Publié par le 1 octobre 2019 • 0 Commentaires

Ça y est, vous avez décidé de sauter le pas : l’aventure du blogging va bientôt commencer pour vous. 

Que ce soit pour partager une passion (vive la chèvre Angora de l’Aveyron !) ou travailler le référencement de votre activité professionnelle, il y a mille et une bonnes raisons de se mettre à bloguer.

Avoir des idées, c’est un bon début, mais il va bien vous falloir un système de gestion de contenu. Eléonor vous avait déjà concocté un comparatif entre Wix et WordPress, et aujourd’hui on va y ajouter un nouveau comparatif : Blogger vs WordPress, le grand combat…

Blogger ou WordPress ? Quel CMS choisir pour votre blog ?

Car avant d’ouvrir votre blog, vous vous demandez, si vous débutez, quelle est la solution :

  • La plus rapide à installer ;
  • La plus ergonomique et simple à utiliser ;
  • La plus souple en termes de fonctionnalités et d’évolution ;
  • Qui correspond à votre budget ;
  • Qui soit propice au SEO.

Rien que ça.

Et comme vous le savez, chez WPMarmite, on aime les défis alors… Challenge Accepted ! On va voir tout ça en détail et comparer Blogger à WordPress en 10 rounds

Prêt ? Fight !

Qui survivra ?

Dans cet article, nous comparerons Blogger à WordPress.org, et non pas à WordPress.com qui fonctionne un peu comme Wix ou Blogger en proposant des solutions clé en main, avec ou sans abonnement. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter notre comparatif entre WordPress.org et WordPress.com.

Blogger vs. WordPress : les chiffres-clés

Pour commencer, re-situons un peu ces deux CMS dans leur contexte originel.

Après des débuts open source, Blogger a été racheté en 2003 par notre ami Google, l’hégémonique. 

Cependant, même si la plateforme appartient à l’un des Dieux GAFA qu’on ne présente plus, en nous référant aux chiffres du rapport 2018 du Blog du modérateur on apprend que seuls 0,9% des sites internet mondiaux tournent sous Blogger.

De son côté, WordPress est édité depuis 2005 par Automattic, et comptabilise 34,5% des parts de marché (selon W3Techs). Sacrée dérouillée… 

Automattic : éditeur du CMS WordPress

Enfin attention, mieux vaut ne pas s’arrêter à ces chiffres écrasants, car Blogger ne permet de réaliser que des blogs, alors que WordPress est également utilisé sur de nombreux sites vitrines ou boutiques en ligne.

Mais alors comment savoir lequel de ces outils sera le plus adapté à votre projet ? Notre comparatif devrait vous aider à y voir plus clair.

Créer un blog pour… ?

Bah oui tiens, pourquoi ? Pour partager des connaissances, échanger avec une communauté de passionnés, optimiser le référencement de votre site web… 

Sauf qu’on ne va pas vous mentir, créer et alimenter un blog qui fonctionne, ce n’est pas de tout repos.

Vous avez vos premières idées d’articles, vos premières photos, mais tenir sur la durée ou espérer vivre un jour du blogging nécessite un sacré investissement au quotidien

Et si vous réfléchissez sérieusement à professionnaliser votre activité par ce biais, n’hésitez pas à lire notre billet qui vous donnera toutes les astuces pour devenir blogueur sans vous éparpiller.

Alors qui gagne ici ?

Round 1 : Sur ce point, ni perdant ni gagnant en vue : quelle que soit votre thématique ou votre niche, Blogger ou WordPress vous offrent la même possibilité de mettre en ligne vos textes et vos visuels.

Installation, mise en route, hébergement et nom de domaine

Du côté de Blogger

Page d'accueil de la plateforme de blogging Blogger

Hébergement et nom de domaine

Pour commencer, la plateforme héberge gratuitement vos contenus, et vous propose même un nom de domaine personnalisé… qui se termine en blogspot.com

Niveau classe, on a fait mieux. 

Et il vous faudra de suite mettre la main au porte-monnaie si vous voulez réserver une URL personnalisée avec une extension classique en .fr ou .com. 

On note d’ailleurs que le nom de domaine sera sensiblement plus cher que si vous le réservez chez un hébergeur type Ionos ou OVH.

La gratuité est donc relative.

