Publié par le 26 mars 2019 • 21 Commentaires

Joomla ou WordPress : quel CMS choisir pour votre projet ?

Vous avez beau tourner et retourner le problème dans tous les sens, vous n’arrivez pas à vous décider entre l’un ou l’autre.

Sur le ring, côté gauche, voici WordPress. Un poids lourd à l’allonge dévastatrice qui écrase tous ses concurrents.

Avec près de 33,4% de parts de marché, il s’agit du CMS (Content Management System – Système de gestion de contenu) le plus utilisé sur la planète.

À ma droite se tient Joomla. Il s’agit du principal “rival” de WP, avec 2,9% de parts de marché.

Il fait partie des CMS les plus populaires, mais il est en perte de vitesse.

Alors, sur qui devez-vous miser ? Y en a-t-il réellement un meilleur que l’autre ?

Comme lors de notre test Wix vs WordPress, nous avons comparé le mode de fonctionnement des deux plateformes en nous basant sur plusieurs critères (maniabilité, design, personnalisation, SEO, sécurité etc.).

L’idée ? Vous aider à faire le choix adéquat. Vous allez voir que tout est essentiellement question de profil et d’objectifs.

Découvrez le sommaire :

Joomla et WordPress : dépoussiérons le sujet

Première remarque : Joomla et WordPress ont des points communs.

Ce sont 2 CMS, c’est-à-dire des logiciels qui facilitent la création, l’édition, l’organisation et la publication de contenu.

De façon plus précise, ils sont tous les deux :

  • Écrits en code PHP et ils utilisent le système MySQL pour leur base de données respective.
  • Open source (le code est éditable par n’importe qui) et gratuits à utiliser (même si pour les personnaliser un minimum, vous devrez surement investir un peu).
  • Flexibles et extensibles.
  • Développés et maintenus par une communauté active de volontaires et de professionnels.

Mais arrêtons nous désormais quelques instants sur leur évolution respective.

WordPress en quelques mots

Lancé en 2003, WordPress, comme Joomla, sert à créer des sites internet (sites vitrine, boutiques en ligne, blogs etc.).

Depuis début 2019, il propulse un tiers des sites web à travers le monde.

WordPress est 11 fois plus “gros” que Joomla (33,4% de parts de marché contre 2,9%) et connaît surtout une croissance exponentielle.

C’est le seul CMS à grappiller constamment des parts de marché, comme l’explique Joost de Valk, le directeur du marketing et de la communication de WordPress.

Et c’est également le CMS qui connaît la croissance la plus rapide pour la 9e année d’affilée.

La dernière version en date de WordPress est la 5.1. Vous pouvez la télécharger à cette adresse.

Si cela vous intéresse, vous trouverez tout le détail des versions du CMS sur cette page.

Notez qu’il existe une différence entre WordPress.org (version auto-hébergée) et WordPress.com (plateforme d’hébergement). La Marmite vous en parle en détails dans cet article.

Joomla en bref

La page d'accueil de Joomla

Joomla voit le jour en 2005. Pour la petite histoire, son nom vient du mot Jumla (en langue swahili), qui signifie “tous ensemble”, comme l’explique Wikipedia.

Actuellement, il est le concurrent n°1 de WordPress sur le marché des CMS (2,9% de parts de marché).

Cependant, contrairement à WP, il perd constamment de l’influence depuis une dizaine d’années, comme vous pouvez le constater sur le tableau ci-dessous.

Parts de marché de Joomla pour les CMS
Source : W3Techs.com

La dernière version en date de Joomla est la 3.9.3. Elle est téléchargeable à cette adresse.

Si vous voulez en savoir plus sur les versions à venir du CMS, et notamment sur l’arrivée de la prochaine version majeure (Joomla 4), vous pouvez consulter la feuille de route pour le développement du CMS.

Note : Comme WordPress, Joomla dispose d’une solution d’hébergement (launch.joomla.org) qui vous permet de lancer un site web en quelques clics avec un nom de domaine du type votresite.joomla.com. Elle n’a rien à voir avec la version auto-hébergée (Joomla.org) que nous allons évoquer tout au long de cet article.

Quelle différence d’installation entre Joomla et WordPress ?

Pour installer WordPress et Joomla, pas de jaloux : le processus est sensiblement le même.

