Publié par le 18 avril 2016 • 200 Commentaires • Read in English

Vendre en ligne avec WordPress ?

Bien sûr que c’est possible !

Et là, je ne vous parle pas d’insertion de boutons d’achat Paypal.

Non, il est possible de mettre en place des boutiques de qualité grâce à WooCommerce.

Dans ce tutoriel, je vais vous apprendre à installer et à mettre en route la solution e-commerce la plus populaire au monde.

Je vous donnerai aussi des astuces et conseils pour choisir le bon thème, les bonnes extensions, et optimiser le fonctionnement de votre boutique en ligne.

Note 1 : Ce tutoriel a été mis à jour en août 2019. Il s’applique à la version 3.7.0. de WooCommerce.

Note 2 : Cet article contient des liens affiliés. Cela signfie que WPMarmite touchera une commission si vous vous les procurez. Pour en savoir plus sur notre politique concernant l’affiliation, vous pouvez consulter cette vidéo.

Qu’est-ce que WooCommerce ?

Page accueil du plugin WordPress WooCommerce

WooCommerce (aff) est une extension qui permet de transformer votre site WordPress en boutique en ligne.

Comme son préfixe « Woo » le suggère, elle a été développée et lancée par la boutique WooThemes, en 2011, avant d’être rachetée par Automattic, la maison-mère de WordPress, en 2015.

Avec plus de 5 millions d’installations actives et plus de 70 millions de téléchargements, WooCommerce est le plugin ecommerce le plus populaire sur WordPress (*).

Mais sa mainmise ne s’arrête pas là. Il est également la solution ecommerce la plus utilisée sur le million de sites qui reçoivent le plus de trafic au monde.

Même si WooCommerce est parfaitement traduit en français, il est loin d’être aussi dominateur en France.

Chez nous, le champion maison s’appelle Prestashop, et de loin (31% de parts de marché, contre 5% à WooCommerce).

A ce propos, je vous expliquerai à la fin de cet article quand choisir WooCommerce plutôt que Prestashop.

Mais revenons-en à WooCommerce. Ce plugin flexible comporte pas mal d’avantages :

  • Il va vous permettre de vendre n’importe quels types de produits, qu’ils soient physiques, numériques, avec abonnements etc. Et ce, en France comme à l’étranger.
  • WooCommerce est gratuit et vous pouvez le personnaliser en y agrégeant des extensions gratuites et des extensions Premium – j’y reviendrai plus tard – présentes dans tout un tas de domaines (livraison, paiement, facturation, marketing, réseaux sociaux etc.).
  • WooCommerce est accessible aux débutants, même si vous partez de zéro. Vous n’avez pas besoin de savoir coder pour le faire fonctionner. Mais sa prise en main nécessitera un minimum d’investissement de votre part.
  • La très grande majorité des thèmes et constructeurs de pages sont compatibles avec lui, ce qui fait que vous n’aurez pas forcément à modifier votre design si vous l’activez. De plus, il propose 11 blocs Gutenberg (voir capture ci-dessous) afin que vous puissiez aisément intégrer certaines données au sein de de vos contenus (ex : produits mis en avant, best-sellers, produits en promotion etc.).
Les blocs WooCommerce sur Gutenberg
  • Il intègre nativement certaines options de paiement (PayPal, chèques, virements bancaires etc.) et de livraison.
  • Vous avez un contrôle total sur tous les paramètres de votre site, ce qui n’est pas toujours le cas avec des plateformes ecommerce en ligne payantes comme Wix.

Maintenant que vous possédez une vision globale de WooCommerce, j’aimerais attirer votre attention sur 3 problématiques avant de foncer tête baissée dans le paramétrage de votre boutique.

Cet article est dédié à WooCommerce, mais sachez que ce n’est pas la seule extension pour faire du e-commerce sur WordPress. Par exemple, je pourrais vous citer Wpshop (une solution 100% française), WP eCommerce, BigCommerce, ou encore Easy Digital Downloads (pour vendre des produits numériques).

Les 3 problématiques du e-commerce

Selon le Baromètre Fevad (Fédération du ecommerce et de la vente à distance) / Médiamétrie de l’audience des sites e-commerce français, “le chiffre d’affaires des ventes globales e-commerce gagne +11,9% par rapport au 1er trimestre 2018”.

Pour vous donner une idée, les ventes sur internet en France représentent plus de 92,6 milliards d’euros.

Aujourd’hui, acheter en ligne ne fait plus peur. Lorsque l’on commande, on sait que l’on va être livré.

Et sans parler de produits physiques, de plus en plus de monde souscrit volontiers à des services de vidéo à la demande, réserve des séjours, et participe à des campagnes de financement participatif.

Bref, sur le papier, il y a de quoi se frotter les mains. Sauf que lancer un projet e-commerce est un peu plus compliqué que de monter un blog.

Ici on ne publie pas uniquement du contenu, on propose des produits et services à la vente. Cela implique pas mal de choses et donc, de nouveaux problèmes peuvent survenir.

Pour qu’un site e-commerce soit efficace, c’est à dire qu’il génère des ventes, il doit avoir une certaine…

Simplicité d’utilisation

En effet, s’il est compliqué de naviguer sur un site, croyez-vous que les visiteurs vont pouvoir y faire des achats ?

Bien sûr que non. Il vont même déguerpir rapidement pour trouver ce qu’ils cherchent ailleurs.

Homer court

Il est important de proposer des pages claires et avec un but précis pour que les visiteurs puissent devenir des acheteurs.

Par exemple, il faut veiller à ce que la création de compte soit la plus simple possible. Tout le monde déteste les formulaires à rallonge. Concentrez-vous sur le minimum syndical :

  • Nom et prénom
  • Email
  • Adresse de livraison/facturation

La date de naissance et le numéro de téléphone ne sont pas nécessaires. Vous pouvez les mettre mais il y a fort à parier que cela fera baisser le taux de conversion.

