Accueil » Blog WordPress » Comment installer WordPress en 2018 : le guide pas à pas

Comment installer WordPress en 2018 : le guide pas à pas

5 minutes. Il paraît que l’on peut faire beaucoup de choses pendant ce laps de temps.

Aller acheter son pain. Se brosser les dents. Cligner 100 fois des yeux. Passer un coup de fil. Préparer une mousse au chocolat.

Et le meilleur pour la fin : installer WordPress. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles notre célèbre CMS est si populaire.

Ah, la fameuse “installation en 5 minutes”. Déconcertant pour un débutant, n’est-ce pas ? 5 minutes : impossible, selon vous.

Vous vous dites que les créateurs de WordPress ont dû oublier un 0 après le 5. Ou que leurs minutes sont en fait des heures.

Après quelques recherches sur le sujet, et la découverte des termes barbares FTP, MySQL, ou encore phpMyadmin, vous en arrivez au constat suivant : WordPress et sa communauté vous prennent pour un jambon.

Une installation en 5 minutes ? Supercherie !

Barack Obama interloqué

Et bien figurez-vous que cela est tout à fait possible, même si vous êtes novice.

“Yes, you can”, comme dirait ce bon vieux Barack Obama.

Pour cela, je vais vous montrer 3 façons d’y parvenir. Je les détaillerai à travers un processus étape par étape, simple et accessible.

Et tant qu’on y est, n’allez pas jusqu’à sortir un chrono, quand même ! Si je dépasse un peu le temps d’installation prévu, ne portez pas réclamation, par pitié 😉

En parlant de temps, évoquons le sommaire sans plus tarder. Le sable commence à s’écouler.

Bien entendu, vous n’avez pas besoin d’installer WordPress de toutes ces manières. Servez-vous uniquement de ce qui est pertinent pour vous.

I – Installer WordPress automatiquement chez l’hébergeur

L’installation automatique correspond à ce que les hébergeurs nomment installation en 1 clic.

Avant de me pencher sur l’écriture de cet article, vous avez été nombreux à répondre à un sondage sur les comptes Facebook et Twitter de la Marmite. Alex vous avait demandé : “Chez qui êtes-vous hébergé ?”

Vous nous avez donné plus d’une vingtaine de noms : OVH, WPServeur, Planethoster, Infomaniak, o2switch, Nuxit, 1&1, Siteground, Planethoster, GoDaddy etc.

La majorité d’entre vous a cité OVH, o2switch et 1&1. Nous avons donc décidé de nous concentrer sur le processus d’installation spécifique à ces 3 hébergeurs.

Pour les autres, nous vous invitons à consulter leur documentation et support, en cas de besoin.

1. Comment installer WordPress chez o2Switch

O2switch ne propose qu’une seule offre d’hébergement web, tout compris et illimitée. Elle coûte 5€ HT/mois.

Pour rappel, la Marmite vous fait bénéficier d’un code promo de -15% chez cet hébergeur.

Point transparence : Les liens vers o2switch sont des liens d’affiliation. C’est à dire que si vous achetez un hébergement chez eux, la Marmite touchera une commission. Cela permet de rémunérer le travail de recherche et d’écriture des rédacteurs du blog et de constituer une cagnotte pour acheter et tester des thèmes, plugins etc.

Pour débuter,  rendez-vous sur le site web d’o2switch et cliquez sur le bouton Inscrivez-vous en haut à droite (ou S’inscrire maintenant au milieu de l’écran).

Installer WordPress chez o2switch

Vous allez devoir renseigner vos informations de civilité, votre nom de domaine – si vous en choisissez un -, puis payer.

Ensuite, vous recevrez un mail intitulé “Bienvenue chez o2switch”. Je vous conseille de le copier-coller dans un fichier texte et de le sauvegarder sur votre ordinateur.

Il contient des données très importantes pour installer et gérer votre site.

Parmi elles, on retrouve une partie “Administration générale du compte web”. Elle va vous permettre de vous connecter à ce que l’on appelle le CPanel.

Il s’agit d’un gestionnaire en ligne qui administre tout le serveur.

Mail de bienvenue chez o2switch

Dirigez-vous vers ce CPanel en cliquant sur le lien situé à côté de “Son adresse est”. Puis connectez-vous à l’aide de votre nom d’utilisateur et de votre mot de passe.

En bas de la page, cliquez sur le lien intitulé Softaculous apps installer, dans la partie Logiciels.

Softaculous app installer

Puis sur WordPress > Install. Normalement, vous devriez vous retrouver avec l’interface suivante.

