Accueil » Blog WordPress » Ce que vous devez savoir avant de vouloir devenir blogueur

Vivre de son blog est possible. Mais Ă  quel prix ?

Être indĂ©pendant. Pouvoir voyager, loin, longtemps, voire se faire payer pour visiter des contrĂ©es inconnues. Partager sa passion, et en vivre. Gagner de l’argent grĂące au web. Avoir une communautĂ© de fans avec qui Ă©changer au quotidien.

Devenir blogueur : un vĂ©ritable rĂȘve ?

Autant d’objectifs qui poussent bon nombre de gens (plus de 440 millions dans le monde, estime-t-on grossiĂšrement en 2017) Ă  crĂ©er leur blog, dont certains qui espĂšrent en faire leur source de revenus principale.

Si le projet de devenir blogueur peut ĂȘtre allĂ©chant, soyons rĂ©aliste : trĂšs peu arrivent Ă  en faire leur gagne-pain rĂ©el. La raison de ces Ă©checs est assez simple Ă  comprendre : peu d’apprentis-blogueurs sont prĂ©parĂ©s Ă  cette vie, certes trĂ©pidante, mais Ă©galement pleine de dĂ©fis.

C’est pourquoi la Marmite a eu envie, d’une part, de vous dĂ©voiler les coulisses de la vie de blogueur, mais aussi de vous donner ses conseils concrets si vous souhaitez vraiment vous lancer dans cette aventure entrepreneuriale.

Attention, certains vont vite dĂ©chanter ! Les autres auront un vĂ©ritable plan d’action pour devenir blogueur.

Ce qu’on ne vous dit pas sur le fait de devenir blogueur

Loin de nous l’idĂ©e de dĂ©courager ceux qui rĂȘvent rĂ©ellement de faire de leur blog leur activitĂ© principale. Mais il convient, comme pour tout projet, de s’y lancer en toute connaissance de cause


Être blogueur est une activitĂ© chronophage

Tout d’abord, soyons clairs : le blogging, lorsque l’on souhaite en vivre, est une activitĂ© business Ă  part entiĂšre. Gagner de l’argent avec un blog peut paraĂźtre simple en apparence ; mais gagner rĂ©ellement sa croĂ»te avec cette activitĂ©, c’est ĂȘtre entrepreneur.

Devenir blogueur, c’est donc accepter de faire un investissement personnel consĂ©quent en termes de temps, depuis le lancement de son blog, avec une stratĂ©gie spĂ©cifique, jusqu’à son dĂ©ploiement au quotidien. RĂ©daction d’articles, rĂ©fĂ©rencement naturel, promotion de votre activitĂ© sur les rĂ©seaux sociaux, via l’emailing, sur des blogs partenaires
 Il y a du boulot !

L’avis de Florian Pouvreau, ancien blogueur et maintenant consultant pour des laboratoires pharmaceutiques : « L’image qu’on se fait du blogueur, celui qui lance un blog sur une niche puis le laisse vivre (et se laisse vivre), est bien loin de la rĂ©alitĂ©. Il faut rĂ©diger son contenu, installer et maintenir son site en ligne, animer ses rĂ©seaux sociaux, savoir gĂ©rer un business en soi…

Lorsque j’ai lancĂ© mon blog, j’y ai passĂ© le plus clair de mon temps en-dehors de mes Ă©tudes ; et c’Ă©tait Ă  une Ă©poque oĂč il Ă©tait beaucoup plus simple de rĂ©ussir en tant que blogueur !

J’estime qu’aujourd’hui, pour lancer un blog rentable et s’assurer un bon salaire, il faut entre 2 et 3 ans de travail intensif (plus de 700 articles de blog en ligne, ou plus de 150 vidĂ©os sur une chaĂźne YouTube, plusieurs rĂ©seaux sociaux animĂ©s rĂ©guliĂšrement…). Ça peut rapidement devenir Ă©puisant : il faut ĂȘtre un vĂ©ritable leader pour rĂ©ussir. »

Et c’est d’ailleurs pour ça que l’on constate que le web est rapidement devenu un vĂ©ritable “cimetiĂšre du blogging”.

On peut y contempler les paysages dĂ©solĂ©s des nombreux blogs personnels ou professionnels abandonnĂ©s trop tĂŽt, par des apprentis-blogueurs qui n’ont pas eu le courage de continuer leur activitĂ© aprĂšs 6 mois ou un an (eh oui, vivre la semaine de 4h n’est pas aussi simple).

ÉpuisĂ©s par une vie personnelle qui s’est significativement rĂ©duite, ou déçus des rĂ©sultats qui ne leur permettaient pas de payer leurs factures, ils ont dĂ©sertĂ© le web, laissant derriĂšre eux des blogs vides depuis des annĂ©es.

Le web est devenu un véritable cimetiÚres de blogs abandonnés au fil des années

Ci-gisent les résidus des espoirs de blogueurs amateurs

D’ailleurs, mĂȘme si vous vous lancez Ă  plein temps et Ă  plein rĂ©gime, il existe un risque Ă  tout miser sur le blogging, tout comme il est risquĂ© de lancer une entreprise en soi.

On a pu le constater au début des années 2010, lorsque de nombreux blogueurs, qui gagnaient assez bien leur vie si on en écoutait leur expérience, ont subi les ravages des nouveaux algorithmes de Google, Google Panda puis Google Penguin.

La Marmite elle-mĂȘme est d’ailleurs passĂ©e par lĂ , et avait racontĂ© cette expĂ©rience compliquĂ©e sur le blog Miss SEO Girl.

Tous ceux qui n’étaient pas prĂȘts Ă  redoubler d’efforts, et Ă  en apprendre plus sur le SEO, y ont perdu quelques plumes, voire tous leurs espoirs de percer dans le monde du blogging.

Attention donc Ă  ce que certains “infopreneurs” peuvent vous promettre. Si l’on vous prĂ©sente des Ă©tudes de cas dĂ©mentielles, oĂč le blogueur amateur se retrouve Ă  faire des mille et des cent la premiĂšre annĂ©e
 mĂ©fiez-vous : il s’agit de cas atypiques, et non de la norme.

GĂ©nĂ©ralement, la promesse est la suivante : « Gagnez [grosse somme d’argent] en [petite quantitĂ© de temps] » et bien entendu le support client est inexistant (ou effectuĂ© par des personnes sous-qualifiĂ©es) car l’objectif est juste de vendre, pas de vous aider Ă  progresser.

À chacun d’entre vous de faire votre propre analyse des offres qu’on vous propose : la Marmite ne connaüt pas tous les formateurs du web, et ne se permettrait d’ailleurs pas de distribuer les bons ou les mauvais points !

L’avis d’Alexandre Cormont, blogueur et coach en sĂ©duction et amour : “Au dĂ©but de ma carriĂšre j’ai consacrĂ© plus de 6h par jour (pendant 2 ans) Ă  Ă©crire comme un fou (4000 articles) DĂ©sormais je fais 6h par mois (j’écris 20 articles). J’ai mis mes forces vers Youtube. Je pense que le SEO est important mais qu’il convertit moins bien que la vidĂ©o. J’ai du opĂ©rer un vĂ©ritable changement de vision marketing.”

L’avis de CĂ©line, du blog Cooking for my Baby : « Je consacre 70% de ma vie au blogging aujourd’hui (40% environ au dĂ©but avec mon bĂ©bĂ©). C’est trĂšs trĂšs chronophage mais avant tout passionnant, c’est la raison pour laquelle je continue, grĂące notamment Ă  d’autres activitĂ©s professionnelles Ă  cĂŽtĂ©. Les tĂ©moignages de mes visiteurs me prouvent que mon travail sert Ă  un grand nombre de personnes et j’ai donc dĂ©cidĂ© de poursuivre l’aventure de mon blog de diversification alimentaire et recettes pour les bĂ©bĂ©s Cooking for my Baby ! »

 

Tous les sujets de blogging ne rapportent pas de l’argent

Ce qui fait rĂȘver plus que tout, lorsque l’on lit un influenceur ou un blogueur, c’est bien le fait qu’il semble vivre de sa passion. Tout ce dont parlent les YouTubeurs, les cĂ©lĂ©britĂ©s d’Instagram ou les blogueurs amĂ©ricains cĂ©lĂšbres, les palpitent, et les rendent ainsi attrayants.

Naturellement, si vous rĂȘvez de devenir blogueur, vous vous dites que vous allez vous lancer grĂące Ă  votre propre passion. Que, si cela vous trĂ©pide Ă  ce point-lĂ , sans doute vous trouverez une audience prĂȘte Ă  payer pour partager vos lumiĂšres sur le sujet.

LĂ  encore : attention. Tous les sujets de blogging ne permettent pas de lancer un business florissant.