Création de votre compte

Pour utiliser le service, il vous faut obligatoirement un compte Google associé : à vous d’en créer un si vous n’en avez pas encore.

Créez un compte Google pour utiliser Blogger

Une fois connecté, on vous demandera de renseigner un titre de blog, de valider votre URL, et de choisir un thème (le look global de votre site) parmi quelques exemples. Vous pourrez bien évidemment modifier ces paramètres par la suite.

Création de blog Blogger

Donc quelques clics, 1 min top chrono, et voilà votre site en ligne, prêt à être utilisé !

WordPress

Hébergement et nom de domaine

WordPress doit être installé sur un hébergement auquel vous aurez souscrit. Le passage par un hébergeur est donc obligé. 

O2switch propose des prestations de qualité à tarif unique, et le premier nom de domaine est offert.

Besoin d’un hébergeur pour votre site ?

Faites comme WPMarmite, choisissez o2switch. Non seulement les performances sont au rendez-vous mais le support est exceptionnel.

Installation du CMS

Rien de plus simple : certains hébergeurs, comme O2switch d’ailleurs, proposent des modules d’installation automatiques. En 1 clic, tout est installé !

Si toutefois, une installation  manuelle vous tente, je vous invite à suivre le tuto de Thibaut pour installer WordPress. Cette étape peut demander quelques connaissances mais ne vous prendra pas plus de 5 min ! 

Round 2 : si vous êtes frileux, Blogger semble remporter la partie. Aucune connaissance technique n’est requise, pas d’erreurs possibles à l’installation, il vous suffit de créer un compte et le configurer.

Bien ! Vous avez les idées, un CMS, et votre blog est en ligne. Il va falloir maintenant paramétrer votre site.

Découverte du tableau de bord

Blogger

On arrive sur une interface relativement simple, claire, avec des onglets de paramétrage sur la gauche.

Écrire un article sous Blogger
  • Articles : C’est ici que vous rédigez, publiez, planifiez ou supprimez vos articles. L’interface est simple et rappelle n’importe quel logiciel de traitement de texte. Un bouton de la barre d’outil permet d’ajouter facilement une image ou une vidéo, et vous pouvez consulter un aperçu de votre page avant publication.
  • Statistiques : Visualisez les rapports sur le trafic de votre blog (nombre de pages vues, source du trafic, etc.)
  • Commentaires : Modérez et répondez aux commentaires déposés par vos lecteurs (un dossier Spam filtre les principaux messages indésirables)
  • Gains : Si vous souhaitez monétiser votre blog, vous pourrez ici gérer vos publicités Google AdSense
  • Pages : Créez et administrez les différentes pages de votre site, comme l’accueil, la page de contact etc. Ici, on se retrouve sur la même configuration que dans la rédaction d’article, avec les mêmes options. Et en visualisant l’aperçu… on tombe sur une page à la mise en page similaire à celle des articles. Cette fonctionnalité est donc redondante, on a du mal à en comprendre l’intérêt…
  • Mise en page : Personnalisez le design de votre page blog (nous y reviendrons plus bas en détail)
Choisir un thème Blogger
  • Thème : Choisissez un thème parmi une cinquantaine de templates Blogger… qui se ressemblent tout de même pas mal, et présentant pour la plupart une mise en page emboîtée. Pas très olé olé…
  • Paramètres : Indiquez ici le titre et la description de votre blog, la visibilité par les moteurs de recherche, et d’autres options relatives aux articles, sauvegardes, etc.
  • Liste de lecture : Un agrégateur de flux RSS qui vous indique en clin d’oeil les nouvelles publications des blogs que vous aimez suivre, pas nécessairement édité sous Blogger.
  • Aide : Retrouvez ici de la documentation sur les principales fonctionnalités.
FAQ d'aide Blogger

C’est simple, efficace… Mais clairement pas très sexy. 

J’avoue que le sentiment général de se trouver sur un traitement de texte un peu daté ne m’a pas entièrement convaincue ; mais ça fait le job, c’est certain !

WordPress

Cette fois-ci, on arrive sur une interface un peu plus sombre (vous pourrez d’ailleurs la personnaliser si vous le souhaitez), que je trouve plus reposante à titre personnel (et plus écolo;) ).

