je travaille avec cet WordPress depuis presque trois ans et cet outil fait maintenant entièrement partie de mon positionnement concurrentiel.

    J’externalise un maximum de choses de sorte de me positionner entre les Vistaprint-Wix et les agences en communication grâce à des outils et d’autres supports pré-faits. Je ne suis pas un expert en tout ou dans un domaine précis mais avec un minimum de bagage dans chaque domaine du graphisme et du web, vous pouvez quand même fournir une prestation de qualité !

    N’étant « que » intégrateur web de formation, il est pour moi sécurisant de me reposer sur de vrais développeurs qui améliorent sans cesse WordPress.
    (D’ailleurs, il me semble qu’adhérer à l’association WordPress Francophone ou faire un don est un minimum quand on utilise au quotidien cet outil.)

    Je n’ai donc (pour l’instant) jamais rencontré un client qui refuse WordPress parce que je ne m’adresse pas à des entreprises qui veulent envoyer un robot sur Mars à partir d’une interface web ;).

    Répondre
    • Merci pour ton retour Olivier !

  7. C’est amusant de tomber sur cet article alors que je partais en quête de quelques templates amateurs puisque c’est ce qui m’est arrivé plutôt récemment ^^ C’était pour une cliente graphiste/dessinatrice qui voulait exposait ses desseins sur un site vitrine perso.
    Chose assez simple, pas besoin d’y passer 10 ans mais lorsque je voulais lui expliquer comment j’allais procéder elle s’est fermée à la première utilisation du terme WordPress 😀 Encore un client qui voulait un site révolutionnaire comme on en a jamais vus pour un portfolio de dessins ^^

    Au final, l’inspiration pour la convaincre m’est venue sur le coup et est vraie. Etant dessinatrice je lui ai expliquais qu’elle se devait d’utiliser une feuille blanche comme support de dessin et sa feuille blanche, elle va l’acheter au magasin. Elle pourrait très bien aller dans la forêt couper son arbre et par moultes opérations créer ses propres feuilles blanches pour devenir ses supports de dessin mais qu’il était plus rapide pour elle d’aller acheter ses feuilles chez des gens qui le font bien. Au final, WordPress est notre feuille blanche à nous, il n’est que support de la création et c’est à nous d’user de nos stylos/crayons informatiques pour que cette simple feuille blanche devienne un site plus ou moins complexe, vitrine d’une société ou même un magasin en ligne ^^ Je sais pas si c’est parce que l’exemple lui parlait directement mais elle a vite compris et m’a laissé le faire, au final elle en est très contente et en lui expliquant bien le backoffice elle peut le gérer plutôt facilement. La mauvaise réputation de WordPress a la peau dure mais plus les versions viendront et plus il sera utilisé, je pense. WordPress n’est clairement pas destiné à tous les usages mais avec la communauté grandissante je pense qu’on sera surpris d’ici quelques années des possibilités qu’il offrira ^^

    Répondre
    • Salut Tom !

      Pas mal la métaphore ^^ Tu as eu raison de t’adapter à ta cliente pour la convaincre. C’est tout de suite plus parlant 🙂

      En tout cas il faut continuer, client par client on arrivera à tous leur faire comprendre que WordPress n’est pas si mauvais que ça !

    • J’avoue, belle analogie le coup de la feuille blanche et de la forêt ! Ça aurait été dommage de ne pas la convaincre. Il y a tellement de belles choses sous WordPress pour mettre en valeur un portfolio ! Reste maintenant à trouver une analogie s’adaptant à chaque secteur d’activité de nos clients réticents. 😀

  8. La plupart du temps, les erreurs de certains prestataires en manque d’expérience peuvent nuire en un clin d’oeil les efforts d’un bon créateur de site. Ça nous est arrivé plusieurs fois, et quand on propose de faire le site sous WordPress, on se heurte à un véritable mur. Mais il est nécessaire de savoir bien vendre ses prestations et de montrer à ses clients qu’on fait l’affaire.

    Répondre
    • Eh oui, on ne peut pas être à l’abri des erreurs des autres :/

  9. A partir du moment ou j’ai entendu « ouai un site comme booking on lui a fait un devis sous WordPress et on a pas compris pourquoi elle est parti » j’ai compris le niveau de troll !

