12 + 23 + 6 + 9 + 16. Soit un total de 66. Addition effectuée de tête, sans béquille nommée calculatrice. 

Facile ? Oui, c’est vrai, je n’ai pas inclus de divisions ou de fractions pour me rendre la vie dure.

Plus compliqué, maintenant. Imaginez que ce nombre 66 représente le total de mises à jour à effectuer sur plusieurs sites que vous gérez.

À chaque fois, il va falloir vous connecter à chaque site, puis effectuer les mises à jour à la main.

Un homme prétend que ce n'est pas facile.
Il y a de quoi se décourager.

Sauf si ? Sauf si vous utilisez un ange gardien. Un outil nommé ManageWP, conçu pour effectuer toutes vos mises à jour depuis un seul et même tableau de bord

Et encore, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. ManageWP permet d’automatiser bien d’autres tâches (ex : la sauvegarde), pour rendre votre quotidien de webmaster plus paisible.

Vous ne connaissez pas encore la bête ? À la fin de ce tutoriel, vous saurez tout sur son mode de fonctionnement et direz enfin stop à la corvée des mises à jour chronophages. 

Besoin d’un hébergeur pour votre site ?

Faites comme WPMarmite, choisissez o2switch. Non seulement les performances sont au rendez-vous mais le support est exceptionnel.

o2switch

Qu’est-ce que ManageWP ?

ManageWP permet d'assurer la maintenance de vos sites WordPress.

ManageWP est un outil freemium qui permet de contrôler et de gérer tous vos sites WordPress depuis un seul tableau de bord. En un clic, vous pouvez procéder à des mises à jour groupées (extensions, thèmes, traductions & Cœur de WordPress), à des sauvegardes cloud, ou encore nettoyer le spam et valider vos commentaires.

Des add-ons premium permettent d’aller plus loin en vous proposant notamment des fonctionnalités plus avancées en matière de SEO, sécurité, performance, sauvegarde, monitoring etc.

Créé par le développeur serbe Vladimir Prelovac en 2010, ManageWP a été officiellement lancé sur le marché en janvier 2012. Il s’agit d’un outil solide, qui « fonctionne bien avec tous les principaux hébergeurs, et avec 99 % des hébergeurs plus petits », indique l’équipe en charge de son développement.

Très bien implanté dans l’écosystème WordPress, ManageWP est maintenu par une équipe de près de 50 personnes basée à Belgrade (Serbie). 

Après le lancement de sa nouvelle version appelée « Orion » en juillet 2016, qui proposait notamment un tableau de bord repensé, ManageWP a été dans la foulée racheté par le géant américain de l’hébergement GoDaddy, en septembre de la même année.

Cependant, l’outil continue à « fonctionner indéfiniment en tant que service indépendant », indique la page À Propos du service.

En termes de chiffres, ManageWP avance les données suivantes : 

  • son outil gère 1 million 100 000 sites à travers la planète ;
  • 60 000 clients lui feraient confiance au moment de rédiger ces lignes ; 
  • ManageWP ferait gagner 128 000 heures de travail à tous ses clients, en automatisant les tâches de maintenance de leurs sites WordPress.

Gagner du temps pour vous concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée au niveau de votre activité, je parie que cela vous intéresse au moins un peu, non ? Pour en profiter, voyez comment commencer à profiter de ce service juste en dessous.

Comment ajouter votre site WordPress sur ManageWP ?

Vous le constaterez tout au long de ces lignes, ManageWP est un service très facile à utiliser. Cela commence dès sa mise en route. 

Pour l’activer, il suffit de renseigner votre adresse e-mail et un code de vérification sur la page d’accueil du site qui lui est dédié : 

L'inscription à ManageWP est gratuite.

Ensuite, un assistant de configuration vous demandera d’ajouter votre prénom et votre nom, puis de vous connecter à votre site. 