Savez-vous combien de personnes abandonnent leur commande en cours de route ?

Près de 7 sur 10.

Oui, vous avez bien lu. Et c’est parfois beaucoup plus selon les secteurs d’activité.

Alors si vous voulez que votre site convertisse (c’est-à-dire que vos visiteurs passent à l’acte d’achat), simplifiez-le.

A ce propos, on estime que sur 100 personnes qui visitent votre site, en moyenne seul vont 3% vont passer à la caisse (toujours en fonction de votre secteur d’activité).

Pour continuer d’augmenter vos chances, il faut capitaliser sur…

L’apparence et la confiance

Nous en avons déjà parlé, un acte d’achat sur internet, c’est un acte de confiance. Et pour inspirer la confiance, un site au design impeccable est primordial.

C’est un peu comme lorsque l’on va à l’hôtel. Si vous voyez des toiles d’araignées, de la peinture qui s’écaille et un réceptionniste débraillé, on ne désire pas trop voir l’état des chambres.

Et encore moins y passer la nuit !

Il est donc impératif de bien habiller son site tout en évitant qu’il ressemble à un sapin de Noël.

Au delà de l’apparence, pour renforcer la confiance sur un site e-commerce, il est prépondérant voire obligatoire d’appliquer les bonnes pratiques suivantes :

  • Passer votre site en HTTPS pour crypter les échanges (notamment pour le paiement). Sans compter que le navigateur Google Chrome sanctionne les sites en HTTP en indiquant à l’internaute qu’il navigue sur une page qui n’est pas sécurisée.
  • Disposer d’un site responsive, c’est-à-dire adaptable sur n’importe quel type de support (ordinateur, tablette et smartphone). Les ventes sur mobile continuent de progresser d’année en année (+ 22% en 2018 par rapport à 2017) et on estime qu’un achat en ligne sur cinq est réalisé sur mobile.
  • L’insertion de témoignages clients pour montrer que d’autres personnes sont déjà passées par là
  • L’affichage d’un numéro de téléphone à appeler en cas de problème.
  • La mise en avant de l’équipe pour montrer qu’il y a bien quelqu’un derrière toute cette belle vitrine.
  • La prise en charge du risque via une garantie (satisfait ou remboursé, livraison gratuite ou autre).
  • Les coûts et délais de livraison (ex : frais de ports gratuits dès 100€ d’achats/livraison en 48h).

Les derniers points à prendre en compte pour créer un site e-commerce concernent…

La sécurité et le paiement

Nous avons vu que la sécurité perçue sur une boutique avait une incidence sur la confiance des internautes et à fortiori sur les conversions.

Retenez bien ce chiffre :

En France, plus de 80% des transactions en ligne sont faites par carte bancaire (source).

Il est donc impératif d’accepter ce type de paiement et de faire en sorte que cela soit sans risque.

Si un client se fait voler son numéro de carte à cause de votre site, vous pouvez être certain qu’il va vous faire une publicité d’enfer !

Comme expliqué précédemment, mais je me répète pour la bonne cause, METTEZ en place un certificat SSL pour activer le HTTPS sur la page de paiement au minimum.

La procédure est différente selon les hébergeurs mais sur WPChef, nous avons pu le mettre en place assez facilement avec O2Switch (aff) et Let’s Encrypt.

Au delà du paiement, vous ne vous ferez pas une bonne réputation si votre site se fait pirater et que votre fichier client soit dérobé.

Couvrez bien vos arrières. C’est capital.

Tout est bon pour vous ? Alors passons tout de suite à la partie technique : la création de votre boutique en ligne avec WooCommerce.

Comment créer une boutique en ligne avec WooCommerce ?

Si vous êtes attentif et concentré depuis le début de cet article, vous devez vous rappeler que WooCommerce est une extension que l’on ajoute à WordPress.

Pour l’activer, vous devez donc disposer d’un site WP fonctionnel.

Si ce n’est pas encore le cas, vous pouvez consulter cette vidéo, qui vous apprend comment créer un site WP en 5 étapes :

Après cette parenthèse, retour à WooCommerce.

Je ne sais pas si vous avez déjà tenté de l’installer, mais il faut savoir qu’il propose de nombreuses options.

Il ne sera donc pas possible de faire un tutoriel pas à pas pour expliquer le rôle de chaque paramètre, comme pour le plugin Yoast SEO. Cela nécessiterait une formation à part entière, tellement il y a de choses à dire.

Je vous propose toutefois de faire le tour du propriétaire afin de vous aider à comprendre :

  • comment il fonctionne.
  • où trouver les réponses à vos questions (vous verrez que l’aide intégrée au plugin est de bonne qualité).

Si vous ne savez pas encore installer de plugin sur votre site, jetez un oeil à cet article.

Assistant de mise en route

Une fois que vous l’aurez installé et activé, vous aurez la bonne surprise d’arriver sur un assistant pour vous aider à effectuer les premiers réglages :

L'assistant d'installation de WooCommerce

Peu d’extensions le font mais c’est vraiment une excellente idée pour guider les utilisateurs.

Ce genre d’assistant permet de faire les premiers réglages sans se perdre dans les options. Bravo !

Une fois que vous l’aurez complété, votre site disposera des pages nécessaires à la boutique (panier, commande, etc), vous aurez configuré les options de base de paiement et de livraison.

Enfin, on vous recommandera aussi notamment d’installer Storefront, le thème phare de WooCommerce. Je vous recommande de le faire (vous pourrez changer par la suite, si cela ne vous convient pas).

Encore un peu de patience, vous allez bientôt pouvoir ouvrir les ventes.

Mais avant, regardons de quoi se composent les menus de WooCommerce.