    WordPress est un excellent outil. Nous l’utilisons au quotidien pour des sites vitrines, et bien plus. Nous développons des themes et plugins sur mesure et pour autant, je ne conseillerai pas à beaucoup de monde le développement de son projet sous WordPress et surtout pas si on a un plugin qui fait 99% de notre besoin.

    Pour comprendre la raison il faut voir plus loin que le bout de son nez et comprendre le système de stockage de wordpress et les custom_post_types et on comprend vite que :

    – Si on commence à développer sous wordpress, cela va être vraiment compliqué pour changer de technologies si le projet est amené à evoluer

    – Si l’on souhaite minimiser les opération de maintenance, on va utiliser des themes parents, et des plugins assez reconnu. Cela va avoir pour conséquence une surcharge de consommation de ressources trop importante et qui va être difficile à optimiser.

    – La courbe de personnalisation est exponentielle. On a beaucoup pour pas cher et ensuite si on veut un peu plus il faut payer cher. L’inverse d’un framework type Symfony.

    Donc je comprend votre client, qui souhait un vrai « pro » pour la réalisation de son projet et pas un marketeux qui à de l’expérience sur wordpress

    Répondre
    • Merci pour ton retour qui ouvre le débat. J’attendais un commentaire comme le tien avec impatience histoire d’animer un peu les discussions.

      Concernant le site de booking de mon prospect.

      Le fait est que tu juges ce cas sans le connaître, en te basant sur 5 paragraphes et demi dans mon article et avec tes aprioris. Ce n’est pas super cool. J’ai pourtant bien parlé des cas où il était judicieux de ne pas utiliser WordPress. Tu vois, je suis ouvert aux dévs basés sur un Framework (oui, euh, enfin, surtout pas Symfony, headache en perspective, mais c’est une autre histoire).

      La cliente désirait un service de booking de logement ultra simple se focalisant uniquement sur une région bien précise. On n’est loin des monstres tels que Booking ou Agoda. J’aurais peut-être dû éviter de les citer, c’était pour illustrer, mais j’ai précisé que c’était une demande « simple ».

      De plus, ce client avait un budget qui collait vraiment à une réalisation aboutie, mais sous WordPress, pas plus. Je suis tout à fait en mesure de proposer la réalisation sur base d’un Framework, mais pas à ce prix (~10 fois supérieur), et nous tentons à répondre aux budgets d’un maximum de jeunes entreprises. Un devis « framework » l’aurait tuée sur place.

      Techniquement, WordPress ne tient pas la route.

      Si ton propos est de dire que d’indexer des logements, les trier par catégorie / géolocalisation, proposer des fiches d’hébergements avec photos et mettre en place un système de réservation avec espace client, c’est trop lourd pour WordPress,… Euh, désolé, je ne suis pas d’accord avec toi !

      Comme je l’ai dit, il existe des solutions très intéressantes pour se faciliter la tâche.

      Les sceptiques n’auront qu’à faire l’effort de googler ça, au hasard et de mémoire :
      – « Book Your Travel, Online Booking WP ».
      – « Midway, Travel WP theme ».
      – « Travelo, Booking WP ».

      Allez-y, jetez un oeil aux démos et faites-vous votre avis.

      10.000 ventes au total. J’ose espérer qu’il y a quand même 2 – 3 projets qui ont pu se concrétiser sur base de ces solutions.

      Aucun gros projet sous WordPress.

      Ouais donc, d’autre part, tu indiques : « je ne conseillerai pas à beaucoup de monde le développement de son projet sous WordPress ».

      Tu sais pourtant qu’il y a actuellement de gros portails développés sous WordPress. Bon, je ne vais pas te re-citer le New York Times ou la récente refonte du Gorafi en WP. Juste, dire qu’aucun gros projet ne peut être tenu en WordPress, c’est fort. Vraiment, tu y crois ?

      Faut maîtriser un peu WordPress évidemment.

      Bah oui, après, il faut être prudents sur les quelques points que tu as décrits.

      Personne ne connait mieux les défauts de WordPress qu’un prestataire spécialisé en WordPress justement. Il faut simplement savoir travailler avec.

      Un plugin, ça se choisit, et ça se remplace en temps voulu si nécessaire.

