Outils, bijoux, fournitures de bureau, électroménager, instruments de musique, jeux et jouets : on peut trouver absolument tout sur une place de marché.

Amazon est probablement la plus célèbre – et aussi la plus décriée -, mais savez-vous qu’il est aussi possible de créer une marketplace sur WordPress, y compris si vous ne disposez d’aucune connaissance technique ?

Une femme sourit face aux micros
Eh oui, c’est la fête !

Pour en savoir plus et découvrir le mode opératoire, cet article vous propose un tutoriel pas à pas en 5 étapes.

Vous y découvrirez une extension bien pratique, ainsi que les avantages et inconvénients de ce type de plateforme en ligne.

Besoin d’un hébergeur pour votre site ?

Faites comme WPMarmite, choisissez o2switch. Non seulement les performances sont au rendez-vous mais le support est exceptionnel.

Qu’est-ce qu’une marketplace ?

Une marketplace, place de marché en français, est une plateforme en ligne (site internet ou application) sur laquelle des particuliers ou des professionnels proposent des produits ou services à la vente. La plateforme agit alors comme un intermédiaire commercial entre vendeurs et acheteurs et récupère une commission sur les ventes réalisées.

Pour imager, disons qu’il s’agit d’une grande surface commerciale au sein de laquelle cohabitent des dizaines et des dizaines de boutiques indépendantes. Chacune propose ses articles à la vente selon les tarifs de son choix. 

Au final, le chaland (vous) peut naviguer de boutique en boutique pour pouvoir réaliser les emplettes désirées.

Sites web, applications et écosystème WordPress

A tous les coups, vous avez sûrement déjà commandé sur l’une d’entre-elles. Au niveau des sites web, les plus connues sont Amazon, Rakuten, Alibaba, Etsy, la Fnac, ou encore Facebook Marketplace.

Sans oublier Ebay, sûrement l’une des plus vieilles, créée en 1995 par le Français Pierre Omidyar.

Ebay est une marketplace française

Ebay, d’ailleurs, ne propose que des produits de vendeurs tiers. A côté de cela, d’autres marketplaces (Fnac, Cdiscount, Darty, Amazon etc.) proposent à la fois leurs produits maison, mais aussi ceux d’autres vendeurs.

Côté applications, il y a de fortes chances pour que vous ayez déjà surfé sur des marketplaces célèbres comme l’AppStore d’Apple, ou le PlayStore de Google.

Page d'accueil de l'AppStore

Et puisque l’on cause pas mal WordPress sur WPMarmite, n’oublions pas de parler de marketplaces spécialisées en la matière. La plus connue d’entre-elles est Envato, qui héberge plusieurs plateformes comme : 

Page d'accueil de la marketplace de produits WordPress appelée ThemeForest

Sur une marketplace, on trouve quoi ?

Il existe différentes typologies de marketplaces, mais l’idée ici n’est pas d’entrer dans des détails commerciaux techniques.

Pour schématiser, on peut mettre en avant 3 formats “classiques” : 

  • La marketplace B2B (Business to Business), destinée uniquement aux vendeurs et acheteurs professionnels, à l’image d’Alibaba.com.
  • La marketplace B2C (Business to Consumer). Ici, des vendeurs professionnels vendent leurs produits à des acheteurs particuliers. Exemple célèbre : Amazon.
  • La marketplace C2C (Consumer to Consumer), pour les particuliers uniquement, comme le proposent Facebook Marketplace ou Le Bon Coin.

En ce qui concerne les produits proposés à la vente, on peut diviser cela en deux grandes familles :

  • Les produits physiques : vêtements, consoles de jeux, électroménager, livres, véhicules etc.
  • Les produits numériques : livres électroniques, vidéos, podcasts, tutoriels, logiciels, formations, coachings, illustrations, photos etc.

Quelles différences avec une boutique en ligne classique ?

