Vous êtes ici : Accueil | Plugins WordPress | Comment faire un site multilingue avec WordPress ?

Comment faire un site multilingue avec WordPress ?

wordpress-multilingue

Il arrive que l’on ait besoin de proposer du contenu en plusieurs langues sur notre site. Que ce soit pour s’adresser à diverses audiences ou pour être présent à l’international. Je pense notamment au secteur du tourisme, pour qui c’est très important.

Mais comment faire un site multilingue avec WordPress ? Peut-on le faire nativement ? Avec des extensions ? Lesquelles seront les plus appropriées ?

Je vais tenter de répondre à ces questions et de vous orienter dans la bonne direction.

Cet article est une refonte intégrale de l’article publié en novembre 2014. Tout a été mis à jour pour que vous ayez les informations les plus fraîches possibles. Si vous êtes pressé, vous pouvez télécharger la version PDF.

Qu’est-ce qu’un site multilingue ?

Eh oui, commençons par les bases. On n’a peut-être pas la même conception du « multilingue » alors je vais prendre le temps de vous donner ma définition en quelques points.

1 – Le contenu de chaque langue existe sur une URL différente

Une langue par URL
C’est à dire que si vous mettez votre texte français et votre texte espagnol sur une même page avec une séparation entre les deux, par exemple, ce n’est pas valable.

Il vous faut une page avec le contenu français et une page avec le contenu espagnol. Et chacune d’entre elle sera accessible par une URL différente.

2 – Il y a des équivalences de contenus (ou pas)

Les équivalences entre des contenus multilingues
Prenons un autre exemple : vous avez une page « À propos ». Celle-ci existera en langue française mais elle aura peut-être une page équivalente intitulée « Acerca de » en langue espagnole.

Quoi que… peut-être pas ! Il se peut que vous proposiez des contenus totalement différents pour chaque langue. À ce moment-là, certaines pages n’auront pas d’équivalences.

3 – Il y a des passerelles entre les langues

Passerelles entre les langues d'un site multilingue

Toujours dans le même exemple, si je suis sur la page « À propos », je dois pouvoir accéder à une option qui me permette de passer en langue espagnole. S’il y a une page équivalente, j’y serai conduit. Sinon j’atterrirai sur la page d’accueil du site espagnol.

4 – La traduction peut être faite par des humains ou des machines

Et là je vais prendre un parti-pris : une traduction humaine sera toujours meilleure (c’est d’ailleurs pour cela que je ne présenterai pas les extensions qui ne font que de la traduction automatique).

Si vous vous adressez à de vraies personnes derrière un ordinateur, elles sauront reconnaître les textes de qualité. Cela influera sur leur comportement de navigation mais également sur le référencement.

5 – Multilingue mais pas forcément multi-pays

En proposant une version anglaise de mon contenu, je ne cible pas pour autant la Grande-Bretagne ou les États-Unis. Je vise tout simplement toutes les personnes anglophones.

Pour des problématiques multi-pays, cela devient plus complexe puisque l’on va créer des sites différents par pays, même s’ils partagent la même langue.

Ce n’est donc pas un sujet couvert par cet article.

Les bonnes pratiques multilingues

Au delà de ces « règles », il y a également de bonnes pratiques à respecter pour faire un site multilingue digne de ce nom.

La meilleure structure d’URL multilingue

Tout d’abord, il faudra choisir la structure d’URL que vous utiliserez pour distinguer les pays. On discerne 4 options :

  • La query string du style ?lang=fr, qui est à proscrire ;
  • Le répertoire où l’on aura par exemple monsite.com/fr/ et monsite.com/en/ ;
  • Le sous-domaine avec par exemple fr.monsite.com et en.monsite.com ;
  • Les domaines distincts comme monsite.fr et monsite.co.uk.

Si vous êtes sur un projet multi-pays (avec une implantation locale), les noms de domaines différents seront les plus intéressants. Ils permettront de travailler la marque localement et de produire des contenus spécifiques.

Mais à ce moment-là, on peut aussi imaginer que les sites n’aient aucune équivalence entre eux… Chaque antenne locale pourrait avoir son propre site, sans qu’il ne soit question de multilingue.

Par contre, si vous souhaitez proposer du contenu dans plusieurs langues mais que vous n’êtes pas pour autant implanté à l’étranger, le mieux reste de choisir un nom de domaine générique et non localisé.

Par exemple, un .com sera plus facile à décliner sur plusieurs langues, contrairement à un .fr qui deviendra louche pour un internaute espagnol.