      Si on veut quitter WordPress, tu sais aussi bien que moi que migrer des données issues de WP vers un site nouvellement réalisé sur-mesure (si on le souhaite), c’est en moyenne, 2 petites journées pour torcher le script de migration avec du PHP basique. Vrai ou pas ? 😉

      Charge serveur…

      En quoi utiliser un plugin populaire va augmenter la charge serveur par rapport à un plugin moins connu ? Je ne te suis pas.
      Par contre, on est tous d’accord avec toi. Un site WordPress sera plus lourd pour le serveur qu’un dév light 100% perso. Bah ça c’est logique. Après on compense avec quelques optimisations et un hébergement pas trop dégueulasse, comme ça a très bien été expliqué plus haut dans les commentaires.

      WordPress plus cher qu’un dév perso ??

      La courbe de personnalisation n’est en rien exponentielle. Je ne vois pas où tu vas chercher ça. Avec WordPress, on a beaucoup pour pas cher et ensuite si on en veut plus et qu’il n’y a pas de plugin pour nous aider, le prix à payer sera +- équivalent à celui d’une mise à jour de son dév perso basé sur Symfony ou autre. À l’intérieur de l’environnement de WordPress, on est dans un framework. Jusqu’à preuve du contraire, développer un plugin WordPress n’est pas plus coûteux que de développer un feature Symfony.

      Conclu,

      Finalement, m’ont prospect a été voir ailleurs, non pas parce qu’il avait raison de le faire, mais parce qu’il avait des aprioris erronés. Les mêmes que les tiens.

      Et comme souvent, le projet du client qui a refusé le devis qu’on lui proposait n’est toujours pas en ligne…, alors que cela serait terminé depuis des mois s’il avait accepté notre offre WordPress. 🤔

      P.S. : j’insiste, vraiment… le développement spécifique a évidemment ses raisons d’être, et c’est toujours mieux de faire cela ainsi si on peut se l’offrir. Sauf que ce n’est pas toujours le cas.

      C’est là que WordPress est génial. Il donne accès au « fonctionnel » à des profils qui n’auraient pas pu se l’offrir avant. 💕

  10. Article très intéressant.

    J’ai, pour ma part, commencé il y a 7 ans sur WordPress avec un simple projet de blog perso et aujourd’hui je multiplie les facettes de cet outil formidable et si simple (site vitrine, site formations, intranet, plateforme documentaire, etc).

    Avec l’habitude, j’arrive maintenant à boucler le site WP que « je veux » en moins d’une journée (hors design et rédactionnel, bien sûr… ) pendant que ma chère et tendre bataille pendant 4 jours avec des thèmes premium lourds et alambiqués et n’a même plus le temps de se concentrer sur le contenu.

    Comme tu le dis, 25% de la toile qui tourne sous WordPress, c’est un indicateur majeur. Longue vie à WordPress !

    Répondre
    • Merci pour ton retour Emmanuel 🙂
      Bonne continuation dans tes projets !

  11. Je rebondis sur ce passage : « Pour un meilleur résultat et un produit plus évolutif, le coût de réalisation d’un site WordPress est environ 10 fois inférieur ». Autant l’argument du coût est imparable , autant la qualité du développement et l’évolutivité j’en doute fortement. Y’a pas de limite à du développement sur mesure alors qu’avec du WP y’a à moment ou l’outil ne conviendra plus au besoin.
    En ce qui concerne la sécurité j’aimais un bémol également. Certes le CMS en lui même est plutôt sûr. Mais c’est l’utilisation des plugin et theme de source tiers qui pose problème. Est ce que vous faites une revue de code de tous les plugins et thème que vous utilisez pour vous assurez de leur sécurité ? Si non , ca veux dire que l’on fait une confiance aveugle dans les compétences d’autres développeurs. De mon expérience perso les seuls sites sur lesquels j’ai eu droit à un hack (réussi) c’était des WP à cause de plugin pas très sérieux (pas des projets pro). Du coup si il faut redévelopper tout un tas de plugins on perd pas mal de rentabilité 🙁

    Répondre
    • Salut Grunk,

      Comme quoi, il faut choisir ses plugins avec attention 😉

    • Salut Grunk !