Interface de Softaculous chez o2switch

Complétez les champs de la page de la manière suivante :

  • Choisissez un protocole : Préférez https:// ou https://www (il faudra activer le HTTPS au préalable, comme indiqué dans ce tuto)
  • Choisissez un domaine : Sélectionnez le nom de domaine que vous venez d’acheter dans la liste déroulante ;
  • Dans le dossier : Supprimez le contenu de ce champ (c’est très important) ;
  • Nom du site : Le nom de votre site (facile hein ?) ;
  • Description du site : Le slogan ou la raison d’être de votre site ;
  • Nom d’utilisateur administrateur : Quelque chose différent de admin pour des raisons de sécurité ;
  • Mot de passe : Utilisez le générateur pour en obtenir un suffisamment compliqué ;
  • Courriel : Votre email ;
  • Choisissez votre langue : Laissez French (français) ;
  • Select plugin(s) : Cochez la case Limit Login Attempts (Loginizer) ;

Ensuite, vous n’aurez plus qu’à cliquer sur le bouton Installation en bas de la page.

Si vous avez besoin d’aide, regardez ce tuto (il a été conçu pour créer un blog mais c’est valable pour n’importe quel type de site).

2. Comment installer WordPress chez OVH

Page d'accueil d'OVH

Au préalable, assurez-vous d’avoir réservé un nom de domaine et un hébergement.

Pour cela, direction la page Hébergement web et sites d’OVH. Vous noterez qu’OVH propose 4 offres principales.

Offres tarifaires d'OVH

Le pack le moins cher s’appelle Kimsufi. Il démarre à 1,49€ HT/mois (nom domaine + hébergement). Néanmoins, je vous conseille d’opter au moins pour l’offre Perso, qui possède plus de fonctionnalités.

Kimsufi est notamment beaucoup plus léger en termes d’espace disque (seulement 1GO contre 100 GO pour l’offre Perso). Si vous souhaitez héberger beaucoup de fichiers (notamment des images et des vidéos), vous risquez d’être très rapidement limité.

Alors autant prendre les devants en amont.

Vous avez fait votre choix ? Cliquez sur le bouton bleu “Commander” et suivez le processus d’achat. Vous voilà désormais prêt à installer votre site WordPress.

Ensuite, connectez-vous à votre Espace client.

Sélectionnez votre nom de domaine dans la rubrique Hébergements.

Espace client d'OVH

Votre nom de domaine sera visible à la place du rectangle blanc ci-dessus.

Puis cliquez sur l’onglet Modules en 1 clic > Ajouter un module.

Module en 1 clic d'OVH

Choisissez ensuite WordPress, le nom de domaine de votre choix et cliquez sur installer.

Ajout du module WordPress sur OVH

Si tout va bien, vous devriez voir apparaître le message ci-dessous, dans un encadré vert.

Message de fin d'installation chez OVH

Pour vous connecter à votre site, OVH vous a envoyé par mail vos identifiants de connexion (vous les retrouverez aussi dans la rubrique Mon Compte > Emails reçus).

Mail d'OVH

Pour vous rendre sur l’administration de WordPress, cliquez sur “lien d’administration”.

Vous allez tomber sur une page familière : la page de connexion.

Login OVH WordPress

Par défaut, vous remarquez que le nom d’utilisateur qu’OVH m’a assigné est plutôt simple.

Je vous invite fortement à le modifier, ainsi que votre mot de passe, en choisissant quelque chose de complexe (épargnez-moi les 0000 ou admin, merci).

En cliquant sur Se connecter, vous arrivez sur l’administration de votre site. Vous êtes bon pour effectuer tous vos réglages.

Si vous vous rendez sur votre site en ligne, vous verrez que le thème Twenty Seventeen est installé par défaut.

À l’intérieur de cette installation en 1 clic, sachez qu’il existe aussi un mode avancé pour personnaliser un peu plus le processus.

Installation avancée de WordPress chez OVH

Ci-dessus, les options du mode avancé.

Sauf si vous savez ce que vous faites, installez WordPress sans passer par le mode avancé pour gagner du temps. Eh oui l’horloge tourne, vous pourrez modifier la langue plus tard si nécessaire).

3. Comment installer WordPress chez 1&1

Page d'accueil de l'hébergeur 1and1

Comme pour OVH et o2switch, il faut commencer par souscrire à l’une des offres proposées. Chez 1&1, il y en a 4 accessibles depuis leur page d’accueil, en cliquant sur l’onglet Création de site & hébergement > Hébergement web.

En ce moment, le pack meilleur marché démarre à 0,99€ HT/mois (nom de domaine + hébergement).

Offres de 1and1

Pour commencer, je vous conseille donc d’opter pour l’offre Basic. Bien qu’elle soit actuellement moins chère que l’offre Starter, ces options sont plus intéressantes en terme de performance, stockage. La création de comptes e-mails est aussi illimitée.

