Accueil » Blog WordPress » Social Warfare : Tutoriel sur l’extension de partage social incontournable

Social Warfare : Tutoriel sur l’extension de partage social incontournable

Social Warfare. Avez-vous déjà entendu parler de cette extension de partage social ?

Dans son article “La vérité sur les boutons de partage (et la meilleure extension)”, Nicolas en avait fait l’éloge, la présentant comme la meilleure sur le sujet.

Avant d’écrire cet article, je ne l’avais jamais testée. Du coup, j’avais vraiment hâte de découvrir ce qu’elle avait dans le ventre.

Il faut dire que ses créateurs ne lésinent pas sur les superlatifs. La “meilleure extension de partage social pour WordPress”, selon eux, est décrite comme étant “magnifique” et “la plus rapide du marché”. Rien que ça.

Je pense que vous êtes d’accord avec moi si je vous dis que trouver LE bon plugin de partage social n’est vraiment pas chose aisée. Galère serait d’ailleurs un mot plus approprié.

Et si Social Warfare était le parfait soldat ?

Soldats au garde à vous

Dans l’article du jour, je vais vous montrer exactement comment il fonctionne, pas à pas. Vous découvrirez toutes les facettes des versions gratuite et payante.

En avant-première, deux révélations :

  • vous risquez d’être bluffé par sa simplicité d’utilisation.
  • vous allez être sûrement étonné par le contrôle que vous pouvez exercer sur ce qui va être partagé à partir de votre site/blog WordPress.

Je ne vous en dis pas plus. Pour découvrir le reste, partons à l’assaut de ce plugin.

Filer la métaphore guerrière me permet d’établir brièvement un parallèle avec le titre de l’extension.

Social Warfare signifie “Guerre sociale”, en français. L’appellation est en lien avec l’un des co-créateurs de ce bébé : Nicholas Z. Cardot. Ce dernier est en effet réserviste de l’armée américaine !

Après cette anecdote, enfilez votre treillis, vos boots, et grimez-vous en vert et noir, si vous le souhaitez.

En somme, faites comme Alex, qui part à la guerre tous les jours pour vous aider à tirer le meilleur de WordPress !

Alex maquillé lors d'un commando

Crédits : Cédric Girard

Bon, n’oubliez pas de vous démaquiller avant de sortir de chez vous, par contre.

Tout de suite, le sommaire.

Point transparence : Les différents liens vers Social Warfare sont des liens d’affiliation. C’est à dire que si vous achetez ce plugin, la Marmite touchera une commission. Cela permet de rémunérer le travail de recherche et d’écriture des rédacteurs du blog et de constituer une cagnotte pour acheter et tester d’autres plugins.

Nous mettons un point d’honneur à publier des articles honnêtes. L’objectif est de tester des plugins pour vous aider à faire des choix éclairés, pas d’aduler des plugins qui ne valent pas le coup uniquement pour toucher des commissions. Votre confiance est notre priorité.

I – Phase stratégique : pourquoi utiliser un plugin de partage social ?

Autant vous le dire tout de suite, il y a 2 sons de cloches à ce sujet. D’un côté, il y a ceux qui expliquent qu’utiliser les boutons de partage social ne sert à rien, et que les retirer – à condition d’en afficher – peut augmenter le taux de conversion.

Dans une étude publiée en juin 2017, l’entreprise américaine Moovweb, dont la mission est de rendre les conversions sur smartphones plus performantes que sur ordinateurs, révèle que seulement “0,2% des internautes cliquent sur un bouton de partage social. Soit 35% de moins que sur un ordinateur.”

Vous voilà bien embarqués. Eh bien oui. D’un autre côté, figurez-vous que les boutons de partage social peuvent aussi vous rendre service.

Comme l’explique Nicolas dans l’article cité plus haut, ces boutons “ont une autre utilité : la preuve sociale […] leur vraie utilité réside en fait dans leurs compteurs. Le but est de montrer à vos lecteurs que l’article qu’ils vont lire a déjà été partagé par d’autres personnes. Cela les confortera dans le choix de continuer la lecture et pourquoi pas, de partager ensuite.”