      Bien vu. Tu as raison à 200%. Je me suis bien planté dans ce que je voulais dire ici :
      Pour un meilleur résultat et un produit plus évolutif, le coût de réalisation d’un site WordPress est environ 10 fois inférieur

      En fait, ma pensée était la suivante :
      À budget équivalent, le résultat sera meilleur avec WP, tout en restant évolutif « à moindre coût » par la suite (grâce à tous les plugins gratuits / pas chers qu’on peut trouver pour WordPress, tout ça, tout ça).

      Il est complètement faux de dire qu’un site WordPress est fondamentalement plus évolutif qu’un développement perso, c’est absurde et ça n’a aucun sens.

      Encore une fois, j’ai ancré trop profondément le problème du « coût de réalisation » dans ma réflexion. Cela m’arrive assez souvent au boulot.

      Je ne suis pas que développeur, je suis aussi gérant de mon entreprise et je traite principalement avec des clients ayant une limite de budget assez ferme. Je réfléchis donc toujours dans ce sens. Déformation pro.

      Merci d’avoir fait la remarque ! C’était important à préciser.

      Concernant la sécurité, j’ai glissé un petit lien dans mon article où je donne mon avis en détail, je ne m’attarderais donc pas sur le sujet. 🙂

  12. Merci pour cet article, je me le mets de côté 🙂
    Outre les gens qui ne veulent pas de WordPress, je suis confrontée aux gens qui ne veulent pas payer une prestation de réalisation de site. Parce que tout le monde peut faire un site web…

    Répondre
    • Bonjour Valérie,

      Dans ce cas, il ne te reste plus qu’à leur souhaiter bonne chance 🙂

  13. Bonjour,
    Je n’ai pratiquement jamais laissé de commentaires sur un site, je ne connais rien à l’informatique, hormis le négoce, je me suis parachutée sur la sphère des blogs en 1 tour de main, grâce à des vidéos en tuto. Je ne maîtrise aucun code informatique, ni langage, je n’ai plus d’informaticien dans la famille, et j’ai ramé pas mal, j’ai fini par demander un peu d’aide et j’ai décoincé la situation, j’avance doucement par rapport aux surdoués qui ont çà dans le sang. Mais j’adore, chaque avancée est un marathon gagné. Je pense que WORDPRESS est une solution pérenne, dans la boite de mon conjoint la refonte du site internet est passé par WORDPRESS. Si bien que je peux même l’aider parfois… Donc oui je comprends les points de vue, mais c’est une affaire de psychologie et de communication, bien présenté avec des arguments majeurs, c’est imparable , le client réfléchit…! Merci en tous cas pour vos généreux partages… Ca aide les bleus comme moi. 🙂

    Répondre
    • Exactement Nadine, avec un peu de bonne volonté on y arrive 🙂

      A très vite sur la Marmite et merci pour ce commentaire.

  14. Bonsoir à tous,
    Article intéressant où l’on pourrait facilement remplacer WP par n’importe quel autre CMS car chacun a ses avantages et ses inconvénients, ses forces et ses faiblesses, ses spécificités de développement et les particularités de son back-end.
    Mais je crois que le problème ici se résume dans l’expression « facile à utiliser ». J’ai utilisé WP dans ses versions 1.x lorsque j’ai commencé à développer des sites. Les limites de l’outil à l’époque et les bidouilles nécessaires dès qu’on sortait de la logique blog m’ont conduit à chercher un vrai cms et j’ai finalement jeté mon dévolu sur Contao (fka Typolight) pas très connu en France mais très agréable et efficace.
    Aujourd’hui, je dois dépanner des amis qui ont une association et un événement important à la fin du mois. Ils veulent créer leur site, ont fait une formation de 2 jours sur WP, l’ont installé sur OVH ainsi qu’un thème Yootheme en pensant qu’à la fin de l’après-midi tout serait fini. Sauf que pour l’instant le site est en ligne (car le formateur ne leur a pas indiqué qu’il fallait développer en local alors que la doc qu’il a laissée l’indique bien) mais ni fait ni à faire. Car les widget ne s’affichent pas, ou pas au bon endroit ou en double.
    En bref, une formation de 2 jours permet d’apprendre à gérer son contenu mais certainement pas à choisir un template et à le personnaliser. Surtout pour des gens n’y connaissant rien en html, php ni css. Et là je galère à essayer de comprendre comment fonctionne le yootheme, pourquoi le logo n’apparait que sur la page d’accueil (sur les autres, il n’y a que le cadre…) les allers-retours incessants entre le menu du template et le menu Apparence…
    Face à des gens (heureusement qui me connaissent et me font confiance) qui ne comprennent pas pourquoi c’est si compliqué alors qu’on leur a vanté WordPress comme facile…