L’avis d’Alexandra Martin, blogueuse de Miss SEO Girl: « Je pense que la passion est l’une des clĂ©s de la rĂ©ussite et pas uniquement dans le domaine du blogging. Quand il y a de la passion, il est plus facile et plus naturel de rĂ©diger, de s’impliquer, et d’échanger. Quand on transmet des informations avec passion, elles sont plus facilement comprises par le lecteur. Le manque de passion se verra Ă  travers les Ă©crits, et on aura du mal Ă  percer, Ă  construire et fidĂ©liser une communautĂ©.

Toutefois, il faut ĂȘtre honnĂȘte : le blogging demande beaucoup de temps et la passion n’est pas un Ă©lĂ©ment isolĂ© qui vous permet de percer dans le monde du blogging. Tant qu’on a du temps Ă  consacrer, c’est parfait, on peut dire qu’on est sur la bonne voie. DĂšs que le temps allouĂ© au projet diminue, les effets se sentiront sur les rĂ©sultats du projet. N’oubliez jamais que c’est le travail qui vous permet de rĂ©ussir
 on n’a rien sans rien ! » 

On constate gĂ©nĂ©ralement qu’il existe 3 niches oĂč il est plus simple de percer en tant que blogueur :

  • La thĂ©matique “business”, ou former les gens Ă  comment gagner de l’argent (investissements financiers, boursiers et immobiliers, entrepreneuriat
) ;
  • La thĂ©matique “santĂ©â€ et tous ses dĂ©rivĂ©s, comme le fitness, la perte de poids, l’alimentation ;
  • La thĂ©matique “dĂ©veloppement personnel” et relations humaines (sĂ©duction, vie amoureuse
).

Si votre passion se trouve en dehors de ces 3 thĂ©matiques-phares, qui attirent vraiment du business, rien n’est impossible mais il vous faudra redoubler d’efforts (regardez la Marmite par exemple :P)

Devenir blogueur, c'est du boulot !

Si vous avez dĂ©jĂ  lancĂ© votre activitĂ©, notamment hors de ces niches-ci, le blogging peut Ă©galement ĂȘtre un bon moyen de dĂ©velopper votre business existant.

Une Ă©tude Increamys va jusqu’à dire qu’une petite entreprise qui dispose d’un blog d’entreprise rĂ©guliĂšrement alimentĂ© va bĂ©nĂ©ficier de 126% de prospects en plus que celle qui n’en a pas. Mais encore une fois, n’en attendez pas des miracles : il vous faudra mettre la main Ă  la pĂąte rĂ©guliĂšrement, et y laisser beaucoup de votre temps, pour atteindre de bons rĂ©sultats.

L’avis de Florian Pouvreau, ancien blogueur et maintenant consultant pour des laboratoires pharmaceutiques : « En lançant mon blog, j’avais trouvĂ© une niche florissante, qui fonctionnait bien. Mais deux Ă©lĂ©ments m’ont fait arrĂȘter ce blog. D’une part, le sujet sur lequel j’avais basĂ© mon business Ă©tait vieillissant, et n’Ă©tait plus viable, plus ancrĂ© dans la rĂ©alitĂ© de ce que les gens attendaient. D’autre part, et c’est sans doute l’Ă©lĂ©ment le plus important : je n’Ă©tais pas passionnĂ© par ce sujet. »

Beaucoup Ă©chouent faute d’avoir su se diffĂ©rencier

Il existe un nombre incalculable de vendeurs de rĂȘve sur le web, qui promettent, grĂące Ă  des techniques de blogging industrialisĂ©es, rĂ©pĂ©tables Ă  l’envi, de vous faire gagner de l’argent rapidement et aisĂ©ment.

On se souvient de la pĂ©riode oĂč Jeremy Shoemaker, connu sous le pseudo ShoeMoney en ligne, avait lancĂ© la tendance de pages de ventes qui se ressemblaient toutes, notamment en dĂ©voilant un chĂšque qu’il a gagnĂ© grĂące Ă  une “mĂ©thode miracle” de blogging


Quand "Shoemoney" prÎnait ses méthodes de blogging industrialisées

Un gros chĂšque venant de Google qui a fait rĂȘver des blogueurs amateurs


Oui mais voilà : ces techniques de blogging, basées sur les revenus passifs ou sur des schémas de vente pyramidaux, en ont laissé beaucoup sur le carreau. La raison de ces échecs massifs ? Un manque de différenciation.

En effet, pourquoi lire la copie lorsque l’on peut avoir l’original ? À force de reproduire le succĂšs d’autrui, sans y ajouter sa patte personnelle, ces “blogueurs-types” se retrouvent Ă  abandonner leur activitĂ©, faute de clients ou de revenus.

L’avis de Stanislas Leloup, blogueur de Marketing Mania : « Le principal danger, c’est de ne pas suffisamment rĂ©flĂ©chir Ă  son positionnement. Si vous faites la mĂȘme chose que tout le monde, vous ne sortez pas de la masse et vous avez rapidement l’impression de parler dans le vide. Quand j’ai commencĂ© mon premier blog, j’avais trĂšs peu de lecteurs – mais ils ADORAIENT ce que j’écrivais, car c’était diffĂ©rent de tout le reste. Ça m’encourageait de savoir qu’il y avait plusieurs personnes qui attendaient mon prochain article avec impatience. Et je savais qu’il y avait d’autres lecteurs comme eux, qui ne m’avaient pas encore dĂ©couvert. » 

L’une des clĂ©s de rĂ©ussite pour vivre de son blog, c’est bel et bien de se crĂ©er une influence au sens propre du terme : devenir une personnalitĂ© inimitable sur le net. Et ça, ce n’est finalement pas donnĂ© Ă  tout le monde.

L’avis de Florian Pouvreau, ancien blogueur et maintenant consultant pour des laboratoires pharmaceutiques : « Pour rĂ©ussir en tant que blogueur, il faut accepter de devenir soi-mĂȘme une marque, de s’exposer aux yeux des internautes. Si l’on veut devenir un influenceur, il faut mĂȘme s’attendre Ă  ne plus avoir une vie Ă  soi, mais une vie dĂ©diĂ©e Ă  ses rĂ©seaux sociaux. Certains vont mĂȘme jusqu’Ă  dire qu’ils n’ont plus le droit d’ĂȘtre malheureux ou malades, de peur de perdre leur audience ou leurs contrats de publicitĂ© avec des marques. »

De “la vie de rĂȘve” de certains blogueurs


Sans doute les avez-vous vu passer sur les rĂ©seaux sociaux : ces blogueurs ou influenceurs qui, de story Instagram dans un hĂŽtel quatre Ă©toiles, Ă  une photo Facebook prise sur une plage paradisiaque Ă  Bali, exposent la vie de rĂȘve qu’ils mĂšnent.

Gare à la poudre aux yeux ! La réalité risque de piquer un peu.

On ne compte plus les cas oĂč les villas de luxe de ces blogueurs Ă  sensation sont louĂ©es pour la journĂ©e, leurs vies mises en scĂšnes le temps d’un tournage.

Si certains s’en sortent effectivement assez bien pour se payer cette vie de rĂȘve, d’autres ne font qu’imiter ce mode de vie excessivement superficiel.

D’autres se font sponsoriser leurs voyages dans le cadre de partenariats, et accĂšdent Ă  des lieux divins. MĂ©fiez-vous donc de ce que vous pouvez voir sur les rĂ©seaux sociaux Ă  ce propos car la transparence n’est pas toujours de rigueur.

MalgrĂ© tout, il n’y a pas de rĂšgles. Certains blogueurs comme Alex Vizeo ont publiĂ© gratuitement des centaines d’articles et de vidĂ©os par pure passion pendant des annĂ©es et sont aujourd’hui ravis de pouvoir collaborer avec des marques pour proposer davantage de contenus Ă  leur audience.

Soyez donc prĂ©venus : devenir blogueur pour gagner sa croĂ»te, ça ressemble beaucoup plus Ă  un Ă©pisode de The Office qu’au Loup de Wall Street.

Bien sĂ»r, beaucoup de blogueurs arrivent Ă  avoir assez de flexibilitĂ© et de libertĂ© dans leur emploi du temps pour se mĂ©nager une vie de “digital nomade”, et faire le tour du monde. Mais lĂ  encore, ne croyez pas tout ce qu’on vous en dit sur le web !

L’exemple de Stephanie Lee, influenceuse amĂ©ricaine qui a parcouru le monde en “digital nomade”, est assez parlant.