Si une marketplace se rapproche sur la forme d’une boutique en ligne, plusieurs différences notables sont à relever entre les deux (on se place ici du point de vue du gérant de la place de marché) : 

  • Contrairement à un site e-commerce classique, le client d’une marketplace est le vendeur (sans oublier l’acheteur final), pas l’acheteur.
  • Le mode de rémunération n’est pas le même. Avec une boutique en ligne, le vendeur est payé directement sur chaque vente. Avec une place de marché, une commission lui est prélevée sur chaque achat pour rémunérer la marketplace, qui lui met à disposition un espace de vente.
  • Le statut juridique diffère. Le gérant d’une boutique e-commerce est légalement responsable des produits qu’il commercialise. Sur une marketplace, c’est le vendeur qui porte la responsabilité la plupart du temps, pas le gérant de la marketplace. Pour vous en assurer, faites bien attention aux termes d’utilisation de la marketplace que vous choisirez.
  • La gestion est simplifiée sur une marketplace. Très souvent (ce n’est pas une règle établie non plus), le gérant d’une place de marché ne s’occupe ni des stocks, ni de la logistique, ni du service après-vente. Tout cela est à la charge du vendeur, comme sur une boutique en ligne classique.

Des plateformes très appréciées

Incontournables dans le paysage du e-commerce actuel, les marketplaces ont le vent en poupe. Selon les chiffres-clés du e-commerce 2020 publiés par la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), Amazon est le site le plus visité en France (53,7%), devant la Fnac (27%) et CDiscount (18,2%).

Et la croissance de ces plateformes progresse d’année en année. Par rapport à l’étude 2019, leur volume d’affaires a par exemple augmenté de 14% en un an.

Il faut dire que les places de marché présentent de nombreux avantages, d’où leur attrait.

Mais attention : gardez bien à l’esprit qu’il y a aussi des contraintes à prendre en compte, comme vous allez le voir dans la partie suivante.

Avantages et inconvénients de créer une marketplace

Avantages (du point de vue du gestionnaire de la marketplace)

Si l’on se place du côté du webmaster qui souhaite mettre en place une marketplace sur WordPress, on peut dire que ce type de plateforme cumule pas mal d’atouts.

Pour commencer, vous l’avez vu plus haut, il s’agit d’un modèle auquel sont habitués les consommateurs, qui l’utilisent de plus en plus. En l’implémentant, vous débarquez en terrain conquis.

Un homme boit son café
Elle est pas belle, ma marketplace ?

Ensuite, on peut signaler qu’avec une marketplace, les possibilités de croissance sont décuplées. Grâce à vos multiples vendeurs, vous êtes en mesure de proposer un panel de produits beaucoup plus large et, donc de toucher encore plus de clients potentiels.

Par ricochet, vous allez aussi attirer plus de trafic sur votre place de marché WordPress. Qui dit plus de trafic, dit potentiellement plus de ventes, et plus de chiffre d’affaires généré.

En parlant de cela, soulignons que les options de monétisation sont diverses et variées. Le plus courant concerne le paiement à la commission sur les ventes, mais vous pouvez aussi opter pour des abonnements au mois ou à l’année pour utiliser votre plateforme (pour les vendeurs, pas les acheteurs), à condition que cela soit permis par l’extension que vous allez utiliser (si vous choisissez ce type d’usage).

Enfin, niveau gestion, tout est simplifié pour le responsable de la marketplace, qui supporte souvent moins de risques que ses vendeurs :

  • Ces derniers s’occupent de toute la logistique et du suivi de la commande (stock, approvisionnement, livraison, SAV etc.). 
  • Le webmaster n’a pas forcément de produits à créer : les vendeurs présents sur sa plateforme s’en chargent, en fonction de l’extension que vous allez utiliser. 
  • Les processus sont automatisés : vos revenus tombent automatiquement, le plus souvent sous forme de commissions. Vous avez aussi moins de paperasse à gérer.

Au final, le gestionnaire de la marketplace est protégé par rapport à ses vendeurs, et prend un risque financier moins important par rapport à une boutique e-commerce.

Inconvénients

Les avantages sont alléchants, il faut bien le dire. Mais il s’agit de la face visible de l’iceberg. Si le modèle de la marketplace peut s’avérer très efficace et fonctionnel, il comporte aussi des inconvénients auxquels on ne pense pas forcément.

Le secteur étant vampirisé par plusieurs acteurs gargantuesques (type Amazon), il sera d’abord très difficile de vous faire une place au soleil au milieu de la concurrence.