Le menu WooCommerce

Le menu WooCommerce sur l'administration de WordPress

Le premier menu ajouté par WooCommerce porte justement son nom. Comme vous pouvez le voir on y trouve 6 sous-éléments :

  • 1 – Commandes : La page listant toutes les commandes passées sur la boutique. On peut aussi ajouter une commande manuellement (par exemple dans le cas d’un achat réalisé hors ligne)
  • 2 – Codes Promo : Retrouvez ici tous les codes promotionnels édités sur votre site. Il est possible de créer d’autres codes promo en cliquant sur le bouton « Ajouter un code promo »
  • 3 – Rapports : Avec ce sous-menu, vous allez pouvoir suivre l’évolution de votre boutique. Que ce soit les ventes, vos clients, vos stocks, la TVA ou encore l’efficacité de vos codes promo, voyez plutôt :
Les rapports dans WooCommerce
  • 4 – Réglages. Bienvenue dans le coeur de WooCommerce. Grâce aux 9 onglets présents, vous allez pouvoir le configurer comme il se doit. Voyons ce qu’ils contiennent :
  • Général : Vous pourrez régler tout ce qui concerne votre emplacement, l’activation de la TVA et de codes promos, ou encore la devise à utiliser..
  • Produits : Cet onglet vous permettra de définir les unités de poids et de dimensions de vos produits, d’activer certaines fonctionnalités comme les notes sur les avis clients ou les avis produits.
  • TVA : Vous allez pouvoir y gérer tout ce qui concerne la taxe sur la valeur ajoutée (définir les taux en vigueur, la méthode de saisie des prix ou encore comment calculer les arrondis).
  • Expédition : Pour satisfaire vos clients, il faut configurer la livraison des produits (sinon, je ne donne pas bien cher de votre réputation). Ici, vous pouvez spécifier les zones et les modes d’expédition, ainsi que les options de livraisons (frais).
  • Paiements : Ici, vous allez pouvoir configurer les moyens de paiement utilisés sur votre boutique (ex : PayPal, Stripe, virement bancaire, paiement par chèque, ou paiement à la livraison) et les trier pour définir leur ordre d’affichage sur le site.
Moyens de paiement WooCommerce
  • Comptes et Confidentialité : Cet onglet permet de paramétrer la création de comptes clients mais aussi – et surtout – la politique de confidentialité et la conservation des données personnelles, pour être en conformité avec le RGPD (Règlement général sur la protection des données).
  • E-mails : Suite à une commande, votre client et vous serez amenés à recevoir des emails. Il est possible d’en désactiver certains et de les personnaliser. Toutefois, cela se limite à l’objet, à l’en-tête, au pied de page et aux couleurs. Il faudra aller dans le code pour modifier leur contenu.
Les options de l'email de WooCommerce
  • Intégration : Permet notamment de vous aider à installer le pixel Facebook, ou encore de créer des publicités Facebook avec les produits de votre boutique.
  • Avancé : Ce dernier onglet permet de définir les pages pour que WooCommerce sache où envoyer les utilisateurs pour commander (ex : Page Panier, Page de validation de commande etc.). Vous pourrez aussi activer certaines fonctionnalités utiles aux développeurs. Dans cet onglet, pensez à bien traduire les terminaisons ajoutées à vos URLs de pages, qui sont en anglais de base.

Après ce gros morceau, passons au 5e menu : Etat. Si vous êtes amené à faire appel au support de WooCommerce, il faudra donner un maximum d’informations à la personne qui s’occupera de vous.

Pour l’aider, vous n’aurez qu’à cliquer sur Obtenir le rapport système, puis à lui copier-coller le rapport généré, afin de lui transmettre toutes les informations relatives à votre boutique.

Concernant le menu Etat, vous verrez qu’il est divisé en 4 onglets :

  • Etat du système : Cet onglet donne accès à des informations sur votre environnement WordPress, serveur, vos extensions, votre thème, ou encore si vous utilisez le HTTPS ou non.
  • Outils : Cet onglet mettra à votre disposition certains outils pour réinitialiser ou effacer certaines données. Attention à ce que vous faites.
  • Journal : Vous aurez accès aux logs, qui servent à lister tout ce qui se passe dans votre boutique (commandes, téléchargements, utilisation d’un code promo, etc). Si un problème survient, étudier les logs pourra vous aider à découvrir la ou les causes.
  • Scheduled Actions : Ce dernier onglet sera surtout dédié aux développeurs.

Enfin, 6e et dernier volet de ce premier menu WooCommerce, les extensions. Les extensions complémentaires, aussi appelées addons en anglais, sont des extensions qui viennent enrichir les fonctionnalités de WooCommerce.

Vous pouvez les retrouver dans ce menu, et les filtrer par domaine (Marketing, Paiements, Livraison etc.). Suivant le projet que vous mettez en place, certains addons vous seront d’une grande aide.

Vous en trouverez aussi une sélection plus tard dans cet article.

Nous en avons maintenant terminé avec ce premier menu. Comme vous avez pu le constater, il est très bien fourni.

Passons désormais au second, qui concerne les produits.

Le menu Produits

Le menu Produits de WooCommerce

Jusqu’à présent, nous avons touché à pas mal de choses mais aucun produit ne figure encore dans la boutique.