Elle explique, dans un article qui dĂ©voile la vĂ©ritĂ© de ce mode de vie, qu’en mĂȘme temps qu’elle publiait sur Instagram des photos allĂ©chantes de ses voyages, elle devait travailler sans cesse sur le dĂ©veloppement de son business, a du faire un trait sur des relations humaines durables, et se sentait de moins en moins satisfaite de son nomadisme.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “J’avoue que c’est trĂšs compliquĂ© de dĂ©crocher. MĂȘme aujourd’hui grĂące Ă  l’Ă©quipe qui m’accompagne, il y a toujours quelque chose Ă  faire. RĂ©diger des articles, des newsletters, crĂ©er des formations, les promouvoir, animer les rĂ©seaux sociaux, rĂ©pondre aux emails, s’occuper des Ă©tudiants, relire les articles des rĂ©dacteurs, corriger des bugs techniques… et la liste continue.

HonnĂȘtement, mon activitĂ© a gĂ©nĂ©rĂ© pas mal de tensions avec ma chĂ©rie. J’ai mis des choses en place pour essayer d’y remĂ©dier mais je comprends que ce ne soit pas facile Ă  supporter (par exemple, j’ajoute les derniĂšres touches Ă  cet article un mardi soir Ă  23h22…).”

Si vous ĂȘtes tentĂ© par cette vie de blogueur, sachez donc moduler vos attentes, et vous lancer dans l’aventure avec un objectif premier autre, comme aider une audience Ă  rĂ©soudre un problĂšme.

Partir sur l’idĂ©e de servir une cible plutĂŽt que de se servir soi-mĂȘme permet de se lancer dans les meilleures conditions, autant pour soi que pour son blogging.

L’avis de Jean-Yves Ponce, blogueur de Potion de Vie : « Il y a de nombreux exemples de blogueurs qui gagnent trĂšs bien leur vie, et lorsque les blogueurs dĂ©butants voient cela, ils ont envie de faire pareil. C’est tellement inspirant, c’est normal ! Le problĂšme c’est que bloguer est un travail de longue haleine qui demande de la patience et de la rĂ©gularitĂ©. CrĂ©er un blog, le dynamiser, le faire connaĂźtre, fĂ©dĂ©rer une communautĂ©, se rendre utile aux gens, partager un message, faire des recherches pour crĂ©er un contenu de qualitĂ©, avec un ton unique, authentique… Tout cela est indispensable pour qu’un blog se fasse connaĂźtre et fonctionne bien. »

Ils ont bon dos, les mythes autour du blogueur-influenceur qui vit de son indĂ©pendance et de sa plume acĂ©rĂ©e. Mais, bien sĂ»r, si tous ces reality checks ne vous ont pas fait peur, il reste toujours une place sur le web pour ceux qui sont prĂȘts Ă  donner de leur personne, de leur temps et de leur passion pour devenir blogueur Ă  temps plein.

Ce que vous devez mettre en place pour vous lancer

La Marmite et son fondateur, Alex, regorgent de bons conseils pour vous lancer en tant que blogueur. Alors par oĂč commencer ? Quels outils et qualitĂ©s vous seront nĂ©cessaires pour rĂ©ussir ?

CrĂ©ez votre stratĂ©gie autour d’un sujet Ă  potentiel qui vous passionne

Pour ĂȘtre crĂ©dible en tant que blogueur, et attirer une audience qui vous fera confiance, vous devez bien sĂ»r choisir un sujet dont vous ĂȘtes expert, que vous connaissez sur le bout des doigts.

Rappelez-vous que les 3 marchés les plus porteurs sur le web sont la formation au business (investissements financiers, boursiers, immobiliers
), à la santé (fitness, perte de poids, nutrition
) et le développement personnel (séduction, amour
).

Vous pouvez Ă©galement partager ce que vous venez d’apprendre Ă  l’issue d’une formation, mais gare Ă  bien vous positionner comme un expert.

Renseignez-vous sur l’intĂ©rĂȘt que portent les gens Ă  cette thĂ©matique, en surfant sur des blogs existants, des chaĂźnes YouTube, des forums. Vous y rencontrerez votre audience future, et mesurerez le potentiel de votre projet.

Mais surtout, et c’est sans doute le premier conseil qu’il vous faut appliquer : choisissez un sujet qui vous passionne !

Le ikigai, ça vous dit quelque chose ? LittĂ©ralement “raison d’ĂȘtre” en japonais, le ikigai dĂ©signe la combinaison de :

  • Ce pour quoi vous ĂȘtes douĂ©, reconnu
  • Ce pour quoi on pourrait vous payer
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce que vous aimez

Au croisement de ces 4 Ă©lĂ©ments se trouve votre ikigai
 qui doit ĂȘtre le sujet de votre projet de blogging.

Car la clĂ© pour tenir sur le long terme en tant que blogueur, c’est d’ĂȘtre passionnĂ© par ce que l’on transmet aux autres.

C’est seulement avec cette exaltation, nĂ©e de votre engouement pour votre sujet, que vous pourrez devenir une rĂ©fĂ©rence en la matiĂšre.

Rappelez-vous Ă©galement que, sur Internet, vous allez avant tout mettre en avant votre personne. Un blogueur est une personnalitĂ© publique du web, s’expose Ă  une audience plus ou moins large, et y passe un temps considĂ©rable.

C’est pourquoi votre stratĂ©gie de blogging doit tourner autour d’un de vos sujets de prĂ©dilection, dont vous ne vous lasserez pas, et grĂące auquel vous fascinerez les autres.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “C’est vrai qu’au dĂ©part, on peut avoir du mal Ă  trouver un positionnement intĂ©ressant. Je trouve tellement dommage de voir se lancer des blogs qui sont de pĂąles copies de blogs existants ou Ă©trangers. Et comme tout le monde fait la mĂȘme chose, ces blogs n’ont aucune saveur. Injectez une facette de votre personnalitĂ© Ă  l’intĂ©rieur et ça fera des miracles. J’adore partager l’exemple de Nerd Fitness, on ne dirait vraiment pas qu’il s’agit d’un site sur la perte de poids !”

Proposez une valeur réelle à votre audience

Bien, vous avez trouvĂ© votre sujet de blogging. Les idĂ©es affluent alors Ă  votre cerveau, vous vous voyez dĂ©jĂ  rĂ©diger des articles en veux-tu, en-voilĂ , sur tout un tas de thĂ©matiques qui, vous en ĂȘtes sĂ»r, vont intĂ©resser des gens.

Chouette.

Mais au fait
 d’oĂč vont venir vos revenus ?

Trouvez une réelle valeur ajoutée à vendre à vos audiences

Pour vivre de son statut de blogueur, il faut Ă©videmment monĂ©tiser son activitĂ©. On peut bien sĂ»r penser Ă  l’affiliation, qui consiste Ă  promouvoir les produits ou les services d’une autre entreprise, ou encore aux revenus passifs issus de la publicitĂ© en ligne.

Cependant, pour vraiment percer et vous assurer une activitĂ© de blogging pĂ©renne, il n’y a pas de secret : il vous faut crĂ©er une valeur ajoutĂ©e rĂ©elle, tangible, pour votre audience.

On peut penser à de nombreuses maniÚres de monétiser un blog, parmi lesquelles :

  • La vente de formations vidĂ©o ou prĂ©sentielles ;
  • Les ebooks ou livres blancs payants ;
  • Les produits physiques liĂ©s Ă  votre thĂ©matique ;
  • L’organisation de confĂ©rences et d’évĂ©nements physiques


Quel que soit le modĂšle que vous choisissez, gardez toujours en tĂȘte le bĂ©nĂ©fice que vont en tirer vos audiences. C’est lĂ  la clĂ© pour crĂ©er une proposition de valeur efficace, durable, qui vous rapportera de l’argent sur le long terme.

“Utilisateur au centre” clamerait Alex !

Et cet utilisateur du web, confrontĂ© Ă  de nombreuses offres commerciales chaque jour, est de plus en plus exigeant. De nombreuses ressources gratuites existent en ligne : pourquoi choisirait-il de vous faire confiance, Ă  vous, plutĂŽt qu’à un autre ?

La rĂ©ponse est simple : parce que vous lui apportez une premiĂšre valeur avant mĂȘme de lui vendre un produit ou un service. Dans vos vidĂ©os, vos articles, et tous les contenus que vous diffusez en ligne gratuitement, donnez Ă  vos lecteurs des conseils, des bonnes pratiques, qui feront grandir leur intĂ©rĂȘt et leur confiance pour vos solutions payantes.

In fine, il vous faut devenir le roi du teasing pour mener vos audiences Ă  vous faire confiance, et vous acheter ce que vous leur proposez.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “La Marmite a Ă  coeur d’aider ses lecteurs, en crĂ©ant les meilleures ressources gratuites disponibles sur le web au sujet de l’univers de WordPress. CrĂ©er de la valeur, c’est ce qui permet d’avoir une vĂ©ritable crĂ©dibilitĂ© pour ensuite proposer des formations, des ateliers, des ebooks, des outils payants. À mon sens, il est nĂ©cessaire de mouiller la chemise (et le faire comprendre Ă  son audience) pour l’inciter Ă  aller plus loin avec des contenus payants. Il faut tout simplement savoir donner sans attendre en retour pour au final, recevoir. ”

Devenez un as du webmarketing

On ne vous a pas menti, depuis la premiĂšre partie de cet article : devenir blogueur, c’est un vĂ©ritable boulot. Et une grosse partie de ce job va rĂ©sider dans l’apprentissage, en permanence, de techniques web diverses et variĂ©es.

