Publié par le 28 avril 2020 • 12 Commentaires

“Attends, attends, je passe sous un tunnel là. Allo…” Le coup du tunnel, vous connaissez ? 

Le drôlissime Serge Benamou (José Garcia) s’en est notamment servi pour se sortir d’un coup de fil encombrant, dans une scène culte de La Vérité si je mens 2. 

Ce bon vieux Serge, on le comprend : le coup du tunnel est parfois bien pratique (même si personne n’y croit plus vraiment).

Et puis, c’est bien connu : avec plus ou moins de mauvaise foi, dans un tunnel, y’ a pas de réseau. Point barre.

Une femme consulte son téléphone portable
Ca capte pas, on a dit

Ne pas capter dans un tunnel réservé à la circulation, passe encore. En revanche, c’est beaucoup plus embêtant dans un autre type de tunnel qui sent plus le marketing que les pots d’échappement. J’ai nommé le fameux tunnel de vente.

Bien utilisé, ce dernier peut vous aider à obtenir plus de prospects, à vendre plus, et à doper votre chiffre d’affaires.

Une extension bien pratique appelée Cartflows peut vous aider à créer ce tunnel et à l’automatiser. Même si vous partez de zéro. Et même si vous n’y connaissez pas grand-chose en marketing.

Fantastique ? Eh bien c’est ce que vous allez découvrir dans ce test détaillé. Objectif, à la fin de votre lecture : tout capter aux tunnels de vente. Pour les autres, on laisse ça à Serge Benamou.

Qu’est-ce que Cartflows ?

Cartflows est une extension WordPress freemium qui permet de créer des tunnels de vente rapidement et facilement. Elle nécessite l’activation de WooCommerce et utilise des modèles de page (templates) prêts à l’emploi activables en 1 clic, qui peuvent être personnalisés avec la plupart des constructeurs de page du marché.

Capture issue de l'extension Cartflows

Comme l’explique la page d’accueil du site qui lui est consacré, Cartflows a pour objectif de vous faire “obtenir plus de leads, d’augmenter vos conversions et de maximiser vos profits”.

Un lead désigne un contact commercial enregistré auprès d’un prospect. Une conversion est une action spécifique que vous voulez que votre visiteur accomplisse (ex : téléchargement d’un livre blanc, inscription à une newsletter).

Ca vous file la bave aux lèvres ? Attendez, Cartflows vous met encore plus l’eau à la bouche en précisant que vous pouvez toucher au but sans même avoir besoin “d’investir plus d’argent dans de la publicité payante ou de générer plus de trafic…”

Et j’ai gardé la cerise sur le gâteau pour la fin. Cartflows promet de “transformer votre site web en une machine à faire des ventes”. Ben voyons, rien que ça.

Comme vous pouvez le constater, on a affaire à des marketeurs chevronnés pour promouvoir leur produit. Et pas n’importe qui, vous allez voir.

Une solution à des “frustrations”

Derrière Cartflows, on retrouve deux pointures : 

  • Sujay Pawar, le co-fondateur de Brainstorm Force, l’entreprise qui a notamment créé le fameux thème Astra (+ de 800 000 installations actives sur le répertoire officiel).
  • Adam Preiser, l’un des crânes rasés les plus célèbres de la sphère WordPress. Preiser est le fondateur de WPCrafter, un site qui apprend aux non-techniciens à utiliser WordPress. 

Frustrés par le processus d’achat de produits/services sur WordPress qu’ils jugeaient pas assez optimisé pour favoriser les conversions, nos deux acolytes ont décidé, à partir d’octobre 2017, de créer une extension pour “rendre l’ecommerce plus facile, plus rentable, tout en étant un plaisir à utiliser”.

Depuis, Cartflows a été adoubé par certaines pointures de l’écosystème WordPress, de Chris Lema en passant par Dave Foy (du site DesignBuildWeb) et Troy Dean (WP Elevation).

Ce dernier parle même du “produit WordPress le plus excitant qu’il ait découvert au cours des dernières années”.

Shaquille O'Neal danse

Un plugin, deux versions

Les louanges d’utilisateurs se poursuivent sur la page de l’extension, sur le répertoire officiel.

Au moment d’écrire ses lignes, Cartflows collectionnait les avis dithyrambiques : une notation globale de 5 étoiles sur 5, et aucun avis de moins de 4 étoiles.