    Quant aux sites comme Wix, rebelote. Des amies ont monté leur boite et fait leur site rapidement sous Wix. Sauf qu’elles ont choisi un template où l’on peut mettre plein de photos (notamment en page d’accueil) mais n’étaient pas au courant de la nécessité de remplir la balise alt (c’est indiqué dans la doc de Wix mais la simplicité est l’ennemie de la doc). Résultat, aucun texte référençable en page d’accueil…

    Répondre
    • Ben oui Charled ! Il faudrait dire haut et fort « non, WordPress n’est pas facile à utiliser ». Mais qui oserait dire cela, sachant que ces propos sont faux, autant que dire que réaliser un site WordPress est « facile ».

      La ménagère de plus de 50 ans peut sans doute réaliser un blog assez classe sur WordPress.com en déboursant quelques piécettes. Après, dès qu’on rentre dans la réalisation à fins professionnelles, genre, une simple vitrine d’entreprise pour laquelle on a des objectifs de com. précis, tout de suite, ça demande un peu plus de compétences.

      J’ai quelqu’un qui m’aide pour le webdesign, un peu de CSS et de config de « Themes Options ». Et ben je suis surpris de voir les compétences qui sont nécessaires, souvent, quand je dois prendre le relai, pour effectuer quelques personnalisations à priori très simples. Par exemple, ce matin, obligation de personnaliser un « child theme » pour afficher simplement un menu différent en sidebar lorsqu’on est dans la partie « blog » et non la partie « vitrine » (pourtant avec Avada, thème bourré d’options qui sont censées éviter ça).

      J’ai même dû aller voir quelques trucs dans le Codex de WordPress pour mettre en place les conditions dont j’avais besoin.

      Concernant le projet de tes amis,

      Si je peux te donner un conseil : change de thème !

      Les thèmes produits par la société que tu cites ne respectent absolument aucune logique de WordPress, je pense, car ils réalisent les mêmes thèmes (identiques) pour Joomla.

      Ces thèmes m’ont fait vivre un véritable enfer, car moi aussi j’ai été séduit pas l’aspect graphique de certaines de leurs productions.

      T’as vu l’exploitation qu’ils font des « widgets » ?

      WordPress ce n’est pas ça hein !

      Si tu veux, la Marmite conseille plein de thèmes (menu Blog > Thèmes) et j’ai aussi mis un lien vers les thèmes que j’utilise personnellement dans la conclusion de cet article.

      Rassures-toi, ça sera un gain de temps si tu changes. D’autant que pour ton thème, tu devras repayer une licence à chaque fois que tu voudras le mettre à jour.

  15. J’étais parti sur une solution wp avec un budget serré (ça va s’en dire 😉 ) , après quelques contacts, voici une des réponses que j’ai reçu :

    « WordPress est principalement orienté vers la publication (blog, site commercial).

    Le problème d’utiliser WordPress, tu ajoutes la complexité de leur application au dessus de ce que tu souhaites faire – donc, par défaut, tu hérites de tous les problèmes que WordPress a aujourd’hui et aura demain. Second point: d’après ton cahier des charges, tu souhaites mettre en place une plateforme pour gérer des hébergements touristiques et leur base de clients (ce qui n’a rien à voir avec le domaine de la publication).

    A la vue de tes charges, implémenter cette solution sur wordpress demandera beaucoup de maintenance (mises à jour de leurs systèmes, sécurité) – alors que tu n’as, à priori, pas besoin de leur base. Tu peux t’en sortir sans soucis (et probablement plus rapidement) avec quelque chose fait complètement indépendamment de WordPress. »

    Persuadé que wp était une bonne solution, j’en suis venu à douter. En revoyant le cahier des charges, j’en suis arrivé à penser que finalement j’étais peut être dans l’erreur et que mon interlocuteur (que je pense vraiment sincère) était dans le vrai…

    What else ?