CrĂ©ation de site, SEO, emailing, Social Media
 Faisons le tour des compĂ©tences indispensables qu’il vous faudra pour tenir la barre d’un blog Ă  succĂšs, duquel vous vivrez.

Créez votre blog

C’est logique : qui dit blogueur, dit blog.

Comment créer votre blog personnalisé ?

Un blog qu’il va vous falloir crĂ©er. Alors oui, il existe des plateformes assez performantes, qui vous permettront en un rien de temps d’atteindre un rĂ©sultat crĂ©dible pour votre audience. Toutefois, il vaut mieux Ă©viter de rester sur des sous-domaines comme .wordpress.com ou .wix.com car cela nuirait au rĂ©fĂ©rencement de votre site sur le long terme.

En effet, si ça dĂ©colle et que vous dĂ©sirez avoir votre propre nom de domaine, vous perdrez tout ce que vous avez construit avec le premier site…

Vu que vous ĂȘtes sur WP Marmite, on ne pourra que vous conseiller de choisir WordPress parmi les solutions Ă  votre disposition.

La raison en est assez simple : modulable, simple d’utilisation mĂȘme pour ceux qui sont peu aguerris aux codes du web, et surtout plein de ressources externes pour gĂ©rer soi-mĂȘme son site, WordPress constitue l’outil le moins coĂ»teux et le plus simple Ă  prendre en main.

Pour vous lancer, n’hĂ©sitez pas Ă  consulter la vidĂ©o ultra complĂšte qu’Alex avait crĂ©Ă© sur le sujet : un passage obligĂ© pour le blogueur dĂ©butant !

Référencez votre blog

À quoi vous servira donc un blog, tout nouveau, tout beau, si vous n’y attirez pas rĂ©guliĂšrement un trafic intĂ©ressant, qui deviendra autant de clients potentiels ?

Pour atteindre vos audiences, il vous faut donc bien vous placer sur le canal-clé, que tout le monde utilise au quotidien : Google et consorts, les fameux moteurs de recherche.

Le référencement naturel, aussi appelé SEO (pour Search Engine Optimisation), sera la clé pour rendre votre blog visible.

AprĂšs vous ĂȘtre assurĂ© que votre blog est bien conçu, techniquement, pour que les moteurs de recherche les “scannent” et le rĂ©pertorient bien, il est nĂ©cessaire de trouver les mots-clĂ©s sur lesquels vous souhaitez que votre blog ressorte.

Il serait trĂšs long de vous expliquer toutes les bases du SEO, mais de nombreuses ressources existent sur le web pour vous en apprendre les rudiments.

Si vous ne voulez pas chercher plus loin, la Marmite vous a d’ailleurs concoctĂ© une belle formation, bien complĂšte, pour apprendre tout ce qu’il vous faut savoir sur le rĂ©fĂ©rencement, et rendre votre site visible sur la toile en quelques vidĂ©os orientĂ©es pĂ©dagogie.

Dis donc, tu serais pas en train de me faire un peu de “teasing”, toi ?

CrĂ©ez votre liste d’emailing

Si le rĂ©fĂ©rencement est un travail de longue haleine, un autre levier web va vous permettre de rapidement gĂ©nĂ©rer des revenus sur votre blog : il s’agit de l’emailing.

Loin d’ĂȘtre mort, ce canal marketing mythique est en fait le levier de croissance le plus important pour un blogueur, et sur lequel il vous faudra vous focaliser.

Une Ă©tude du cabinet McKinsey a mĂȘme dĂ©montrĂ© que l’emailing Ă©tait 40 fois plus efficace que Facebook et Twitter rĂ©unis, pour attirer de nouveaux clients !

Mais oĂč trouver vos premiers contacts auxquels envoyer de belles newsletters ? Simplissime : Ă  mĂȘme votre blog !

En mettant en place un plugin d’opt-in, soit une extension qui permet de rajouter un formulaire de collecte d’emails Ă  votre blog, vous laisserez la possibilitĂ© Ă  vos lecteurs de s’abonner Ă  votre newsletter. Si le contenu que vous leur proposez est de qualitĂ©, il n’y a pas de doute qu’ils voudront avoir de vos nouvelles.

Mais attention à ne pas jouer avec le feu, une fois ces adresses email en main : l’important reste, encore et toujours, d’apporter de la valeur à vos destinataires.

Ne les spammez pas d’emails promotionnels, qui ne leur donneront que l’envie de se dĂ©sinscrire, et respectez les rĂšgles du RĂšglement GĂ©nĂ©ral pour la Protection des DonnĂ©es en n’envoyant des emails qu’à ceux qui vous ont donnĂ© leur accord tacite. Proposez-leur plutĂŽt des newsletters rĂ©guliĂšres, Ă  forte valeur ajoutĂ©e, oĂč vous leur donnez encore des conseils concrets et oĂč vous leur partagez votre quotidien de blogueur.

MaĂźtrisez la rĂ©daction web ou l’animation YouTube

Ça y est, vous ĂȘtes un blogueur, soon to be influenceur. Alors sachez-le : la maniĂšre dont vous rĂ©digez vos articles ou dont vous concevez vos vidĂ©os YouTube est votre arme privilĂ©giĂ©e pour toucher vos audiences en plein coeur.

LĂ  encore, de nombreuses ressources existent en ligne, qui vous aideront Ă  devenir un maĂźtre de la plume web ou un jedi de YouTube.

Mais un essentiel demeure : vous inspirer de blogueurs cĂ©lĂšbres qui rĂ©ussissent. Sans pour autant faire un banal copier-coller de leurs techniques, vous verrez qu’il existe de nombreuses mĂ©thodes, comme le storytelling, qui feront de vos contenus d’incontournables ressources web, qui captiveront votre audience pour lui donner envie de vous suivre.

Le genre de contenus qu’on garde dans ses favoris, en somme !

Créez des communautés sur les réseaux sociaux

Que vous vendiez des formations business ou que vous souhaitiez ĂȘtre blogueuse beautĂ©, il n’y a aucun doute au fait qu’une large partie de votre audience se trouve sur les rĂ©seaux sociaux.

Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat, voire LinkedIn pour certains secteurs d’activité  À vous de choisir les plateformes Ă  investir, pour promouvoir votre blog.

Mon conseil personnel : ne vous lancez pas dans la création de 10 comptes sur 10 plateformes différentes dÚs le début.

Commencez par rassembler une communautĂ© solide sur 2 ou 3 rĂ©seaux sociaux, et crĂ©ez-y une rĂ©elle intimitĂ© avec vos fans. Vous pouvez toutefois rĂ©server le pseudo sous lequel vous communiquez sur diffĂ©rents rĂ©seaux sociaux, dans l’optique de les utiliser plus tard si besoin.

En ajoutant Ă  votre blog des boutons d’abonnement Ă  vos rĂ©seaux, vous verrez votre nombre de followers ou d’abonnĂ©s croĂźtre.

Qui dit rĂ©seaux sociaux, dit proximitĂ© : encore une fois, vous ĂȘtes une personnalitĂ© du web, donc montrez-vous !

Dévoilez à la fois votre business, mais aussi ses coulisses : votre quotidien, vos expériences, votre passion pour votre sujet de blogging.

Variez Ă©galement les formats, en faisant la place belle Ă  l’image et Ă  la vidĂ©o, qui attirent l’oeil dĂ©jĂ  si sollicitĂ© des internautes.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “Mettre sa tĂȘte sur Internet (avec son vrai nom), n’est pas quelque chose d’aisĂ©. Moi-mĂȘme, je n’étais pas trĂšs Ă  l’aise avec ça au dĂ©but. Que vont penser les gens ? Vont-ils se moquer de moi ? Suis-je lĂ©gitime pour donner des conseils ? Autant de questions qui nous font douter du bien-fondĂ© de notre dĂ©marche. La personne qui m’a fait sauter le pas est le blogueur amĂ©ricain Pat Flynn. Je n’ai plus la citation exacte mais en substance, il dit qu’il est nĂ©cessaire de sortir de sa zone de confort pour faire progresser son blog et dĂ©velopper sa marque.”

Si la concurrence est rude sur les rĂ©seaux sociaux, n’oubliez pas qu’il est inutile d’avoir des milliers de followers pour vivre du blogging : une audience bien qualifiĂ©e, qui apprĂ©cie votre partage d’expĂ©rience et de bonnes pratiques, suffit Ă  faire parler de vous, et Ă  vous rapporter un premier revenu business.