Même s’ils sont censés générer peu de clics, on peut aussi ajouter que les boutons de partage peuvent :

  • ramener du trafic vers votre site/blog. Vous ne dites pas non, hein ?
  • augmenter vos chances d’obtenir des backlinks (liens entrants) de façon naturelle. Partager vos contenus sur les réseaux sociaux accroît votre visibilité. Si vos articles sont jugés de qualité, les gens pourront faire des liens vers votre site.
  • favoriser l’expérience utilisateur. Si vos visiteurs jugent votre contenu pertinent et souhaitent le partager à leur audience, autant leur faciliter la tâche.

II – À l’attaque : configuration de l’extension

Deux possibilités s’offrent à vous : utiliser la version gratuite, ou celle payante. Cet article se concentre majoritairement sur les caractéristiques de la version payante, que vous retrouverez notamment dans les points forts.

Mais ne vous inquiétez pas, je vais détailler tout de suite les options marquantes de la version gratuite.

1. Installation et aperçu de la version gratuite

Pour installer la version gratuite, aussi appelée Social Warfare free, connectez-vous à l’administration de votre WordPress et dirigez-vous vers Extensions > Ajouter.

Dans la barre de recherche, à droite, tapez Social Warfare.

Social Warfare est une extension disponible sur le répertoire WordPress

Cliquez sur le bouton Installer puis sur Activer. Vous noterez l’apparition d’une section Social Warfare dans votre barre d’administration, à gauche de votre écran.

Icône de Social Warfare sur l'administration WordPress

Vous accéderez à une page avec 4 onglets (Apparence, style, identité sociale, avancé).

Réglages de l'extension Social Warfare

Penchons-nous à présent sur les fonctionnalités principales :

  • choix parmi 6 boutons de partage de réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, LinkedIn, StumbleUpon).
  • sélection du placement des boutons (avant le contenu après le contenu, avant et après le contenu, aucun/placement manuel).
  • affichage de la preuve sociale grâce à des compteurs de partage (individuel ou somme totale).
    Affichage de la preuve sociale
  • personnalisation des boutons de partage flottants (couleur, position).
  • affichage de vos articles populaires en se basant sur le nombre de partages, via un widget que vous pouvez intégrer dans votre barre latérale, par exemple.
  • dans votre éditeur de texte, vous allez pouvoir intégrer des boutons de partage à l’endroit souhaité dans vos custom post types, grâce à un shortcode. Et ajouter le module Click to tweet.
    Shortcode dans l'éditeur de texte de l'extension

    Les icônes dans votre éditeur de texte

Intégration de l'extension en page

Et voilà l’intégration au sein d’un article.

N’essayez pas de traduire, c’est du Lorem ipsum. Et je vous vois venir. Vous vous dites : il nous fait la leçon mais il a 0 partage.

Ben oui, j’utilise un site de développement en local. Donc personne ne peut voir mes bidouillages. Logique. Et tac. Au passage, si vous souhaitez en savoir plus sur l’installation en local, consultez cette ressource.

Première bonne nouvelle : la version gratuite met l’eau à la bouche. Et ce n’est rien en comparaison de ce qui vous attend avec la version Pro. Découvrez-la tout de suite.

2. Comment installer Social Warfare Pro ?

Pour commencer, direction le site officiel de l’extension. Au niveau du menu, en haut de votre écran, choisissez au choix la page “Products” ou “Buy”.

Fourchette de prix Social Warfare

Vous pouvez sélectionner l’une des 4 tarifications suivantes :

  • licence pour 1 site : 29$/an (24€).
  • licence pour 5 sites : 135$/an (115€).
  • licence pour 10 sites : 250$/an (213€).
  • licence illimitée : 349$/an (297€).

Une fois votre choix effectué, cliquez sur Purchase (Acheter), et suivez les instructions.

Après avoir réglé, vous devriez pouvoir télécharger un fichier zip (sur la page qui résume votre commande ou dans l’onglet Downloads de votre compte sur Social Warfare).

Sur votre admin WordPress, rendez-vous dans Extensions > Ajouter. Cliquez sur “Téléverser une extension”, en haut de la page.

ajouter l'extension de partage social sur WordPress

Choisissez votre fichier zip, puis cliquez sur Installer. Et n’oubliez pas d’activer l’extension. La version pro ne fonctionnera que si vous avez au préalable installé la version gratuite, aussi appelée “core plugin”.

Enfin, tous les réglages s’effectuent comme en freemium, en cliquant sur l’icône du plugin.

Icône de Social Warfare sur l'administration WordPress

Voyons désormais ce que Social Warfare Pro nous propose, dans les moindres détails.