Suivez le processus de création en cliquant sur le bouton jaune “Continuer”.

Quand ça sera fait, connectez-vous à votre espace client grâce à votre identifiant et votre mot de passe.

Vous arrivez sur votre interface d’administration. Dans la colonne de gauche, cliquez sur 1&1 App Center, et sélectionnez WordPress.

Administration client chez 1and1

WordPress 1and1

Donnez un nom à votre site et cliquez sur le bouton bleu “Créer un site web”.

Interface pour donner un nom à son site chez 1 and 1

Poursuivez en renseignant un nom d’administrateur et un mot de passe. Ils vous serviront pour vous connecter à l’interface de WordPress.

Codes 1and1 App Center

1&1 vous donne ensuite le choix parmi 2 types d’installation :

  • Managed WordPress : 1&1 prend en charge les mises à jour, la protection et l’optimisation de la technique. Ce service est gratuit le 1er mois, puis facturé 2,99€/mois ensuite.
  • WordPress : vous gérez tout de A à Z.

Type d'installation chez 1and1

Cliquez sur “Poursuivre avec WordPress” afin de ne pas augmenter votre facture. Enfin, il ne me reste plus qu’à sélectionner et à affecter le nom de domaine de mon choix.

1&1 se charge alors de créer les fichiers et la base de données de mon site WordPress. Comptez environ 1 minute pour ce processus.

App Center 1and1

Pour accéder à votre administration WordPress, cliquez sur le lien situé à droite de “Zone admin”. Vous tomberez sur la page suivante.

Interface WordPress de connexion chez 1 and 1

Renseignez votre nom d’administrateur et votre mot de passe. Et vous voilà sur le Tableau de bord de votre site WordPress !

Si vous vous rendez sur votre site en tapant votre nom de domaine dans votre navigateur, vous reconnaîtrez la même image que chez OVH. C’est normal, 1&1 installe aussi automatiquement le thème par défaut de WordPress : Twenty Seventeen.

Bon, je suis certain que vous avez trouvé tout cela très facile.

Une confidence, avant de poursuivre : vous allez le voir tout de suite, l’installation manuelle n’est pas bien compliquée, non plus. C’est reparti pour un tour.

II – Comment installer WordPress manuellement ?

L’installation automatique de WordPress s’adresse avant tout aux débutants. Avec elle, il est vrai que vous n’aurez pas à vous compliquer la vie.

Alors, pourquoi s’embêter avec une installation manuelle ? Eh bien figurez-vous qu’elle est recommandée pour trois raisons principales :

  • Parfois, les hébergeurs installent des choses en plus de WordPress, ce qui n’est pas le cas d’o2switch ou d’OVH, par exemple.
  • Manuellement, vous restez maître de la configuration et aurez plus d’options de personnalisation.
  • Les installations automatiques ne prennent pas toujours en charge la dernière version de WordPress. Si c’est le cas, vous devrez mettre à jour immédiatement après avoir procédé à l’installation. Souvenez-vous de ça : il est très important de maintenir votre site à jour, notamment pour des raisons de sécurité.

1. Liste des ingrédients

Avant d’entrer dans le détail, dressons ensemble la liste des ingrédients nécessaires pour installer WordPress chez n’importe quel hébergeur.

Oubliez le sucre, le sel et le poivre. Pour huiler tout ça, vous allez avoir besoin :

  • d’une connexion Internet. Si vous lisez cet article, c’est bon 😉
  • d’un ordinateur. Et non, on ne peut pas encore installer manuellement WordPress à partir d’une tablette ou d’un smartphone. Désolé.
  • d’un hébergement web.
  • d’un nom de domaine. Pour faire le bon choix, vous pouvez consulter cet atelier, qui propose 2 heures de conseils pour trouver la perle rare.
  • de créer une base de données.
  • d’installer un client FTP, c’est-à-dire un logiciel qui permet de communiquer avec votre serveur. Je vais me servir de Filezilla. Mais vous pouvez aussi vous tourner vers Cyberduck ou Transmit.
  • de télécharger la dernière version de WordPress.
  • de vos mots de passe pour vous connecter à votre client FTP. Normalement, ils se trouvent dans le mail de bienvenue que vous envoie votre hébergeur.

Vous avez mis une petite croix à la fin de chaque ligne ? Vous êtes bons pour élaborer la recette d’une succulente installation WordPress.

2. Une installation, 4 étapes

2.1. Télécharger les fichiers de WordPress

Vous avez peut-être déjà lu ça quelque part mais il est toujours bon de le rappeler.