Nouez des relations avec d’autres blogueurs ou influenceurs

Voilà le dernier indispensable pour maßtriser les codes du web : développer votre réseau online, en créant du contact avec ceux qui ont déjà de belles audiences.

Vous en aurez besoin, ne serait-ce qu’au dĂ©but, pour vous faire une place au soleil du web : ce sont eux qui accumulent du trafic, et pourront vous faire connaĂźtre plus largement Ă  terme.

Attention toutefois Ă  ne pas voir ces influenceurs juste comme un moyen de vous faire connaĂźtre : ils savent trĂšs vite reconnaĂźtre les pique-assiette (ou en l’occurrence, les pique-audience). Ne proposez pas de « partenariats » qui ne profitent qu’Ă  vous ! Au contraire, faites l’inverse.

L’objectif n’est pas de mendier de l’attention, mais bien de leur montrer la valeur que vous apportez. Rajoutez-les sur les rĂ©seaux sociaux, et engagez des conversations simples.

Mieux encore : faites des liens, dans vos contenus, vers leurs propres articles ou vidéos, et partagez-les !

Beaucoup d’influenceurs suivent ce qui se dit sur eux sur le web, mĂȘme s’ils n’ont pas besoin de plus d’attention que cela pour y survivre. Si vos publications leur semblent intĂ©ressantes, aucun doute qu’ils ne vous renverront l’ascenseur, ou tout du moins qu’ils auront envie d’en savoir plus sur vous.

La boĂźte Ă  outils du blogueur WordPress

Pour lancer votre blog sur WordPress, et apprendre tous ces codes web dont nous venons de parler, vous n’ĂȘtes pas seul ! De nombreux plugins existent pour vous faciliter la tĂąche, et parmi eux, ces quelques essentiels :

  • Les constructeurs de page, comme Divi, Visual Composer, Elementor ou Beaver Builder, vous aideront Ă  crĂ©er votre blog de façon visuelle, avec un minimum de compĂ©tences en dĂ©veloppement web.
  • OptinMonster vous permettra de rĂ©colter les emails de vos lecteurs, tandis que Mailchimp for WordPress vous permettra d’envoyer vos newsletters ultra quali.
  • Yoast SEO vous accompagnera dans le rĂ©fĂ©rencement de vos articles.
  • Social Warfare vous donnera l’opportunitĂ© de rajouter des boutons de partages rĂ©seaux sociaux Ă  vos pages, pour vous faire connaĂźtre sur l’univers Social Media.
  • WooCommerce peut vous permettre de vendre vos produits associĂ©s Ă  votre blog, qu’ils soient numĂ©riques ou physiques.

Avec ces quelques outils, vous arriverez Ă  vous lancer avec un bon positionnement et des contenus de qualitĂ©. Mais bien sĂ»r, la liste n’est pas exhaustive, et votre boĂźte Ă  outil s’agrĂ©mentera de nombreux autres outils au cours de votre activitĂ© !

Différenciez-vous par des formats novateurs

On ne le dira jamais assez : les blogueurs qui rencontrent un succÚs à long terme sont ceux qui ont trouvé un élément différenciant par rapport à ce qui se fait ailleurs.

Tout comme une entreprise a sa “Unique Selling Proposition”, qui en fait un acteur unique sur le marchĂ©, vous devez trouver, en tant que blogueur, un Ă©lĂ©ment qui vous rendra diffĂ©rent de la concurrence.

Cette Ă©tape va Ă©minemment dĂ©pendre de ce que vous vendez en parallĂšle de votre blog, ainsi que de l’image que vous souhaitez renvoyer Ă  votre audience. Mais voici quelques Ă©lĂ©ments qui peuvent vous pemettre de vous diffĂ©rencier :

  • La tonalitĂ© de vos articles de blog ou de vos vidĂ©os ;
  • Des sujets de niche qui vont attirer une audience trĂšs prĂ©cise, sur des mots-clĂ©s spĂ©cifiques ;
  • L’association avec des experts de votre domaine, sous forme d’interviews ou d’articles invitĂ©s


N’hĂ©sitez pas Ă  parler de votre projet autour de vous pour recueillir des idĂ©es de diffĂ©renciation, ou encore Ă  vous inspirer de ce que d’autres influenceurs font, pour trouver votre propre voie/voix.

Vous voulez un exemple concret ? Regardez plutĂŽt ce que fait Jared Polin sur son blog Fro Knows Photo, un blog qui donne des conseils sur la photographie.

Fro Knows Photo

Difficile d’oublier ce blogueur n’est-ce pas ?

Avec sa tonalitĂ© humoristique, dĂ©tendue, les bonnes pratiques qu’il partage, et sa coupe de cheveux qu’on n’est pas prĂšs d’oublier de si tĂŽt, voilĂ  un exemple de positionnement vraiment percutant et diffĂ©rent.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “MĂȘme si je ne l’ai pas vraiment fait exprĂšs, j’ai adoptĂ© un positionnement “d’expert accessible” et parfois avec des traits d’humour. Une sorte d’anti-geek qui fait le pont entre le monde de la technique et les gens normaux. Je pense que c’est en partie ce qui fait le succĂšs de la Marmite : de l’authenticitĂ©, de la proximitĂ© et des contenus de qualitĂ©.”

Expérimentez
 et soyez patient !

Un dernier conseil, et pas des moindres, qui a rapport Ă  votre posture de blogueur au quotidien : soyez persistant. C’est l’une des clĂ©s les plus importantes pour finir par vivre de son activitĂ© de blogging.

Mettez en place une routine de publication rĂ©guliĂšre, oĂč vous vous obligez Ă  mettre en ligne un contenu toutes les semaines ou toutes les deux semaines au moins. Plus vous publierez, plus votre blog montera sur les moteurs de recherche, et plus vous aurez de retours sur votre activitĂ© de la part de vos audiences.

Car ce sont elles, vos cibles, qui vont vous aider Ă  trouver votre voie. Ne lĂ©sinez pas sur l’expĂ©rimentation : mettez en place des formats variĂ©s (tutoriels, Ă©tudes de cas, tests, tribunes
) pour analyser lesquels rĂ©sonnent le plus avec votre audience, ses besoins et ses enjeux.

Au fil du temps, vous trouverez vos propres techniques de blogging : celles qui sont les plus pertinentes, à la fois pour votre stratégie, et vis-à-vis de ce que vos cibles désirent.

Gardez Ă©galement en tĂȘte le fait que le succĂšs ne vient pas immĂ©diatement.

Le rĂ©fĂ©rencement de votre site peut prendre du temps, la crĂ©ation de communautĂ©s sur les rĂ©seaux sociaux ne se fait pas du jour au lendemain
 et ne comptez pas sur le buzz qui, s’il peut ĂȘtre effectivement atteint, n’a bien souvent que des rĂ©percussions ponctuelles, trĂšs peu durables.

L’idĂ©e, lorsque l’on devient blogueur dans l’espoir d’en vivre, c’est vraiment de prendre son temps, d’ĂȘtre patient, et de trouver son rythme de croisiĂšre pour orienter sa vie autour de cette activitĂ©.

Ce qu’en dit notre chef-cuistot Alex : “Si vous dĂ©sirez gĂ©nĂ©rer des revenus dĂšs le lancement de votre blog, proposez vos services Ă  vos lecteurs. Que ce soit du consulting ou de la prestation de service, vous n’aurez pas besoin de 1000 visiteurs par jour pour que quelqu’un vous sollicite. Avec quelques articles piliers, vous pourrez prouver votre expertise et inspirer suffisamment confiance pour qu’un client se prĂ©sente. Alors oui, on est loin du rĂȘve du “passive income” mais il faut bien lancer la machine !”

Croyez-en l’expĂ©rience (fabuleuse !) de Gary Vaynerchuk : la clĂ© du succĂšs sur le web est bien “Hard Work and Patience” (travailler beaucoup et avoir de la patience) :

De la patience, notamment car, pour vĂ©ritablement vous dĂ©marquer sur le web, il vous faudra tenir tĂȘte Ă  la concurrence.

Comme pour l’épreuve des piliers de Koh-Lanta, vous devez ĂȘtre le dernier debout. Car au fond, il est lĂ  le secret.

Le(s) mot(s) de la fin

Être blogueur, ça peut faire rĂȘver. À la clĂ© : indĂ©pendance, reconnaissance, et belles rencontres avec ses audiences et ses pairs.

Mais ĂȘtre blogueur, c’est avant tout un business en soi, lorsque l’on souhaite s’y lancer pour en vivre.

Vous avez peut-ĂȘtre reconnu, au cours de la lecture de cet article, de nombreux mĂ©tiers que le statut de blogueur ou d’influenceur supposait : Community manager, dĂ©veloppeur WordPress, marketeur, spĂ©cialiste SEO
 Devenir blogueur, c’est porter toutes ces casquettes Ă  la fois, et jongler avec au quotidien.