Personnellement, je n’avais jamais vu ça ! Si vous trépignez déjà d’impatience à l’idée d’utiliser ce plugin, sachez qu’il existe en deux versions : 

  • Version gratuite (Cartflows free) disponible sur le répertoire officiel (+ de 60 000 installations actives). Elle vous permettra de créer des tunnels de vente personnalisés, mais vous ne disposerez pas de toutes les options possibles (j’y reviendrai plus tard). Considérez-la comme une porte d’entrée pour commencer à utiliser Cartflows.
  • Version premium proposée à 299$/an (soit environ 276€). A ce prix-là, vous obtiendrez l’extension avec toutes ses fonctionnalités, sans aucunes limites.

Depuis le début de cet article, il y a peut-être un terme qui vous intrigue : le tunnel de vente.

Ce concept marketing constitue en quelque sorte le fil rouge de notre article d’aujourd’hui.

Pour bien comprendre le fonctionnement de Cartflows et la suite des opérations, il me semble nécessaire de bien saisir ce que cela signifie et de vous transmettre quelques bases, même très rapides.

C’est l’objet de la partie suivante.

Qu’est-ce qu’un tunnel de vente ?

Un tunnel de vente désigne le parcours entrepris par le visiteur d’un site web, de la découverte de votre produit ou service, jusqu’à son achat.

Vous le trouverez aussi sous la dénomination anglaise de “funnel”, “sales funnel”, “pipeline”, ou encore d’entonnoir de vente, pour rester dans la langue de Molière.

Au cours de ce périple, ce futur client passe par 4 étapes, que l’on peut imager via un entonnoir, justement. On parle aussi de méthode AIDA, vous allez comprendre pourquoi : 

  • Etape 1 : Awareness. Il s’agit de la phase de prise de conscience. Votre prospect vient de découvrir votre site web, par exemple via une recherche depuis Google. Pour l’instant, il est “froid” et se situe en haut de l’entonnoir.
  • Etape 2 : Interest. A ce stade, votre prospect manifeste un intérêt pour vos produits ou services. En gros, il se dit : “Ah, tiens, c’est pas mal ce qu’il/elle fait. Ca pourrait peut-être même me servir.” Les relations se réchauffent un peu, le voilà qui a un peu glissé au sein de votre entonnoir. Mais il reste encore du boulot pour le convertir en client.
  • Etape 3 : Decision. Là, ça commence à chauffer. Votre prospect étudie en détails ce que vous offrez et décide s’il va se procurer votre produit/service. Regardez, il a encore glissé un peu plus au sein de votre entonnoir de vente.
  • Etape 4 : Action. On arrive à la fin du processus, arf ça brûle : le prospect passe enfin à l’action (ex : achat de votre produit ou service etc.). Il devient un client. Félicitations, vous l’avez guidé jusqu’à la fin de votre entonnoir.
Une femme fait tourner un entonnoir

Sans entrer dans les détails, puisque ce n’est pas le propos ici, sachez quand même que certains prospects ne quittent jamais le haut de l’entonnoir de vente, et que d’autres ne le découvrent qu’à la fin. 

Enfin, pour rendre votre entonnoir le plus efficace possible, il est nécessaire de bien connaître votre cible et ses habitudes, tout en créant du contenu adapté à chaque étape du funnel.

Par exemple, les marketeurs ont généralement l’habitude d’utiliser une stratégie de blogging en créant des articles lors de l’étape 1 de l’entonnoir (Awareness).

Voilà pour cet aparté qui me semblait nécessaire. A présent, revenons-en à Cartflows.

Découvrez comment il fonctionne, ainsi que ce que vous pouvez faire grâce à lui.

Besoin d’un hébergeur pour votre site ?

Faites comme WPMarmite, choisissez o2switch. Non seulement les performances sont au rendez-vous mais le support est exceptionnel.

Cartflows, comment ça marche ?

L’une des grandes forces de Cartflows, c’est qu’il s’intègre directement à WordPress. 

Vous le configurez directement sur le Tableau de bord de votre administration, sans avoir besoin de passer par un site tiers.

Côté pratique, c’est bien vu : cela limite les aller-retours, vous retrouvez tous vos réglages au même endroit, et vous ne perdez pas de temps à devoir apprendre le fonctionnement d’une nouvelle plateforme.