Les 2 CMS nécessitent d’abord que vous possédiez :

  • Un nom de domaine
  • Un espace d’hébergement

Ensuite, si vous souhaitez procéder manuellement, il vous faudra télécharger la dernière version du logiciel de votre choix, puis l’installer sur votre serveur.

Pour WordPress, WPMarmite vous détaille comment faire dans cet article.

Pour Joomla, tout est indiqué sur la documentation officielle, par ailleurs très bien fichue.

Notez enfin que la plupart des hébergeurs proposent aussi une installation automatique (installation en 1 clic), aussi bien pour WordPress que pour Joomla.

Joomla ou WordPress, qui gagne ici ?

Match nul. Les deux services permettent de disposer d’un site opérationnel en quelques minutes (voire en moins d’une minute avec l’installation en 1 clic).

À quelques détails près, la procédure est la même pour installer Joomla ou WordPress manuellement :

  1. Vous récupérez les fichiers source.
  2. Vous envoyez ces fichiers source sur votre serveur via FTP.
  3. Vous terminez en faisant le lien avec votre base de données.

Quelle maniabilité pour Joomla et pour WordPress ?

Vous avez installé votre site Joomla ou WordPress. Bien. Poursuivons ce comparatif de CMS en évoquant la prise en main de ces deux plateformes de création de site web.

Voyons cela plus en détails.

Pour commencer, on démarre avec WordPress (sans ordre de préférence, bien sûr ;-).

L’une des caractéristiques phares d’un CMS, c’est sa capacité à permettre à ses utilisateurs de créer du contenu sans toucher à la moindre ligne de code.

Même si on peut me taxer de manquer d’objectivité (j’utilise WordPress au quotidien), il est quand même compliqué de nier que l’interface de WP soit difficile à utiliser pour un débutant.

En un clin d’oeil, vous avez accès à tous les liens de votre menu sur votre Tableau de bord.

Le Tableau de bord d'un site WordPress

Même s’il vous faudra saisir la différence entre les Articles et les Pages, la plupart des options basiques sont accessibles en 1 clic :

  • faire des mises à jour
  • créer un article
  • procéder à des réglages
  • personnaliser votre thème etc.

Vous pouvez facilement installer des thèmes et des extensions depuis l’administration (back-office) de votre site, afin de lui adjoindre de nouvelles fonctionnalités.

Pour créer du contenu, deux options se présentent à vous :

  • Utiliser l’éditeur Gutenberg, présent depuis la version 5.0 de WordPress.
  • Conserver l’éditeur de texte classique grâce à l’extension Classic Editor.

Vous souhaitez ajouter des photos ? Aucun souci, tout se fait intuitivement. Vous pouvez aussi intégrer des vidéos (grâce à de l’embed code, code incorporé), ou encore programmer la publication de vos articles.

Pour WordPress, on n’est pas mal. Allons voir comment ça se passe du côté de chez Joomla, désormais.

Une fois connecté à votre Tableau de bord, vous remarquerez que les options sont beaucoup plus nombreuses que sur WordPress.

L'interface d'administration de Joomla

D’un côté, c’est vraiment pas mal lorsque l’on connaît bien la bête : les possibilités de réglages sont abondantes. Ça, c’est vraiment super.

Mais d’un autre côté, on peut facilement s’y perdre lorsque l’on débute.

Le menu Configuration en est le parfait exemple : il y en a partout !

Et franchement, ce n’est pas simple de comprendre au premier coup d’oeil à quoi correspondent toutes les options proposées.

Le menu de configuration de Joomla
Un petit aperçu du menu Configuration

Bref, un temps d’adaptation et de formation est obligatoire et je pense qu’il sera plus long que sur WordPress.

Personnellement, je trouve aussi l’interface de Joomla un peu plus “froide” que sur WP.

Vous remarquerez que l’on retrouve une barre latérale à gauche, comme sur WordPress, avec un accès direct à la plupart des fonctionnalités essentielles (Contenu, Structure, Utilisateurs etc.).

Ensuite, vous verrez que Joomla utilise un éditeur de texte semblable à celui de WordPress (TinyMCE), bien qu’un peu plus nourri en options (trop nourri ?)

Vous pouvez par exemple ajouter des émoticônes, des morceaux de code, un tableau etc.