Une aventure passionnante, dans laquelle il faut se lancer avec les bons outils et les bonnes attentes !

Et vous, avez-vous un blog ? Fantasmez-vous au fait de le faire connaĂźtre plus largement, et d’en faire votre activitĂ© principale ? Dites-nous dans les commentaires ce que vous en pensez, et partagez-nous vos astuces d’aspirants influenceurs !

Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement les prochains articles et accédez à des ressources exclusives. Plus de 20 000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?

C'est parti, je m'inscris !

33 commentaires Ajoutez le vĂŽtre

  1. Superbe article bien rĂ©digĂ© et plein de contenus intĂ©ressants. Je m’appelle Julia et je me suis lancĂ©e dans l’aventure du blog il y a bientĂŽt un an. Mon blog est autour d’une activitĂ© encore trĂšs peu connue qui est aussi une de mes passions : le DOG DANCING. Ma communautĂ© grandit peu Ă  peu mais mĂȘme si elle n’est pas trĂšs grande (800 membres sur le groupe Facebook et 1120 abonnĂ©s sur Youtube) c’est une communautĂ© passionnĂ©e, bienveillante et trĂšs active. Je ne sais pas si je pourrais rĂ©ussir Ă  monĂ©tiser ce site mais pour le moment je m’Ă©clate 🙂

    RĂ©pondre
  2. Bonjour,

    Bravo pour cet article qui dĂ©mystifie le mode du blogging car effectivement cela prend du temps pour construire une audience et rien n’est jamais acquis… Maintenant un truc m’interpelle lorsque l’un de vos intervenant dit avoir bloguer 6h par jour pendant 2 ans et publiĂ© 4000 articles !!! Quatre mille cela reprĂ©sente 6 articles par jour tous les jours fĂ©riĂ©s et dimanche compris soit un article par heure ??? Assez peu crĂ©dible si l’on veut faire un article avec du contenu… combien de temps pour Ă©crire le votre ? Je doute qu’il fut Ă©crit en une heure chrono… Je blog depuis deux ans sur le dessin et son apprentissage… et je n’ai que 180 articles sur ce sujet et pourtant j’y passe du temps et un dessin ne se fait pas en 5 mn. quoique cela est possible, et il faut faire des vidĂ©os (ce que je fais encore peu) qui ne se font pas en une heure, et il y a Instagram oĂč il faut construire une audience et cela ne se fait pas en une heure et Facebook chronophage car sujet a distraction… Bref oui avant de pouvoir lancer un premier produit il aura fallut et il faudra encore beaucoup de temps, beaucoup d’Ă©nergie, une forte dĂ©termination pour surmonter les inĂ©vitables dĂ©couragements… tout en sachant que malgrĂ© tous mes efforts le succĂšs n’est pas garanti car il y a aussi la « chance » qui peut aussi avoir une incidence positive ou nĂ©gative… C’est donc en parfaite connaissance de cause que chacun peut avancer sur le pationnant et difficile chemin du blogging.

    Bien amicalement
    Jissé

    RĂ©pondre
    • Salut JissĂ©,

      Merci pour ton commentaire ! Pour revenir sur ta question, j’imagine que les articles d’Alexandre n’Ă©taient pas aussi fouillĂ©s que celui-ci mais pour le connaĂźtre personnellement, je peux te dire que c’est une bĂȘte de travail (actuellement il a plusieurs centaines de vidĂ©os Youtube d’avance prĂȘtes Ă  ĂȘtre mises en ligne).

      Attention Ă  ne pas trop te disperser sur l’animation de tes rĂ©seaux sociaux. Choisis-en un et donne toi Ă  fond lĂ  dessus 🙂

  3. Merci pour cet article. Ca tombe pile avec le moment oĂč j’ai passĂ© quasiment 4H (hier soir tard, un peu comme Alex) Ă  regarder (rĂȘver) des vidĂ©os de Youtubeurs plus ou moins cĂ©lĂšbres qui montrent comment monter un business avec le dropshipping ou comment passer sa vie voyager en investissant au dĂ©part dans l’immobilier.

    Finalement, je n’ai retenu que celui qui avait une approche « plus rĂ©elle », en tout cas que je perçois comme accessible Ă  mon niveau : et du coup, me voilĂ  lancĂ© dans la rĂ©daction de livres numĂ©riques (en plus de la refonte du site, la version actuelle Ă©tant « à l’arrache »). Sans m’en rendre compte, avec les articles rĂ©digĂ©s et ceux en projet, j’avais dĂ©jĂ  une bonne partie de la matiĂšre premiĂšre… Mais je confirme que l’investissement en temps est Ă©norme ; je reste au passage admiratif devant certains blogueurs qui parviennent Ă  ĂȘtre partout : blog/site web, Youtube, Facebook, Twitter, etc.

    Super agrĂ©able Ă  lire en tout cas. Un bon article ? Celui qui fait esquisser des sourires tout au long de la lecture parce qu’on s’y retrouve par moments

    RĂ©pondre
  4. Salut,

    Enfin un article sur le blogging !

    Perso, j’ai lancĂ© mon blog Ă  temps partiel il y a 1 mois. Je suis une formation sur le blogging et avant j’ai aussi suivi la formation WP Chef.

    J’ai choisi un sujet que je maĂźtrise mais vu que je suis en mode lean start UP je reste des trucs et je m’adapte. (Un blog autour de la gestion de la paie)

    Difficile de juger des retours je suis pas encore référencé sur Google, mais je fais le nécessaire pour rester focus.

    S’il y a des blogueurs qui lisent ce texte j’aimerais bien lancer un carnaval d’articles sur le sujet de qu’est ce qu’il faut pour lancer une entreprise.

    RĂ©pondre
    • Salut Anthony,

      Merci pour ton retour ! En regardant ici, tu verras que Google a commencĂ© Ă  indexer quelques pages de ton site 😉

      Concernant le carnaval d’article, c’est une pratique assez dĂ©suĂšte Ă  mon sens.

  5. Excellent article ! J’ajouterai aussi autre chose : le capital sympathie. Il faut parvenir Ă  se construire un capital sympathie, une image agrĂ©able. Je le dis par expĂ©rience : en cinq annĂ©es de blogging, j’ai toujours Ă©tĂ© entier, honnĂȘte, sur mon blog, parfois (trop) cash. Je parlais des choses positives, comme des nĂ©gatives. Comme le dit une bonne connaissance « Gentil, ce n’est pas un mĂ©tier ». Être authentique en somme : si je m’adresse Ă  ma cible, c’est toujours en Ă©tant moi-mĂȘme. Mais mon style, ma personnalitĂ©, est loin de faire l’unanimitĂ© IRL.

    Ca m’a fait mal de le reconnaĂźtre, mais il en a donc Ă©tĂ© logiquement de mĂȘme sur la toile. En revanche, je vois aussi bon nombre de blogs (peux-ĂȘtre Alex verra-t-il desquels je parle 😉 ) qui balance du flan Ă  tour de bras, mais on su se dĂ©marquer avec un capital sympathie Ă©norme (alors mĂȘme que le professionnel derriĂšre a parfois un niveau quelconque ou une rĂ©putation pas trĂšs clean).

    L’absence d’un capital sympathie peut ĂȘtre, d’aprĂšs moi, la cause du manque de succĂšs d’un blog. Je suis montĂ© jusqu’Ă  mes 17K visiteurs uniques par mois, plafond que je n’ai jamais rĂ©ussi Ă  dĂ©passer, alors que mes articles sont pourtant – et je le dis sans vantardise – de qualitĂ©. C’est pour toutes ces raisons que j’ai finalement fait du blog un outil de rĂ©assurance et de rĂ©fĂ©rencement pour mon business, sans plus chercher Ă  le dĂ©velopper en terme d’audience. DĂ©sormais je tourne autour des 10K visiteurs uniques par mois, sans me prendre trop la tĂȘte, en Ă©crivant quand ça me chante.

    RĂ©pondre
    • Bonjour SĂ©bastien,

      En effet, le capital sympathie (humain en fait) est important. Il est prĂ©fĂ©rable de se montrer tel que l’on est car c’est souvent ce qui rĂ©sonne le mieux avec ses lecteurs. J’avoue que ce n’est pas forcĂ©ment facile au dĂ©part car on cherche Ă  plaire au plus grand nombre mais cela vient avec le temps.

      10K visiteurs par mois c’est dĂ©jĂ  pas mal. Ça doit en effet t’apporter pas mal de prospects pour ton activitĂ© !

  6. Merci pour cet article rĂ©aliste ! Et c’est rare 🙂

    RĂ©pondre
  7. TrĂšs intĂ©ressant et sonne plus rĂ©aliste en effet que beaucoup de source disponible sur le net. Moi qui Ă©tait restĂ© sur les 10 000E Ă  la seconde de Norman….la dĂ©silusion 🙁

    RĂ©pondre
    • 10 000 par seconde, ça fait quand mĂȘme du 77 milliards par trimestre. MĂȘme Google n’y est pas encore (31 millards de CA pour le T1 2018) !