Normalement, WordPress, vous connaissez un minimum, si vous suivez attentivement WPMarmite ;-).

Cartflows nécessite WooCommerce

Notez qu’il y a quand même un préalable pour que Cartflows fonctionne : vous devez avoir activé WooCommerce sur votre site/blog.

WooCommerce est l’extension WordPress ecommerce la plus célèbre (+ de 5 millions d’installations actives sur le répertoire officiel).

Schématiquement, elle ajoute des fonctionnalités e-commerce à votre site WordPress. Vous voulez apprendre à la configurer correctement ? Suivez les conseils de chef Alex, qui vous dévoile tout dans cette vidéo :

Ensuite, les créateurs de cette extension pour créer des tunnels de vente indiquent sur leur FAQ que quel que soit votre niveau, un funnel peut être opérationnel en… 20 minutes

Pour le coup, cela me laisse assez dubitatif et me paraît illusoire mais, après tout, pourquoi pas.

Vous verrez ensuite, au moment de mon test, si les promesses ont été tenues.

Pourquoi s’embêter avec Cartflows si vous avez déjà WooCommerce pour vendre ?

D’un point de vue technique, WooCommerce vous permet de vendre les produits/services de votre choix. C’est d’ailleurs un excellent outil pour le faire.

Mais si l’on se place du point de vue marketing, il n’est pas super optimisé pour faire passer vos visiteurs d’une étape à l’autre de votre entonnoir et maximiser les conversions.

Plutôt dommage, encore plus si je vous révèle que près de 70% des personnes qui enclenchent un processus de paiement ne le terminent pas (Statista). On parle alors d’abandon de panier. 

Et figurez-vous que l’une des raisons majeures pour expliquer l’abandon de panier est que le processus de paiement s’avère trop long ou trop complexe.

C’est sur cet aspect, entre autres, que Cartflows propose d’agir. Afin de découvrir toutes ses options, ça se passe juste en-dessous.

Cartflows : les fonctionnalités qui se démarquent

Une extension “page-builder friendly”

Pour vous faciliter la vie et rendre le processus de création de votre tunnel de vente le plus rapide possible, Cartflows propose près de 40 templates (modèles de page) prêts à l’emploi, dont une dizaine gratuits (utilisables sans passer par la version Pro).

Templates de la bibliothèque de Cartflows

Ces templates activables en 1 clic sont répartis en plusieurs catégories. Vous trouverez :

  • des landing pages (pages d’atterrissage), dont l’objectif est de convertir vos visiteurs en les incitant à télécharger du contenu (ebook, livre blanc), à s’inscrire à une newsletter, ou encore à acheter un produit ou un service.
  • des pages de paiement (Checkout page).
  • des pages de remerciements (Thank you page).
  • des pages pour faire de l’upsell et du downsell (j’y reviendrai).
  • une page pour collecter les emails de vos visiteurs (optin page).

Parmi les modèles présents, on notera par exemple la présence d’une page pour vous inciter à acheter des croquettes pour chiens, ou une autre pour faire la promotion de pilules pour brûler des graisses.

Maintenant, que se passe-t-il si votre activité n’a rien à voir avec ces domaines-là ? Imaginons que vous vendiez des croquettes pour chats, plutôt que des croquettes pour chiens ?

Aucun problème ! Cartflows utilise un système flexible de shortcodes qui lui permet de fonctionner avec n’importe quel constructeur de page. Du coup, libre à vous de modifier l’aspect visuel de votre contenu comme vous le souhaitez, même si vous utilisez Brizy, pour ne citer que lui.

Note : Un constructeur de page, appelé page builder en anglais, est un plugin ou un élément d’un thème qui permet, grâce à des modules (image, texte, bouton, vidéo etc.) et des modèles de page prêts à l’emploi, de concevoir le design de votre site sans coder. Il s’utilise très souvent en glisser-déposer.

En activant Cartflows, vous verrez qu’il vous propose des modèles compatibles avec Elementor, Beaver Builder et Divi. Logique, ce sont les 3 page builders les plus utilisés sur le marché.

Il est aussi possible d’accéder à des templates pour Thrive Architect, mais vous devez les télécharger depuis votre espace client. Pour le moment, ils ne sont pas encore dispos sur l’interface de réglages de l’extension, sur WordPress.