Enlevons la query-string (mauvaise pour le référencement) et les noms de domaine distincts, il ne reste plus que deux choix de structure d’URL pour du multilingue classique : la structure en répertoire ou en sous-domaine.

La plus facile, mais aussi la plus efficace en terme de référencement, sera la structure en répertoire.

D’ailleurs, si vous souhaitez voir les avantages et les inconvénients de toutes ces configurations, je vous invite à lire cet article (en anglais).

Attention aux sélecteurs de langue

Un site multilingue se reconnaît grâce à un sélecteur de langue que l’on trouvera dans la navigation, en colonne latérale ou en pied de page. Mais attention, il y a deux petits détails qui peuvent être frustrants pour vos internautes.

Bleu-banc-rouge ?

Il s’agit du drapeau dans un premier temps. Rien de tel qu’un indice visuel pour comprendre qu’on peut changer de langue, n’est-ce pas ? Mais autant je veux bien que ce soit intéressant pour du multi-pays, autant pour du multilingue cela n’a pas autant de sens.

Un brésilien cliquera-t-il sur un drapeau portugais ? Un australien sur celui de la Grande-Bretagne ? Un belge sur un drapeau français ?

Vous l’aurez compris, les drapeaux sont en fait une mauvaise pratique si l’on ne fait pas de multi-pays. Le nom de la langue sera plus approprié.

Do you speak anglais ?

Justement parlons-en du nom de la langue. Un internaute britannique préférera-t-il naviguer en « anglais » ou en « english » ?

Il y a fort à parier qu’il préférera le nom de sa langue comme il l’appelle tous les jours (« english ») et non comme nous le traduisons, nous. Laissez donc l’appellation dans la langue d’origine.

Les redirections automatiques peuvent poser problème

Pour finir, vous verrez que toutes les extensions proposent une option de redirection des internautes dans leur langue de navigation. C’est à dire que le plus souvent ce seront les réglages de leur navigateur Internet qui seront utilisés pour déterminer s’il faut les envoyer sur une langue différente.

Ainsi, un internaute espagnol qui voudrait accéder à un article que vous auriez écrit en anglais se verrait redirigé vers une version dans sa langue, si elle existe.

Tout part d’une bonne intention : on veut proposer à notre internaute le contenu qu’il sera le plus à même de comprendre. Mais il se peut aussi qu’il veuille accéder à une page précise et qu’une redirection l’en empêche.

La seule chose que je peux vous inviter à faire ici, c’est de bien consulter les documentations de chacune des solutions présentées, pour voir comment elles fonctionnent.

Votre cas est probablement différent de celui d’un autre, donc anticipez ce qui serait le mieux pour vos internautes et activez cette option en conséquence.

On a donc vu les 3 bonnes pratiques à respecter :

  • la meilleure structure d’URL en fonction de votre projet ;
  • les pièges à éviter avec le sélecteur de langue ;
  • et le risque potentiel des redirections par langues.

Passons à la technique, si vous le voulez bien.

Comment gérer plusieurs langues avec WordPress ?

Nativement, WordPress ne permet pas de faire de multilingue. Il ne répond pas aux exigences 2 et 3 qui sont citées plus haut : on ne peut pas établir d’équivalences ou proposer des passerelles entre contenus de manière automatisée.

Il va donc falloir s’appuyer sur des extensions pour ajouter ces fonctionnalités. Mais avant de les citer, j’aimerais revenir sur les problématiques multi-pays.

Si vous avez des sites gérés par des équipes différentes pour chaque pays, il vaudra probablement mieux qu’elles aient toutes un nom de domaine et une installation WordPress différente.

C’est ce que l’on appellera des installations « monosite ». Mais on pourrait aussi imaginer une autre approche, si les sites sont gérés par la maison-mère (par exemple) : le multisite.

La distinction monosite / multisite

Le multisite est une fonctionnalité native de WordPress (mais un peu cachée) pour gérer plusieurs sites depuis un même tableau de bord. On va en fait créer un « réseau » de sites et ils partageront la même installation WordPress.

Ainsi, il devient très facile de passer de l’un à l’autre depuis une même interface et on gagne également en efficacité de maintenance.

D’ailleurs, cela veut dire que ces sites vont pouvoir partager les mêmes thèmes et extensions.

Si vous avez un modèle que vous souhaitez reproduire sur d’autres pays, c’est la configuration parfaite.

Le multisite est donc une piste viable pour faire du multilingue. Mais si on s’arrête là, on n’a toujours pas la gestion des équivalences et des passerelles. En effet, les contenus de chacune des langues existent sur chaque sous-site mais sans lien entre eux. C’est pour cela que nous ajouterons une extension.