III – Social Warfare : forces du combattant

1. Facile, mon caporal

Si vous êtes comme moi, je parie que vous détestez les plugins fourre-tout. Les usines à gaz, pour employer un cliché.

Vous savez, ces extensions qui veulent vous éblouir en vous en mettant plein les mirettes niveau fonctionnalités. Et puis, quand on s’en sert, on s’y perd comme dans un labyrinthe. Conclusion : on clique sur Désactiver, puis sur Supprimer.

J’ai horreur de perdre mon temps. Je suis certain que vous aussi, n’est-ce pas ?

Avec Social Warfare, rien de tout ça. Ergonomie, facilité d’utilisation : voilà ce que vous noterez dès vos premiers clics sur l’interface de l’extension. Dustin Stout, l’un des cofondateurs de cet outil, est un webdesigner reconnu. Ça se ressent.

Vous verrez que tous les réglages se retrouvent sur une seule page. En fait, le menu est le même qu’en version gratuite. Au moins, pas besoin de boussole pour naviguer.

Seul un onglet Licence a fait son apparition, sur la droite. C’est ici que vous allez entrer votre clé de validation, qui permet d’étendre les fonctionnalités de l’extension.

Menu de la version Pro

Parmi elles, j’ai particulièrement apprécié :

  • le design des boutons. Ils se remarquent facilement avec leur couleur rosée et incitent à l’action en proposant deux choix d’activation : ON ou OFF. Simple et efficace.
    Design des boutons de l'extension
  • le drag and drop pour choisir l’ordre d’apparition de ses boutons, une fois intégrés dans votre article ou votre page.
    drag and drop version pro du plugin

    Faites glisser vers le haut les réseaux sociaux que vous souhaitez afficher, et classez-les par ordre de préférence.

2. Des options à tire-larigot

Social Warfare réussit le pari de proposer de multiples options, sans que cela ne rende les réglages complexes.

Toutes les fonctionnalités classiques sont présentes :

  • choix parmi 14 réseaux sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest ou encore Google+ sont bien sûr là. Vous les retrouvez sur le premier onglet, “Apparence”.
  • choix de l’emplacement des boutons, toujours dans “Apparence”. Il existe 4 options principales : en haut, en bas, en haut et en bas, et manuel (un shortcode permet notamment de les placer où vous le souhaitez dans votre contenu). Vous pouvez même customiser leur emplacement en fonction de vos custom post types. Par exemple, vous pouvez afficher vos boutons en haut sur vos pages, et en haut et en bas sur vos articles.
  • possibilité d’intégrer des boutons flottants (qui suivent le texte au scroll) de façon verticale (à gauche de l’écran), ou en haut et en bas.
  • possibilité d’activer les Twitter Cards : ce sont des protocoles qui permettent d’ajouter des informations supplémentaires dans vos tweets (ex : photos, vidéos etc.).

Voilà pour l’apéritif. J’espère que vous avez encore de l’appétit. C’est tout bon ? Alors passons aux plats de résistance.

3. Des boutons qui ne filent pas l’acné

Si vous avez déjà testé certaines extensions pour afficher vos boutons de partage sociaux, vous avez dû vous rendre compte de l’un de leurs défauts majeurs : elles ne vous permettent pas toujours de choisir la forme, et surtout les couleurs.

Et quid si vous voulez les assortir à la charte graphique de votre site/blog WordPress ? Paf, coup de fusil dans l’eau.

L’un des atouts de Social Warfare, c’est qu’elle vous permet de personnaliser finement leur apparence. En tout, il y aurait 5 000 combinaisons de style possibles ! Ça, j’ai adoré.

Tout cela se passe dans la partie “Visual Options” (Options visuelles) de l’onglet Style.

Pour commencer, 6 formes de boutons sont proposées, ainsi que 8 jeux de couleurs.

Aperçu des formes des boutons

Aperçu des formes des boutons

Vous pouvez bien sûr choisir leur taille en affinant le pourcentage, sur la ligne “Button size”.

Mais là où notre extension va plus loin, c’est qu’elle permet de choisir sa propre couleur de fond, de contour, et au survol de la souris (hover). Pour cela, vous pouvez utiliser la palette de couleurs, ou entrer votre code hexadécimal.

Options visuelles des boutons

Aperçu de la modification de la couleur du bouton au survol de la souris.