Pour le reste, Cartflows prévoit de lancer prochainement des templates compatibles avec Gutenberg, l’éditeur de contenus de WordPress.

Apprenez le CSS une bonne fois pour toutes

Créez des sites au rendu impeccable sans y passer des heures avec CSS Express.

Un processus de paiement optimisé pour les conversions

Créer les pages de votre entonnoir de vente avec le constructeur de page de votre choix constitue déjà un atout de taille. Pour la partie design, c’est clairement un sacré plus.

Côté marketing/vente, vous ne serez pas en reste non plus. Parmi les fonctionnalités à détacher, je pourrais vous citer : 

  • L’ajout d’offres de produits (en promotion ou pas) sur la page de paiement, au moment de la commande. On appelle ça un order bump.
  • La possibilité de faire des ventes additionnelles. D’une part via de l’upselling (montée en gamme) en proposant “un produit ou service légèrement supérieur et plus cher que celui auquel s’intéresse le prospect”, selon ce site.
    D’autre part via du downselling (descente en gamme), c’est-à-dire proposer un produit moins cher que celui qui intéressait votre prospect au départ, et qu’il n’a du coup pas acheté. En gros, on lui met un petit coup de pied aux fesses en lui disant : “Eh mon coco, pars pas si vite comme ça, j’ai un autre truc super à te proposer encore moins cher que ce que je t’ai montré au départ.”

Pas mal, non ? Et ce n’est que le début. Découvrez ci-dessous comment mettre tout ça en place techniquement.

Réaction d'une femme étonnée

Création d’un funnel détaillé

Étape 1 : Installation et activation de Cartflows

Sur la page de présentation de l’extension, Cartflows nous promet la création d’un tunnel de vente en 20 minutes. Il est temps de vérifier la véracité de ces propos.

Pour commencer, vous devez installer et activer les deux versions de l’extension sur votre installation WordPress : 

  • La version gratuite disponible sur le répertoire officiel.
  • La version Pro.

Vous les retrouverez toutes les deux sur l’Espace client de votre compte Cartflows. Bien sûr, si vous ne souhaitez pas utiliser la version Pro, l’extension fonctionnera en activant uniquement la version gratuite.

Vous voulez être sûr(e) d’installer correctement une extension ? Consultez l’article Comment installer un plugin dans les règles de l’art.

Une fois l’extension Pro activée, on vous demandera d’ajouter votre Licence. Grâce à elle, vous bénéficierez notamment des mises à jour de l’extension.

Étape 2 : installation de WooCommerce

Le plugin est en état de marche chez vous ? Très bien, je vous propose maintenant de passer à sa configuration.

Pour vous aider, Cartflows vous prend par la main en vous mettant à disposition un assistant de configuration (Setup wizard). 

Il y a 5 étapes à suivre pour rendre le produit opérationnel. On notera par exemple que Cartflows vous demande de choisir un constructeur de page parmi Elementor, Beaver Builder et Divi. 

Et, surtout, il vous réclame l’installation de WooCommerce. Vous vous rappelez, l’extension ecommerce est nécessaire pour que Cartflows fonctionne.

L'assistant de configuration de Cartflows

Vous pouvez passer par ici pour une installation automatique. Par contre, attention : pensez bien à vérifier tous les réglages par la suite.

Par exemple, par défaut, WooCommerce sera paramétré pour une boutique physique basée au Royaume-Uni, avec la livre sterling comme monnaie. Pas vraiment cohérent si vous vendez des produits en euros, vous en conviendrez.

Étape 3 : création d’un flow

L’étape suivante consiste à créer ce que Cartflows appelle un “flow”. Il s’agit d’une nomenclature maison pour parler d’un tunnel de vente, tout simplement.

Si vous souhaitez créer un funnel pour inciter à l’achat d’un produit, pensez à l’ajouter au préalable sur WooCommerce afin que votre page de paiement puisse fonctionner correctement. Concernant la passerelle de paiement, Cartflows recommande l’utilisation de Stripe mais PayPal fonctionnera aussi sans problème.

Dans le menu Cartflows situé sur la colonne de gauche de votre administration, sélectionnez Flows > Add New.