Détaillons maintenant les onglets un par un :

  • Accueil : Vous avez ici une vue d’ensemble des mises à jours à effectuer et un récapitulatif de vos dernières activités sur le blog (commentaires, publications). Si vous avez installé certains plugins de sécurité ou de cache, il se peut que vous trouviez ici quelques infos mises à la une.
Tableau de bord du CMS WordPress
  • Articles : Vous accédez à une liste de l’ensemble de vos articles. Plusieurs options de filtres (publiés ou brouillon, date, catégorie) vous permettent d’y voir plus clair si vous cherchez un billet en particulier. Il est possible de modifier rapidement les infos de titre, slug ou catégorie, mais si vous souhaitez retravailler le contenu dans son ensemble, cliquez sur “modifier”. Rédigez, ajoutez des médias grâce à la structure en blocs de Gutenberg qui permet d’amorcer une ébauche de mise en page très simplement. On est donc sur une solution plus aboutie que chez Blogger, avec plus de personnalisations possibles en seulement quelques clics !
Écrire un article sous WordPress
  • Médias : La bibliothèque de médias vous permet de visualiser toutes les photos et vidéos hébergées sur votre site. Pour ne pas alourdir inutilement la navigation, veillez d’ailleurs à les optimiser grâce à un outil de compression comme Imagify .
Bibliothèque de médias WordPress
  • Pages : Créez et administrez vos pages telles que l’accueil, page de contact, services, blog, etc.
  • Commentaires : Modérez les commentaires laissés par les internautes, et veillez à installer un anti-spam pour ne pas crouler sous les liens entrants sauvages.
  • Apparence : c’est ici que vous pourrez personnaliser votre site en choisissant un thème parmi les différentes propositions gratuites de la bibliothèque, ou en achetant un thème premium qui correspond au plus près à votre projet. Mais on y reviendra plus précisément dans la partie suivante.

Vous pourrez également configurer vos “widgets”, équivalents des “gadgets” Blogger, définir leurs emplacement sur le site et configurer un ou plusieurs menus de navigation. Là clairement, aucun doute : WordPress vous offre des possibilités infinies et bat Blogger à plates coutures…

Ajouter des extensions WordPress
  • Extensions / plugins : Si vous nous suivez régulièrement sur la Marmite, vous aurez compris qu’on touche du doigt l’atout majeur de WordPress. Vous pouvez ajouter presque n’importe quelle fonctionnalité à votre blog en intégrant un plugin. Il en existe des milliers, gratuits ou premiums, plus ou moins bien codés et sécurisés. Pour ne pas vous perdre dans cette offre exponentielle, vous pouvez lire l’article de Thibaut qui liste les 25 meilleurs plugins, ou vous abonner au Bouillon pour recevoir directement dans votre boîte mail toutes les nouveautés en exclusivité !

Faites une veille WordPress efficace avec le Bouillon

Recevez les dernières infos de l’écosystème WordPress tous les 15 jours et créez de meilleurs sites.

  • Utilisateurs : Eh oui, encore un argument en faveur de WordPress, vous avez la possibilité d’ajouter plusieurs profils utilisateurs (auteur, abonné, administrateur, etc.), qui auront chacun leurs propres accès au site, avec différents niveau de liberté.
  • Outils : Voici un onglet dédié à l’import ou export de données.
  • Réglages : dernier paramétrage, et non des moindres. Vous définirez ici les modalités générales (titre et slogan du site, langue, date), d’écriture (catégorie par défaut des articles, format d’article), de lecture (définir page des articles), de discussion (notifications et commentaires), taille des médias, forme des permaliens, confidentialités… Et diverses autres options en fonction des plugins que vous aurez activés.

Ouf ! On a fini le tour des tableaux de bord, on respire… Si avec tous ces détails je ne vous ai pas perdus, c’est qu’on est sur la bonne voie !

J’imagine que vous pressentez déjà que les possibilités vont être bien plus grandes et variées avec WordPress. Mais qui dit possibilités de personnalisation, dit pas mal de temps pour apprivoiser l’outil.

Round 3 : Pas de gagnant ni de perdant selon moi, tout dépendra du temps que vous souhaiterez dévouer à votre blog

  • Si vous êtes tatillon et fourmillez de mille nouvelles idées à la seconde, pas de doute : WordPress est la solution qu’il vous faut.
  • Si au contraire les prises de décision vous donnent de l’urticaire, et que vous souhaitez simplement publier vos articles en étant certain(e) de ne jamais avoir besoin de plus de fonctionnalités, Blogger ne vous demandera pas de fournir un gros effort de personnalisation.