Eh bien justement, voyez comment faire tout de suite

  • Tous les produits : Vous trouverez sur cette page la liste de tous les produits créés.
  • Ajouter produit : Cliquer sur ce sous-menu ouvrira la page de création d’un produit. Nous allons détailler cela dans quelques instants.
  • Catégories : Il est possible de classer les produits selon diverses catégories (homme, femme, enfant pour les vêtements par exemple).
  • Étiquettes : Comme pour les articles, il est possible de leur attribuer des étiquettes.
  • Classes de livraison : Il est possible d’attribuer une classe de livraison à un produit pour répercuter un éventuel surcoût selon la destination. Il faudra aller dans WooCommerce > Paramètres > Livraison > Taux fixe pour définir les frais.
  • Attributs : Les attributs sont des caractéristiques liées aux produits. Par exemple, vous pouvez avoir un attribut Taille si vous commercialisez des vêtements.
L'attribut Taille sur WooCommerce

Une fois l’attribut créé, cliquez sur le lien Configurer les termes pour entrer toutes les valeurs possibles (S, M, L, XL, XXL, etc.).

Attardons-nous désormais sur l’ajout de produit.

Comment ajouter des produits

Ajouter un produit dans WooCommerce

En arrivant sur la page d’ajout de produit (Produits > Ajouter Produit), on se rend compte qu’elle est assez similaire à celle de création d’un article.

Il est possible d’ajouter :

  • un nom de produit ;
  • une description ;
  • une description courte ;
  • une catégorie ;
  • des étiquettes ;
  • une image (à la une) ;
  • une galerie d’image.

Mais surtout, un encart Données produit est présent sous l’éditeur visuel pour configurer ses caractéristiques.

6 onglets sont à notre disposition. Le premier nous permet de définir le type de produit à créer :

Données produit WooCommerce

Par défaut, on en trouve de 4 sortes :

  1. Produit simple : Le produit par défaut, celui que vous utiliserez dans la plupart des cas. On peut leur attribuer deux options selon leur nature :
    1. Produit simple Virtuel : Idéal si vous vendez un service (la livraison devient inutile)
    2. Produit simple Téléchargeable : Un ou plusieurs fichiers seront envoyés au client suite à l’achat
  2. Produits groupés : Un groupe de produits qui peuvent être achetés séparément (par exemple, on pourrait grouper un ordinateur avec une configuration de base, un plus évolué et un autre avec la meilleure configuration).
  3. Produit externe/affiliation : Il est possible de promouvoir des produits issus d’autres boutiques (et, éventuellement, de toucher une commission dessus).
  4. Produit variable : Un produit qui possède certaines caractéristiques (couleur, taille, format, etc). Par exemple, un tee-shirt peut être disponible en 3 couleurs, 5 tailles pour homme, femme et enfant.

Pour chaque produit, il faut définir un identifiant unique (UGS ou SKU en anglais), un prix, et la TVA à appliquer.

Dans les onglets suivant, on va pouvoir spécifier :

  • la quantité disponible (stock) ;
  • le poids, les dimensions et les modalités de livraison ;
  • les produits relatifs (montée en gamme, ventes croisées) ;
  • les attributs du produits (définis dans Produits > Attributs) ;
  • une note à envoyer à l’acheteur et si l’on active les avis clients.

En fonction du type de produit que vous choisirez, des champs apparaîtront et disparaîtront. Effectivement, les options de livraison sont inutiles pour un produit téléchargeable.

Voilà, vous en avez terminé avec la visite des options de WooCommerce.

Prochaine étape à venir : rendre votre boutique fonctionnelle. Voyons cela dans la partie suivante.

Faites une veille WordPress efficace avec le Bouillon

Recevez les dernières infos de l’écosystème WordPress tous les 15 jours et créez de meilleurs sites.

La mise en route de votre boutique

Top départ !

Vous avez pu le constater jusqu’à présent, créer un site e-commerce (que ce soit avec WordPress ou non) demande beaucoup de travail.

Pour qu’un site puisse être qualifié de boutique, il doit posséder un certain nombre de pages.

Étudions-les en détail.

Les pages créées par WooCommerce

WooCommerce vous donne un coup de pouce en ajoutant automatiquement des pages lors de son activation. On peut citer :

  • La page Boutique, où les visiteurs parcourront vos produits.
  • La page Panier, où les clients visualiseront les produits qu’ils désirent acheter.
  • La page Validation de la commande, où ils règleront leurs achats.
  • La page Mon Compte, où ils verront leurs commandes et géreront les adresses de livraison et de facturation.
  • La page Politique de confidentialité, plus exactement créée par WordPress, pour être précis.

Si vous êtes curieux, vous découvrirez que ces pages renferment chacune un shortcode (Ex : [woocommerce_cart] pour la page Panier).

Ces « codes courts » seront interprétés et transformés par WooCommerce pour afficher le contenu de la page.

Il y a cependant une page qui n’est pas créée automatiquement, pourtant elle est très importante. Il s’agit de…

 La page des Conditions Générales de Vente (CGV)

Les CGV servent à définir la relation en vous (le vendeur) et les acheteurs. On y trouve notamment la description des produits vendus, les moyens de paiements acceptés, les conditions de remboursement etc.

Bref, tout ce qu’il faut pour que rien ne soit laissé au hasard. Autant vous dire qu’il vaut mieux se rapprocher de professionnels pour les faire rédiger.

En effet, elles doivent correspondre à votre activité (et faire un copier coller d’un autre site vous expose à des poursuites si vous vous faites prendre).

Si vous cherchez quelqu’un, vous pouvez vous rapprocher de Noémie de chez WB Création. Je lui fais confiance depuis longtemps pour mes projets.

Note

Pour être certain d’avoir une boutique WooCommerce conforme au RGPD, je vous invite à consulter l’article rédigé par Eleonor sur le sujet. Elle vous donne plein de conseils pour vos CGV, votre page de commande, vos formulaires, ou encore vos avis clients.

La page Politique de confidentialité

Avec la mise en place du RGPD, en mai 2018, il est désormais obligatoire d’expliquer ce que vous faites avec vos données utilisateurs.

C’est notamment le rôle de la page Politique de confidentialité.

Ces éléments doivent apparaître dans une page intégrée à votre pied de page.