Retenez bien que WordPress fonctionne avec 2 éléments principaux : une base de données, que l’on va créer juste après. Et les fichiers du coeur de WordPress (tout ce qui permet de faire tourner la machine).

Vous trouverez ce dernier sur le site officiel de WordPress.

Vous obtiendrez un fichier zip que vous pouvez décompresser, et placer sur votre ordinateur (sur le bureau, par exemple).

2.2. Création de la base de données

La base de données est sûrement l’élément le plus important d’un site WordPress. Elle contient toutes les informations liées à votre site (contenus, réglages et utilisateurs).

Autant vous dire que si vous l’effacez par mégarde, ou venez à être piraté, bonjour la cata !

Pour cela, pensez toujours à faire des sauvegardes régulières de votre site.

Je vous explique maintenant comment en créer une chez votre hébergeur.

Pour info, je vous détaille le processus chez O2Switch. Pas de panique : la trame générale reste la même chez les autres hébergeurs.

Commencez par vous rendre sur votre CPanel.

Vous trouverez le lien pour vous y connecter sur le mail “Bienvenue chez o2switch”. Il se trouve juste après la phrase “Son adresse est”.

Mail de bienvenue chez o2switch

Cliquez ensuite sur Bases de données MySQL. Pour info, MySQL est un logiciel qui permet de gérer des bases de données.

CPanel bases de données MySQL

Donnez un nom à votre base de données.

Nom de votre base de données

Note : écrivez tout en minuscules, sans espaces et sans accents.
La base de données sera toujours préfixée par votre identifiant CPanel (zone en rouge sur la capture ci-dessous).

Ensuite, il faut créer un utilisateur pour la base de données.

Ajouter un utilisateur à une base de données

  • Indiquez un nom d’utilisateur pour aller avec votre base de données (WordPress l’utilisera pour s’y connecter).
  • Renseignez un mot de passe. Par pitié, évitez “0000”, “1234” ou votre date de naissance. Choisissez quelque chose de compliqué. Pour cela, cliquez sur le bouton Générateur de mots de passe. Vous avez peur de ne jamais vous en rappeler ? Notez-le sur un fichier texte ET sur un papier.
  • Terminez en cliquant sur le bouton bleu Créer un utilisateur.

Enfin, il faut donner les droits à l’utilisateur sur la base de données en ajoutant un utilisateur.

Le plus courant est de donner tous les privilèges à l’utilisateur.

Néanmoins, toujours pour des raisons de sécurité, je vous conseille de ne cocher que :

  • Create
  • Delete
  • Insert
  • Select
  • Update

Gestion des privilèges d'une base de données

Pour conclure cette partie, cliquez sur “Apporter des modifications”.

Et voilà, vous en avez fini avec la création d’une base de données. Un vrai jeu d’enfants, non ?

2.3. Envoi des fichiers sur le serveur via FTP

La troisième étape consiste à envoyer vos fichiers sur le serveur. Pour cela, vous allez devoir télécharger et installer un client FTP.

Il en existe plusieurs, le plus célèbre étant Filezilla. C’est celui que j’utilise personnellement. De son côté, Alex recommande Cyberduck. À vous de voir lequel vous convient le mieux.

Lancez Filezilla.

Il va ensuite falloir le configurer afin qu’il puisse se connecter à votre espace d’hébergement. Pour cela, vous avez besoin :

  • de l’hôte
  • de l’identifiant (ou nom d’utilisateur ou login)
  • du mot de passe

Ces trois informations se trouvent dans votre mail de Bienvenue envoyé par votre hébergeur. Vous vous souvenez ?

Maintenant, il existe 2 façons de procéder. Soit vous entrez ces informations via le menu ci-dessous.

NB : vous pouvez laisser vide la case “Port”.

Interface de Filezilla

Soit vous les entrez dans le gestionnaire de site en cliquant sur l’icône encadrée en rouge sur la capture ci-dessous.

Gestionnaire de sites Filezilla

Avantage de cette méthode : vous n’aurez plus à les renseigner à chaque fois que vous vous connecterez à Filezilla.

Vous noterez que Filezilla est “séparé” en deux : à gauche, se trouvent les fichiers présents sur votre ordinateur.

À droite, on retrouve les fichiers situés sur le serveur.

Pour opérer un transfert de vos fichiers WordPress vers le serveur, rendez-vous sur la fenêtre de gauche de Filezilla. Localisez le dossier WordPress que vous avez préalablement téléchargé. Dans mon cas, il se trouve sur le bureau.

Sélectionnez tout le contenu de ce dossier (mais pas le dossier en lui-même), c’est-à-dire les dossiers wp-includes, wp-content, wp-admin + plusieurs autres fichiers.