Ceci étant dit, on peut aussi faire du multilingue sur une installation monosite grâce à l’ajout d’extensions. Ainsi, vous pourrez gérer chacune des langues depuis un seul et même site WordPress.

C’est l’extension qui rend possible la coexistence des différentes langues ainsi que la création des équivalences et des passerelles.

Pour mieux comprendre, voici un schéma :

La gestion du multilingue par monosite ou multisite sous WordPress

Comment est-ce géré techniquement en monosite ?

Si je fais une rapide incursion dans l’aspect technique, c’est parce que toutes les extensions ne fonctionnent pas de la même façon lorsqu’il s’agit de gérer les contenus des autres langues.

Certaines le font au travers des taxinomies, d’autres en créant leurs propres tables mais le plus important, au delà de la façon dont c’est géré, c’est que le contenu soit propre si on décide de changer de solution.

Hélas, ce n’est pas le cas avec qTranslate et les extensions qui lui ont succédé comme qTranslate-X par exemple. Plutôt que de stocker les informations ailleurs, elles préfèrent mettre dans un même contenu les différentes langues.

Cela veut dire que si vous désactivez l’extension, vous aurez dans vos articles et pages tous les contenus des différentes langues les uns à la suite des autres. Ce n’est pas propre, c’est pour cela que je ne parlerai pas de cette solution.

Les autres, en comparaison, tirent partie de l’architecture de WordPress ou mettent leurs données « à côté ». Au moins, vous n’avez pas à reprendre tout votre contenu si vous désactivez le multilingue ou que vous changez de solution.

Dans quelle direction partir ?

Alors ? Faut-il s’orienter vers le monosite ou le multisite ?

(On mettra volontairement de côté la multiplication des monosites. On sort de la thématique du multilingue.)

Pour trancher, il va falloir se baser sur deux facteurs :

  • La similitude entre vos contenus dans chaque langue ;
  • Et le nombre de pages et d’articles que vous comptez écrire.

Par exemple si vos contenus sont strictement identiques (mais traduits) d’une langue à une autre, vous pourrez faire du monosite sans problème. Mais si vous en venez à avoir de grandes disparités entre vos sites, le multisite serait probablement plus pratique.

Mais surtout, si vous avez l’intention de faire un webzine en plusieurs langues, cela veut dire que vous aurez à terme des milliers d’articles. Et au bout d’un moment, les performances se dégraderont.

Vaut-il mieux avoir un site de 4000 articles ou 4 sites avec 1000 articles ?

Réponse B !

Le découpage des contenus dans des sous-sites différents rendra l’ensemble plus robuste et pérenne.

Donc si vous avez un site vitrine à décliner en plusieurs langues, le monosite sera approprié. Mais si vous lancez un projet éditorial, le multisite sera mieux.

Et en fonction de votre orientation, vous aurez des extensions différentes.

Les extensions monosite

Commençons par les extensions monosite, parce que c’est le cas le plus courant. Nous avons deux challengers qu’il n’est pas facile de départager : WPML et Polylang.

Le « combat » se joue notamment du côté de la propreté du code, pour les puristes, et c’est Polylang qui gagne à ce jeu. Mais cela ne fait pas tout : la compatibilité, la facilité d’utilisation et le prix sont des facteurs tout aussi (voire plus) importants !

Il existe bien d’autres extensions mais ces deux sont incontournables. Il n’est pas nécessaire d’aller voir plus loin.

WPML, la référence du multilingue (premium)

WPML, l'extension multilingue

Lorsque je me suis penché sur les extensions multilingues début 2013, c’était la jungle. Il y avait beaucoup de solutions disponibles et le paysage n’était pas aussi clair qu’aujourd’hui.

Mais déjà à l’époque il y avait un nom qui revenait constamment : WPML.

Contrairement aux autres extensions, c’est la seule à être payante dès le début. Si vous souhaitez l’essayer sans mettre la main à la poche, ce ne sera pas possible (mais il y a une garantie satisfait-remboursé de 30 jours au pire).

Si ce plugin est là depuis aussi longtemps, c’est peut-être grâce à son modèle économique : malgré les reproches qu’il a pu recevoir pendant des années, il est toujours là. Les développeurs continuent d’ailleurs de l’améliorer et de proposer du support.

D’ailleurs je parle de reproches mais j’aurais pu dire « attaques ». En effet, l’extension avait pour réputation d’être peu compatible avec d’autres thèmes et extensions ou encore de sacrément ralentir la vitesse de chargement des sites.