Vous pouvez le faire dès à présent, ou alors effectuer cela juste après à partir de votre tableau de bord, en cliquant sur le lien « Skip to dashboard » (Passer au tableau de bord) :

Connexion d'un site à ManageWP.

C’est cette option que je vais utiliser pour ce test, afin que vous ayez une vision globale de l’interface. Après, à vous de voir comment vous souhaitez procéder. ManageWP vous redirige alors sur son interface :

L'interface de ManageWP après ajout d'un site WordPress.

Étape 1 : Activer l’extension ManageWP Worker sur votre site WordPress

Afin de lier votre site WordPress à ManageWP, activez l’extension ManageWP Worker sur votre tableau de bord WordPress (menu Extensions > Ajouter). Pour info, ce plugin sert de passerelle entre les deux services (ManageWP & WordPress).

Activation de ManageWP Worker.

Étape 2 : Ajouter vos identifiants WordPress sur le tableau de bord de ManageWP

Une fois que c’est fait, retournez sur votre tableau de bord ManageWP. Vous disposez de deux options pour démarrer l’ajout de votre site : 

  1. Cliquer sur le bouton vert « Add website » situé au centre de l’écran.
  2. Passer par le bouton « + » situé en haut à gauche de votre tableau de bord.
Processus d'ajout d'un site sur ManageWP.

Cliquez par exemple sur « Add website », puis entrez l’URL de votre page d’accueil, ainsi que vos identifiants WordPress (nom d’utilisateur + mot de passe) :

Ajout de vos identifiants ManageWP.

Notez que vous pouvez aussi entrer une clé de connexion, au lieu de vos identifiants WP, en cliquant sur « Use connection key instead ».

Vous trouverez cette clé en cliquant sur le lien « Gestion de la connexion » au niveau de la description de ManageWP Worker, dans le menu « Extensions » de WordPress.

La fenêtre en surbrillance ci-dessous s’ouvrira lorsque vous cliquerez dessus :

Vous pouvez aussi entrer une clé de connexion pour vous connecter à ManageWP.

Terminez en cliquant sur le bouton vert « Add website ». Il ne me reste plus qu’à vous féliciter ! Votre site est ajouté sur votre tableau de bord, que vous allez maintenant découvrir en détails. 

Comment s’organise le tableau de bord de l’outil ?

Le tableau de bord de ManageWP se scinde en 3 parties que nous allons décortiquer.

La barre de navigation en haut de la page

Pour commencer, vous accédez à plusieurs options dans une barre de navigation à l’arrière-plan noir, située en haut de la page.

De gauche à droite, vous pouvez : 

  • ajouter un site (bouton « + ») ;
  • accéder à des liens directs vers le(s) site(s) déjà ajouté(s) en cliquant sur « Find a website » (trouver un site web) ;
  • profiter de conseils sur la maintenance de vos sites en cliquant sur « Latest news » (Dernières actualités), qui renvoie vers le blog de ManageWP ;
  • synchroniser manuellement vos sites pour avoir un aperçu actualisé des dernières mises à jour à effectuer (cela se fait automatiquement dès que vous vous connectez à l’outil) ;
  • accéder à des réglages sur la facturation et le support notamment, en cliquant sur l’icône descendante à côté de votre adresse e-mail ;
  • consulter les dernières infos relatives aux mises à jour effectuées en cliquant sur l’icône représentée par une cloche.
La barre de navigation du haut de page de ManageWP.

La partie centrale du tableau de bord de ManageWP

Sous cette barre de navigation en haut de votre page, vous visualisez la partie centrale du tableau de bord de ManageWP.

Le tableau de bord central de ManageWP.