Faites un glissé-déposé vers la fenêtre de droite. Direction le répertoire racine de votre site web, là où est configuré votre nom de domaine principal.

Attention, cet emplacement peut varier d’un hébergeur à un autre. Chez o2switch, il s’appelle public_html. Chez OVH, vous le trouverez sous l’appellation www. Chez d’autres, ce sera htdocs.

L’important est de déplacer vos fichiers WordPress à l’INTÉRIEUR de ce répertoire racine.

Transfert des fichiers WordPres sur le serveur avec Filezilla

Et je répète : ne mettez pas votre dossier wordpress dedans, sinon le site sera disponible sur mondomaine.com/wordpress et il faudra faire une migration.

En tant que débutant, vous ne voulez pas faire ce genre de modification, pas vrai ?

Vous pouvez constater la progression du transfert dans la barre du bas de Filezilla. Cela peut prendre quelques minutes, c’est tout à fait normal.

Relaxez-vous, vous avez bien avancé.

2.4. Exécuter l’assistant d’installation

Encore un petit effort, vous arrivez au bout de ce processus d’installation manuelle.

Maintenant que vos fichiers sont sur le serveur, il va falloir faire le lien avec votre base de données.

Rendez-vous sur votre navigateur préféré et entrez votre nom de domaine. Par exemple : www.monsupersite.fr

Vous devriez tomber sur la page suivante. Cliquez sur le bouton “C’est parti”.

Installer WordPress grâce à la page d'accueil du CMS

Pour remplir les champs requis, il vous suffit de reporter les données déjà créées sur votre cPanel.

Configuration de WordPress

Je vous invite à porter une attention particulière au préfixe des tables. Par défaut, les tables wp_ sont associées à WordPress. Et ça, les méchants pirates le savent. Un bon réflexe consiste à les modifier dès l’installation.

N’hésitez pas à mettre quelque chose de plus compliqué, voire incompréhensible, à la place de wp_.
Ex : dgh47yz_

Terminez en cliquant sur Valider.

Voici l’ultime page sur laquelle vous devriez tomber.

Donner un nom à son site WordPress

Quelques conseils pour bien la compléter :

  • Ne mettez pas admin comme identifiant, ou le nom de votre site. Choisissez quelque chose de plus compliqué, toujours pour des raisons de sécurité.
  • Choisissez un mot de passe (très) complexe.
  • Ne cochez surtout pas la case “Demander aux moteurs de recherche de ne pas indexer ce site”. Sauf si vous souhaitez ne pas être visible sur Google, Bing, Yahoo etc.

Dernière action : cliquez sur Installer WordPress. Et vous voilà arrivé au bout de ce processus. Félicitations !

Happy dance

III – Installer WordPress en local

1. Pourquoi installer WordPress en local ?

Installer WordPress en local signifie que l’on va le placer sur son ordinateur, sans avoir à passer par les services d’un hébergeur.

Il existe à la fois des avantages et des inconvénients à utiliser cette méthode. Alex a d’ailleurs fait une vidéo sur le sujet :

Voici un récap des points à retenir en commençant par les inconvénients :

  • En local, la configuration est différente de celle du serveur. Cela peut occasionner des problèmes lors de la bascule du site en ligne.
  • Il n’est pas possible de montrer l’avancement des travaux à un client à distance. Exception à la règle : le logiciel Local by Flywheel, que je vais vous présenter juste après. Restez bien attentifs, mine d’or en vue.

Personnellement, j’ai pris l’habitude de travailler en local et j’y vois plusieurs avantages :

  • Tester sans risque des thèmes et des extensions. En cas de conflit et de bug, pas de souci, vous serez seul à le voir. Imaginez le boxon si le site était déjà en ligne 🙁
  • Posséder une copie de son site en cas de piratage ou de plantage du serveur.
  • Le site local sera plus rapide.
  • Il n’y a pas besoin d’Internet si l’on souhaite faire du développement sur son site en local.

2. Comment installer WordPress avec Local by Flywheel

Local by Flywheel

Local by Flywheel a été créé par une entreprise spécialisée dans l’hébergement WordPress : Flywheel.

Ce logiciel génial – oui, j’insiste – se caractérise par sa simplicité d’utilisation et sa rapidité.

Il est compatible sur les deux principaux systèmes d’exploitation : Windows et MacOS.

Son interface épurée et colorée vous séduira probablement. Depuis que je l’ai testé, j’ai fait tomber MAMP aux oubliettes.

Réaction en prison

Autres éléments appréciables : il est possible de donner une URL à son client pour lui montrer l’avancée de la création du site. Ce qui est impossible avec MAMP, par exemple.

Enfin, Local by Flywheel gère le SSL pour créer des sites en https.