Depuis, il y a eu de nombreuses améliorations mais on sent quand même que ça a laissé des traces. On peut par exemple retrouver sur leur site la liste des thèmes compatibles.

D’ailleurs, vous trouverez régulièrement la mention « WPML-ready » lors de vos recherches de thèmes et ce n’est pas pour rien. Disons qu’ils ont imposé leur façon de faire et c’est aux créateurs de thèmes de s’y plier.

Au final, WPML reste quand même l’extension la plus utilisée pour faire du multilingue, si l’on peut se fier aux 400 000 sites qui l’utiliseraient. Elle dispose même de 7 add-ons officiels et d’un grand nombre d’extensions non officielles.

Si vous recherchez une solution éprouvée (et bien plus stable qu’auparavant), je pense que c’est la solution qu’il faut choisir.

La prise en main ne sera pas facile et il faudra comprendre le rôle de chaque add-on… mais avec autant d’années d’existence, vous serez sûr de pouvoir gérer votre site comme vous l’entendez.

WPML propose trois licences différentes avec un nombre de sites illimité à chaque fois :

  • La licence annuelle pour blogs coûte 29$ (mais vous n’avez qu’un seul add-on) ;
  • La licence annuelle pour sites vitrines coûte 79$ ;
  • Ou sinon vous pouvez choisir la licence à vie pour 195$.

D’ailleurs, le passage d’une offre à une autre ne vous coûtera que la différence.

Personnellement, je trouve l’add-on « String Translation » tellement pratique que je ne peux que vous inviter à commencer par la licence « CMS » à 79$. Et si cela vous convient, vous pourrez passer à l’offre à vie par la suite.

Découvrez WPML

Les liens pointant vers WPML sont affiliés, c’est à dire qu’une commission me sera rétribuée si vous achetez une licence. Mais soyez sûr d’une chose : j’ai utilisé et j’utilise moi-même WPML sur les petits projets multilingues que l’on me confie. Si je vous recommande cette extension, c’est parce que je suis convaincu qu’elle vous aidera à faire un site multilingue de qualité.

Polylang, le challenger français (freemium)

Polylang, l'extension multilingue

Polylang, dont le développement a commencé à 2008, n’a pas connu le même succès. Il lui a fallu beaucoup plus de temps pour se faire connaître mais il a ensuite su faire de l’ombre à WPML, notamment parce qu’il était gratuit.

L’extension est maintenant passée sur un modèle freemium mais avec une partie gratuite déjà très conséquente.

En fait c’est un peu le combat de David contre Goliath si l’on s’en tient au chiffre et au succès commercial. Mais Frédéric Demarle, le développeur français (cocorico !), n’a vraiment pas à rougir. Avec plus de 100 000 installations actives, Polylang est une extension qui tient ses promesses.

Elle vient gérer les contenus multilingues proprement et avec une interface plus propre que WPML. Cependant, il y a parfois certaines incompatibilités. Comme toujours en fait.

Mais l’avantage c’est que vous pouvez probablement vous contenter de la version gratuite de l’extension. Et dans le pire des cas, si jamais elle ne venait à ne pas vous satisfaire, vous pourriez toujours envisager la version premium ou le passage à une autre solution.

D’ailleurs, le prix des licences est plus élevé que chez WPML : Il vous faudra compter sur une licence annuelle de 99€ pour 1 site, 198 € pour 3 sites et 297 € pour 5 sites.

Allez d’abord vérifier que les fonctionnalités « pro » ont du sens pour vous en regardant le comparatif sur cette page.

Pour ma part, je trouve que les fonctionnalités pro sont vite nécessaires dès qu’on est pointilleux (en tout cas moi je le suis). Et à ce moment-là, on arrive sur des licences bien plus chères que WPML, surtout si l’on doit gérer plusieurs sites.

Les développeurs protesteront en me disant que la documentation est riche et qu’on peut faire énormément de choses grâce aux fonctions et aux hooks (d’ailleurs Willy Bahuaud en donne pas mal sur WPChannel). Mais pour le commun des mortels (dont je fais partie), on ne sera pas en mesure de faire tout ce que l’on veut.

Découvrez Polylang (site officiel)

ou regardez l’extension gratuite sur le répertoire WordPress

Quelle extension choisir en monosite ?

Grâce à la formule gratuite de Polylang, il est facile de « tâter le terrain ». C’est d’ailleurs ce que je vous invite à faire : testez-le pour voir s’il est compatible avec votre projet.

Si c’est le cas, ne touchez plus à rien ! Sinon, regardez si ses add-ons ou la version pro ne pourraient pas vous aider.