Ensuite, vous n’avez pas la main sur tout et ne pouvez pas contrôler la bonne exécution de toutes les opérations. Si vos vendeurs délivrent une mauvaise expérience utilisateur (ex : livraison défectueuse, service après-vente de mauvaise qualité), votre image de marque peut en pâtir.

En effet, les consommateurs ne font pas toujours la différence entre les vendeurs présents sur une plateforme, et la plateforme elle-même. Et quand ils la font, ils peuvent même décider d’aller acheter directement les produits sur le site du vendeur en question !

Un homme part de la pièce
Je vais voir ailleurs si t’y es, tiens.

Du coup, même si les vendeurs ont beaucoup d’autonomie, vous ne pourrez pas tout le temps botter en touche et les laisser se débrouiller seuls avec leurs clients. Un minimum d’implication de votre part sera aussi requise.

Financièrement parlant, maintenant, vos marges seront moins importantes qu’avec un site e-commerce classique. Rappelez-vous, les marketplaces se rémunèrent la plupart du temps à la commission sur les ventes de leurs vendeurs (il faut bien qu’elles y trouvent leur compte, elles aussi). 

Autre inconvénient à détacher, mais pour les vendeurs, cette fois : l’aspect design et UX (expérience utilisateur). Ils ne pourront pas agir, la plupart du temps, sur l’apparence visuelle du site et de vos produits (pas de possibilité de la faire coller à leur branding, sauf cas peu fréquents). 

Dans la même veine, le gestionnaire de la marketplace ne contrôle pas toujours tout le processus de paiement et les difficultés inhérentes qui peuvent survenir (abandon de panier chez un ou plusieurs vendeurs, par exemple). 

Enfin, j’ai peut-être gardé l’inconvénient majeur pour la fin : créer une marketplace sur WordPress (et en général) engendre le respect d’une réglementation stricte, avec un cadre juridique qui lui est propre et très mouvant.

Et pour ne rien arranger, la législation évolue fréquemment sur ce point.

Après avoir mené quelques recherches sur internet, je peux vous affirmer qu’il est difficile de s’y retrouver. On retrouve pléthore d’informations contradictoires, sans parler de leur mise à jour erratique.

Le plus simple, si vous avez dans l’idée de concevoir une place de marché, reste de jouer la sécurité : rapprochez-vous d’un spécialiste juridique, qui saura vous aiguiller au mieux.

Optez pour des CGV fiables et sur mesure

Faites rédiger vos CGV par un avocat spécialisé, grâce à notre partenaire Captain Contrat. Prestation délivrée sous 72h et à un tarif transparent.

Comme l’explique ce site, il faut savoir que de nombreuses informations légales spécifiques doivent figurer sur une marketplace : 

  • Des mentions légales ;
  • Des Conditions générales d’utilisation (CGU) ;
  • Des conditions générales de vente (CGV).

Sans oublier le traitement des données personnelles dans le cadre du RGPD, la réglementation des paiements, ou encore la gestion de la TVA.

Si cela vous intéresse, Aurélien Denis, du site WPChannel, soulève quelques-unes de ces problématiques dans cette ressource.

Enfin, une place de marché étant considérée comme un site de vente en ligne, vous pouvez également vous référer aux différentes obligations à respecter énumérées sur le site officiel de l’administration française.

Gardez bien tout cela en tête. Une fois que vous serez au clair avec tous les aspects techniques et juridiques, viendra sûrement l’envie de lancer votre propre marketplace avec WordPress. 

Pour la marche à suivre, ça se passe juste en-dessous.

Comment créer une marketplace avec WordPress en 5 étapes

Pour savoir comment créer un site WordPress professionnel en 5 étapes, consultez notre guide complet.

A ce stade, deux solutions s’offrent à vous. La première consiste à vous y coller à la main, en codant sur-mesure votre place de marché.

Une femme réagit devant son écran d'ordinateur.
Mettre les mains dans le cambouis ? Horreur !

Si vous débutez, ce n’est peut-être pas le chemin que vous envisagez de prendre, et ça se comprend. Au-delà des compétences techniques nécessaires, cette façon de faire est très chronophage.

La seconde solution, plus à la portée des novices, repose sur l’utilisation d’une extension. Cette dernière va se charger d’installer une marketplace sur votre site, sans même que vous ne touchiez à la moindre ligne de code.