      Avec un blog, ça serait une sacrée performance ah ah ah

  8. Super article Eleonore ! Et d’une (trop) rare objectivitĂ© qui fait du bien !

    Je me suis lancĂ© dans le blogging (et l’infopreuneriat) via l’un de ces vendeurs de rĂȘve promettant abondance et libertĂ© Ă  moindre frais et rapidement. Et rapidement ( 😀 ) j’ai dĂ©chantĂ©… mais tenu bon malgrĂ© tout.

    Ton article colle point pour point Ă  ma rĂ©alitĂ© et quelque part me rassure sur les objectifs dĂ©mesurĂ©s que je pensais atteindre Ă  l’Ă©poque (et que je n’ai Ă©videmment mĂȘme pas effleurĂ©s).

    Bref ! Merci Ă  toi et bravo Ă  toute l’Ă©quipe pour votre taff incroyable!

    Nicolas

    RĂ©pondre
  9. Hello La Marmite, encore un article passionnant. Et rĂ©confortant, car grĂące Ă  vos tutos et Ă  votre formation WP Chef (en cours), j’ai dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  mettre en place tout ce que vous dĂźtes dans l’article, et je me suis mĂȘme armĂ©e de patience ! Merci pour tous ces bons conseils.

    RĂ©pondre
    • Merci beaucoup Nadia ! Bon courage pour la suite 🙂

  10. Un excellent article, comme d’habitude, sans en devient banal 😉 Je poussais avec ce qui a Ă©tĂ© Ă©crit. Je ne « vis » pas de mon site/blog mais j’en tire un revenu apprĂ©ciable, soit environ 40 % de mes revenus globaux, ce qui est dĂ©jĂ  pas mal du tout. En 4 ans, j’ai trouvĂ© mon ton, mon public (assez variable) et mes annonceurs. Qui dit blog, dit pour moi, niche ; d’oĂč l’importance de la diffĂ©renciation. Votre angle de traitement doit diffĂ©rer et surtout ĂȘtre LE point de vue partagĂ© par vos visiteurs, tout du moins ce qu’il attendent de trouver. Alors oui, il est trĂšs difficile d’en vivre, j’ai vu mes concurrents se gaufrer Ă©galement, il faut donc savoir : s’arrĂȘter, se rĂ©-oriente ou se rĂ©-inventer !

    RĂ©pondre
  11. Bonjour,

    TrÚs bel article de qualité comme toujours!

    Je rejoins totalement votre vision, le blogging est rude quand on commence.

    Pour ma part j’ai commencĂ© Ă  crĂ©er mon site en dĂ©but d’annĂ©e sur la finance et l’analyse technique en partant de zĂ©ro au niveau de la crĂ©ation et des moyens techniques pour y parvenir.

    J’ai donc naturellement chercher quantitĂ© de tutoriels divers et variĂ©s sur l’hĂ©bergement, le cms, un constructeur de page… Une des premiĂšres ressource que j’ai trouvĂ© a Ă©tĂ© la marmite et WordPress notamment.

    J’ai donc appris les diffĂ©rentes bases techniques au fil des mois comme construire une page et obtenir une ergonomie correct, ajouter des plugins… J’ai rĂ©flĂ©chi au design aussi. MĂȘme si pour le moment cela reste simple je suis assez satisfait.

    En parallĂšle de ça j’ai rĂ©flĂ©chi Ă  l’orientation que je voulais donner Ă  mon site. J’ai crĂ©er mes premiers contenus, mes cours.

    Une chose est particuliĂšrement vrai c’est de pratiquer le blogging sur un sujet qui nous passionnent (et qui est porteur). PremiĂšrement parce que oui c’est extrĂȘmement chronophage au dĂ©but et mĂȘme aprĂšs. Je tourne allĂšgrement Ă  30h par semaine au global.
    DeuxiĂšmement c’est la vision que j’ai toujours eu c’est d’ĂȘtre du cotĂ© de l’humain et d’apporter un contenu qualitatif (que je retrouve tout le temps ici). Pour ĂȘtre de ce cotĂ© rien de mieux que d’Ă©crire par passion.

    Il ne faut pas avoir peur de donner Ă©normĂ©ment, c’est un investissement sur le long terme.

    Quand j’ai eu l’idĂ©e et l’envie de me lancer dans l’aventure je ne me suis pas dis que j’allais changer de vie dans 6 mois et ne plus rien faire ensuite. Il y a beaucoup de contres vĂ©ritĂ©s qui circule Ă  ce sujet sur internet et surtout sur YOUTUBE. Une personne qui est trĂšs qualitatif (et le mot est faible) c’est AndrĂ© Dubois du site traficmania.fr. On peut dire qu’il remet les pendules Ă  l’heure et nous ancres dans la rĂ©alitĂ©. Il m’a beaucoup aidĂ© notamment sur la qualitĂ© Ă  apporter Ă  son contenu.

    On se dĂ©veloppe sans cesse. Il y a toujours quelques choses Ă  amĂ©liorer. En ce moment je suis sur la crĂ©ation d’un bonus gratuit trĂšs qualitatif Ă  l’inscription de ma newletter. Encore tout un ensemble de service Ă  s’approprier et Ă  maĂźtriser.

    Voilà continuer comme cela! Si cela est possible pour vous allez voir mon site rapidement et faite moi un petit retour rapide :). Autrement aucun soucis 🙂

    A plus

    Ben

    RĂ©pondre
  12. Super article ! J’ai commencĂ© le blogging il y a 2 mois en suivant une formation et cela fait du bien d’avoir « lire » l’Ă©tat d’esprit et les guidelines d’autres personnes du milieu. J’ai une question qui n’est pas directement en lien avec cet article, mais avec la majoritĂ© des articles de La Marmite.

    Ma question : Au dĂ©but de l’article, vous Ă©crivez le sommaire de l’article avec des liens. Si on clique sur ces liens, on arrive directement Ă  la partie concernĂ©e. Y aurait-il un article sur votre site qui expliquerait comment faire cela ? J’ai cherchĂ© sur Google, mais je n’ai rien trouvĂ© de pertinent 🙁

    Merci !

    RĂ©pondre
    • Bonjour et merci pour tes commentaires 😉
      Pour le sommaire ça se fait en utilisant des ancres HTML en ciblant les identifiants CSS des titres via les liens mais on va faire un article dessus bientît 😉

    • Merci pour ton retour Julien ! J’attends cet article avec hĂąte !

  13. TrĂšs bel article, trĂšs complet, qui casse bien ce mythe du blogging pour avoir une vie de rĂȘve sous les cocotiers avec un revenu qui tombe tout seul.
    Ce genre d’article fait du bien Ă  lire pour montrer que le blogging c’est avant tout beaucoup de travail pour atteindre ses objectifs, et pas simplement ce que les vendeurs de rĂȘves laissent croire.
    Quand je me suis lancĂ©e dans le blogging, il y a 2 ans, j’avais bien conscience de la tĂąche qui m’attendait et sans passion, ou du moins sans fort intĂ©rĂȘt, pour son sujet de blog, je pense qu’il est difficile de tenir sur le long terme. Comme vous le dites trĂšs bien, il faut avant tout aimer et vouloir partager et apporter de la valeur Ă  son audience.

    RĂ©pondre
  14. Oui, en matiĂšre de SEO, je suis plutĂŽt trĂšs content du rĂ©sultat : certains articles sont extrĂȘmement bien rĂ©fĂ©rencĂ©s et me permettent d’avoir des prospects sur le territoire national 🙂 Et c’est aussi un outil puissant pour rassurer les prospects que je touche via d’autres canaux.

    RĂ©pondre
    • Et oui, un blog est un excellent outil pour nouer une relation avec ses prospects 🙂

  15. Merci pour cet article extrĂȘmement complet qui prend dĂ©mystifie avec beaucoup de vĂ©ritĂ© l’Ă©cart qu’il peut y avoir entre le rĂȘve de devenir blogueur professionnel et la rĂ©alitĂ©.

    Un point qui n’est pas abordĂ© mais qui me semble important quand on parle de cette rĂ©alitĂ© – c’est les lourdeurs administratives et fiscales…notamment avec la TVA europĂ©enne (reverser la TVA aux pays concernĂ©s suivant le lieu de rĂ©sidence de l’acheteur) dont on ne soupçonne pas la complexitĂ© OU encore la GDPR qui a bien ses lourdeurs mais qui est plus simple a apprĂ©hender et surtout mettre en place quand on ne dĂ©marre qu’avec un seul site (au lieu d’en avoir une vingtaine comme c’est mon cas depuis 2009 que je suis en activitĂ©).