Votre site est en ligne, paramétré, le contenu est prêt. On passe maintenant au crash test côté design !

Design et personnalisation

Dans les deux cas, on va fonctionner sur le choix d’un thème, c’est-à-dire une trame de mise en page plus ou moins préconfigurée, sur laquelle vous viendrez greffer votre charte graphique.

Blogger

Commençons par l’onglet mise en page :

  • Téléchargez votre favicon
  • Choisissez les éléments d’en tête parmi différents “gadgets” : titre du blog, description du blog, image de couverture, etc.
  • Ajoutez des gadgets en barre latérale : présentation, archives, libellés, signaler un abus. Pour les organiser, faites les glisser, et choisissez de les rendre visibles ou invisibles.
Blogger : Mise en page de l'en-tête de Blog

Mon tempérament aventureux (si si) trouve cela très compliqué de se limiter à si peu d’éléments. Le minimalisme laisse peu de place à la créativité, toutes les pages se ressemblent. Frustrant.

On passe maintenant au choix du thème :

  • Vous avez accès à une cinquantaine de templates, dont vous pouvez visualiser le rendu instantanément. Sympa. Cependant, la plupart des modèles proposent une mise en page emboîtée. On aime ou pas, mais ça ne transpire pas la nouveauté.
  • Pour chaque thème, vous avez une proposition de plusieurs couleurs : foncée, claire, dominante verte ou violette, bref une palette déjà pensée en amont et prête à l’emploi.
  • On vous propose d’ajouter une image arrière plan : attention à ne pas vous emballer, car un arrière plan trop coloré n’est pas forcément le meilleur choix pour faciliter la lecture et l’expérience utilisateur.
Blogger : définir une image d'arrière plan
  • Enfin, un onglet d’options avancées vous permet d’aller beaucoup plus loin. Par exemple, pour le corps de texte de vos billets, vous pouvez modifier la couleur avec un hexacode, définir une typographie (police,tailles), personnaliser la couleur des liens hypertextes (plus une couleur différente au survol, et une autre couleur encore pour les liens déjà cliqués)… Et rebelote pour la configuration des boutons, des titres, des onglets, des citations, des photos…
Blogger : personnalisation du thème

Il est également possible d’effectuer des personnalisations plus avancées, comme créer un menu en utilisant les langages HTML et CSS.

Vous étiez peut-être sur votre faim à la découverte des thèmes, mais là je dois dire que ça devient hyper complexe de tout modifier point par point.

Toutes les options sont dissociées, il sera très difficile d’obtenir un rendu harmonieux sans quelques notions de base en graphisme. Le syndrome du sapin de Noël vous guette, il est tapi dans l’ombre et n’attend que votre “clic” sur l’encart de personnalisation du CSS pour envahir votre joli blog !

C'est Noël !
Le tant redouté syndrome du sapin de Noël…

En bref, on peut y perdre des heures, s’arracher les cheveux pour rester cohérent, et obtenir un résultat inefficace et… Moche, toute diplomatie mise de côté ;).

Enfin, d’un point de vue responsive, Blogger vous propose de visualiser deux formats seulement : bureau et mobile. Si vous voulez aller plus loin, il faudra modifier le code source ; et là ça peut rapidement devenir imbuvable pour un débutant.

WordPress

Chez WordPress, vous partirez également d’un thème, mais cette fois-ci il vous faudra explorer un peu plus l’offre à votre disposition.

Certains thèmes sont gratuits, notamment les thèmes officiels WordPress comme Twenty Nineteen. D’autres offrent des versions basiques open source, mais que l’on peut passer en premium pour obtenir plus de fonctionnalités : Astra, OceanWP, ou GeneratePress.

Thème WordPress Twenty Nineteen gratuit

Vous pourrez trouver la perle sur des marketplaces type Themeforest, mais faites attention à la qualité : n’achetez pas à n’importe qui, et veillez à ce que l’éditeur fasse régulièrement des mises à jour de sécurité.