L’affichage sera différent en fonction du menu dans lequel vous vous trouvez. Par exemple, comme vous le voyez sur la capture ci-dessus, j’ai accès aux choses suivantes :

  • les mises à jour à effectuer sur mon site (Updates), au niveau des plugins, des thèmes et du noyau de WordPress. Vous voyez qu’il y a 29 mises à jour à effectuer au total, pour tous mes sites actifs sur ManageWP. Notez que ManageWP fonctionne aussi sur un réseau multisite ;
  • les services proposés par ManageWP : Backups, Security, Performance, etc. J’y reviendrai en détails par la suite ;
  • un encart sur d’éventuelles optimisations à effectuer. Vous pourrez par exemple supprimer des commentaires spam s’il y en a ;
  • des commentaires à approuver sur l’ensemble de vos sites.

La barre latérale

L’essentiel de vos actions de maintenance passera par la barre latérale située sur la gauche de votre tableau de bord. Elle se divise en quatre menus.

Overview

La vue d’ensemble (Overview) affiche notamment toutes les mises à jour actuellement disponibles pour tous vos sites. C’est ce que je vous ai expliqué juste au-dessus.

À l’usage, ce qui est intéressant, ce sont les filtres proposés. Vous pouvez modifier l’affichage des mises à jour à effectuer en fonction de plusieurs critères : 

  • l’activation d’un add-on premium ;
  • la présence d’un certificat SSL sur vos sites ; 
  • la langue, la version de WordPress ou de PHP utilisée ;
  • les étiquettes (tags). Il s’agit d’une option très pratique vous permettant d’assigner des catégories à vos sites pour mieux les reconnaître, à l’aide d’étiquettes de couleur.
    Par défaut, ManageWP propose les étiquettes « Développement », « En ligne » et « Personnel », mais vous pouvez concevoir les vôtres en cliquant sur la petite clé ;
  • les clients, un filtre qui permet de regrouper des sites par clients. Utile si vous gérez la maintenance de plusieurs sites d’un même client.
Les filtres proposés par ManageWP.

Website

Le menu « Website » (Site web) affiche tous les sites que vous ajoutez sur votre espace ManageWP

Pour chaque site, vous pouvez effectuer 4 actions majeures, accessibles en survolant l’image qui les représente : 

  • ouvrir le tableau de bord dédié à ce site (« Open website dashboard »), qui récapitule les mises à jour disponibles et à effectuer ;
  • accéder à votre tableau de bord WordPress (« Open WP dashboard »). ManageWP vous connectera automatiquement à votre back office puisqu’il possède déjà vos identifiants renseignés lors d’un ajout d’un site ;
  • consulter les dernières sauvegardes effectuées (« View backups ») ;
  • accéder aux options du site (« Site options »). Vous pouvez par exemple reconnecter/supprimer le site du tableau de bord ManageWP, ou bien ajouter des étiquettes ou un client, entre autres.
ManageWP permet aussi d'effectuer des actions site par site.

En haut de la page, 7 onglets permettent en plus d’effectuer les réglages suivants : 

  • activer un rapport client pour le(s) site(s) de votre choix ; 
  • gérer les plugins et les thèmes directement sur l’interface de ManageWP. Vous pouvez les activer, les désactiver ou les supprimer sans vous rendre sur votre tableau de bord WordPress ;
  • ajouter/modifier un utilisateur avec le rôle de votre choix (administrateur, éditeur, auteur, contributeur et abonné) ;
  • ajouter les morceaux de code de votre choix (code snippets) ;
  • assigner des étiquettes ou une fiche client.
Quelques-uns des onglets de réglages de ManageWP.

Notez que vous pouvez aussi modifier l’affichage de vos sites sur le tableau de bord (Liste ou Miniature) :

ManageWP propose deux types de vues pour afficher vos sites.

Enfin, sachez que ManageWP utilise un code couleur pour vous renseigner sur le statut d’un site :

  • vert : aucune mise à jour n’est à effectuer ;
  • orange : des mises à jour sont disponibles ;
  • rouge : le site a été déconnecté du service ManageWP ;
  • gris : le site est en pause ou non synchronisé.

Clients et Add-ons

Le 3e et le 4e menu permettent respectivement d’ajouter des fiches clients pour chaque site (on l’a vu) et d’activer des add-ons payants sur le(s) site(s) de votre choix. 