Et si cela ne suffit toujours pas, je vous invite à laisser sa chance à WPML, tout en lui ajoutant ses add-ons officiels si nécessaire.

L’extension multisite incontournable : MultilingualPress (gratuite)

MultilingualPress, l'extension multilingue multisite

Dès lors que votre projet multilingue sera ambitieux, le recours à une installation multisite deviendra intéressant. À ce moment-là, il y a une extension qui rendra les équivalences et les passerelles possibles : il s’agit de MultilingualPress.

Autrefois sur un modèle freemium, avec une version gratuite pas tout le temps suffisante, il n’y a maintenant plus que le support qui est payant. C’est à dire que depuis l’été 2015, vous avez accès à toutes les fonctionnalités sans payer.

Partez donc du principe que c’est une extension gratuite mais avec un support limité. Et puisqu’elle se base énormément sur les fonctionnalités natives de WordPress, autant vous dire que le risque de devoir crier à l’aide est très faible.

Sa principale force est de vous permettre de traduire vos contenus sans même avoir à changer de site.

Vous pourrez également dupliquer des sous-sites entiers le jour où vous souhaiterez ajouter une nouvelle langue. Les fonctionnalités sont vraiment intéressantes et pratiques.

Mais cela reste du multisite avec une lourdeur d’administration à laquelle vous ne pourrez pas échapper. Cela veut aussi dire qu’il faudra vérifier les licences de vos thèmes et extensions puisque chaque sous-site comptera comme un site.

Toujours en parlant de lourdeur, il y a quelque chose qui sera gênant : c’est l’envoi de vos médias dans chacun des sous-sites, si vous dupliquez votre contenu.

Eh bien avec l’ajout de Network Shared Media, vous vous faciliterez la vie !

Malgré que l’extension ne soit que peu utilisée et mise à jour, j’ai pu la faire fonctionner sans problème de mon côté. En collaboration avec MultilingualPress pour gérer les images mises en avant, vous n’aurez plus de problème !

Découvrez MultilingualPress (site officiel)

ou regardez l’extension gratuite sur le répertoire WordPress

WeGlot, une approche totalement différente (freemium)

WeGlot, multilingue en SaaS

Et si on réinventait le multilingue ? C’est l’idée qu’ont eu Augustin Prot et Rémy Berda (deux français, là encore) lorsqu’ils ont lancé WeGlot. Et il faut dire que leur approche est tellement radicale que l’on sort totalement des distinctions monosite / multisite.

En fait, ils n’ont même pas imaginé WeGlot pour WordPress à la base. Leur technologie s’appuie sur un script qui vient traduire les pages de votre site, sans qu’elles n’apparaissent pour autant dans l’interface de votre site.

Je vais même dire qu’ils ne font pas du monosite ou du multisite, ils font du multilingue « miroir ». Je vous parlais précédemment des variations qui pouvaient exister dans les contenus d’une langue à une autre. Eh bien avec WeGlot ce sera du tout ou rien :

  • Soit une page est traduite ;
  • Soit elle ne l’est pas du tout.

Il n’y aura pas de demie-mesure. C’est pour cela que si vous souhaitez avoir des versions totalement identiques de votre site en plusieurs langues, leur solution sera très intéressante. Mais si ce n’est pas le cas, passez votre chemin.

Vous ne pourrez gérer qu’une seule langue depuis WordPress : votre langue principale. Ensuite, tout le reste se passe dans leur interface où vous aurez automatiquement une traduction machine de disponible.

Interface de traduction de WeGlot

Parce que oui, leur parti-pris est que les traductions automatiques sont à un niveau de qualité tel, qu’elles peuvent servir de base pour votre site. Une validation humaine reste cependant nécessaire mais disons que le travail est prémâché.

D’ailleurs avec eux, vous n’aurez pas à vous soucier des incompatibilités avec vos thèmes ou extensions : il n’y en aura pas ! Leur solution vient récupérer toutes les phrases qui apparaissent sur votre page et les traduisent à la volée.

Franchement, je pense que leur solution ne conviendra pas à tous les besoins. Mais si vous souhaitez avoir des versions identiques de votre site en plusieurs langues sans vous soucier des éventuels problèmes techniques, foncez.

Vous pourrez ainsi traduire votre site avec une facilité déconcertante… tant que vous entrez dans leur moule.

Par contre cette facilité a un coût et ce sera sous forme d’abonnement. Mais vous avez tout de même la possibilité de tester leur service gratuitement pendant 10 jours pour vous faire un avis.