Tout ça met l’eau à la bouche et donne envie de passer à la dégustation. Mais je vous préviens, le plat Local by Flywheel se dévore en à peine 3 coups de fourchette.

  • Bouchée 1 : téléchargement et installation du logiciel par ici.
  • Bouchée 2 : création d’un nouveau site en paramétrant l’environnement de développement (choix de la version PHP, du serveur et de MySQL), et les réglages de WordPress (nom utilisateur, mot de passe, mail). Local by FlyWheel vous mâche tout le travail. En gros, vous avez juste à vérifier les infos préconfigurées.
  • Bouchée 3 : le logiciel crée un environnement de développement. Tout seul, comme un grand. Contentez-vous d’attendre environ 1 minute pour la mise en place.

Processus terminé. Temps d’exécution : moins de 3 minutes. Si tout va bien, vous devriez voir apparaître une petite pastille verte à côté du nom de votre site.

Cliquez ensuite sur “View site” pour visualiser votre bébé.

Installer WordPress avec ocal by Flywheel

Comme une vidéo vaut mieux que mille mots, Alex vous détaille tout le processus d’installation dans ce tutoriel.

Après cette mise en bouche savoureuse, passons au plat de résistance : MAMP.

3. Comment installer WordPress avec MAMP

Si pour une raison quelconque, vous ne souhaitez pas travailler avec Local by Flywheel, voici comment faire avec MAMP, un autre logiciel pour travailler en local.

Avant de commencer, petit point définition. MAMP est un acronyme signifiant :

  • MacOS : le système d’exploitation (mais vous pouvez aussi l’utiliser sous Windows)
  • Apache : le serveur web
  • MySQL : le système de gestion de bases de données
  • PHP : le langage de développement

En résumé, MAMP permet de simuler un site en ligne, mais sur sa machine.

Notez que MAMP installera aussi MAMP Pro. Mais la version gratuite suffit pour travailler en local.

Étape 1 : Installer MAMP

Rendez-vous sur le site de MAMP et cliquez sur Download. Téléchargez l’application, installez-la et ouvrez-la sur votre ordinateur.

Page d'accueil de MAMP

Étape 2 : Configurer MAMP

Cliquez sur Préférences, puis direction l’onglet Ports. Vous pouvez changer les ports par défaut en renseignant les données suivantes, présentes dans la capture ci-dessous :

Réglages de MAMP

Régler Apache sur le port 80 vous permet d’accéder à vos sites en local depuis l’url http://localhost, au lieu de http://localhost:8888. Avouez qu’on y voit plus clair sans tous ces huit 😉

Mais vous devrez automatiquement renseigner votre mot de passe administrateur à chaque fois que vous démarrerez les serveurs.

Le second réglage que l’on peut effectuer se situe dans l’onglet “Web server”. Par défaut, MAMP considère le dossier htdocs comme la racine du serveur. C’est là où vous placerez vos futurs sites.

Vous pouvez très bien choisir un autre dossier, si htdocs ne vous semble pas assez parlant. Par exemple, messuperbessites. Il suffit de cliquer sur l’icône à côté de “Document root” pour signifier le bon chemin d’accès.

Mamp serveur web

Désormais, vous pouvez cliquer sur “Démarrer les serveurs”.

Démarrer MAMP

La page ci-dessous devrait automatiquement s’ouvrir dans votre navigateur.

Page de démarrage de MAMP

Étape 3 : Installer les fichiers de WordPress

Rendez-vous sur ce lien pour télécharger la dernière version de WordPress. Dézippez-la et placez-la dans votre dossier racine (htdocs ou celui de votre choix).

Pensez à renommer le nom du dossier. Par défaut, cela sera wordpress. Vous pouvez par exemple lui donner le nom de votre site.

Étape 4 : Créer la base de données

Sur la page ouverte par MAMP dans votre navigateur, cliquez sur Outils > phpMyAdmin.

PHPMyAdmin avec MAMP

Cliquez sur l’onglet Bases de données, en haut de la page.

Bases de données de PHPMyAdmin

Dans le champ “Créer une base de données”, nommez la base de données. Veillez à ne pas inclure d’espaces, de caractères accentués ou spéciaux, et privilégiez les minuscules. Exemple : monsupersite.

Pour l’interclassement, choisissez utf_8_general_ci

Cliquez sur Créer. Normalement, la base de données apparaît sur la gauche.

Étape 5 : Lier WordPress à sa base de données

Si vous avez bien suivi les réglages de départ, il suffit de taper l’URL suivante dans votre navigateur : http://localhost/votresite

Dans mon exemple, cela donne : http://localhost/monsupersite

Si vous n’avez pas procédé aux réglages ci-dessus, l’URL ressemblera plutôt à http://localhost:8888/monsupersite/

Vous devriez tomber sur la page suivante. Ca vous rappelle quelque chose, non ?