Depuis la version 4.9.6 de WordPress, vous pouvez créer votre page de Politique de Confidentialité directement depuis l’onglet Réglages de votre interface d’administration.

Y seront proposés des paragraphes pré-rédigés, optimisés pour le RGPD : à vous de sélectionner ceux qui concernent votre site.

La page de remerciements

Par défaut, WooCommerce ne vous permet pas de modifier cette page, qui affichera un message pour toutes les commandes.

Will. Smith damn

Je trouve cela dommage car il n’y a pas meilleur endroit que la page de remerciements pour commencer à entretenir une relation avec ses clients.

Une fois la commande effectuée, vous pouvez inciter :

  • leur proposer de vous suivre sur les réseaux sociaux.
  • Leur demander de s’abonner à votre newsletter.
  • Leur mettre sous le nez des produits complémentaires pour favoriser de la vente additionnelle etc.

Pour y parvenir, vous pouvez utiliser l’une des deux extensions gratuites suivantes :

En premium, vous pouvez vous tourner vers une extension officielle WooCommerce : Custom Thank You Pages (49$, environ 44€, pour une utilisation sur 1 site).

Elle vous permettra notamment de configurer une page de remerciements par produit.

Passons à présent au nerf de la guerre, à savoir…

Les moyens de paiement

Si vous n’installez pas de moyen de paiement sur votre boutique, vous risquez d’attendre longtemps avant de faire vos première ventes !

Par défaut, plusieurs modes de paiement sont proposés :

  • Paypal Standard
  • Virement bancaire
  • Chèque
  • Paiement à la livraison

J’attire aussi votre attention sur Stripe, que vous pouvez activer via une extension (WooCommerce Stripe Payment Gateway).

Cette plateforme de paiement va permettre à vos visiteurs de payer par carte bancaire sur votre boutique.

Beaucoup plus pratique que le paiement par chèque ou à la livraison, n’est-ce pas ?

D’autant que, rappelez-vous, 80,1% des paiements en ligne se font par carte bancaire en France. Vous devez donc accepter ce moyen de paiement.

Techniquement, Stripe va ajouter un formulaire sur votre page de paiement, puis vérifier les détails. Vous devrez juste créer un compte pour activer cette solution sur WooCommerce.

Parmi les autres passerelles de paiement, je pourrais aussi vous citer PayPlug. Une fois inscrit, il vous faudra installer un plugin pour l’intégrer à WooCommerce.

Ces plateformes ne sont pas gratuites, mais le tarif est raisonnable. Par exemple pour Stripe, ils vous prendront 1,4% + 25 centimes par transaction pour les cartes européennes.

On est loin des frais de Paypal (2,90 % + 35 centimes par transaction), même si une tarification dégressive est possible en fonction du volume de ventes mensuelles. Voyez plutôt :

À mon sens, Stripe est le moyen le plus simple d’accepter les paiements par carte bancaire. Je l’utilise pour le Chaudron et ça fonctionne très bien.

L’autre solution pour accepter les cartes bancaires est de configurer une passerelle de paiement en liaison avec sa banque.

L’avantage d’utiliser une passerelle est que le coût par transaction est plus faible.

Avec les solutions bancaires vous pouvez négocier les commissions directement avec votre conseiller.

Vous pourrez par exemple pour Monetico de CIC/Crédit Mutuel obtenir une commission de 0,6% + 30 centimes par transaction sans trop de difficultés (pour un abonnement mensuel de 17€).

Suivant votre panier moyen et votre chiffre d’affaire, les économies peuvent être substantielles par rapport aux solutions précédentes.

Il faudra aussi débourser une soixantaine d’euros pour le plugin WordPress permettant d’installer cette passerelle sur WooCommerce.

Cependant, cela ne fonctionne pas avec toutes les banques. La passerelle Atos Sips pour WooCommerce est quant à elle, compatible avec plus de banques (Société Générale, BNP Paribas, La Banque Postale…) mais sa mise en place est plus complexe.

En tout cas, sachez que toutes les banques françaises disposent d’une passerelle de paiement au travers de quatre solutions monétiques (Monetico, Atos, Paybox et Systempay).

Au delà du coût, une passerelle vous permettra surtout de recevoir le fruit de vos ventes directement sur le compte bancaire de votre société.

Une fois que vous aurez tout les moyens de paiement nécessaire, vous pourrez les organiser, activer et désactiver dans WooCommerce > Réglages > Paiements.

Nicolas Maillard (d’ABSOLUTE Web) m’a parlé d’une solution qui est en train d’émerger : le prélèvement SEPA.

Vous vous rappelez certainement qu’en 2015, nous sommes passés à la norme SEPA pour les prélèvements bancaires (EDF, téléphonie, fournisseurs d’accès, etc.).

Eh bien vous pouvez donc effectuer des prélèvements SEPA directement sur le compte de vos clients.

Pour cela, GoCardLess peut constituer une bonne solution. Il s’intègre bien avec WooCommerce (il existe une extension dédiée), même s’il sera plus intéressant pour les produits avec abonnement.

A partir du 14 septembre 2019, différentes normes concernant la réglementation DSP2 vont entrer en vigueur. L’une d’entre elles vise à renforcer le niveau de sécurité des paiements et à protéger les consommateurs en imposant des procédures d’authentification forte pour l’accès aux comptes et les opérations de paiements. Pour éviter que leurs paiements ne soient refusés, les entreprises devront créer une étape supplémentaire d’authentification pour les paiements en ligne par carte, ou appliquer des exemptions spécifiques à certaines transactions, comme l’explique Stripe. La célèbre passerelle de paiement propose d’ailleurs une solution clé en main pour vous mettre en conformité.

La gestion de la livraison

Dans le e-commerce, vendre ne suffit pas. Il faut livrer ce qui a été commandé.