Il y a ensuite plusieurs offres (annuelles ou mensuelles) :

  • Celle à 79€ / an vous permettra de traduire votre site dans une langue dans la limite de 20 000 mots ;
  • Celle à 150 € / an lèvera toute limite de langues ou de mots, tant qu’il n’est question que d’un site ;
  • Et pour 290 € / an, vous pourrez utiliser leur service en illimité sur 3 sites différents.

Mais en plus de ça, la Marmite vous propose 10% de réduction avec le code promo MARMITE10.

Découvrez WeGlot (site officiel)

ou regardez l’extension gratuite sur le répertoire WordPress

En toute transparence, nous toucherons également une petite commission si vous souscrivez à un abonnement WeGlot. Mais si on vous recommande cette solution, c’est parce que leur service est réellement innovant et qu’il vous fera gagner un temps monstre, tant que leurs partis-pris vous conviennent.

Et le e-commerce dans tout ça ?

Aïe, on arrive à un point sensible.

Parce que oui, si vous lancez des versions traduites de votre site, c’est peut-être pour vendre vos produits. Or, encore une fois, cela devient beaucoup plus complexe.

Chacune des solutions que je vous ai cité vont plus ou moins bien marcher avec WooCommerce. Voici l’était des lieux :

  • WPML a un add-on pour WooCommerce (disponible dès la licence « CMS ») qui permet même d’aller jusqu’au multi-devises. Ce qui peut se révéler très pratique dans certains cas.
  • Polylang n’a pas encore d’add-on complet pour WooCommerce, Frédéric Demarle est en train de le développer.
  • MultilingualPress n’aura aucun souci pour gérer WooCommerce sur chacun des sous-sites. Mais cela veut dire que vous ne gérez pas une boutique mais plusieurs… Quid de la gestion des stocks ? Ce ne sera pas possible.
  • Et WeGlot fait fi de tout problème : vous ne gérez qu’une seule boutique dont les textes sont traduits à la volée. Vous n’avez donc qu’à vous soucier de la configuration de WooCommerce pour pallier à tous les cas de paiement et de livraison inhérents au commerce international.

Conclusion : votre projet est unique

J’aimerais vous orienter vers la bonne solution tout de suite, vraiment. Mais comme dans le e-commerce, votre projet est probablement différent de celui du voisin.

C’est d’ailleurs pour ça qu’il y a autant de solutions différentes pour le multilingue. Peut-être que le mode « miroir » de WeGlot vous conviendra ? Ou peut-être que vous êtes dans des logiques de multi-pays et multi-devises ?

Il y a tellement de cas que le mieux à faire est de bien poser sur le papier tout ce que vous cherchez à faire, puis de le tester avec les extensions que je vous ai présenté.

Ensuite, faites des tests poussés sur votre site. Vérifiez chaque phrase, chaque widget, chaque scénario de navigation ; changez également la langue de votre navigateur pour tester les redirections automatiques. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez voir les limites de chacune des solutions.

Pour finir, si pour une raison ou une autre, vous devez changer d’extension, sachez qu’il existe des plugins de migration pour à peu près toutes les solutions. Plutôt que de recommencer à zéro, vous pourrez continuer votre travail facilement !

Veillez tout de même a faire une sauvegarde de votre site avant de vous lancer. On ne sait jamais.

Et vous, quelle est votre solution préférée ? Pourquoi ? La conversation continue en commentaire !

Crédit photo : Dan Mc Kay

Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement les prochains articles et accédez à des ressources exclusives. Plus de 10000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?

C'est parti, je m'inscris !

132 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Arg zut, je m’attendais a voir le dernier plugin : http://babbleplugin.com/
    Pour avoir un avis…

    Répondre
    • Bonjour Madvic,

      Babble n’étant même pas sur le répertoire officiel de WordPress, je découvre son existence. Et par curiosité j’ai voulu le tester en local pour voir s’il tenait la route par rapport à Polylang ou WPML.

      Hélas il a un fonctionnement assez particulier. A tel point qu’on n’arrive que très difficilement à la faire fonctionner comme il faut.

      En l’état actuel des choses, mieux vaut se tourner vers Polylang.

  2. Pour remplacer qtranslate il y a également mqtranslate

    Répondre
  3. Bonjour

    Ok qTranslate n’est plus développé, mais je suis surpris que ne parliez pas de mqTranslate ? https://wordpress.org/plugins/mqtranslate/
    Il est parfaitement fonctionnel avec WordPress 4.0.1 et plutôt simple à mettre en place et à utiliser

    Freddy

    Répondre
  4. @Philippe & Freddy, merci de vos commentaires. J’ai mis l’article à jour en tenant compte de vos remarques.