    Répondre
    • WordPress est principalement orienté vers la publication (blog, site commercial) (…) tu souhaites mettre en place une plateforme pour gérer des hébergements touristiques et leur base de clients (ce qui n’a rien à voir avec le domaine de la publication).

      WordPress n’est pas fait pour gérer une base de données de clients (d’utilisateurs quoi) ?

      Aïe, mince, il va falloir prévenir tous les gérants de boutiques WooCommerce, j’crois qu’ils n’ont pas été mis au courant. 🙂

      Allez, sans rancune 😘

  16. Hello les gens,

    J’ai une question : quelle valeur avez-vous sur la qualité d’un site web développé sous WordPress ?

    Répondre
    • Salut Stéphane,

      Je ne suis pas certain de comprendre ta question :/

    • Salut Alex,

      En effet, ma question est un peu tordue 🙂

      Je parlais de la qualité d’un site développé sur WordPress. 9x sur 10, un site WP a 166 balises script dans le , chargé de manière synchrone, avec 4 versions de jQuery, le tout coder comme des débutants.

      Je pense que tu comprends mieux ma question concernant la qualité, la performance mais également l’accessibilité, qui je trouve, sont énorménent négligées dans la communauté WP : on fait vite le site, un peu de ref, et ça va pas plus loin.

    • Salut Stéphane,
      En fait, tout dépend de ton thème. Si tu prends un thème bling-bling, il y a de forte chances que ça arrive. Il existe d’autres thèmes moins gourmands (par exemple chez Array).

  17. @Mister WP
    « Ben oui Charled ! Il faudrait dire haut et fort « non, WordPress n’est pas facile à utiliser ». »

    Ça n’est pas ce que j’ai voulu dire et d’ailleurs je me cite : « En bref, une formation de 2 jours permet d’apprendre à gérer son contenu mais certainement pas à choisir un template et à le personnaliser. Surtout pour des gens n’y connaissant rien en html, php ni css. »

    Un guitariste aura toujours plus de facilités pour apprendre la trompette que quelqu’un qui n’a jamais fait de musique…

    Et en l’occurrence, c’est bien le thème Yoo-theme qui foutait la pagaille. Un thème choisi au hasard peut donc être aussi un piège pour quelqu’un qui débute…

    Répondre
  18. Un excellent article
    Bravo pour le blog, c’est rare d’en voir de bonnes qualités et là ça à l’air d’être de vraiment très bonne qualité.

    Répondre
    • Merci beaucoup Sarah ! A bientôt sur le blog 🙂

  19. Je trouve la discussion intéressante, mais un peu trop « wordpress oriented  » (bon, ok , c’est écrit dans le nom du blog! 😊).
    Parc que des CMS, y en a quand même à foison, ça ne se limite pas, et de loin, à WP et Drupal, ou Joomla. Typo3, Concrete5, y’en a pour tous les goûts et pour tous les types de projets. Le problème d’un dev spécialisé dans WP, c’est qu’il voit tout avec la lorgnette WP, et qu’il passe son temps ensuite à ajouter des plug-ins et des hacks pour contourner les problèmes inhérents à son choix de départ, WP. Typiquement, un site vitrine rafraîchi trois fous par an n’a pas besoin d’un développement sous WP : ça ne veut pas dire que WP ne peut pas le faire, ça veut juste dire que WP n’est pas fait pour ça à la base, et qu’il y a mieux, en CMS comme en frameworks, pour ça (Concrete5, pour ne citer qu’un exemple). Après, je comprends qu’on ait l’habitude de fonctionner avec des outils et qu’on tire vers eux (c’est comme les graphistes et les outils Adobe, qui ont essayé de se faire de la clientèle web avec,…).
    De la même manière, on vend souvent de la maintenance avec WP, qui est soit disproportionnée (le site roule avec peu de consultation et peu de mise à jour), soit générée par la complexité du site sous WP (plug-ins, voire plug-ins de plug-ins, développements de hacks spécifiques, de thème spécifique pas tout à fait orthodoxe, etc.). Alors qu’un développement sur des bases plus simples (par exemple, sans CMS), aurait simplifié la maintenance.