Je vous ai détaillé le processus pour les boutons horizontaux. Cela fonctionne de la même façon pour les boutons flottants. Pour cela, rendez-vous dans la partie Boutons de partage flottants de l’onglet Style.

Pour en terminer sur les boutons, sachez qu’il est possible :

  • d’afficher le nombre total de partages.
  • de dévoiler le nombre de partages par réseau social.
  • de sélectionner le nombre de partages requis avant de les afficher à vos visiteurs. Pour la preuve sociale, cette dernière option est top.
  • de gérer l’ordre de placement boutons de partage manuellement, ou en fonction du nombre de partages générés.

Vous retrouverez notamment cela dans la partie Compteurs de partage de l’onglet Apparence.

Compteurs de partage

Note : Certains réseaux sociaux comme Twitter et LinkedIn ont désactivé leurs compteurs de partages. Pour récupérer le nombre de partage de Twitter, vous devrez vous connecter au service OpenShareCount.

4. Un partage des images au poil

L’une des fonctionnalités les plus intéressantes de Social Warfare se retrouve sous votre éditeur de texte. Il s’agit d’un genre de menu, intitulé “Social Warfare Custom Options” (Options de personnalisation de Social Warfare), qui permet deux choses fondamentales :

  • télécharger vos images au bon format en fonction du réseau social.
  • personnaliser les descriptions qui seront partagées sur les réseaux sociaux.

Je m’explique. Commençons par les images. Vous le savez sûrement, mais un visuel va s’afficher différemment en fonction du réseau social que vous utilisez.

Chacun d’entre eux utilise des tailles différentes. Par exemple, si vous utilisez une image horizontale pour illustrer votre article, elle risque d’être coupée si l’un de vos visiteurs la partage sur Pinterest. C’est moche. Vous ne voulez pas de ça.

Le problème de la grande majorité des extensions de partage, c’est qu’elles sélectionnent à votre place l’image à la Une qui sera partagée.

Pas Social Warfare ! Elle vous permet d’intégrer une image au bon format pour Facebook, LinkedIn, Google+ et Pinterest. Lorsque l’un de vos lecteurs la partagera, le bon format sera utilisé.

Cette option est géniale, surtout pour ceux/celles d’entre vous qui utilisent Pinterest. D’ailleurs, vous pouvez aussi inclure un bouton “Pin”, qui s’activera dès qu’un visiteur passera sa souris sur l’une de vos photos (il est également activable via la partie Image Hover Pin Button de l’onglet Apparence).

Social Warfare custom options

La seconde chose que je voudrais développer avec vous concerne les descriptions. Social Warfare offre la possibilité de les personnaliser.

En quoi cela est-il intéressant ? Par défaut, le titre de votre article sera utilisé en tant que message aux internautes, lors du partage. Ce n’est pas forcément toujours opportun. Si vous utilisez Twitter, peut-être aimeriez-vous ajouter des hashtags ?

Rien de plus simple avec Social Warfare. Regardez.

Custom tweet de l'extension

En bonus, vous pouvez même choisir l’emplacement de vos boutons pour un article/une page spécifique. Les réglages généraux ne seront alors pas appliqués.

Par exemple, j’ai décidé dans un article de test de n’afficher les boutons de partage qu’en haut, et de me passer des boutons flottants.

Options de l'article

5. Share recovery : ne perdez plus votre total de partages

Catastrophe pour votre preuve sociale : vous venez de modifier la structure de vos URLs, en changeant vos permaliens. Et au passage, tous vos compteurs de partage se sont remis à zéro.

De nombreuses heures de labeur parties en fumée. En un clic. Vous pestez. Social Warfare a pensé à vous pour vous redonner le sourire. Son système de cache permet de récupérer vos chiffres.

Pour cela, direction l’onglet “Share recovery” (Récupération des partages), de l’onglet Avancé. Placez le premier bouton sur “Activé”. Puis sélectionnez :

  • votre ancienne structure de permaliens ;
  • le format personnalisé de vos permaliens, si c’est le cas ;
  • votre protocole de connexion (http:// ou https://).
  • le préfixe de votre ancien nom de domaine (avec ou sans www).
  • votre sous-domaine, si vous en avez un ;
  • et même votre ancien nom de domaine si vous avez effectué une migration.