L'éditeur de texte de Joomla

Toujours au niveau du contenu, Joomla dispose d’une option plutôt sympa : modifier votre article depuis l’interface front-end (ce que voient vos visiteurs), à condition de disposer des droits suffisants.

Edition d'un article en front-end sur Joomla

Alors, qui gagne ici ?

Tout dépend du type d’utilisateur que vous êtes. Si vous débutez et voulez une prise en main rapide sans y passer des heures, WordPress sera plus approprié.

Son Tableau de bord est plus intuitif car moins chargé.

Si vous n’avez aucune connaissance au départ, Joomla sera plus complexe et plus long à prendre en main.

En revanche, si vous êtes un peu patient, vous découvrirez des fonctionnalités natives que WordPress ne propose pas.

Quels types de sites web peut-on créer avec Joomla ou avec WordPress ?

Créer un site e-commerce

Pour créer un site e-commerce avec WordPress, il va falloir utiliser un plugin dédié. WP n’est pas configuré nativement pour faire du e-commerce.

Il existe des dizaines d’extensions pour cela, comme Easy Digital Downloads, MemberPress, ou encore et surtout WooCommerce.

Lui, c’est le plus célèbre : je parie que vous le connaissez. Il permet de mettre en place une boutique en ligne gratuitement. Des plugins complémentaires vous permettent ensuite de le personnaliser.

Si vous voulez apprendre à créer une boutique en ligne avec WooCommerce, je vous conseille cette vidéo publiée sur la chaîne Youtube de la Marmite :

Joomla fonctionne sur le même principe que WordPress. Il est tout à fait possible de créer une boutique en ligne grâce à l’ajout d’une extension comme :

Créer un blog

À la base, WordPress a été conçu comme une plateforme dédiée au blogging. Si vous voulez mettre sur pied un blog, vous savez vers qui vous tourner 😉

Les articles sont séparés des autres types de contenus dans un onglet dédié de l’administration, et il est très aisé de créer ses articles, de les organiser en différentes catégories, et d’en gérer la publication.

Depuis fin 2018, WordPress dispose d’un nouvel éditeur, appelé Gutenberg. Il se substitue à l’ancien éditeur de contenu classique.

Gutenberg vous permet d’organiser visuellement, en différents blocs, le contenu de vos articles, tout comme vous pourrez le faire sur vos autres pages.

Gutenberg permet de construire des blocs de contenu sur WordPress

Avec Joomla, il est aussi tout à fait envisageable de créer et d’alimenter un blog. Mais cela reste moins intuitif et se veut plus complexe que sur WordPress, en particulier si vous êtes débutant.

Par exemple, WordPress fait bien la différence entre des articles (contenu dynamique) et des pages (contenu statique), alors que Joomla ne dispose que d’une seule nomenclature (article).

Créer un site multilingue

Sur WordPress, il est possible nativement de choisir la langue de votre site et de la changer.

Le CMS n°1 dans le monde est disponible dans une dizaine de langues dès l’installation.

En revanche, vous ne pouvez pas créer de contenu multilingue sans un plugin dédié comme WPML ou Polylang, par exemple.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à consulter cette vidéo disponible sur la chaîne Youtube de la Marmite (et abonnez-vous au passage si ce n’est pas déjà fait 😉

Sur Joomla, pas besoin de recourir à un service tiers pour gérer le multilinguisme.

Une fois le CMS installé, vous pouvez choisir la langue de votre choix et traduire votre contenu (64 langues disponibles), directement depuis le back office.

Pour l’exemple, je me suis amusé à faire de l’italien la langue principale de mon site. Capito ?

Le panneau de contrôle de Joomla en italien

Vous pouvez même définir la langue de votre choix pour chaque utilisateur en front-end, et en back-end.

Alors, qui gagne ici ?

Les deux CMS sont appropriés pour mettre sur pied n’importe quel type de site.

Après, si vous avez spécifiquement besoin de créer un blog, j’opterais plutôt pour WordPress.

Pour un site multilingue, Joomla reste plus fonctionnel nativement.

Enfin, pour une boutique e-commerce, difficile à dire. Sur ce point-là, il y a match, je pense. Les deux CMS proposent des extensions de qualité.