Cartflows vous propose 10 templates prêts à l’emploi (4 utilisables avec la version gratuite et 6 présents uniquement dans la version Pro). Ils correspondent à votre future page d’atterrissage.

Flows Library Cartflows

Je sélectionne le template appelé Evergreen Product 02, qui correspond le plus à ce que je souhaiterais faire avec ma landing page (présenter un tee-shirt WPMarmite, au hasard). En cliquant sur le bouton Import, vous lancez l’activation de la page.

Désormais, vous pouvez constater que Cartflows a créé un funnel comportant 3 étapes :

Aperçu des réglages d'un flow sur WPMarmite

Dans le détail, vous avez pour le moment :

  • Une landing page pour présenter votre produit à vos visiteurs. Bien évidemment, vous pouvez (et devez) la modifier à votre guise en utilisant votre constructeur de page (dans mon cas Elementor, que j’avais choisi lors de la phase de réglages sur l’assistant de configuration). Notez qu’il est aussi possible de créer n’importe quelle page du funnel en partant de zéro.
Un exemple de landing page sur Cartflows
Tout est en anglais par défaut, donc vous avez un peu de boulot pour franciser tout ça ;-).
  • Une Checkout page (page de paiement). Pour le moment, aucun produit ne lui est assigné. Vous pouvez en ajouter un en cliquant sur Edit.
Exemple de réglages pour une page de paiement avec Cartflows
  • Une Thank You page, soit une page de remerciements. Elle s’affichera une fois que votre visiteur aura acheté le tee-shirt WPMarmite.

Vous pourriez vous arrêter là : votre funnel serait opérationnel de la sorte. Mais l’un des gros atouts de Cartflows, comme indiqué précédemment, réside dans ses options additionnelles et notamment l’upsell et le downsell, pour faire de la vente couplée.

Par contre, attention : elles ne sont disponibles qu’avec la version Pro de l’extension.

Étape 4 : Ajout d’un upsell et/ou d’un downsell

Vous souhaitez que votre futur client achète votre tee-shirt WPMarmite, mais pourquoi vous arrêter en si bon chemin ? 

Peut-être a-t-il envie d’une panoplie un peu plus complète, avec une veste assortie, par exemple ? Oui, on peut être looké avec de la sape WPMarmite, vous en doutez ?

Proposer cette option à votre visiteur ne mange donc pas de pain. C’est possible grâce à l’ajout d’une nouvelle étape dans votre funnel (clic sur le bouton Add new step de votre flow).

Choisissez un des templates proposés (6 en tout) au niveau de l’onglet Upsell.

Un aperçu de 4 des 6 templates d’upsell de Cartflows

Ensuite, il suffit, comme pour la page de paiement, d’ajouter le produit de votre choix. Une fois que votre visiteur aura acheté votre premier produit (le tee-shirt), il s’en verra proposer un nouveau (la veste) juste avant la page de remerciements.

Vous pouvez procéder exactement de la même façon si vous voulez faire du downsell. Seule différence : vous disposerez de moins de templates (3 contre 6 pour l’upsell).

Note : Logiquement, l’étape Upsell peut uniquement être placée après la page de paiement. Quant à l’étape Downsell, elle peut être seulement positionnée après l’étape Upsell : Cartflows proposera un produit moins cher dans le cas où votre client refuse d’upseller.

Étape 5 : Ajout d’un order bump

Autre atout dans votre manche pour mettre sous le nez de vos visiteurs de nouveaux produits : l’order bump.

Vous pouvez paramétrer une offre promotionnelle dans les réglages de votre page de paiement (Checkout page).

Réglages d'un order bump

On apprécie notamment la possibilité :

  • De positionner cette offre à 4 endroits différents de la page (avant/après le paiement, après la commande, avant les détails de facturation).
  • D’ajouter un texte descriptif et une photo
  • De personnaliser les couleurs (arrière-plan, texte, description, bordure etc.)

Et voici ce que ça donne sur l’interface front-end (ce que vos visiteurs voient) de votre site :

L’order bump se trouve en bas, à droite.

Étape 6 : Ajout d’un opt-in

On termine ce processus de création d’un funnel avec une dernière étape envisageable, disponible à la fois avec la version gratuite et la version payante de Cartflows : l’opt-in.

Elle se destine à un type d’usage spécifique : la génération de leads.