Bien sûr, si les données ci-dessus n’ont pas changé, laissez les champs vides ou sur « Unchanged ». Et voilà, le tour est joué. Tout devrait rentrer dans l’ordre sous 24 heures.

Share recovery de Social Warfare

La Marmite a pu récupérer les partages de son ancien nom de domaine !

6. Suivez vos partages à la trace

Grâce à la partie Tracking Analytics, vous allez pouvoir activer un suivi des liens partagés par les boutons de partage de Social Warfare. Le préalable, c’est de posséder un compte Google Analytics, bien sûr.

Cette option vous permettra de savoir exactement le trafic redirigé vers votre site, grâce au plugin.

Pour cela, pas besoin d’entrer un code Analytics. Le suivi se fait automatiquement en activant le bouton “UTM Link Tracking”, et/ou celui appelé “Button Click Tracking”, comme sur la capture d’écran ci-dessous.

Tracking Analytics

Sans entrer dans les détails, car ce n’est pas le propos de cet article, je vous détaille brièvement ce qui signifie UTM. Ce sigle veut dire “Urching Tracking Machine”. Il s’agit d’”un système de tracking des URL utilisé dans les campagnes de marketing digital qui permet d’identifier et de suivre le trafic provenant des campagnes dans l’interface Google Analytics”, selon le site Definitions-marketing.

Si vous souhaitez creuser le sujet, je vous recommande la lecture de cet article de Dustin Stout, l’un des créateurs de Social Warfare. C’est assez technique et en anglais – en cas de souci, il y a toujours Google Traduction -, mais fort bien détaillé.

Enfin, notez que Social Warfare permet de raccourcir automatiquement vos liens de partage grâce au service Bit.ly. Cela se passe via l’onglet “Link shortening” (Raccourcissement de lien).

7. Responsiveness

À l’ère du mobile-first, il est primordial que votre site soit responsive, c’est-à-dire qu’il s’adapte sur tous types de support (ordinateurs, tablettes, smartphones). Il en va de même pour les extensions que vous utilisez.

J’ai mis à l’épreuve Social Warfare. Résultat : le test est concluant. L’extension est 100% responsive.

Test du responsive

8. Et les performances, dans tout ça ?

“Le plugin de partage social le plus rapide du marché”. C’est ce que prétendent les créateurs de Social Warfare. Ils ont notamment axé leur communication et leur argumentaire de vente autour de la performance.

Leur plugin se veut léger, bien codé et ne ralentirait pas votre site, contrairement à la plupart des extensions concurrentes.

J’ai fait le test en utilisant le service WebPageTest, avec et sans l’extension activée. Résultat : aucun impact sur la vitesse de chargement du site.

Au passage, si vous souhaitez optimiser les performances de votre WordPress, jetez un oeil à cet article que Florian a rédigé sur la Marmite : “Comment optimiser un site WordPress sans se ruiner ?”

Vous en avez fini avec la découverte des points forts de cette extension. Je vous propose d’évoquer à présent ses points faibles. Il y en a peu, ce sera beaucoup plus rapide.

IV – Faiblesses du combattant

1. Plugin, mon cher plugin

Comme exposé plus haut , Social Warfare propose 4 tarifs en version Pro.

Si vous souhaitez utiliser l’extension sur un site, l’offre n’est pas excessive (29$/an) car l’extension fait très bien le job. Au-delà, les prix deviennent presque prohibitifs. Dommage. Comptez 135$/an pour 5 sites, 250$/an pour 10 sites et 349$/an pour un usage illimité.

En comparaison, Monarch, l’un de ses principaux concurrents, est inclus dans un package global facturé 89$/an (75€/an), et utilisable sur un nombre de sites illimité. Vous aurez aussi accès à 87 thèmes, dont le célèbre Divi, et à l’extension Bloom, pour créer des formulaires d’opt-ins.

Monarch propose aussi une fonction Social Follow (j’y reviens dans le point suivant) et un plus grand nombre de réseaux sociaux (24 contre 14). C’est un couteau-suisse sûrement un peu plus complet dans sa globalité.

En revanche, Social Warfare me semble plus abouti et performant sur le coeur de son offre : le partage sur les réseaux sociaux.

Après cet aparté, concluons sur le tarif de notre plugin du jour : si vous avez beaucoup de sites à administrer, l’investissement peut s’avérer (très) conséquent.