Quelles fonctionnalités de design et de personnalisation pour ces deux CMS ?

Quand on crée un site web, on pense à son contenu mais aussi à son design. Il va être important de pouvoir le personnaliser.

Détaillons cela pour les deux plateformes et poursuivons notre “combat” de CMS WordPress vs Joomla 😉

WordPress est réputé pour sa flexibilité et son important degré de personnalisation.

Si vous ne voulez pas mettre les mains dans le cambouis, il est d’abord possible de modifier l’apparence de votre site depuis le Customiseur.

Ce dernier est accessible depuis le menu Apparence > Personnaliser.

En fonction de ce que propose votre thème, vous allez pouvoir modifier :

  • la favicon
  • les couleurs
  • l’emplacement des menus
  • les images d’en-tête et d’arrière-plan
  • les widgets etc.

Si vous ne savez pas du tout coder ou n’avez pas envie de vous y frotter, et comptez aller encore plus loin dans la personnalisation du design de votre site, sachez que vous pouvez utiliser des constructeurs de page (page builders, en anglais) pour créer votre site WordPress.

Ces page builders permettent d’ajouter des mises en page déjà toutes prêtes pour vous faire gagner du temps dans la mise en place de votre design.

Pour cela, il vous suffit de faire glisser-déposer les éléments de votre choix à l’emplacement souhaité dans votre contenu.

Modules de Beaver Builder
Un aperçu des modules du constructeur de pages Beaver Builder

Parmi les constructeurs de page célèbres, on peut citer :

Maintenant, qu’est-il possible de faire sur WordPress en matière d’ajout de fonctionnalités ?

Quasiment tout, mon capitaine !

Tout d’abord, il existe ce que l’on appelle des extensions (plugins, en anglais).

Les extensions sont des modules permettant d’étendre les fonctionnalités de WordPress. Elles permettent d’ajuster un site à ses besoins, sans devoir écrire une seule ligne de code.

La grande force de WordPress, c’est qu’il propose un nombre gigantesque de plugins. Par exemple, il en existe près de 55 000 sur le répertoire officiel, accessibles gratuitement.

Ils vont vous permettre de transformer votre site en boutique e-commerce, de gérer votre SEO, de renforcer la sécurité de votre site etc.

Joomla ou WordPress : quelques exemples d'extensions présentes sur le répertoire officiel WP

Par ailleurs, il existe des plateformes spécialisées, comme CodeCanyon, vendant des extensions premium.

Pour gérer l’apparence de votre site WordPress, il va falloir utiliser un thème. Il en existe plus de 5 000 sur le répertoire officiel.

Et comme pour les extensions, vous pouvez aussi vous en procurer des premiums sur des places de marché comme ThemeForest.

Il est maintenant temps de voir ce que propose Joomla.

Le CMS a aussi son propre système de thèmes et d’extensions, mais les appellations et usages diffèrent.

Chez Joomla, les thèmes sont appelés templates, et sont plus largement considérés comme des extensions.

Comme sur WordPress, les templates permettent de modifier le design de votre site web.

Le template Beez3 de Joomla
le template Beez3 de Joomla

Par contre, ne vous attendez pas à un choix infini sur votre interface d’administration.

De base, il n’y a que deux templates disponibles, dont Beez3, que vous voyez ci-dessus.

La principale différence sur Joomla, par rapport à WordPress, est qu’il n’existe pas de répertoire officiel pour dénicher le template de vos rêves.

Un petit tour sur votre moteur de recherche favori sera alors nécessaire. Vous trouverez dans les premiers résultats quelques pistes à creuser.

Tapez par exemple “template Joomla” ou “best template Joomla”.

Parmi les autres types d’extensions, on dénombre :

  • Les Composants (components) : “les composants sont les extensions les plus larges et les plus complexes. On peut les décrire comme étant des mini-applications”, détaille la documentation de Joomla. Le composant Fiches de contact peut par exemple vous permettre de créer une page de Contact.
  • Les Plugins : “Les plugins sont des extensions plus avancées et sont essentiellement des gestionnaires d’évènements”, précise la documentation officielle du CMS.
  • Les Modules : “Les modules sont des extensions plus légères et plus flexibles utilisées pour le rendu des pages”, selon la documentation. C’est en quelque sorte l’équivalent des widgets sur WordPress. Ils permettent d’ajouter un formulaire de recherche, un fil d’Ariane, les derniers articles etc. Les modules de Joomla
  • Les Packs de langues (languages) : les packs de langues de Joomla.