    Cela ferait sĂ»rement peur aux futurs et wannabe blogueurs professionnels mais ajouterait Ă  peindre le tableau de la rĂ©alitĂ© bien terre Ă  terre Ă  laquelle on peut ĂȘtre amenĂ© Ă  faire face.

    Reste que malgrĂ© tout cela – c’est une belle aventure que je referais si j’avais Ă  choisir !

    RĂ©pondre
  16. C’est dĂ©finitif cet article entre dĂ©finitivement dans la catĂ©gorie de ceux qui m’ont le plus passionnĂ© ! Bravo, c’est trĂšs large tout en Ă©tant trĂšs dĂ©taillĂ©s sur certains points, sans me perdre pour autant.
    Blogger prend une dose de folie, de l’humilitĂ©, bien de la patience, de la technique (pour ça merci Ă  la Marmite et je le pense vraiment), de bien s’entourer, d’y croire, mais aussi accepter de faire des erreurs et que ça ne soit pas exactement comme on veut. Pour le cĂŽtĂ© monĂ©tisation c’est encore une autre paire de manche ! Bonne continuation Ă  toute votre Ă©quipe

    RĂ©pondre
  17. Bonjour, merci beaucoup pour cet article intĂ©ressant et pertinent! DĂ©velopper du contenu de qualitĂ© prend du temps. Je crois que l’on peut parvenir Ă  percer sur le Web en ayant (beaucoup) de patience, de la constance, de la discipline et en restant soi-mĂȘme. Au plaisir de lire vos prochains articles!

    RĂ©pondre
  18. ça rappelle le temps des annĂ©es 2000 et avant oĂč les bloggueurs avaient de l’influence sur le net, c’Ă©tait le temps oĂč les grands mĂ©dias n’avaient pas encore pris la place
 qu’ils nous ont laissĂ© libre un assez bout de temps, on ne savait pas qu’on allait disparaitre ! et qu’ils allaient prendre leur place avec de la pub ce que la plupart d’entre nous se refusaient Ă  faire !

    Pour ma part j’ai ouvert un site de vente, je ne sais dire l’annĂ©e car j’ai fait beaucoup d’essais sur un tas de plate forme avant qu’apparaissent WooCommerce et tout Ă  changĂ© !

    mon adresse actuelle j’ai du « l’inventer » vers 2013, c’est pas si mal !
    ces temps-ci je sens que c’est de plus en plus dur, la concurrence est de plus en plus prĂ©sente, venant du monde entier, mais Ă©crit en français, les clients n’y voient que du feu. Mes photos de produits pouvaient ne pas ĂȘtre terrible, ça se vendait
 je crois que ce temps-lĂ  est arrivĂ© Ă  son terme cette annĂ©e, quoique j’ai fait quelques « erreurs » de SEO depuis 2 mois, en fait je voulais changer de nom ! sans changer d’adresse.

    Depuis quelques jours je reprends mes photos de produits une par une (je dois en avoir dans les 3000 ?) sans compter qu’il faut continuer Ă  apporter de nouveaux produits !

    pour l’instant j’aime encore ça, mais je sens que le temps de la fermeture arrive. Google traite diffĂ©remment les sites de ventes avec plus de « presse ».

    RĂ©pondre
  19. Merci Alex,
    Comme d’autres l’ont dit, voilĂ  enfin un article qui dit la vĂ©ritĂ©. J’ai dĂ©couvert le mĂȘme phĂ©nomĂšne des vendeurs de rĂȘves dans le blogging que dans le MLM.
    Mais il y a une rĂ©alitĂ© tout autre, qui en revanche, si elle est apprĂ©hendĂ©e avec honnĂȘtetĂ©, peut s’avĂ©rer ĂȘtre un vrai chalenge Ă  embrasser avec courage et persĂ©vĂ©rance d’ĂȘtre au service de tous.
    Suite à ma formation WPChef terminée le mois passé, je travaille depuis sur mon blog chaque jour pour une mise en ligne ce 1er août.
    Un tout grand merci pour ton service, tes conseils, ta disponibilitĂ©, ton honnĂȘtetĂ©.

    RĂ©pondre
  20. Bonjour,

    Il est bon de rappeler que crĂ©er un blog ne suffit pas Ă  avoir du succĂšs et de gagner de l’argent. C’est un vĂ©ritable mĂ©tier qui nĂ©cessite de nombreuses compĂ©tences : crĂ©ation et hĂ©bergement, SEO, communication digitale, … Et comme vous le mentionnez, tout cela prend un temps fou !

    J’ai connu les mĂȘmes difficultĂ©s avec mes forums depuis 4 / 5 ans ! Il est important de suivre les tendances pour continuer Ă  assurer un certain dynamisme Ă  son activitĂ©.

    RĂ©pondre
  21. Excellent article, comme d’habitude qui est riche de sens et d’expĂ©rience. Une vision rĂ©aliste et professionnelle. Oui vivre de son blog est possible, mais cela n’est pas magique non plus.

    Il faut en effet connaitre et appliquer diffĂ©rentes stratĂ©gies webmarketing dont nĂ©cessairement le SEO. Connaitre les bases de la crĂ©ation de sites et tout le reste qui est dit dans cet article. Un blogueur, c’est peu l’enfant du webmaster, le couteau suisse du marketing 🙂

    Beaucoup de personnes ne se rendent pas compte de la masse de travail qu’il y a derriĂšre et croient que d’un coup de baguette magique, crĂ©er un blog en 5 minutes et hop c’est la cash machine. Les rĂȘveurs quoi !

    RĂ©pondre
  22. J’ai une trĂšs mauvaise connexion Internet en ce moment, mais j’ai pris le temps de lire cet article, que j’ai trouvĂ© passionnant. Bravo et merci Ă  toute l’Ă©quipe ! 🙂

    RĂ©pondre
  23. Merci beaucoup pour ce superbe article !

    Je pense que vous avez fait un trĂšs bon tour de la question « qu’est ce qu’un blogueur professionnel ? ». Je rajouterai Ă©galement l’aspect du statut juridique / fiscal du blogueur ; car oui : quand on gagne de l’argent il faut le dĂ©clarer et payer des impĂŽts (mĂȘme quand c’est pas beaucoup). Et je trouve que peu de blogueur parle de la complexitĂ© de l’administration française et de la question du statut fiscale ou juridique Ă  adopter.

    Je travaille Ă  temps partiel dans une sociĂ©tĂ© et en parallĂšle j’ai re-crĂ©Ă© mon blog il y a un peu plus d’un an ( je l’ai passĂ© sur WP…). J’ai longtemps rĂ©flĂ©chi Ă  comment vivre de ma passion des loisirs crĂ©atifs, et je suis tombĂ©e sur le site de la Marmite pour la refonte de mon site sur WP. La qualitĂ© de vos articles m’ont tellement plu que j’ai fini par m’inscrire Ă  votre formation WP chef en ce dĂ©but d’annĂ©e !

    Finalement j’ai choisi de ne pas monĂ©tiser mon blog (en tout cas pas pour le moment). En parallĂšle je rĂ©flĂ©chi Ă  une reconversion professionnelle pour proposer des formations en loisirs crĂ©atifs et mon blog pourrai alors ĂȘtre un « faire-valoir » (dans le sens positif du terme !). Pour cela je me suis rapprochĂ©e de mon OPCA et de la CCI proche de chez moi. J’ai la chance d’avoir dĂ©jĂ  un travail « alimentaire » et je prend donc le temps de bien faire les choses et de m’entourer.

    J’espĂšre que comme vous, mon travail payera sur le long terme !

    Bonne continuation !

    RĂ©pondre
  24. Cet article est vraiment clair au sujet du Blogging.
    Moi je blogue depuis deux ans et maintenant je peux dire Ă  haute voix que je vis de mon blog.
    Avec mes deux blogs (Je me prĂ©serve de les citer ici par peur d’ĂȘtre considĂ©rer d’un Spammeur), je gagne un montant Ă  4 chiffres chaque mois avec AdSense et c’est suffisant pour vivre de son blog en Afrique.

    RĂ©pondre
  25. Merci pour les bons conseils. Je retiens que la passion est le moteur, la compĂ©tence dans un domaine qui donne une certaine lĂ©gitimitĂ© et le temps qui est indispensable pour faire bien les choses. Je suis dans le bon et je m’Ă©clate. J’ai lancĂ© mon site il y a un an, j’ai environ 10.000 pages vues par mois, ça ne me rapporte pas un sous mais ce n’est que du bonheur…

    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Marmite ne peut malheureusement pas fournir de support. Merci d'en tenir compte dans votre commentaire 😉

Si vous ne lui en voulez pas, donnez-lui un j'aime sur Facebook :



adipiscing mattis ut tristique sem, nunc lectus felis ipsum luctus ut
93 Partages
Partagez51
Tweetez42
Partagez