    Bien que mqTranslate marche, il le fait avec les défauts de qTranslate et notamment au niveau de la gestion des slugs. C’est pourquoi je persiste et signe : seuls Polylang et WPML sont des solutions viables pour faire du multilingue propre.

    Répondre
    • + 1 😉

  5. qTranslate slug fonctionne avec mqtranslate.
    Question: lorsque le site est déjà sous qTranslate, est-il possible de passer sous Polylang?

    Répondre
    • Philippe, le problème est que qTranslate slug ne devrait pas être un add-on, c’est une fonction indispensable pour tout site multilingue qui se respecte. C’est pourquoi, ne serait-ce que pour ce parti-pris du développeur initial, je ne peux décemment pas recommander qTranslate ou tout plugin qui aurait pris sa succession. Surtout quand on voit qu’à côté on a des solutions bien plus performantes et propres.

      Pour ce qui est de la migration, il n’existe aucun plugin pour l’instant, le sujet a été abordé sur le support de Polylang : https://wordpress.org/support/topic/i-want-to-migrate-to-polylang-from-qtranslate?replies=7

  6. Une autre solution, pour éviter les plugins, pourrait être de créer un site par langue monsite.fr, monsite.com etc… par contre pour la maintenance c’est moins simple.

    Répondre
    • Philippe, c’est justement là l’intérêt d’utiliser une installation multisite de WordPress.

      Mais sans plugin, il n’y aura pas de gestion des équivalences, ni la création des passerelles. Et en termes de maintenance et de facilités d’intégration, Multilingual Press Pro sera le plugin le plus pratique de tous.

      Après, le fait de séparer ses sites sur des domaines différents (.fr, .com…) aura pour but d’amoindrir le référencement… Cette tactique sera privilégiée pour les très gros sites alors qu’à un niveau plus faible on préférera utiliser un seul domaine (.com pour son côté international par exemple) et jouer sur les répertoires .com/fr/, .com/en/…

  7. Bonjour,

    Je vais mettre pour une fois mon petit grain de sel 🙂
    J’ai crée il y a quelques année un site sous wp multilingue de manière assez simple en fait !
    j’ai créer une multisite wp sur la racine puis 2 « sous sites » avec /fr et /en
    j’ai relié le tout dans le menu respectif de chaque site (french / anglais) et j’ai pris un petit plugin qui switchait automatiquement de site en fonction de la langue du navigateur de l’utilisateur
    et voila le resultat 1 sites, avec 2 langues facile à maintenir

    Répondre
    • Merci de ton retour d’expérience Adrien.

      L’assemblage que tu proposes là est cependant incomplet : ton menu FR/EN (je le suppose) ne renvoie qu’à la page d’accueil, c’est bien ça ? Auquel cas, l’internaute qui est sur la page « A Propos » ne sera pas renvoyé sur la page « About » en cliquant sur le switch.

      Et c’est là que le multilingue n’est pas optimal. Il faut que les passerelles entre les contenus jouent sur les équivalences et ne renvoient pas tout simplement vers la page d’accueil d’une autre langue.

      Pour ce qui est de la redirection automatique, c’est un jeu assez dangereux : je peux très bien utiliser mon navigateur en français mais vouloir accéder à un contenu en anglais et le plugin ne m’y autoriserait pas.

      Pour avoir essayé, je préfère clairement me passer de ces fonctions qui au final, ne vont pas tout le temps aider l’internaute.

  8. Si d’un autre côté il n’est pas obligatoire que la partie EN soit la traduction de la partie FR, l’idée d’adrien se tient.
    J’ai eu l’occasion de travailler sur un site avec 3 langues et les contenus étaient différents pour chaque langue, les cibles étant différentes.
    Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi la page “A Propos” devrait renvoyer sur la page “About”. Quand je surfe sur un site je ne regarde qu’une langue, et les autres langues ne m’intéressent pas.

    Répondre
    • Dans le cas où les contenus sont totalement différents, alors pourquoi pas. Et à ce moment là, un multilingue sans aucun plugin fera largement l’affaire.

      Mais lorsque tu dis que les autres langues ne t’intéressent pas, je vais faire le parallèle avec ce que disait Adrien : la redirection automatique en fonction de la langue du navigateur. Si tu es envoyé vers la mauvaise langue, le switch vers la bonne page sera le bienvenu.

  9. Oui, bien vu.

    Répondre
  10. Bonjour, je voulais savoir si il fallait traduire le thème wordpress d’abord, malgré l’utilisation du plugin Polylang ? Merci

    Répondre
    • Bonjour Delphine,
      Il vaut effectivement mieux traduire le thème dans toutes les langues que l’on veut utiliser avec Polylang.