    Pour moi, il y a sur le marché du développement web peu de très bons développeurs (les très bons sont ailleurs, à développer des apps, des plug-ins, du middleware, du back-end, ou à bosser pour des très grosses boîtes du web, à créer leur propre agence ou encore à bosser en free-lance sur des projets très pointus, où leurs compétences sont bien identifiées), et la plupart des devs moyens font du site web avec leurs (in)compétences, d’où le niveau moyen de beaucoup de prestations.
    Je ne jette pas la pierre, faut bien bouffer… mais faut pas non plus verser dans l’auto-congratulation entre aficionados. Il n’existe pas, hélas, à ma connaissance, de sites qui comparent des développements avec le même point de départ et des choix différents (frameworks, CMS, etc.), et les sites à l’arrivée, avec performances et design. Si ça existe, je veux bien qu’on m’en indique. Ça éviterait les bavardages, certes amicaux, mais peu objectifs.

    Répondre
    • Bonjour Pat3,

      Point de vue limpide et très intéressant.

      Tout ce que tu dis est complètement vrai, mais je te réponds tout de même pourquoi mon choix s’arrête malgré tout sur WP plutôt que Concrete5 (que je connais un peu), même pour un site simple !

      Bon déjà, pour une vitrine très simple, le coût en maintenance du site est quasi nulle avec WordPress, à tel point que je propose à certains clients de faire gratuitement les mises à jour de WordPress au moins 2x par an contre le fait de prendre leur hébergement chez moi. Mettre à jour le cœur de WordPress sur un site où on n’a pas hardcodé, c’est simple et rapide, même ma grand-mère peut le faire.

      Ensuite, outre la rapidité de mise en place et donc le coût réduit (pour le client), je choisis WordPress car, si mon client désire faire évoluer sa vitrine dans 6 mois ou un 1 an (ajout du multilingue, ajout d’un blog, d’une zone « e-shop », d’un système de support par tickets, un FAQ, ou un million d’autres choses), cela est rapide et, encore une, fois moins coûteux grâce à WordPress.

      Et là je ne parle pas, encore une fois, du résultat technique qu’on pourrait critiquer avec un benchmark et des comparatifs poussés des fichiers sources etc. On est entre techos, on peut discuter dév perso VS cms alternatifs VS wordpress,… Mais dans la majorité des cas, le client moyen s’en contrefout et sera près à accepter d’avoir un backend qui lui suits un peu moins, d’utiliser un thème et des plugins et de perdre quelques millièmes de seconde au chargement des écrans de son site si c’est pour faire des économies significatives sur l’acquisition ou la maintenance. Et que ça déplaise aux puristes, il s’en moque.

      C’est une question de choix.
      Un développeur sous contrat appréciera exprimer sa créativité / son expertise dans des solutions innovantes / émergentes, mais un chef d’entreprise devra aussi penser à la rentabilité et à ses atouts commerciaux lors de négociations.

      Déjà qu’il y a des freelances et des students qui se bradent à tout va, alors en plus, si on doit facturer un peu plus au nom du soi-disant sur-mesure, difficile de battre les offres WordPress concurrentes qui seront obligatoirement faites au prospect.

      Je suis conscient que je ne te ferais pas changer d’avis, mais merci en tout cas pour les arguments pertinents et l’ouverture de débat 🙂

      Voilà voilà.

  20. Je comprends ton point de vue (je le comprenais déjà avant mon post); mais ta réponse dit quand même, « je choisis WordPress de toute façon », sans qu’on puisse déterminer si c’est autre chose qu’un choix économique, et, disons, culturel.
    Je dis ça et j’adore WP, mais je trouve qu’il y a des utilisations de WP qui sont des contresens fonctionnels par rapport au site développé, et d’autres qui forcent WP pour un usage pour lequel il n’est pas le meilleur.
    Mais c’est pareil avec tous les outils numériques: pour un mini montage qui va sur le web, l’habitué d’Adobe Première va l’utiliser, là où iMovie aurait suffi, et même aurait été mieux calibré. Et je ne parle même pas des mésusages de Word ou d’Excell (genre, Excell pour faire des tableaux dans lesquels il n’y a aucun calcul…).
    Perso, je connais aussi des développeurs qui utilisent Rapidweaver sur Mac pour certains de leurs projets de site, et ils en vivent!