En résumé, l’étape Optin de votre funnel permet de proposer un formulaire pour recueillir l’adresse email de votre visiteur, afin qu’il télécharge un produit gratuit (un ebook, par exemple).

Cet opt-in sera placé après votre landing page et avant votre Thank you page et permettra de lancer le téléchargement du produit de votre choix.

Pour qu’il fonctionne, vous devez le lier à un produit virtuel ou téléchargeable vendu 0€.

Félicitations, vous venez de parcourir toutes les étapes qu’il est possible de créer avec Cartflows.

Alors, alors, tient-il sa promesse de mettre sur pied un funnel en 20 minutes ?

Techniquement, oui. C’est faisable si vous touchez très peu aux textes et au design. Vous pouvez même aller encore plus vite que ça.

Après, pour un résultat vraiment personnalisé, ne pensez pas que 20 minutes seront suffisantes. Si votre objectif consiste à donner un coup de boost à vos conversions, il va falloir compter une paire d’heures pour tout concevoir de A à Z (design, textes, paramétrage de WooCommerce etc.).

Étape bonus : dites non à l’abandon de panier

Pour aller encore plus loin et optimiser vos conversions, justement, l’équipe de Cartflows propose aussi une extension tierce super-pratique pour lutter contre l’abandon de panier : WooCommerce Cart Abandonment Recovery.

L'extension WooCommerce Cart Abandonment Recovery

Notez qu’elle sera installée automatiquement si vous passez par l’assistant de configuration. Vous retrouverez un lien vers ses réglages via le menu WooCommerce sur votre administration :

Le menu Cart Abandonment sur WooCommerce

Le plugin fonctionne de la sorte : une fois sur la page de paiement, si votre utilisateur n’a pas procédé à l’achat, il recevra un ou plusieurs emails (à condition d’avoir au préalable renseigné une adresse dans les détails de facturation) afin de l’inciter à passer à l’action, de lui proposer un rabais, ou encore de lui demander une raison de non-achat.

On ne sait jamais, au cas où il se soit endormi sur son clavier, une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal, qu’en pensez-vous ?

Libre à vous de modifier le texte de chaque email et, surtout, de renseigner au bout de combien de temps il va être envoyé après la détection de l’abandon de panier.

Avec ce plugin, attention quand même à la compatibilité avec le RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données). Si l’utilisateur n’a pas acheté, cela signifie qu’il n’a pas adhéré aux CGV (Conditions Générales de Vente), et donc qu’il n’a pas donné son consentement pour recevoir un email. Dans ce cas, renseigner son email ne sera pas suffisant.

Allez, sans transition, je vous propose maintenant de passer en revue les avantages et les inconvénients de Cartflows.

Accélérez votre site internet avec WP Rocket

Transformez votre site en fusée grâce au plugin de cache reconnu le plus performant par les experts WordPress.

On débriefe : Cartflows à l’usage, ça donne quoi ?

Après avoir mis les mains dans le cambouis bien comme il faut, voici mon avis sur cette extension. Je reviens sur ce que j’ai aimé et ce que j’améliorerais.

 Les + de l’extension

Côté prise en main, l’extension est très agréable à utiliser et surtout simple à prendre en main.

Clairement, l’équipe de Cartflows a mis le paquet sur l’expérience utilisateur en essayant de s’imaginer dans les baskets d’un créateur de funnels débutant. Et c’est réussi. 

Sur ce point, j’ai particulièrement apprécié : 

  • L’interface en glisser-déposer pour modifier le positionnement de chaque étape de votre tunnel de vente.
Le drag and drop sur Cartflows
  • L’assistant de configuration (Setup wizard) pour vous aider à configurer l’extension après son activation.
  • L’intégration à WordPress : on n’est pas perdu et on n’a pas à s’embêter à faire des allers-retours vers un logiciel tiers. Tout se retrouve sur votre Tableau de bord.
  • Les réglages réduits au strict minimum du menu. Merci de nous avoir évité de pénétrer dans une usine à gaz en proposant uniquement deux sous-menus : Flows pour créer votre entonnoir, et Settings pour paramétrer vos réglages.
Menu de réglages de Cartflows
  • La facilité pour personnaliser votre flow. 4 options sont proposées : View (Visualiser), Edit (Editer), Clone (Dupliquer) et Delete (Supprimer).
  • L’accès à des données analytiques (stats) pour connaître le nombre de visites et les ventes générées par chacune de vos pages.
Données analytiques sur Cartflows

Par ailleurs, Cartflows dispose d’une fonctionnalité très intéressante qui agit en sous-marin pour vous : grâce à des liens dynamiques, le plugin est capable de lier les différentes de pages de votre funnel entre elles et de renvoyer votre visiteur d’une étape à l’autre sans aucun réglage à effectuer de votre part.