Installer WordPress grâce à la page d'accueil du CMS

Cliquez sur C’est parti.

Ensuite, la logique est la même que pour une installation manuelle, à quelques détails près.

Réglages de WordPress avec MAMP

Voyons cela de plus près :

  • Nom de la base de données : celle donnée dans MySQL
  • Identifiant : root : vous utiliserez toujours cet identifiant en local
  • Mot de passe : root : vous utiliserez toujours ce mot de passe en local
  • Adresse de la base de données : localhost
  • Préfixe des tables : évitez d’utiliser wp_ (même si vous ne risquez pas de vous faire pirater en local).

Cliquez sur le bouton Valider. La page ci-dessous devrait apparaître. Choisissez Lancer l’installation.

Lancement installation WordPress

Il vous suffit ensuite de suivre les conseils donnés lors de l’installation manuelle.

Donner un nom à son site WordPress

Installer MAMP en local : opération terminée. Bravo.

Réaction de joie

IV – Et maintenant, à vous de jouer

Vous venez de terminer la lecture de cet article détaillant les méthodes pour installer WordPress. J’espère qu’il vous a plu et que vous avez bien saisi mon propos.

En résumé, on dénombre 3 types d’installations :

  • les installations automatiques, plutôt destinées à un public débutant sur WordPress ;
  • les installations manuelles, qui sont généralement utilisées par des personnes plus expérimentées ;
  • les installations locales, pour travailler en toute sérénité sur sa machine.

Vous avez pu constater qu’il était assez simple de les mettre en place. Même si vous êtes néophyte, rien ne vous empêche de démarrer par une installation manuelle, et vice-versa.

Désormais, il est temps de mettre tout ça en application.

Commencez par m’expliquer, en commentaire, quelle méthode vous allez utiliser. Ou celle que vous avez l’habitude de mettre en pratique.

Êtes-vous un ardent défenseur de l’installation manuelle ? Travaillez-vous sur un environnement local ?

Connaissez-vous des solutions que nous n’avons pas évoquées ? Faites-le moi savoir juste en-dessous.

Et si vous estimez que cet article peut être utile à d’autres personnes, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement les prochains articles et accédez à des ressources exclusives. Plus de 20 000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?

C'est parti, je m'inscris !

22 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bonjour Thibaut,
    Bravo pour cet article didactique et très clair ne manquant pas d’humour…
    Personnellement, j’ai utilisé Wamp (Windows) pour des installations locales, mais depuis qu’Alex m’a ouvert les yeux sur Local by Flywheel, je ne peux m’en séparer.
    Dans certains cas, je créer des VM Virtual Machine) sous Virtualbox ou Hyper-V qui permettent le partage avec des clients, qui voient leurs projet avancer.

    Une petite suggestion, utiliser Dashlane, génial gestionnaire de mots de passe, qui est indispensable dans le monde digital au vu du nombre exponentiel de coordonnées à gérer.

    Merci de m’avoir lu.

    Bonne journée.

    Répondre
    • Bonjour Olivier, merci et très bons choix pour Flywheel et Dashlane 😉 Bonne journée également

  2. Merci à vous de prendre le temps de rédiger ce genre de tuto extrêmement détaillé 😉

    Répondre
    • Bonjour Antho, de rien, en espérant que cela te soit utile et te fasse gagner du temps 😉

  3. Bonjour,
    Installation manuelle:
    Vous devez sans doute connaitre http://wp-quick-install.com/ Installer wordpress facilement et rapidement de Julio Potier . Un guide et procédure d’installation qui facilite la vie d’une installation manuelle, pas seulement pour les débutants.
    En local :
    ServerPress : Installer un serveur local avec Serverpress https://serverpress.com/. Très simple et performant. Très bon support technique de surcroit.

    Répondre
  4. Bonjour,

    Il fait déjà plusieurs minutes pour trouver un bon article qui indique ce qu’il faut faire. Ensuite, après l’avoir trouvé, il faut le lire, le comprendre, etc.

    Déjà, tout ça prend déjà plusieurs dizaine de minutes. Donc, 5′, c’est largement trop peu. CQFD.

    C’est comme dire que pour écrire un programme il suffit de recopier la source.

    Répondre
    • *faut *dizaines

    • Bonjour Michel, une fois que vous aurez automatisé le processus et digéré l’article, je parie que vous mettrez moins de 5 minutes pour une installation manuelle 😉 Bonne journée

  5. super article ! merci beaucoup.