Sinon, votre réputation risque d’en prendre un coup dans les semaines à venir…

Quand on commande sur de gros sites comme Amazon, on sait que l’on va être livré.

Par contre, sur une jeune boutique, il va falloir être convaincant et tenir ses promesses.

Dans WooCommerce, vous avez la possibilité de définir plusieurs options pour la livraison des commandes dans WooCommerce > Réglages > Expédition.

Vous devrez d’abord ajouter une zone de livraison (ex : France). Ensuite, WooCommerce vous proposera par défaut plusieurs méthodes de livraison en fonction de la zone répertoriée.

Ajout d'une méthode de livraison sur WooCommerce

Pour la France, cela donne :

  • Forfait : vous facturez un tarif forfaitaire pour la livraison.
  • Livraison gratuite : si vous êtes généreux.
  • Point de vente : si on peut venir chercher sa commande dans votre magasin.

Si vous souhaitez ajouter d’autres moyens de livraison comme Colissimo, Chronopost, Mondial Relais, DHL, UPS etc., vous pouvez jeter un oeil au plugin Boxtal. Une fois installé, vous pourrez proposer jusqu’à 16 transporteurs à vos clients.

Bon, je crois qu’avec tout ça vous avez de bonnes pistes pour monter votre boutique, pas vrai ?

Toutefois, WooCommerce ne serait pas WooCommerce sans ses extensions complémentaires. Nous allons avoir de quoi il s’agit dans la partie suivante.

Pour vous aider de façon encore plus visuelle dans la configuration de votre boutique, vous pouvez également consulter la vidéo tutoriel WooCommerce ci-dessous. Je vous y détaille toutes les étapes, de l’hébergement jusqu’à l’aspect légal obligatoire. Par ailleurs, n’hésitez pas également à consulter la documentation officielle du plugin, très bien conçue même si elle est uniquement en anglais.

Quelles extensions WooCommerce installer pour aller plus loin ?

Tout comme WordPress, WooCommerce possède un écosystème.

Il est possible de créer des extensions et des thèmes spécialement pour lui. 

On peut donc enrichir les fonctionnalités de sa boutique avec des extensions complémentaires (aussi appelées addons), pour aller au-delà de ce qui est proposé par défaut.

En effet, l’extension WooCommerce ne permet pas de tout faire. Que vous cherchiez à développer le trafic de votre boutique, vos ventes, à réduire le taux d’abandon de vos paniers, ou encore à diversifier vos moyens de paiement, il faudra sûrement vous tourner vers une extension.

Pour trouver chaussure à votre pied, il existe tout d’abord les extensions officielles WooCommerce. On en dénombre près de 300, allant de 0$ à 250$ (environ 223€).

Elles sont répertoriées en différentes catégories comme le paiement, le marketing, la livraison, ou encore les abonnements.

Au cours de cet article, nous en avons déjà abordé quelques unes mais je souhaitais vous en présenter d’autres pour vous montrer qu’il est possible de créer des sites e-commerce très variés !

1. WooCommerce Subscriptions

WooCommerce Subscriptions

Dans certains cas, on peut proposer des produits par abonnement mensuel. Cela est notamment le cas des fameuses « box » que l’on voit fleurir un peu partout.

Le principe est simple, vous payez tous les mois et on vous envoie des produits qui correspondent à vos goûts.

Ce concept a été reproduit avec toutes sortes de produits, par exemple :

Si vous désirez monter ce genre de site, WooCommerce Subscription est une extension indispensable.

Prix de l’extension : à partir de 199$ pour une utilisation sur 1 site, soit environ 177€ (traduction disponible chez Wp Trads).

En savoir plus sur WooCommerce Subscriptions

2. WooCommerce Bookings

WooCommerce Bookings

Si vous êtes consultant ou coach et que vous vendez votre temps, WooCommerce Bookings permettra à vos clients de vous « réserver » en toute simplicité.

Il n’auront juste qu’à choisir une date de libre et payer pour prendre rendez-vous.

Cela devrait également fonctionner pour un artisan.

On peut aussi se servir de cette extension pour faire de la location saisonnière. Installez toutefois WooCommerce Accommodation (c’est gratuit) afin de permettre à vos clients de définir une date d’arrivée et de départ.

Prix de l’extension : à partir de 249$ pour une utilisation sur 1 site, soit environ 222€ (traduction disponible chez Wp Trads).

En savoir plus sur WooCommerce Bookings

3. WooCommerce Membership

WooCommerce Membership

WooCommerce Membership sera bien utile pour mettre en place une plateforme de cours en ligne (*).

Vos clients choisiront une de vos formations et auront uniquement accès aux contenus qui leur seront destinés.

Notez que vous pouvez le combiner avec WooCommerce Subscriptions pour mettre en place des abonnements.

Prix de cette extension : à partir de 149$ pour une utilisation sur 1 site, soit environ 133€ (traduction disponible chez Wp Trads).

En savoir plus sur WooCommerce Membership

(*) Note

De façon générale, vous pouvez aussi créer un site d’e-learning sur WordPress avec des outils dédiés. Parmi eux, je pourrais vous citer des solutions premium comme LearnDash (à partir de 159$, environ 144€) ou LifterLMS (à partir de 99$/an, environ 90€/an).

4. WooCommerce PDF Invoices & Packing Slips

WooCommerce PDF Invoices & Packing Slips

Par défaut, WooCommerce ne propose pas de factures en PDF (on a juste des reçus par email). Afin d’avoir quelque chose de correct, il faudra installer cette extension.

WooCommerce PDF Invoices & packing Slips permet d’ajouter automatiquement une facture PDF à l’email de confirmation de commande que reçoivent vos visiteurs après leur achat.