Mais ce n’est pas tout, j’ai peut-être encore mieux, regardez bien. Cartflows ne vous limite pas sur la présentation des champs du formulaire de votre page de paiement. Au contraire. Dans sa version Pro, vous pouvez :

  • Ajouter des champs personnalisés.
  • Les réordonner d’un simple glisser-déposer.
  • Choisir de les afficher ou de les masquer.
  • Changer leur libellé.

Bref, c’est très puissant. Pour activer cette option et concevoir des formulaires aux p’tits oignons, rendez-vous sur votre Checkout page et dans l’onglet Checkout fields, cochez Enable Custom Field Editor.

Enable Custom Fileds sur le plugin WordPress Cartflows

Tiens, en parlant de Checkout page, sachez enfin que vous pouvez aussi utiliser Cartflows pour remplacer votre page de paiement traditionnellement gérée par WooCommerce (uniquement dans la version Pro). Je trouve ça vraiment malin.

L’avantage ? Vous pourrez profiter des options pour faire de l’upsell/downsell et proposer des order bumps, ce que WooCommerce ne permet pas à 100% nativement (il propose des produits apparentés sur la page Panier, mais pas sur la page Commande).

Les axes d’amélioration

Après les bons points, passons aux “peut mieux faire”. Si Cartflows est plutôt un bon élève, il peut encore progresser sur certains points.

Tout d’abord, il n’est pas encore compatible avec Gutenberg, l’éditeur de WordPress. Pour le moment, vous pouvez seulement modifier les templates de Cartflows avec un constructeur de page tiers (Elementor, Divi, Beaver Builder etc.).

Ensuite, je dirais qu’il est perfectible au niveau de la personnalisation. Par exemple, le nombre de templates proposés n’est pas énorme pour le moment (ex : 6 modèles de landing pages pour Elementor dans la version Pro), tout comme le nombre de constructeurs de page compatibles (Elementor, Divi et Beaver Builder).

Même si, c’est vrai, vous pouvez utiliser n’importe quel autre page builder avec Cartflows grâce à un système de shortcodes.

Ensuite, son interface d’administration n’est pas traduite en français. C’est surtout un constat plus qu’une critique. L’anglais est une langue universelle et c’est aussi l’idiome des créateurs : ils n’allaient pas s’embêter à créer une extension pour des petits Français, quand même :-).

Le truc, c’est qu’il n’est pas toujours simple de s’y retrouver au départ, d’autant plus que certains termes sont propres au domaine du marketing.

Dans ce cas, direction la documentation, me direz-vous. Si elle est plutôt bien fichue, claire et didactique, elle est aussi uniquement accessible dans la langue de… Shakespeare.

Tout comme le groupe Facebook dédié à l’extension (+ de 4 000 membres) et sa chaîne YouTube proposant une trentaine de vidéos d’utilisation.

Pour traduire votre thème et vos plugins, je vous conseille l’utilisation de l’extension Loco Translate. Concernant Cartflows en particulier, notez que vous pouvez retrouver les traductions de la version gratuite et de la version Pro chez Wp Trads (aff).

Pour en finir avec l’anglais, il faut aussi intégrer que les templates soit-disant prêts à l’emploi ne le sont pas vraiment pour un public francophone : vous devrez au minimum les traduire. Je vous conseille surtout de travailler sérieusement vos propres textes pour un message de vente le plus impactant possible.

Enfin, deux dernières choses, pour terminer cette partie : 

  • Vous devrez penser à paramétrer WooCommerce si vous utilisez l’assistant de configuration car ce dernier appliquera les réglages de base qui n’auront sûrement rien à voir avec les paramètres souhaités pour votre boutique.
  • Dommage qu’il n’y ait pas de fonctionnalité poussée pour faire de l’A/B Testing (tester deux versions d’un même contenu pour voir lequel convertit le mieux).