Le nombre d’options diffère selon le thème choisi, il y en a vraiment pour tous les goûts : du thème le plus simple auquel on ne peut quasiment rien modifier, au thème à tout faire où vous pourrez customiser chaque pixel, vous trouverez forcément votre bonheur. N’hésitez pas à faire un tour sur notre vidéo de la checklist des questions à se poser pour bien choisir votre thème WordPress.

Enfin, si vous voulez pousser plus loin l’expérience, tournez-vous vers les constructeurs de page comme Elementor, Divi ou Beaver Builder.

Question Responsive Design, les thèmes sont inégaux, mais les plus récents et populaires sont en général un bon choix. N’hésitez pas à vérifier les évaluations et avis.

Dans certains cas, on va pouvoir customiser un peu le responsive (mais attention à bien le maîtriser car on peut vite s’y casser les dents), dans d’autres, c’est le thème qui s’occupe de tout. Parfois frustrant, mais efficace.

Round 4 : Côté design,  WordPress sort clairement grand gagnant. Même si votre thème n’offre que peu de souplesse, il a déjà été pensé et optimisé : vous aurez ainsi une trame solide sur laquelle vous appuyer. Le risque peut être d’avoir un site qui ressemble à beaucoup d’autres, mais avec Blogger, ce n’est plus un risque, c’est une fatalité ;).

SEO et visibilité

Bon, avoir un site en ligne c’est bien, générer un minimum de trafic, c’est mieux ! Question SEO, qu’ont dans le ventre ces 2 CMS ?

Sur Blogger, vous n’aurez pas la main sur tout, mais vous pourrez tout de même configurer l’essentiel : balises H, balises alternatives des images, méta titres, netlinking… 

Selon vos objectifs, cela peut être suffisant, mais vous n’irez tout de même pas bien loin. La légende dit que Google favoriserait le contenu publié sur sa plateforme… On ne s’engagera pas sur ce terrain mais libre à vous de tester et nous donner votre avis 😉 !

Du côté de WordPress, vous retrouverez quelques unes de ces fonctions en natif, mais il vous faudra installer une extension si vous voulez vraiment être efficace.

Le plugin Yoast SEO permet d'optimiser votre référencement sous WordPress

Yoast SEO reste une valeur sûre, mais Rank Math commence également à faire parler de lui. Grâce à ces plugins, vous pourrez vraiment aller au fond des choses et exploiter le potentiel de vos articles pour vous démarquer dans les résultats des moteurs de recherche.

Si vous avez envie d’aller plus loin, jetez un oeil au programme de notre formation vidéo « Enfin visible grâce au référencement ».

Développez votre trafic et augmentez vos ventes

Façonnez le référencement de votre site WordPress et sortez-le enfin de l’anonymat.

Round 5 : WordPress et ses extensions SEO vous permettront d’agir sur votre référencement de manière plus poussée.

Monétisation : la poule aux oeufs d’or

Ahhh devenir riche grâce à son blog, voyager et manger dans les meilleurs restos tout en gagnant de l’argent… Le nouveau rêve américain vous fait de l’oeil ?

Que vous ayez choisi Blogger ou WordPress, la monétisation est possible, spécifiquement via Google AdSense pour Blogger.

Mais soyons clairs : afficher des publicités sur votre site ne vous rapportera la plupart du temps que quelques centimes, au mieux quelques euros. Ça paye le café, cela dit ;).

café latte art

Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, c’est possible, mais gardez à l’esprit que pour réellement vivre de votre activité en ligne, il vaudra mieux viser sur des prestations personnelles comme la vente d’ebooks, de produits, de formations ou de consulting.

À noter, si l’idée vous prenait un jour de faire évoluer votre site en boutique en ligne, WordPress et sa solution WooCommerce ne vous demanderont qu’un peu d’adaptation. Avec Blogger… Il vous faudra repartir de zéro avec un CMS spécifique.

Round 6 : WordPress gagnant sans conteste pour son évolutivité.

Communauté

Blogger vous promet une grosse communauté et des forums d’entraide. Or, si l’on se réfère ne serait-ce qu’aux statistiques internationales, il est évident que vous aurez beaucoup plus de compatriotes sous WordPress.

D’autant que la communauté Blogger s’était essentiellement construite via Google +, feu le réseau social, fermé courant 2019 après 7 ans de bons et loyaux services.