L'ajout de clients permet de confier des responsabilités sur l'outil.

Votre site WordPress a un problème ?

WPSitter gère pour vous l’entretien, la sécurité, la résolution de bugs et l’optimisation de votre site WordPress 24h/24, 7j/7.

Note : WPSitter est un nouveau projet lié à WPMarmite.

Comment effectuer les mises à jour de votre site ?

Vous savez à présent vous repérer et naviguer sur le tableau de bord de ManageWP. Passons aux choses sérieuses : la réalisation des mises à jour sur vos sites. 

Vous disposez de deux options pour cela. 

Option 1 : Passer par le menu Overview de ManageWP

Le menu « Vue générale » (« Overview ») présente les mises à jour disponibles sur TOUS vos sites à la fois. 

Par exemple, je peux voir que : 

  • l’extension Beaver Builder dispose d’une mise à jour disponible sur un site. Si je clique sur le nom du plugin, ManageWP m’affiche le nom du site concerné. L’outil m’indique aussi la version du plugin utilisé, et la version obtenue après la mise à jour (ex : 2.5.1.3 > 2.5.2.1) ;
  • l’extension Really Simple SSL dispose de mises à jour disponibles sur 3 sites au total.
Aperçu des mises à jour proposées par ManageWP sur WordPress.

Pour procéder à une mise à jour, il me suffit de cocher la case correspondant à l’extension que je souhaite mettre à jour, puis de cliquer sur le bouton bleu « Update » (Mettre à jour).

ManageWP propose aussi d’effectuer ce qu’il appelle des mises à jour sécurisées (bouton vert « Safe Update »). Le principe ? L’outil crée d’abord une sauvegarde automatique avant chaque mise à jour. Puis, « après la mise à jour, le système vérifie le site web et revient en arrière automatiquement si quelque chose cloche », détaille ManageWP.
Vous vous assurez en quelque sorte une couverture en cas de bug. Par contre, cette option est uniquement disponible avec l’add-on premium dédié à la sauvegarde de ManageWP.

Je vous ai parlé des extensions jusque-là, mais le mode de fonctionnement est le même pour les thèmes, les traductions et le Cœur de WordPress

Vous pouvez accéder aux mises à jour les concernant en cliquant sur leur onglet dédié :

ManageWP permet de mettre à jour les thèmes, extensions, traductions et le Cœur de WordPress.

Et, bien sûr, comme tout bon outil de maintenance qui se respecte, vous pouvez réaliser toutes vos mises à jour en masse (en même temps). Pour cela, cliquez sur « Select all » (Tout sélectionner), puis sur « Update » :

ManageWP permet de réaliser des mises à jour en masse.

Option 2 : Procéder au cas par cas via le menu Websites

Le menu « Vue générale » propose l’accès le plus rapide aux mises à jour. Cela fonctionne très bien mais, personnellement, je préfère procéder à mes mises à jour site par site. 

Pour cela, je me rends dans le menu « Websites », puis je clique sur « Open website dashboard ».

Je retrouve exactement le même menu que dans la « Vue générale », et je n’ai plus qu’à effectuer mes mises à jour quand je le souhaite. Vous savez déjà comment ça fonctionne, donc on est bon là-dessus. 😉

Mise à jour de sites au cas par cas avec ManageWP.

Vous pouvez aussi procéder à des mises à jour automatiques de vos extensions et de vos thèmes en allant dans l’onglet « Scheduling » du menu « Plugins » de chaque site. Il est possible de choisir notamment la date et l’heure de la mise à jour, ainsi que les extensions et thèmes concernés.
Personnellement, ce n’est pas une option que j’utilise car je préfère garder la main sur le déploiement de mes mises à jour, mais il est bon de savoir que cela existe.

Poursuivons avec une option incontournable, dès la version gratuite de ManageWP : la sauvegarde de vos sites.

Comment créer une sauvegarde de votre site grâce à ManageWP ?