Cartflows, combien ça coûte ?

Tout d’abord, une version gratuite est disponible sur le répertoire officiel. Mais, forcément, elle ne vous permettra pas de bénéficier de toutes les fonctionnalités offertes par l’extension.

Pour passer à la vitesse supérieure, vous devrez mettre la main au portefeuille et opter pour la version premium.

Son prix ? 299$/an (soit environ 276€). A ce tarif, vous avez droit à : 

  • Créer un nombre illimité de funnels. Par contre, attention, il y a quand même une petite nuance à saisir : une Licence peut être utilisée sur 30 sites au maximum. Ce qui laisse quand même de quoi faire.
  • Toutes les options du plugin : templates premium, champs personnalisés pour la page de paiement, offres promotionnelles sur la page de paiement, upsells/downsells etc.
  • Un accès au support (assistance utilisateur personnalisée) et aux mises à jour pendant 1 an. Au bout de cette période, vous devrez repasser à la caisse pour continuer à bénéficier de ces deux derniers services pendant 1 an supplémentaire. Je vous le recommande d’ailleurs : pour des raisons de sécurité, il est préférable d’avoir ses extensions à jour. Si vous ne souhaitez pas renouveler, vous pourrez quand même continuer à utiliser le plugin.  

Par ailleurs, Cartflows dispose aussi d’une garantie satisfait ou remboursé de 30 jours : vous pouvez donc le tester sans risque au cours de cette période.

299$/an représente un investissement conséquent, c’est vrai. Cela vous semble cher ? Regardez par exemple ce que proposent deux alternatives majeures à Cartflows, au niveau tarifs : 

  • Click Funnels : probablement le service le plus célèbre – et le plus complet ? – pour créer un tunnel de vente. Créé par Russel Brunson, il est proposé à partir de 97$/mois, soit la bagatelle de 1 164$/an (environ 1 075€). Quasiment le quadruple du prix auquel est commercialisé Cartflows. Bien évidemment, j’insiste, la comparaison est imparfaite car je ne compare que les prix ici, je ne m’arrête pas sur toutes les options en détails. Mais cela vous donne une première idée.
  • ThriveCart : cet outil propose une Licence à vie via un paiement unique de 495$ (environ 457€). Sur la durée, cela peut être intéressant. Par contre, gros bémol : ThriveCart est utilisable sur un domaine seulement par Licence. Donc si vous voulez vous en servir pour plusieurs clients, ça risque de revenir très cher…

Au-delà de cela, Cartflows a aussi l’avantage, par rapport à la concurrence, de pouvoir s’utiliser directement depuis WordPress.

Tiens, en parlant d’usage, on terminera cet article là-dessus. Cartflows est-il fait pour vous ?

Cartflows, quelle version et pour qui ?

Afin de répondre à cette question, tout dépend d’abord de l’usage que vous allez en faire.

Dans ce sens, il peut être utile de différencier la version gratuite et payante (Cartflows free vs pro) : 

  • La version gratuite sera suffisante pour commencer à apprivoiser les tunnels de vente, mais elle est limitée, forcément.
  • La version Pro sera incontournable si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour maximiser vos conversions. Rappelez-vous : les fonctionnalités incontournables (upsell/downsell, order bumps et global checkout) ne sont pas présentes avec le plugin gratuit.

En conclusion, j’ai été séduit par cette extension qui sera adaptée aussi bien aux débutants désireux de créer un tunnel de vente, qu’aux marketeurs plus chevronnés qui veulent une solution rapide, simple et économique pour bâtir un funnel (par rapport au mastodonte Click Funnel, par exemple).

Étant donné qu’elle est sur le marché depuis peu de temps, elle devrait encore continuer à se bonifier afin de vous proposer de plus en plus de nouveautés. C’est en tout cas ce qui est dans les tuyaux, si l’on se fie à sa page de présentation.

Et si vous voulez encore creuser le sujet, je vous renvoie vers la conférence WordPress et les tunnels de vente, présentée lors du WordCamp Paris 2019.

Maintenant, la parole est à vous. Connaissez-vous Cartflows et l’utilisez-vous ?

Dites-moi tout dans les commentaires ci-dessous.