Un template de facture est disponible avec le plugin et vous pouvez aussi créer les vôtres à l’aide d’un peu de code HTML/CSS. 

Prix de cette extension : gratuit. Une version pro est disponible à partir de 54€ pour une utilisation sur 1 site. 

En savoir plus sur WooCommerce PDF Invoices & Packing Slips

5. EU VAT Number

EU VAT Number

Si vous vendez à des professionnels basés dans l’Union Européenne, vous pouvez directement leur déduire le montant de la TVA.

Pour cela, installez cette extension qui ajoutera un champ TVA lors du paiement. Si le numéro de TVA est validé, son montant sera soustrait du total.

Prix de cette extension : à partir de 29$ pour une utilisation sur 1 site, soit environ 26€.

En savoir plus sur EU VAT Number

Si vous vendez des produits numériques (ebooks, thèmes, plugins, formations, etc.) à des particuliers basés dans l’UE, sachez que LEUR taux de TVA doit être appliqué à leur commande.
Oui, je sais c’est compliqué mais il y a une extension pour ça. Ça s’appelle WooCommerce Taxamo. Pour que tout fonctionne, vous devrez souscrire à un abonnement chez Taxamo (à partir de 19€ par mois).

6. Product Add-Ons

Product Add-Ons

Si vous vendez des produits personnalisables, cette extension va vous intéresser.

Grâce à elle, vos clients vont pouvoir spécifier des désirs particuliers. Par exemple, quel logo placer sur un tee-shirt ou encore quoi graver sur une gourmette.

En clair, cela permet d’aller beaucoup plus loin que les options par défaut.

Prix de cette extension : à partir de 49$ pour une utilisation sur 1 site, soit environ 44€.

En savoir plus sur Product Add-Ons

7. Bonus

Attendez, ce n’est pas fini. Pour aller encore plus loin sur le sujet des extensions, j’ai la ressource qu’il vous faut.

Dans cet article du blog de WPMarmite, on a sélectionné pour vous les 71 meilleurs plugins WooCommerce (gratuits et payants), classés en catégories (recherche, paiement, personnalisation, commande, livraison, facturation etc.).

Il y a fort à parier que vous y trouverez votre bonheur.

Dernier tuyau pour dénicher l’extension de vos rêves : pensez aussi aux plateformes spécialisées comme Code Canyon (aff), et aux sites indépendants.

Il est vrai que beaucoup d’entre-elles sont payantes, mais vous allez sûrement gagner de l’argent avec votre boutique. Un certain investissement est donc nécessaire.

Apprenez le CSS une bonne fois pour toutes

Créez des sites au rendu impeccable sans y passer des heures avec CSS Express.

Quel thème choisir pour votre boutique WooCommerce ?

Par défaut, WooCommerce est compatible avec n’importe quel thème WordPress (WooCommerce themes, en anglais).

Seul inconvénient ? L’apparence risque de ne pas être toujours optimisée. Par là, j’entends que les visiteurs pourront avoir des difficultés à naviguer sur votre site.

Pour pallier cela, la solution consiste à utiliser un thème optimisé pour WooCommerce.
Le premier à lequel je pense est Storefront, le thème phare de WooCommerce. Lors de son processus d’installation, le plugin vous propose d’ailleurs de l’activer, vous vous rappelez ?

Storefront est le thème phare de WooCommerce

Storefront est gratuit. WooCommerce propose aussi une quinzaine de thèmes enfant pour Storefront, dans différents domaines (Mode, Sport, Beauté etc.).

Toutefois, il se peut que vous trouviez ces thèmes assez basiques. Pour bénéficier de davantage de sophistication et de plus de choix, je vous conseille de jeter un oeil à cette sélection de thème e-commerce.

Au niveau du choix de votre thème, pensez à accorder une importance particulière au nombre d’étoiles, aux avis utilisateurs, au nombre de téléchargements, à la date de la dernière MAJ, ou encore à sa vitesse de chargement.

Ce dernier point est très important en ecommerce. En effet, 47% des consommateurs attendent d’une page qu’elle se charge en moins de 2 secondes.

Dans ce cas, les thèmes freemium OceanWP, Astra ou encore GeneratePress pourraient faire la maille.

On a d’ailleurs comparé leur intégration WooCommerce dans cet article.

Tous les trois se couplent très bien à un constructeur de pages comme Elementor ou Beaver Builder, ce qui vous permettra d’avoir un design sur-mesure pour votre boutique (*).

Enfin, il est également possible de trouver des thèmes optimisés pour WooCommerce sur des plateformes spécialisées comme Themeforest, qui en recense près de 1 300.

Sans oublier les boutiques de thèmes spécialisées comme CSSIgniter.

Note (*)

Si vous avez besoin d’apprendre à personnaliser un thème, la formation CSS Express voire le guide Relooker son Thème pourront certainement vous aider.

WooCommerce ou PrestaShop : quand choisir l’un ou l’autre ?

WooCommerce vs PrestaShop

Avant que vous ne vous lanciez définitivement dans la création de votre boutique WooCommerce, j’aimerais attirer votre attention sur un dernier point.

Devez-vous vraiment utiliser WooCommerce ? 

Si je vous pose cette question, c’est parce que le CMS e-commerce le plus utilisé en France s’appelle PrestaShop. Il truste 31% de parts de marché.

Alors pourquoi ne pas miser plutôt sur cet incontournable ?

Qui devez-vous choisir ? WooCommerce ou PrestaShop ?

N’étant pas un expert en e-commerce, j’ai mené ma petite enquête pour découvrir les avantages et inconvénients des deux solutions.

Même si ce blog est consacré à WordPress, ce n’est pas pour cela que je vais le recommander pour tous les projets.

Pas de dogmatisme ni de prosélytisme sur WPMarmite !