Si ManageWP permet de gérer toutes les mises à jour de vos sites, il ne se limite pas qu’à cela, loin de là.

Il permet d’aller beaucoup plus loin dans leur maintenance en vous permettant également de les sauvegarder (entre autres). Cela est très important pour renforcer la sécurité de votre site, alors ne vous en privez surtout pas !

Pour profiter de la fonctionnalité de sauvegarde de ManageWP, allez dans le menu « Websites » et sélectionnez « View Backups » sur le site de votre choix. 

Un bouton vous permettra de l’activer, en haut à droite de votre fenêtre. Cette option n’est pas disponible sur la capture ci-dessous, simplement parce que l’option est déjà active sur mon site. À la place, ManageWP me propose de la désactiver.

L'interface de sauvegarde de ManageWP.

Avec la version gratuite de ManageWP, vous ne pouvez sauvegarder votre site qu’une fois par mois

Si le contenu de votre site est fréquemment mis à jour, cela ne suffira pas, sauf si vous souscrivez à l’add-on de sauvegarde payant de ManageWP, qui démarre à partir de 2 $/mois (1,80 €) pour une sauvegarde quotidienne. 

Il permet de sauvegarder votre site en automatique (en allant jusqu’à toutes les heures si vous le souhaitez), de sélectionner les fichiers/dossiers à exclure de la sauvegarde, et donne accès à un outil pour cloner et migrer vos sites.

Si vous ne souhaitez pas payer pour réaliser vos sauvegardes, ne faites pas l’impasse sur ces opérations pour autant. Servez-vous d’une extension gratuite dédiée à cela, à l’image de celles que l’on vous présente dans cet article.

Pour vos opérations de sauvegarde, ManageWP utilise le principe de la sauvegarde incrémentielle. Cela signifie que l’outil va seulement sauvegarder les fichiers qui ont été modifiés depuis la dernière sauvegarde, afin de « consommer » le moins de ressources serveur possible.
Par ailleurs, toutes les sauvegardes sont envoyées vers un espace cloud sécurisé utilisant la technologie Amazon S3.

Vous avez activé l’option de sauvegarde ? Asseyez-vous confortablement, servez-vous un verre et hydratez-vous. 

ManageWP va s’occuper de tout à votre place. Si vous le souhaitez, vous pouvez planifier certains réglages dans l’onglet « Settings »

  • l’heure à laquelle va se déclencher la sauvegarde ;
  • la possibilité d’exclure certains fichiers et tables de votre base de données de la sauvegarde ;
  • la région de stockage de vos sauvegardes : il s’agit de l’emplacement du serveur cloud ;
  • recevoir une notification par e-mail en cas d’échec de la sauvegarde.
Réglages des options de sauvegarde proposées par ManageWP.

Effectuer une sauvegarde, c’est très bien et recommandé. Mais vous aurez peut-être besoin, un jour ou l’autre, d’aller plus loin. 

Comment restaurer un site à partir d’une sauvegarde ?

En cas de bug lors d’une mise à jour, il peut arriver que votre site devienne inaccessible. Pour le remettre sur pied très vite, et trouver la cause du problème tranquillement, vous pouvez restaurer sa version antérieure en quelques clics.

Pour cela, sélectionnez la date de la dernière sauvegarde sur le calendrier proposé, puis cliquez sur « Restore backup ».

La restauration d'une sauvegarde est possible sur ManageWP.

Votre site reviendra à son état de marche antérieur, avant le bug. Vous pouvez aussi le restaurer depuis un fichier zip, en passant par l’onglet « Restore from zip ».

Comment télécharger une sauvegarde ?

Pour une raison X ou Y, vous avez peut-être besoin de télécharger une sauvegarde. Par exemple, pour la stocker sur votre ordinateur. 

Pour cela, cliquez simplement sur « Download backup » (Télécharger une sauvegarde). Cette option n’est pas disponible avec la version gratuite de ManageWP, par contre.