J’ai tout de même joué le jeu pour la rédaction de cet article, mais après pas mal de recherches, je n’ai trouvé que des forums abandonnés ou de vieux articles… qui renvoient vers Google +.

Il vous restera donc l’onglet “aide du tableau de bord”. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi j’avoue que ça ne m’a pas convaincue…

Superhéro

À contrario, la communauté WordPress est très engagée : DevHub, participation bénévoles aux traductions, associations locales (WPFR pour la France), organisation de WordCamps au travers le monde : on peut dire que ça bouge ! 

Pour n’importe quelle requête technique, vous tomberez facilement sur des tutos, de l’entraide et, point non négligeable pour ceux qui ont oublié où se trouve Bryan, en FRANÇAIS !

Quant aux agences qui proposeraient de créer un blog sous Blogger ou de faire une refonte du vôtre en conservant ce CMS ? Eh bien… Je n’en ai pas trouvé : ce qui montre bien que la plateforme de blogging de Google s’adresse prioritairement à des particuliers, et n’a pas de cible professionnelle.

Round 7 : Concernant la communauté et l’entraide, WordPress tire largement son épingle du jeu.

Gestion et consultation des statistiques

Les rapports statistiques natifs sous Blogger restent limités : nombres de vues par page ou article, par jour ou par mois, source du trafic (URL ou mots-clés), par pays ou navigateurs. Si vous souhaitez affiner le traitement des données, rendez-vous directement dans le tableau de bord Google Analytics.

Tableau de bord Google Analytics

Sous WordPress, rien de natif : il vous faudra relier votre site à Google Analytics par exemple via une extension comme MonsterInsights.

Round 8 : même combat pour les 2 CMS, les rapports seront succincts, et pour plus de précisions on préférera aller consulter Google Analytics.

Évolutivité

Sur ce point, il n’y a pas photo : WordPress sort grand vainqueur ! Que ce soit pour une évolution de design, de fonctionnalités, la création d’une partie e-commerce, vous trouverez toujours une extension qui ouvrira le champ des possibles.

Du côté de Blogger, vous resterez cantonné à du blogging pur, avec quelques thèmes disponibles. Mais si vous voulez implémenter la moindre fonction, il vous faudra mettre les mains dans le code, et ça devient rapidement TRÈS laborieux.

Blogger : modifications du code source

Round 9 : les extensions de WordPress vous aideront à faire évoluer votre projet de manière beaucoup plus ample que Blogger.

Et question maintenance ?

Contrairement à Blogger qui ne nécessite aucune maintenance particulière, sur WordPress un minimum d’implication sera nécessaire pour rester à la page. En effet, il est essentiel de réaliser les mises à jour de votre version WordPress, du thème utilisé, et des extensions que vous avez installées.

Les éditeurs effectuent régulièrement des actualisations pour éviter les failles de sécurité, mais il vous faudra faire la démarche vous-même pour obtenir les nouvelles versions.

Dans votre tableau de bord, direction l’onglet Accueil / Mises à jour, puis sélectionner les éléments. Attention, avant de lancer la mise à jour, pensez bien à faire une sauvegarde de votre site.

Maintenance WordPress : réalisez régulièrement les mises à jour

Round 10 : Sous Blogger, aucune manipulation spécifique à réaliser. À contrario, sous WordPress, une sauvegarde de votre base de données et des mises à jour manuelles doivent être réalisées régulièrement (1 à 2 fois par mois). Si vous ne vous connectez pas souvent à votre interface d’administration, la solution Blogger semble remporter la partie.

Bon en conclusion, on est plutôt pro WordPress, mais bon sur un blog nommé WPMarmite vous l’aurez deviné ;).

Toutefois, Blogger peut être une solution tout à fait intéressante pour un blogueur débutant : rapide à mettre en place, facile à configurer, rassurant si on ne sait pas coder. 

Pour un blog loisir qui n’a pas vocation à évoluer ou à se professionnaliser, vous bénéficierez d’une plateforme simple à utiliser… à condition de ne pas être trop regardant sur le design un peu daté, car la moindre personnalisation vous demandera des compétences en codage.

Alors pour vous éviter les complications liées à une migration, et la perte éventuelle de référencement que cela peut induire, mieux vaut faire le bon choix dès le départ !

WordPress sort donc grand gagnant de ce terrible affrontement !

Et vous, quelle solution utilisez-vous pour bloguer ?