    Répondre
    • Tout est question de workflow. Et pourtant je suis d’accord avec toi à 800% (à peu près).
      Quand on a une entreprise avec des deadlines à tenir, un budget précis… Et qu’on est expert dans le développement WordPress, aussi illogique que ça peut parfois être en terme d’usage, on fini par se cantonner à ce qu’on sait, simplement car c’est l’outil que l’on maîtrise le mieux !

      J’ai un second job qui consiste à créer de la communication vidéo, et là encore, j’ai une forte expertise en Adobe Premiere. Je ne connais pas iMovie n’ayant pas de Mac. Quand à Vegas, c’est un excellent soft, mais quelques lacunes m’ont fait petit à petit virer vers Adobe. Finalement, c’est Premiere Pro que je connais vraiment bien.

      Donc c’est pour ça que même pour un site qui pourrait-être une hérésie à développer sous WordPress, en tant que développeur, je me vois très mal me lancer dans l’apprentissage d’un autre CMS / Framework, au risque de me planter et d’obligatoirement allonger le temps de développement. Je préfère partir sur la solution que je connais, que je maîtrise, même s’il est vrai qu’elle n’est pas forcément conçue pour à 100%…. Au moins je saurais répondre aux attentes sans difficulté avec une certaine maîtrise du sujet =)

      Maintenant je comprends ton raisonnement, surtout point de vue client.
      J’ai pendant longtemps développé mon propre CMS maison, sous NetBeans, jamais un gramme de Git (j’arrive vraiment pas à me faire à cette logique..).. J’excellait en la matière, j’étais en mesure de réaliser les moindres caprices client… J’ai maintenant décidé de passer à plus simple, en développement et en entretient, mais aussi plus rapide.

      Maintenant, taper à tous les râteliers pour adapter mon workflow à chaque demande spécifique, je suis pas fan car je préfère me concentrer à 100% sur un sujet, plutôt que de maîtriser qu’un pourcentage de chaque. Mais c’est encore une question de choix et de facilité. Après tout, le client veut un site web. C’est ce qui compte. Qu’on passe par WordPress ou e107 (lol), si le client est satisfait.. =)

  21. Merci pour ton éclairage. In fine, ça pose la question de la formation continue dans le webdesign, qui est déjà fort compliquée par l’évolution continue des solutions « mainstream », et qui fait qu’on ne vise pas le mieux, mais le plus efficace dans le temps le plus court. C’est un pragmatisme compréhensible, mais à moyen terme, ça devient assez redondant et lassant, non? Et en plus, c’est risqué; les effets de mode peuvent rendre une techno ringarde en peu de temps (spécialistes de flash, paix à votre âme).

    On n’arrête donc pas de se former, mais on devient un peu limité si on s’en tient à une seule plateforme technologique. Je lis plusieurs blogs de dév. web, et je vois que certains consacrent leurs temps morts à l’autoformation (voire à la formation tout court) pour intégrer les nouvelles tendances… les plus intéressants sont ceux qui explorent les possibilités du HTML/CSS/Javascript (pour ne parler que du front et des technos orientées client) pour aller vers une certaine créativité – pour donner un exemple, il est vrai presque d’école, Ethan Marcotte lorsqu’il a formulé les bases du responsive web design sur A list Apart.
    J’ai un peu l’impression qu’en focalisant sur WP, on est en retrait de cette innovation du web, dans la mesure ou au mieux, on intègre ces innovations dans un plug-in ou un thème, mais on n’explore pas soi-même (ou, en tout cas, ça ne ressort pas bien sur ce que j’ai lu ici – mais je commence à peine à explorer le site!) ces recoins du web.
    Mais je comprends très bien que le propos soit plus directement utilitaire : WP est déjà un continent à explorer, qui ne cesse de s’agrandir, en plus… et on est un peu sur une transat en solitaire, quand on est webdev freelance…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Marmite ne peut malheureusement pas fournir de support. Merci d'en tenir compte dans votre commentaire 😉

Si vous ne lui en voulez pas, donnez-lui un j'aime sur Facebook :



292 Shares
Share63
Tweet155
Share74