Téléchargement d'une sauvegarde créée avec ManageWP sur WordPress.

Comment cloner et migrer un site ?

Enfin, le quotidien d’un webmaster est aussi marqué, parfois, par des opérations de migration et de clonage.

Vous pouvez par exemple y avoir recours au moment de transférer votre site chez un nouvel hébergeur, ou pour l’envoyer d’un serveur de pré-production vers un serveur en ligne.

ManageWP dispose d’une option pour faire cela à votre place (premium uniquement). Cela s’appelle « Clone Website » et 3 modes opératoires sont proposés : 

  1. Migrer un site déjà présent sur votre interface ManageWP. C’est la méthode la plus rapide : vous avez juste à entrer l’URL du site de destination.
  2. Migrer votre site sur un nouveau serveur. Par contre, cette option fonctionne uniquement si vous conservez le même nom de domaine.
  3. Cloner votre site sur une nouvelle URL. Vous devrez renseigner au minimum vos identifiants FTP et ceux de votre base de données.
Les migrations et clonages de sites sont permises sur ManageWP.

Retrouvez notre test détaillé des meilleurs plugins de migration sur le blog.

Les autres options gratuites

Si les mises à jour en un clic et la sauvegarde restent les deux fonctionnalités phares de la version gratuite de ManageWP, vous pouvez également :

  • activer une page de maintenance (Maintenance Mode). L’option est accessible dans le menu « More tools » du site concerné. Deux templates sont proposés mais la personnalisation du texte passe uniquement par le code HTML.
    Pour plus d’options, privilégiez une extension dédiée comme l’une de celles présentées dans cette ressource ;
ManageWP permet d'activer une page de maintenance sur votre site WordPress.
  • créer un rapport client dans le menu « Client Report » ;
  • réaliser un test de performance pour avoir une idée de la vitesse de chargement de vos pages, et accéder à des recommandations pour l’améliorer ;
Test de performance réalisé avec ManageWP.
  • vérifier la présence de vulnérabilités grâce au menu « Security », afin de connaître la présence d’éventuels malwares et autres blocages ;
  • donner accès à des opérations de maintenance permises par ManageWP avec l’outil « Collaborate », accessible via le menu contenant votre photo et votre adresse e-mail, en haut à droite de l’écran. Des membres de votre équipe et vos clients peuvent alors profiter des services de ManageWP, si vous le souhaitez. Il suffit d’entrer leur adresse e-mail.
Il est possible de collaborer avec d'autres utilisateurs sur ManageWP.

Formez-vous à WordPress en 3 mois

Apprenez à concevoir des sites WordPress sécurisés, rapides et conformes aux obligations légales avec la formation à distance la plus généreuse du marché (éligible au CPF).

WPChef, la formation WordPress de référence

Quelles sont les fonctionnalités premium de ManageWP ?

La version gratuite de ManageWP est bien fichue pour mettre le pied à l’étrier. Vous désirez aller plus loin avec des options supplémentaires ? Vous devrez passer par un ou plusieurs des 7 add-ons premium présentés ci-dessous.

Ils sont tous accessibles via la barre latérale proposée pour chaque site :

ManageWP propose des add-ons premium.

À présent, place aux présentations.

Chassez les liens brisés avec Link Monitor

Link Monitor (1 $/mois, soit 0,90 € environ) est un outil qui scanne les articles et pages de votre site à la recherche de liens brisés causant des erreurs 404, mauvaises pour le référencement naturel (SEO)

L’outil tourne quotidiennement et est limité à 10 000 liens par site. Il fonctionne sur le même principe que l’extension Broken Link Checker, par exemple. 

Surveillez les logiciels malveillants avec Security Check 

En cas de problème, vous êtes ensuite notifié par e-mail ou par Slack. Un plugin de sécurité complet comme iThemes Security est aussi capable de scanner votre site, tout en vous protégeant contre différents types d’attaques (ex : par force brute), ce que ne propose pas ManageWP (en même temps, il ne peut pas tout faire).