Avant de savoir laquelle nous avons choisi de vous présenter, et comment la paramétrer, rappelons quelques fondamentaux. 

Étape 1 : installer WordPress 

Afin de pouvoir disposer d’une marketplace fonctionnelle, vous devez d’abord respecter plusieurs prérequis.

Pour commencer, ça va de soi, vous devez posséder un site WordPress en ligne. Si ce n’est pas encore le cas, il va falloir vous mouiller un peu. Pour vous aider, je vous renvoie vers deux ressources issues du blog de WPMarmite : 

J’attire également votre attention sur plusieurs points fondamentaux. Etant donné que vous allez faire de la vente en ligne – même indirectement via vos vendeurs -, vous devez impérativement mettre l’accent sur : 

  • La sécurité. Pour cela, je vous recommande de passer votre site en HTTPS, afin de chiffrer la connexion à votre site et de protéger les informations de vos visiteurs. Alex vous détaille comment procéder dans ce tutoriel ;
  • La vitesse de chargement de vos pages. D’après cette étude, un temps de chargement ralenti d’une seconde provoquerait une réduction de 7% des conversions.
    Pour optimiser la performance de votre site facilement, on a ce qu’il vous faut par ici ;
  • Le responsive. Il s’agit d’une technique qui permet de rendre vos pages lisibles sur n’importe quel écran (ordinateur, smartphone, tablette) ;
    L’immense majorité des thèmes WordPress sont responsive par défaut, donc cela devrait aller. Pour savoir si votre site est adaptée à la navigation sur mobile, utilisez le Test d’optimisation mobile de Google (gratuit).

Formez-vous à WordPress en 8 semaines

Apprenez à concevoir des sites WordPress sécurisés, rapides et conformes aux obligations légales avec la formation à distance la plus généreuse du marché (éligible aux financements)

WPChef, la formation WordPress de référence

Étape 2 : installer et activer WooCommerce

Votre site WordPress est accessible sur internet et réglé aux petits oignons ? Parfait. Passons à l’étape numéro 2 de ce tutoriel : l’installation de WooCommerce.

WooCommerce, c’est LE plugin e-commerce numéro 1 sur WordPress, au moins en termes de popularité. 

Développé et maintenu par Automattic, l’entreprise qui contribue majoritairement à WordPress, il cumule plus de 5 millions d’installations actives sur le répertoire officiel.

L'extension WooCommerce permet de créer une marketplace sur WordPress

Il faut dire qu’il a pas mal d’avantages : 

  • Il est gratuit ;
  • Il permet de vendre aussi bien des produits physiques, numériques et avec abonnement ;
  • Il est régulièrement mis à jour et enrichi ;
  • Il est flexible et hautement personnalisable : il existe de nombreux thèmes et extensions pour lui ajouter des fonctionnalités supplémentaires ;
  • ll intègre nativement certaines options de paiement (PayPal, chèques, virements bancaires etc.) et de livraison.

S’il n’est pas tout seul sur le marché (Wpshop, WP eCommerce, BigCommerce, ou encore Easy Digital Downloads permettent aussi de créer une boutique en ligne), WooCommerce va naturellement s’imposer ici pour une raison simple : quasiment toutes les extensions permettant de concevoir une marketplace sur WordPress nécessitent qu’il soit actif pour pouvoir fonctionner.

Reste à savoir comment l’installer correctement. C’est l’objet de cette vidéo réalisée par Alex, votre chef cuistot préféré :

Au passage, je vous recommande d’activer un thème qui soit compatible avec WooCommerce. Storefront (le thème officiel de WooCommerce), Astra, OceanWP ou GeneratePress peuvent parfaitement remplir ce rôle.

Étape 3 : trouver un plugin pour transformer votre boutique en ligne en place de marché

Les deux premières étapes accomplies, disons que vous disposez maintenant de fondations solides.

Désormais, il est temps de choisir l’extension qui va transformer votre boutique en ligne en marketplace sur votre site WordPress. En effet, nativement, WooCommerce permet de vendre uniquement les produits d’UN seul vendeur. 

A ce stade, vous vous posez sûrement la question suivante : “Vers quel plugin dois-je me tourner ?”