Avec un budget serré, je ne pense pas que l’investissement en vaille la peine. Maintenant, si le partage de vos contenus est primordial pour vous – et vos clients -, réfléchissez bien car l’extension est parfaite pour ça.

2. Social follow, où es-tu ?

Ça ne vous aura pas échappé : Social Warfare permet de créer uniquement des boutons de partage de réseaux sociaux. Son positionnement est assumé et l’extension remplit très bien sa fonction à ce niveau.

Je regrette néanmoins l’absence de boutons “Social Follow” (Suivre sur les réseaux sociaux), qui permettent de diriger vos visiteurs vers vos profils pour qu’ils s’y abonnent.

Time clock

Il est vrai que j’ai pris l’habitude d’utiliser Monarch, qui propose cette fonctionnalité efficace. Mon exigence vient peut-être de là 😉

A ce propos, j’ai contacté l’équipe du plugin, pour essayer d’en savoir plus. Ils m’ont répondu qu’ils ont prévu de créer un widget “Social follow” cette année, mais qu’avant cela, ils se concentraient en priorité sur l’ajout de fonctionnalités additionnelles.

3.Social Warfare = franglish

À part “Hello”, “What’s your name” et “I love you” (merci beaucoup, ça me touche), vous ne comprenez pas grand-chose à l’anglais. Moi aussi, avant de partir à l’étranger et de regarder des séries en V.O., j’étais nul. Je ne vous blâme pas.

C’est juste que pour utiliser Social Warfare, il faut comprendre un minimum la langue de Shakespeare. Et oui, désolé : l’administration du plugin n’est pas traduite en français.

Bonne nouvelle 1 : grâce à ma prose, vous devriez vous en sortir sans souci. Et même sans, d’ailleurs, car les intitulés sont assez parlants, en majorité.

Bonne nouvelle 2 : Social Warfare va corriger tous les problèmes de traduction dans sa version 3.1.0 (merci à Nicolas, qui s’occupe de la traduction de l’extension, pour cette info).

Bonne nouvelle 3 : l’interface publique est en français.

Interface publique du plugin est traduite en français

Oui, je sais, j’ai toujours 0 partage. Je fais ce que je peux.

V – Assaut final

1. Social Warfare gratuit vs pro

Maintenant que vous avez une vision globale de l’extension, vous devez vous demander si investir un peu d’argent dans la version pro vaut le coup.

Pour vous aider, récapitulons ce qu’elle offre en plus de la version gratuite :

  • un plus grand nombre de réseaux sociaux, même si les classiques sont aussi présents dans la version “free” (Facebook, Pinterest, Google+, Twitter, LinkedIn).
  • la fonction “Social Warfare Custom Options”, qui justifie presque à elle seule l’investissement dans la version pro, si vous vous questionnez.
  • des options de personnalisation de l’emplacement et du style de vos boutons largement supérieures (couleur, fond et l’apparence au survol).
  • l’option “Share recovery”, qui offre la possibilité de récupérer vos compteurs de partage si vous changez vos URLs.
  • bit.ly pour raccourcir vs URLs.
  • l’optimisation des Twitter Cards.
  • suivi via Google Analytics. pour suivre les visites générées par les partages ;

2. À qui se destine ce plugin ?

Vous êtes sur le point de terminer la lecture de ce test. J’espère que ce tuto sur Social Warfare vous a plu et que vous avez bien saisi mon propos.

En résumé, je recommande particulièrement ce plugin si :

  • vous souhaitez essayer d’augmenter le partage sur vos réseaux sociaux et le trafic sur votre site.
  • vous êtes débutant ou un utilisateur confirmé de WordPress. Social Warfare se caractérise par sa simplicité d’utilisation et convient à tout type de public.
  • vous utilisez beaucoup Pinterest. L’extension sera très bien pour les autres réseaux sociaux, mais ses créateurs l’ont particulièrement optimisée pour Pinterest.
  • vous ne souhaitez pas trop investir dans un plugin de partage. Le pack Pro démarre à 29$/an, ce qui reste accessible. Si vous comptez l’utiliser sur un nombre de sites illimité, il faudra en revanche prévoir un budget (très) conséquent.

Télécharger Social Warfare Pro

En tout cas, la Marmite est convaincue par ce plugin, qu’elle utilise depuis quelques années.

Désormais, il est temps de mettre tout ça en application.

Commencez par m’expliquer, en commentaire, quelle version vous allez utiliser (gratuite ou premium). Ou si vous n’utilisez pas Social Warfare, sur quelle extension votre choix s’est-il porté ?