J’espère que vous suivez 😉 On récapitule. Au total, Joomla dispose donc de 5 types d’extensions (templates, composants, plugins, modules et langues).

Afin que cela soit tout à fait clair pour vous, regardez cette capture d’écran issue de la documentation du CMS :

Joomla ou WordPress : un aperçu des extensions sur Joomla

Vous pouvez avoir accès à ces extensions (composants, plugins et modules) sur le répertoire officiel Joomla. Au moment d’écrire ces lignes, il y avait près de 8 000 extensions disponibles.

Le répertoire officiel d'extensions de Joomla

Toutes les extensions sont classées par catégories, et vous pouvez trouver des extensions aussi bien gratuites, que payantes (ce qui n’est pas le cas sur le répertoire officiel WP, où tout est gratuit).

Comme sur WordPress, il y en a dans tous les domaines, et pour tous les goûts (Photos & Images, Social Web, E-Commerce, Marketing etc.).

Enfin, sachez que même si vous ne savez pas coder, vous pouvez, comme sur WordPress, utiliser un constructeur de page.

Quelques-uns sont ressortis au cours de mes recherches, comme :

Alors, qui gagne ici ?

Si l’on se fie au nombre de thèmes et d’extensions proposés, il n’y a pas photo, WordPress l’emporte haut la main.

Cependant, cette abondance de biens s’explique aussi par la popularité et le nombre d’utilisateurs de WordPress. Cela ne signifie pas pour autant que la qualité est moindre chez Joomla.

Pour un débutant, cela rend le processus un peu plus complexe, même si finalement, tout est aussi une question d’habitude.

Niveau facilité d’utilisation, enfin, Joomla ne permet pas de chercher et d’installer toutes sortes d’extensions depuis votre administration (c’est impossible pour les templates, par exemple), comme c’est le cas avec WordPress.

Le SEO sous Joomla et sous WordPress

Un site agréable à regarder et à parcourir, c’est bien. Mais c’est encore mieux s’il est facilement trouvable sur la Toile.

Pour cela, il n’y a pas 36 solutions : il faut travailler votre référencement naturel (SEO) sur les moteurs de recherche.

Commençons par voir comment cela fonctionne sur WordPress.

Il est naturellement optimisé pour le SEO, même s’il va falloir connaître et appliquer quelques bonnes pratiques pour ne pas tout saccager.

Disons qu’au niveau du SEO on-page, vous avez accès aux différentes balises à optimiser (comme la structure de titres et les textes alternatifs des images) mais le reste est défini au niveau du thème, cela dépend donc des développeurs.

WordPress permet aussi via son Menu Permaliens d’optimiser la structure de vos URLs, afin de les rendre plus compréhensibles aux yeux de Google.

WordPress permet de régler vos permaliens pour le SEO
Un aperçu du menu Réglages > Permaliens de WordPress

Par ailleurs, des plugins tiers vous aident à gérer votre référencement.

Parmi les plus célèbres, Yoast SEO demeure un incontournable. Il vous guide très finement dans l’optimisation de vos pages autour de mots-clés relatifs à votre business.

Nativement, Joomla permet de modifier vos balises title et meta-description pour chaque page de contenu, ce qui est impossible avec WordPress sans une extension dédiée.

Joomla permet aussi de renseigner des balises meta pour empêcher ou non l’indexation de vos pages par les moteurs de recherche.

Les balises meta sur Joomla

Le CMS lancé en 2005 a aussi une fonctionnalité pour réécrire vos URLs, mais comme avec WordPress, vous devrez utiliser une extension pour personnaliser plus finement votre SEO.

L’une des plus célèbres est EFSEO – Easy Frontend SEO.

Si vous souhaitez propulser votre site WordPress en tête des moteurs de recherche, WPMarmite propose la formation Enfin visible grâce au référencement

Alors, qui gagne ici ?

Difficile à dire. De façon générale, il n’existe pas un CMS plus ou moins SEO-friendly qu’un autre. C’est en tout cas l’avis d’Olivier Andrieu, l’un des pontes français du référencement naturel.