Il faut dire qu’il y a de quoi hésiter. Si vous entrez la requête “marketplace” sur le répertoire officiel WordPress, vous tomberez sur plusieurs prétendants : 

Sans oublier des extensions payantes comme Product Vendors (79$) ou Yith WooCommerce Multi Vendor / Marketplace (à partir de 99,99€).
Pour ce tutoriel, notre choix s’est porté sur l’extension freemium Dokan (60 000+ installations actives).

Extension Dokan

Il s’agit de la plus populaire du répertoire officiel sur notre thème du jour. Cependant, notre choix ne s’est pas uniquement basé sur sa popularité. 

A l’usage, selon nous, elle cumule surtout plusieurs bons points qui la rendent appropriée pour un utilisateur débutant : 

  • Sa version gratuite dispose de suffisamment d’options pour pouvoir mettre le pied à l’étrier. Voilà une bonne façon de découvrir si le monde de la marketplace vous convient.
    Ensuite, si jamais vous souhaitez aller plus loin, il est possible de se procurer la version premium pour disposer de fonctionnalités beaucoup plus avancées ;
  • Vous pouvez vendre n’importe quel type de produit, qu’il soit physique (vêtements, livres, ordinateurs, électroménager etc.) ou numérique (ebooks, musique, logiciels etc.) ;
  • Son interface d’administration est claire et aisée à prendre en main. Un tableau de bord propose en un coup d’œil l’accès à des informations de base (ventes, commissions, nombre de vendeurs, produits, retraits etc.).
    Les réglages sont condensés en 6 sous-menus clairs, ce qui évite de se retrouver noyé ;
Réglages de Dokan, une extension pour créer une marketplace sur WordPress
  • Les vendeurs disposent de leur propre tableau de bord personnalisé sur l’interface publique, sans avoir accès à l’administration, qui reste sous le contrôle du webmaster ;
  • Chaque boutique de vendeur est indépendante, avec une URL unique et sa marque ;
  • Dokan est régulièrement mise à jour et enrichie ;
  • Elle propose son propre thème maison optimisé pour fonctionner main dans la main avec l’extension (en version Pro uniquement).

On peut regretter l’absence de traduction en français de l’interface d’administration de l’extension. Mais c’est aussi le cas chez ses concurrents (WC Vendors Marketplace, WCFM Marketplace et WC Marketplace, pour ne citer qu’eux). 

Néanmoins, notez qu’il est possible de pallier ce problème de langue en utilisant l’extension Loco Translate. Alex vous détaille comment vous en servir dans cette vidéo :

Étape 4 : Paramétrer votre marketplace sur WordPress

Désormais, vous voilà fin prêt pour entamer la configuration de votre marketplace sur WordPress. 

Pour vous aider à y voir plus clair, on vous livre quelques conseils de base pour démarrer. Libre à vous, ensuite, d’agrémenter tout cela à votre sauce et d’aller plus loin dans la personnalisation, en fonction de vos attendus.

Permettre la création de comptes vendeurs

Ça va de soi, mais pour qu’un vendeur puisse vendre sur votre place de marché, il doit pouvoir être en mesure de le faire. 

Pour cela, direction le menu Réglages > Général. Puis cochez la case “Tout le monde peut s’inscrire”.

Permettre la création des comptes vendeurs sur votre marketplace WordPress

Cela permettra à vos futurs vendeurs, mais aussi à vos clients, de s’enregistrer sur votre site, grâce à un formulaire disponible en front-end (sur l’interface visible de votre site). 

Ajouter des vendeurs

Une fois qu’un vendeur est en mesure de s’inscrire sur la marketplace en lien avec votre site WordPress, vous pouvez l’ajouter depuis votre back office en passant par le menu Dokan > Vendors > Add New.

Vous devrez remplir 3 types d’informations : 

  • Coordonnées : nom, prénom, nom de la boutique, URL, numéro de téléphone etc. ;
  • Adresse de la boutique ;
  • Options de paiement : il s’agit des coordonnées bancaires du vendeur, afin qu’il puisse recevoir le fruit de ses ventes.
Ajout d'un nouveau vendeur sur Dokan, une extension pour créer une marketplace sur WordPress

Vous pouvez ajouter un nombre illimité de vendeurs et conservez la main sur le fait qu’ils puissent vendre ou non sur votre place de marché. Pour rendre cette option active, il suffit de passer leur statut en actif :

Ajout d'un vendeur sur Dokan

Ajouter des produits

En tant qu’administrateur du site, vous pouvez bien sûr ajouter les produits de vos vendeurs en utilisant les fonctionnalités offertes par WooCommerce, via le menu Produits.