Pour en savoir plus, je me suis rapproché d’utilisateurs de WooCommerce et de PrestaShop pour leur demander dans quels cas il faut utiliser l’un ou l’autre.

Voici les enseignements que j’en ai tiré :

1. WooCommerce n’est pas destiné qu’aux petites boutiques

On peut lire un peu partout qu’il est préférable d’utiliser WooCommerce lorsque le nombre de produits est limité.

C’est n’importe quoi !

Ce conseil est du même acabit que « WordPress, ce n’est que pour les blogs ».

Le complexe de la Casio

Mon ami Rémi Corson appelle cela le complexe de la Casio. Vous savez la calculatrice scientifique dont on se sert au lycée.

Bien sûr, elle permet de faire des additions, des multiplications et d’autres types de calculs (puissances, logarithmes, cosinus…).

Cependant, ce genre de calculatrice permet également de concevoir et exécuter des programmes (vous connaissez peut-être le fameux pisseur).

Il est donc possible, avec un seul outil, de faire des choses simples et complexes. Tout dépend de ses compétences et de son implication.

C’est exactement la même chose pour WooCommerce. S’il est bien configuré, on peut aller très loin.

Nicolas Maillard d’ABSOLUTE Web m’a récemment confié travailler sur un projet de 560 produits et 1500 variations (nous allons bientôt voir ce que c’est), le tout en français/anglais.

Je ne crois pas qu’on puisse qualifier ce projet de « petite boutique », n’est-ce pas ?

Après, on est d’accord. Si vous installez ce genre de site sur un hébergement OVH perso, cela aura du mal à fonctionner. Il faut que le serveur propose assez de ressources.

Moralité : Quel que soit le nombre de produits, WooCommerce peut tenir le coup

Poursuivons avec le second enseignement…

2. Si vous publiez du contenu en parallèle, utilisez WooCommerce

Contrairement à PrestaShop, WooCommerce n’est pas une solution e-commerce native.

C’est une extension que l’on installe pour apporter des fonctionnalités e-commerce (elle ne fonctionne pas indépendamment de WordPress).

D’un côté, c’est très bien si l’on tient un blog à côté pour promouvoir ses produits. Après tout, le contenu c’est le nerf de la guerre.

Avec une bonne stratégie éditoriale et de référencement, vous pourrez bien vous positionner sur les moteurs de recherche.

D’ailleurs Nicolas, un freelance en création de sites, m’a confié qu’à contenu égal, un site sous WordPress et WooCommerce se référencera un peu mieux qu’un PrestaShop.

Le plugin Yoast SEO combiné à Yoast WooCommerce SEO sont aussi très utiles pour optimiser le référencement.

Cependant, si vous avez uniquement besoin d’une boutique et que vous n’avez jamais géré de site, PrestaShop sera peut-être une meilleure option.

En effet, je disais tout à l’heure que PrestaShop était une solution e-commerce native, c’est à dire qu’il a été créé pour ça.

Si l’aspect contenu ne vous intéresse pas et que vous vos clients vous trouvent autrement, il serait dommage de se compliquer la vie (WooCommerce n’étant qu’un menu parmi d’autres au sein de l’administration de WordPress).

C’est par exemple le cas de la boutique du Youtubeur TiboinShape :

Page d'accueil de la boutique de TiboInShape

Les visiteurs de son site arrivent via Youtube et les réseaux sociaux, donc pas besoin d’un WordPress derrière.

Moralité : Si vous n’avez pas besoin de gérer de contenus additionnels sur votre boutique, PrestaShop sera plus approprié.

3. Besoin d’une multi-boutique multilingue ? Prenez PrestaShop

Certains projets sont plus complexes que d’autres. C’est le cas des multi-boutiques.

En clair, vous pouvez gérer plusieurs boutiques depuis une seule administration :

Le multi-boutique avec Prestashop
Merci à Creanico pour l’illustration et son article sur le multi-boutique de PrestaShop

Si vous avez besoin d’une boutique avec des prix TTC pour des particuliers et une autre avec des prix HT pour les professionnels, il est préférable d’utiliser mode multi-boutique de PrestaShop.

Créer et maintenir deux sites sous WooCommerce serait très contraignant. Imaginez le bazar pour synchroniser les stocks !

D’ailleurs, Creanico m’a aussi signalé que PrestaShop pouvait gérer les stocks sur plusieurs entrepôts, ce que ne fait pas WooCommerce.

Autre type de projet : les boutiques multilingues. Même si ce n’est pas impossible à réaliser avec WooCommerce, cela est plus simple à mettre en place avec PrestaShop car c’est natif à la solution, il n’y a pas besoin de plugin supplémentaire.

Alors si vous faites du multi-boutique en multilingue, la question ne se pose plus.

Moralité : Pour des projets de multi-boutique, multilingue ou nécessitant une gestion complexe des stocks, optez pour PrestaShop.

Si votre coeur balance pour WooCommerce, continuez la lecture. Sinon, jetez un oeil à cette vidéo pour l’installation de PrestaShop (cet article pourra aussi vous aider à mieux le connaître)

Conclusion : Alors, prêt à vous lancer ?

Vous voilà arrivé à la fin de cet article dédié à WooCommerce.

Tout au long de ces lignes, nous avons passé en revue les éléments suivants : 

  • Présentation de WooCommerce.
  • Les problématiques du e-commerce.
  • Comment créer et mettre en route une boutique WooCommerce.
  • Les extensions et thèmes WooCommerce.
  • Quand choisir WooCommerce plutôt que Prestashop.

À présent, la balle est dans votre camp. Vous avez les informations, il est temps de vous retrousser les manches et de passer à l’action.

Quel type de boutique prévoyez-vous de lancer ? Que pensez-vous de WooCommerce ?

Dites-moi tout dans les commentaires ci-dessous.