Par rapport à la version gratuite de ManageWP, l’option premium de Security Check (1 $/mois soit 0,90 €) permet de procéder à des vérifications de sécurité en automatique, au moment de votre choix.

Contrôlez la vitesse de chargement de votre site avec Performance Check

Même remarque pour l’option Performance Check que pour l’option Security Check : l’add-on premium (1 $/mois, soit 0,90 €) automatise le processus, par rapport à la version gratuite, et vous notifie par e-mail ou Slack en cas de souci.

Vous obtiendrez des recommandations au moins similaires, voire plus poussées, avec des outils en ligne gratuits comme Pingdom Tools ou GTMetrix. Par contre, vous devrez vous y coller manuellement.

Vérifiez la disponibilité de vos sites avec Uptime Monitor

Uptime Monitor (1 $/mois soit 0,90 €) est un add-on très appréciable qui surveille la disponibilité de vos sites toutes les 60 secondes, et vous prévient (SMS, e-mail ou Slack) dès que l’un d’entre eux ne fonctionne plus.

En cas de problème, vous pouvez donc réagir très vite pour le résoudre. C’est juste indispensable si vous avez un trafic très important et/ou vendez des produits en ligne. 

Il existe pas mal d’outils sur le marché qui permettent de faire ça. Certains proposent même des versions gratuites, à l’image de l’excellent UptimeRobot, mais ce service est plus limité (50 contrôles toutes les 5 minutes avec l’offre gratuite).

Suivez vos mots-clés avec SEO Ranking

L’add-on SEO Ranking (1 $/mois, soit environ 0,90 €) récapitule l’évolution du positionnement de vos mots-clés (et de ceux de vos concurrents). 

C’est un outil très basique, très loin de ce que proposent des solutions beaucoup plus évoluées (et aussi plus chères, forcément) comme Semrush, Ahrefs ou Ubersuggest

Récapitulez vos opérations de maintenance avec Client Report

Client Report, vous connaissez déjà : il existe avec l’offre gratuite de ManageWP. Avec l’add-on premium (1 $/mois, soit 0,90 €), vous pouvez en plus supprimer les mentions à ManageWP dans le document que vous allez générer, ce qui est impossible en version gratuite.

Vous pouvez aussi, notamment, envoyer ce rapport à votre client depuis l’adresse e-mail de votre choix et automatiser la création de vos rapports.

Travaillez en marque blanche avec White Label

White Label (1 $/mois, soit 0,60 €) permet de masquer ou de renommer les outils proposés par ManageWP, et notamment leur extension ManageWP Worker, que vous activez sur chacun de vos sites.

Cela peut être très utile si vous l’installez sur les sites de vos clients, afin de travailler en marque blanche, sans référence à un outil tiers tel que ManageWP.

Et voilà pour ce tour d’horizon des fonctionnalités gratuites et payantes de ManageWP. Après tout cela, vous êtes maintenant en mesure de l’utiliser comme un chef.

En guise de complément, je vous recommande cette vidéo d’Alex, qui vous présente le tableau de bord de ManageWP. Certains menus ont un peu changé depuis la mise en ligne de la vidéo, mais le fonctionnement global reste le même :

Si la prise en main de ManageWP est simple et ses différents menus compréhensibles, vous rencontrerez peut-être certains blocages au fil de votre utilisation.

Pouvez-vous compter sur l’assistance de ManageWP, dans ce cas ? Réponse dans la partie suivante.

Support et assistance

C’est assez rare pour être souligné : ManageWP propose du support (assistance) 24h/24 et 7j/7, que vous soyez un utilisateur gratuit ou premium.

Dans sa Foire aux Questions issue de sa description sur le répertoire officiel, ManageWP avance même « un temps de réponse moyen d’une heure et un taux de résolution des questions de 65 % dès la première réponse ».