Pour connaître la marche à suivre, je vous renvoie vers notre tutoriel sur le blog de WPMarmite, ou la vidéo dont je vous ai parlée tout à l’heure. Faites vos jeux.

Bon, tout ça, vos futurs vendeurs n’en ont cure. Eux, ce qu’ils souhaitent, c’est pouvoir ajouter leurs produits tout seuls comme des grands, sans passer par vous. 

C’est là que Dokan devient très intéressant. L’extension permet aux vendeurs de bénéficier de leur propre Tableau de bord pour ajouter et gérer leurs produits, sans jamais passer par l’administration de votre site.
Pour cela, vous devez d’abord penser à leur donner cette possibilité dans les options de vente (Selling options) des réglages du plugin :

Autoriser les nouveaux vendeurs à vendre vos produits sur votre place de marché WordPress avec Dokan

Ensuite, ils seront en mesure de se connecter à leur Tableau de bord depuis l’interface front-end de votre site (celle visible par vos visiteurs), à l’aide de leur identifiant et mot de passe.

De base, cela ressemble à cela, sur l’écran d’accueil :

Le Tableau de bord front-end de l'extension WordPress Dokan

Depuis ce centre névralgique, le vendeur peut :

  • Se connecter/Se déconnecter à tout moment ;
  • Editer son compte (coordonnées, mot de passe) ;
  • Consulter/gérer les commandes passées et les paiements effectués ;
  • Procéder à quelques réglages relatifs à sa boutique : horaires d’ouverture, photo de bannière, nombre de produits par page etc. ;
  • Consulter ses informations de paiement.

Sans oublier, on était quand même là pour ça, l’ajout de produits. Pour cela, le vendeur peut utiliser le sous-menu Products.  

Il sera en mesure d’ajouter :

  • Une photo pour son produit ;
  • Un prix avec une remise, si besoin ;
  • Une catégorie pour son produit ;
  • Une description.
Ajouter un nouveau produit sur l'extension Dokan

Le Ptit Bouillon, votre antisèche sur l’actu WordPress

Recevez gratuitement les dernières infos de l’écosystème WordPress tous les 15 jours et créez de meilleurs sites.

Mettre en place une solution de paiement

Afin de permettre à des acheteurs potentiels de se procurer les produits vendus sur votre marketplace créée avec WordPress, ils doivent pouvoir disposer de plusieurs options de paiement.

Dokan agissant comme une surcouche de WooCommerce, vous pouvez d’abord utiliser les passerelles de paiement proposées par la célèbre extension e-commerce

Elles sont accessibles depuis le menu WooCommerce > Réglages > Paiements.

Par défaut, on vous propose des paiements par virement bancaire, chèque, à la livraison et PayPal Standard.

Moyens de paiement permis par l'extension Dokan

Dokan propose aussi une intégration avec Stripe, mais via l’un des modules inclus à partir de son offre Professional (à partir de 162$/an). 

Pour les vendeurs et le webmaster, maintenant, qui dit paiement, dit aussi commission.

Dokan offre la possibilité au gestionnaire de site de se rémunérer au pourcentage sur les ventes, ou alors en optant pour un montant fixe (flat), via le menu Selling options :

Options de vente pour Dokan

A noter que vous pouvez aussi procéder au cas par cas, concernant la commission à prélever. Il est possible de la régler individuellement pour chaque compte vendeur :

Réglages d'une commission individuelle sur l'extension Dokan, idéale pour créer une marketplace sur WordPress

Enfin, pour payer ces commissions aux vendeurs de votre place de marché, il existe deux possibilités : PayPal ou le virement bancaire (réglages à retrouver dans Dokan > Settings > Withdraw Options).

Moyens de paiement proposés par l'extension Dokan

Permettre à un vendeur de se connecter depuis votre menu

Si vous avez bien suivi, vous devez vous rappeler qu’il est possible pour un vendeur de gérer ses produits depuis l’interface visible de votre site. 