Selon lui, “tous les CMS majeurs du marché permettent de faire du SEO de qualité s’ils sont bien configurés”.

Quelle que soit la plateforme que vous choisirez, il vous faudra déployer des efforts conséquents pour atteindre des résultats de référencement satisfaisants.

Pour cela, vous devrez créer du contenu de qualité, penser aux attentes de vos clients, optimiser chaque page très finement etc.

Et en termes de sécurité : devez-vous choisir Joomla ou WordPress ? Voyons cela dans la partie suivante.

La sécurité sur les deux CMS

Parmi les nombreuses idées reçues qui courent à propos des CMS, et notamment sur WordPress, c’est qu’ils ne sont pas sécurisés.

Mettons au clair les choses tout de suite : Joomla et WordPress sont deux CMS sécurisés.

Si jamais une faille est découverte, elle est rapidement corrigée, puis un patch est publié avant même que vous ayez connaissance de la faille.

Ce qui représente un danger, ce sont les thèmes et extensions (pour parler en langage WordPress) que vous allez ajouter au core (la base du CMS) de votre site.

N’importe qui peut coder ces thèmes et extensions, donc il faut faire attention à ce que vous installez.

Maintenant, parlons chiffres.

Dans son rapport de sites piratés de 2018, Sucuri indique que WordPress est le CMS le plus piraté (90%), très loin devant Magento (4,6%) et Joomla (4,3%).

Source : Sucuri

Encore plus intéressant, Sucuri détaille que les “infections” de sites WordPress sont passées de 83% en 2017, à 90% en 2018.

Celles de Joomla ont en revanche diminué, passant de 13,1% à 4,3% sur la même période.

Est-ce à dire que WordPress est moins sécurisé que son concurrent ? Non, selon Sucuri.

D’après ce spécialiste de la sécurité, la majorité des problèmes de sécurité sont dûs à à une maintenance inefficace des webmasters, à de mauvaises configurations, et surtout à l’absence de mises à jour des sites web.

De plus, WordPress est logiquement plus piraté car il est beaucoup plus utilisé que ses autres concurrents.

Quoi qu’il arrive, sur les deux plateformes, la sécurité est votre affaire.

Sous WordPress, comme sous Joomla, vous serez averti dès que des mises à jour seront disponibles. Ne tardez pas trop à les installer, c’est très important.

Ensuite, des plugins vous permettront de renforcer la sécurité de votre site. Sous WordPress, on peut citer :

Sous Joomla, je pourrais vous parler de :

Alors, qui gagne ici ?

Joomla et WordPress laissent les utilisateurs prendre la main sur la sécurité.

Cependant, Joomla a quelques longueurs d’avance sur WordPress au niveau de ses fonctionnalités de sécurité natives.

Par exemple, il permet de forcer une connexion SSL ou encore de mettre en place une authentification à deux facteurs depuis le Tableau de bord, ce qui est impossible avec WordPress sans extension.

Joomla donne aussi accès aux extensions vulnérables.

L’aide et le support sur les deux plateformes

Allez, on continue ce test Joomla vs WordPress en évoquant l’aide et le support.

Je ne veux pas vous porter la poisse, mais arrivera forcément un jour où votre CMS favori va vous jouer des tours.

Site indisponible à cause d’une mise à jour, impossible de mettre en place une fonctionnalité etc. : on est tous passés par-là et il va falloir résoudre ces erreurs.

Un homme se prend la tête à deux mains

A ce moment-là, que faire ? Qui contacter pour vous aider ?

En utilisant WordPress, vous aurez accès à une gigantesque communauté très active. Vous pourrez notamment trouver des solutions à vos problèmes sur :

Si vous avez besoin d’une aide professionnelle, sachez qu’il existe pléthore d’entreprises et de freelances proposant de la maintenance et du développement sur-mesure.

Vous pouvez les trouver via un moteur de recherche, ou encore sur des plateformes spécialisées.

Si vous avez souscrit à un thème ou à une extension premium qui vous pose souci, le support est très souvent inclus dans le package. N’hésitez pas à contacter les développeurs concernés, si besoin.