Pour l’avoir sollicitée à plusieurs reprises, je peux vous confirmer que l’assistance est très réactive. Par contre, elle ne répond pas toujours dans l’heure. 😉 Parfois, le volume des demandes reçues et l’horaire d’envoi de votre message ne leur permet pas de vous répondre en 60 minutes.

Vous pouvez contacter l’équipe support directement depuis votre tableau de bord, en choisissant « Contact Support » dans le menu déroulant accessible en haut du tableau de bord, en cliquant sur votre adresse e-mail.

Par ailleurs, une documentation pratique et bien illustrée (captures, vidéos) est aussi proposée aux utilisateurs. Par contre, elle est uniquement disponible en anglais.

La documentation de ManageWP.

Combien coûte ManageWP ?

ManageWP fonctionne sur un modèle freemium, comme vous le savez. Vous pouvez l’utiliser gratuitement, sur un nombre illimité de sites, pour procéder notamment aux mises à jour et à la sauvegarde de vos sites

Par contre, rappelez-vous que pour la fonctionnalité de sauvegarde en particulier, la version gratuite vous limite à une sauvegarde automatique par mois.

Pour disposer de plus de réglages et d’options, vous pouvez activer l’un ou plusieurs des 7 add-ons premium, au cas par cas. 

En fonction de l’add-on choisi, les prix démarrent à partir de 1 $/mois (0,90 €) et par site. Ce qui signifie que si vous souhaitez activer l’add-on SEO Ranking sur 5 sites, par exemple, cela vous coûtera 5 $/mois (4,50 €). 

En gros, vous payez uniquement pour les add-ons que vous souhaitez utiliser, sans durée d’engagement : chaque add-on est désactivable à n’importe quel moment.

À noter que si vous gérez de 25 sites à 100 sites, ManageWP propose un tarif fixe pour chaque add-on (de 25 $/mois à 75 $/mois, soit de 23 € à 68 €), ainsi qu’un pack global contenant tous les add-ons pour 150 $/mois (soit 135 €) :

Les add-ons premium de ManageWP.

Quels sont les concurrents de ManageWP ?

ManageWP est l’un des outils phares pour assurer la maintenance et les mises à jour de vos sites… mais il n’est pas seul sur le marché.

Plusieurs d’entre eux viennent marcher sur ses plates-bandes, à l’image de :

  • MainWP, dont vous pouvez retrouver notre test par ici. Comme ManageWP, MainWP a adopté le modèle freemium. Par contre, je trouve que sa prise en main et son usage est plus besogneux qu’avec ManageWP ;
  • InfiniteWP, le service qu’utilisait Alex avant de passer à ManageWP. Un service qu’il n’a pas trop aimé, car certaines mises à jour ne fonctionnaient pas. Cela dit, InfiniteWP a dû évoluer depuis et reste un concurrent solide ;
  • CMS Commander ;
  • iThemes Sync

Notre avis final sur ManageWP

ManageWP est une excellente extension pour assurer les mises à jour de votre site gratuitement et de façon automatique.

Tout au long de ces lignes, vous avez notamment découvert : 

  • l’interface de l’outil, avec une présentation détaillée de ses différents menus ;
  • comment activer un site sur le tableau de bord de ManageWP ;
  • comment sauvegarder et migrer un site ;
  • les fonctionnalités premium de ManageWP ;
  • le prix de l’outil et la concurrence.

Personnellement, je me sers de ManageWP depuis plusieurs années et j’en suis très satisfait. C’est aussi le cas d’Alex, qui s’en sert sur une dizaine de sites, dont WPMarmite.

Très fiable, ManageWP est aussi facile à prendre en main. Il se destine à tout type de public, du débutant à l’utilisateur confirmé. Vous souhaitez gagner du temps dans la réalisation de tâches de maintenance chronophages ? Adoptez-le, vous m’en direz des nouvelles.

Mais peut-être utilisez-vous déjà ce service. Si oui, qu’en pensez-vous ? Donnez-moi votre avis en laissant un commentaire.