    Répondre
  6. Bonjour.
    Très claire présentation (bon ok, j’ai suivi WPChef…). Juste une question et une remarque.
    Pour passer de WAMP à Flywheel, suffit-il de désinstaller le premier sans s’occuper du site (question de débutant, désolé), puis d’installer le second ?
    Ma remarque maintenant : la notion de rapidité devient le maître mot. C’est un tout petit peu agaçant car, d’une part où serait le problème de mettre 1 heure ou deux pour installer WordPress ? et d’autre part les 5 minutes c’est matériellement impossible, vu le nombre de manips à faire sur le thème choisi (et ça prend un moment, de choisir un thème !) pour obtenir le résultat escompté.
    Merci quand même pour le travail fourni !

    Répondre
    • Bonjour Regulus, merci de votre retour. Je n’utilise pas WAMP mais je pense que la procédure est la même qu’avec MAMP. Je ne vous conseille pas de désinstaller WAMP dans un premier temps (en cas de souci, vous conserverez votre travail). Pour faire la bascule, je pense que le plugin Duplicator va vous aider (regardez cette vidéo pour plus d’infos). Une fois que vous avez créé la sauvegarde de votre site sous XAMP avec Duplicator (fichier zip), importez-la sur Flywheel.
      Concernant votre seconde remarque, il n’y aucun problème à passer 1h à installer WordPress. On est tous passé par là au départ. Mais le fait est que 5 minutes sont vraiment suffisantes pour y parvenir une fois que l’on a l’habitude (la manipulation d’un thème n’est pas à proprement parler de l’installation). Bonne journée.

  7. Super article, j’attends l’ouverture des inscriptions à la formation

    Répondre
  8. Bonjour et merci pour votre réponse.
    Faute de frappe : j’ai installé MAMP et non WAMP (dans la démarche WPchef). Si je comprends bien, la désinstallation de MAMP nuirait au site ?
    L’installation n’est pas le paramétrage, je suis d’accord mais les quelques minutes nécessaires et suffisantes à l’installation ne sont rien par rapport au temps passé à « fignoler » le site !

    Répondre
    • Pas de souci. Non, la désisntallation de MAMP ne va pas forcément nuire au site. Je vous conseille simplement de ne pas le désinstaller avant d’avoir fait la bascule vers Flywheel, si vous décidez de prendre cette direction. Vérifiez que tout fonctionne avant, on est jamais trop prudent. Après, rien ne vous empêche de conserver les deux aussi, pas forcément besoin de désinstaller à mon sens. Bon courage.

  9. Bonjour,
    Je débute avec wordpress… je viens de transférer mon blog Skynet (qui a été fermé). J’ai une colonne noire qui apparaît sur le site https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/ . Comme puis la supprimer et/ou agrandir les photos que je place ? D’avance merci de votre aide.
    Au plaisir de vous lire,
    Richard

    Répondre
    • Bonjour, tu vas devoir passer par le code CSS personnalisé pour arriver au résultat que tu veux. Bonne journée

  10. Bonjou. Merci pour votre travail. Je voudrais créer un blog. Pour m entraîner à écrire des articles en html et choisir un thème etc je pensais que créer en local serais bien ? Qu’en pensez vous?
    Merci

    Répondre
  11. J’ai vraiment besoin de votre aider pour installer Local by Flywheel.
    J’ai bien télécharger et installer Local by Flywheel mais après l’installation sur mon pc , quand je l’ouvre, il reste en mode check open et plus rien.
    Merci de j’attends votre réponse.

    Répondre
    • Bonjour, c’est peut-être la configuration de ton ordinateur. Essaye de demander aussi au support de Local By Flywheel

  12. Bonsoir
    Je tiens à vous remercier pour le super travail que vous faits pour nous, par ailleurs, je suis déjà un cuistot. J’ai l’envie de créer un superbe site interneet et cependant J’ai un petit soucis, je souhaite l’installer en local avec mamp mais lorsque je crée la base de donnée, Mamp me demande me dis aucune table trouvée. Voici un lien de ma capture: https://framapic.org/ichpJqBOlzVP/hZTDp1ssxerC.png Je suis bloquée car lorsque je tape http://localhost/monsite j’ai l’erreur 404

    SVP comment faire?
    Merci

    Répondre
    • Bonjour, la base est vide et c’est normal, en revanche maintenant il faut que tu installes WordPress dessus et la tu auras des tables 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Marmite ne peut malheureusement pas fournir de support. Merci d'en tenir compte dans votre commentaire 😉

Si vous ne lui en voulez pas, donnez-lui un j'aime sur Facebook :



adipiscing Lorem ut ante. tristique Donec Sed leo. luctus mattis in eget
74 Partages
Partagez62
Tweetez12
Partagez