Encore faut-il lui en donner la possibilité, une fois son compte validé par vos soins. Pensez donc à ajouter votre page Mon Compte dans votre menu de navigation.
Pour cela, rendez-vous dans Apparence > Menus.

Page Mon Compte sur le menu de WordPress

Désormais, n’importe quel internaute en visite sur votre site aura la possibilité de s’y connecter… à condition de disposer d’un compte (nom utilisateur + mot de passe) en bonne et due forme.

Onglet Mon Compte dans le menu d'une marketplace WordPress

Pour savoir comment créer un bon menu sur WordPress, jetez un oeil à cette vidéo tirée de la chaîne YouTube de WPMarmite.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter la documentation officielle de Dokan, très bien ficelée, même si elle est uniquement disponible en anglais.

Étape 5 : Tester votre place de marché

Eh bien tout cela prend forme, félicitations. Il ne vous reste plus qu’à vérifier le bon fonctionnement de votre marketplace sur WordPress. 

Pour cela, créez un compte vendeur factice depuis le menu Dokan > Vendors, puis tentez de vous connecter en passant par la page Mon Compte située dans le menu de votre place de marché (voir étape précédente).

Si tout va bien, cela devrait être bon. Profitez-en pour vérifier que toutes les options proposées sur le Tableau de bord de Dokan sont en ordre de marche. 

Une fois votre marketplace lancée sur de bons rails, il est possible d’aller plus loin en activant différents leviers :

  • Travaillez votre référencement naturel (SEO) pour tenter d’attirer plus de trafic sur votre site. Pour cela, il est nécessaire de créer de l’excellent contenu, tout en tâchant d’obtenir des backlinks (liens entrants).
    Pour optimiser le SEO de vos contenus, servez-vous d’une extension dédiée comme Yoast, Rank Math ou SEOPress.
  • Installez Google Analytics pour mieux comprendre le comportement de vos visiteurs sur votre place de marché.
  • Luttez contre l’abandon de panier, un véritable fléau en e-commerce. En France, on estime que 3 personnes sur 4 ajoutent des produits dans leur panier sans passer commande !

Et bien sûr, si Dokan vous a emballé, rien ne vous empêche de profiter de fonctionnalités beaucoup plus avancées en optant pour l’un de ses 4 plans Premium, disponibles à partir de 149 $/an (au moment de rédiger ces lignes) :

Les différents plans et tarifs proposés par l'extension marketplace WordPress Dokan

Plus un plan est élevé, plus il dispose d’options, et plus l’extension peut être utilisée sur un nombre de sites important (jusqu’à 20 sites pour le plan Enterprise).

Quelle que soit l’offre choisie, vous bénéficiez aussi de l’assistance (support) de l’équipe de thème, en cas de problème technique.

En vous procurant l’une des versions Premium, vous disposerez de plus ou moins de modules.

Il sera possible d’agir sur le design de la boutique du vendeur, via les modules Elementor et Color Scheme Customizer.

Mais aussi et surtout sur les ventes et l’autonomie de vos vendeurs. Vous pourrez par exemple autoriser ces derniers à vendre des produits par abonnement, grâce au module Vendor Subscription Module. 

Créer une place de marché avec WordPress : on fait les comptes

Tout au long de ces lignes, vous avez découvert comment concevoir une marketplace sur WordPress. 

Techniquement parlant, cela reste à la portée de n’importe quel utilisateur, du débutant au confirmé. L’utilisation d’une extension dédiée, comme Dokan, permet de faire sauter toutes les barrières en termes de conception. Pas besoin de savoir coder pour disposer d’une place de marché fonctionnelle.

La principale difficulté, selon moi, réside dans le respect de la réglementation.

Avant de vous lancer dans cette aventure, je vous conseille vivement de bien cerner les différentes problématiques associées. Le plus simple, ici, étant de se faire accompagner par un spécialiste en droit.

Pour toutes ces raisons, l’utilisation d’une marketplace me semble avant tout destinée aux personnes déjà familières d’un environnement e-commerce, tout en étant sensibilisées aux aspects réglementaires et juridiques. 

Si ce n’est pas votre cas, prenez bien toutes vos précautions ! 

Découvrir le monde des places de marché, ça vous tente ? Ou peut-être utilisez-vous déjà une extension pour cela ?

Faites-nous part de vos retours dans les commentaires.