Faites-le moi savoir juste en-dessous.

Et si vous estimez que cet article peut être utile à d’autres personnes, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux (grâce à Social Warfare 😉 ).

Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement les prochains articles et accédez à des ressources exclusives. Plus de 20 000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?

C'est parti, je m'inscris !

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Est-ce que tout est hébergé en local ou ça va pomper chez les sites des réseaux ?
    Je cherche une extension de partage… avec tout en local, pour minimiser les appels/flicages/traçages des sites sur mes visiteurs…

    Répondre
    • Bonsoir Gilles, les compteurs sont stockés localement, donc ça devrait correspondre à votre recherche.

  2. Salut Thibaut,

    Je tiens à apporter quelques éclaircissements quant aux traductions de l’extension : elle est traduite à 100% (c’est moi qui m’en occupe) mais l’extension n’arrive pas à charger toutes les chaînes.

    J’ai prévenu l’équipe pour qu’ils règlent le problème mais ils sont un peu sous l’eau en ce moment.

    Ensuite, l’écosystème du partage social a évolué depuis mon article. Alors que le plus important réside dans les compteurs, ils sont en train d’être coupés de toutes parts par les réseaux sociaux.

    Il ne reste plus que Facebook qui joue encore bien le jeu.

    Rajoutons à ça que les études continuent de confirmer que personne ne clique sur les boutons de partage : https://www.blogdumoderateur.com/copier-coller-url-partage-reseaux-sociaux/

    Celle-ci nous apprend que 87% des partages se font par copier-coller d’URL.

    Donc si personne n’utilise les boutons et que la preuve sociale disparaît, est-ce que ça vaut encore le coup d’investir dans de telles extensions ?

    J’en suis de moins en moins sûr.

    Mais du coup, Social Warfare a l’avantage de proposer une version gratuite largement suffisante pour le plus grand nombre.

    Répondre
    • Salut Nicolas, merci bcp pour tes retours détaillés. D’accord avec toi pour la version gratuite, même si je trouve que les options plus « techniques » de la version payante sont appréciables. Si l’on gère un site, je trouve le rapport qualité-prix très correct. Au-delà, c’est plus compliqué.

  3. Hello la marmite !
    Fidèle abonnée de votre news, je lis vos contenus avec toujours beaucoup d’intérêt. Concernant Social Warfare, je m’interroge moi aussi de plus en plus sur l’intérêt de ce plugin. Depuis quelques temps, je constate que tous mes compteurs, y compris Facebook, restent bloqués à 0, alors que je sais de sources sûres que des partages ont été effectués. Non seulement c’est frustrant, mais ça devient presque contreproductif ! Au-delà du fait que le plugin est très bien conçu et tout et tout, son intérêt réside en grande partie sur la matérialisation du nombre et de la somme des partages. Mais si tout reste à 0… J’ai essayé de comprende pourquoi, j’ai consulté les ressources du plugin lui-même et après vérifications, je n’ai rien trouvé de spécial qui pourrait « bloquer ». J’en ai conclu que ça venait des réseaux sociaux eux-mêmes, en désactivant leurs compteurs de partages. Mais si j’ai tout faux, je veux bien vos lumières 🙂

    Répondre
    • Salut Maud, merci de partager ton retour d’expérience. J’ai eu l’occasion de le faire fonctionner sur plusieurs sites et je n’ai jamais rencontré ce problème. La Marmite l’utilise aussi depuis un petit moment en premium, aucun souci. Est-ce que tu as bien fait les dernières MAJ de l’extension et est-ce que tu utilises sa dernière version (si tu es en premium) ? Je te conseille de voir avec le support de Social Warfare pour plus d’infos.

  4. Hello Thibaut,
    Merci beaucoup pour ta réponse. J’utilise bien la dernière version du plugin mais pas en premium et je n’ai toujours pas de réponse du support. J’essaie de comprendre, mais je ne vois vraiment pas comment régler ce problème…
    Maud

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Marmite ne peut malheureusement pas fournir de support. Merci d'en tenir compte dans votre commentaire 😉

Si vous ne lui en voulez pas, donnez-lui un j'aime sur Facebook :



velit, quis, odio libero libero eleifend adipiscing ut dolor. elit. et, dapibus
Partagez
Tweetez
Partagez