Le fonctionnement est sensiblement le même avec Joomla. En raison de sa nature de logiciel open-source, comme WordPress, vous allez pouvoir trouver des réponses à vos questions sur :

Alors, qui gagne ici ?

Bien que différentes en termes de tailles, les communautés WordPress et Joomla restent très actives.

Les connaissances sur les 2 CMS sont largement partagées sur le web, ce qui vous aidera à aisément trouver des réponses à vos questions.

En revanche, l’écosystème Joomla étant plus restreint, vous aurez sûrement plus de mal à trouver de la main d’oeuvre qualifiée qu’avec WordPress, et les prix pratiqués pourront être plus élevés (la rareté crée la cherté).

Quelles différences de prix entre les deux CMS ?

Au début de cet article, je vous ai indiqué que les 2 CMS étaient gratuits. C’est vrai, tout en étant faux (mais je ne vous ai pas menti).

Ce qui est gratuit, c’est le CMS en lui-même, celui que vous téléchargez avant de l’installer sur votre serveur.

Mais pour le faire fonctionner, il va falloir investir (au minimum) dans un nom de domaine et un hébergement.

En moyenne, comptez de 30€ à 80€ par an pour ces deux éléments (par exemple chez o2switch).

Ensuite, ce qui peut faire grimper la note, ce sont les thèmes et extensions premium que vous souhaitez installer. Et ça, ça dépend de vous et de vos besoins.

Alors, qui gagne ici ?

Alors en termes de prix, on choisit plutôt WordPress ou Joomla ? Résultat : match nul.

En moyenne, pour ajouter des fonctionnalités externes (plugins sur WP, extension sur Joomla) les prix sont sensiblement les mêmes sur l’une ou l’autre des plateformes.

Conclusion : Joomla ou WordPress, que choisir ?

Maintenant, il est l’heure de vous décider. Joomla ou WordPress, qui devez-vous choisir ?

Pas simple, tout ça. Les deux CMS se ressemblent sur pas mal d’aspects.

En fait, tout va dépendre essentiellement de votre profil, mais aussi de ce que vous souhaitez mettre en oeuvre sur votre site.

Si vous êtes débutant, que vous n’y connaissez rien à la technique et n’avez pas envie de mettre les mains dans le cambouis, WordPress est moins complexe à prendre en main et plus facile à utiliser au démarrage.

Je le trouve également beaucoup plus intuitif et moins « fouillis » que Joomla.

Si vous partez de zéro, l’apprentissage sera plus rapide sur WordPress que sur Joomla.

Par contre, si vous êtes un codeur dans l’âme et que la technique ne vous effraie pas, Joomla peut représenter un excellent compromis car il offre plus de fonctionnalités natives que WordPress, et reste tout aussi flexible.

Mais bon, vous pouvez aussi faire des choses très techniques avec WordPress. Ce n’est pas pour rien que des grands groupes choisissent de l’utiliser.

Par contre attention : si vous êtes un créateur de sites à votre compte et souhaitez laisser la main à vos clients après la livraison, WordPress sera plus approprié pour un public d’initiés qui n’a pas ou peu de connaissances en informatique.

Note : à ce propos, si développer votre activité de créateur de site vous intéresse, WPMarmite propose la formation Devenez un freelance WordPress accompli.

Ensuite, rappelez-vous qu’il est possible de réaliser n’importe quel type de site avec Joomla ou WordPress. Cependant, dans certains cas, l’un ou l’autre conviendra mieux. Par exemple :

  • WordPress sera totalement adéquat si vous voulez créer un blog, un site vitrine ou encore une boutique en ligne ;
  • Joomla sera particulièrement adapté pour créer un site multilingue (mais WordPress en est aussi capable en combinaison avec une extension).

C’est bon, vous avez trouvé sur quel cheval miser ? S’il ne fait pas l’affaire et ne correspond pas à vos attentes, sachez que vous pouvez passer chez le concurrent sans trop de soucis.

Pour migrer de Joomla vers WordPress, vous pouvez par exemple utiliser l’extension FG Joomla to WordPress.

Et pour migrer de WordPress vers Joomla, jetez un oeil au plugin CMS2CMS.

Maintenant, j’aimerais beaucoup recueillir votre opinion. Êtes-vous plutôt un WordPress ou un Joomla addict ?Votre avis et vos retours d’expériences sont les bienvenus.