  11. Merci
    De mon côté, la solution la plus « propre » et WordPress friendly est Multilingual Press. Il utilise le multisite en créant un lien entre les sous-sites du réseau qui sont dans les autres langues. Si on le désactive, rien n’est cassé.

    Répondre
    • C’est également la solution que je préfère et étant donné que le multilingue que j’ai eu à gérer récemment était vraiment lourd, la version Premium nous a permis de gagner beaucoup de temps.

      Mais comme tu le dis : le jour où on désactive le plugin, tout va continuer à marcher. Et ça, c’est le must de la pérennité.

  12. 🙂
    Au passage, pour cette même raison (pérennité), je n’utilise plus les
    fonctions données par ACF

    Répondre
    • J’avais effectivement vu passer ton changement de position à ce sujet.

      Aujourd’hui, réussir à ne pas être dépendant de thèmes surchargés de fonctions ou de plugins non pérennes devient une expertise à part entière !

  13. Hello,

    Merci pour ce petit benchmark. Après une première lecture rapide, je vais me mettre l’article de côté pour y revenir dessus plus tard 🙂

    Juste une petite remarque d’ici là :

    Certains parlent même d’un temps de chargement multiplié par 50%

    Attention !! Multiplier un chiffre par 50%, c’est le diviser par deux ! S’il est question de temps de chargement, c’est du coup très positif 😀 😀

    Répondre
    • Merci Jean-Baptiste de ton commentaire.

      Je vois que tout le monde a compris le coup des 50% mais effectivement, je vais éditer l’article pour qu’il soit mathématiquement correct !

  14. Bravo Nicolas pour ton travail mais mieux que le nombre de téléchargements, il vaut mieux s’intéresser au PIC de téléchargement lors d’une mise à jour qui donne une bonne indication des sites actifs.
    M.

    Répondre
  15. Bonjour Nicolas,

    Merci pour cet excellent article. J’aurais besoin vos conseils.
    Mon magazine en Anglais est indexé dans GoogleNews. Je souhaite réaliser une version du Magazine en Français et j’hésite entre les deux solutions: plugin (WPML ou Polylang) ou multisite (qui a l’air plus ardu à implémenter).
    Une fois en fonction, j’aimerais proposer la version française pour indexation à Google Actualités.
    Que me conseillez-vous sachant que je publie au moins un article par jour? Le plugin de Yoast News SEO fonctionnerait dans les deux cas. Par ailleurs, j’ai un moteur de cache, WP Rocket pour le cas ou WPML alourdirait le site.
    Merci par avance de votre temps.
    Alain

    Répondre
    • Bonjour Alain,

      Au vu du volume de publication, il est à mon sens obligatoire de se tourner de suite vers un multisite dès le début. C’est la solution qui est plus lourde à mettre en place mais au moins elle sera bien pérenne et ne jouera pas sur les temps de chargement !

  16. Bonsoir Nicolas,

    Merci pour votre réponse. Je vais étudier des tutos pour savoir comment faire. Vraisemblablement, je devrais créer un sous-répertoire avec cette URL: yesicannes.com/fr ? Qu’en est-il des nombreuses photos, comment les faire suivre sans les recharger à chaque fois ?

    Répondre
    • Effectivement Alain, c’est comme cela qu’il faudra procéder.

      Le plugin « Network Shared Media » vous permettra ensuite de mutualiser la bibliothèque de médias, vous n’aurez pas à tout uploader en double.

  17. Merci Nicolas pour tous ces éléments.
    Je vais me plonger dans l’étude du multisite.

    Répondre
  18. Bonjour, il existe transposh aussi non ?

    Seflp

    Répondre
    • Steflp,

      Cet article a pour but de se concentrer sur les plugins multilingues qui permettent de faire des traductions manuelles et non automatiques.

      Bien que Transposh puisse gérer les deux, il n’a pas été inclus dans la sélection.

  19. « Cette tactique sera privilégiée pour les très gros sites alors qu’à un niveau plus faible on préférera utiliser un seul domaine »

    Je ne suis pas d’accord. Si on tient compte de la problématique de géolocalisation (impossible de géolocaliser par le biais des répertoires), que le site soit « gros », ou non, il faut s’en remettre à une présentation des contenus via des domaines différents. La solution la plus « solide » étant généralement de déterminer la langue via un sous-domaine, et le pays, via le TLD (l’extension du nom de domaine). fr.example.be vs nl.example.be, par exemple.

    Néanmoins, merci pour cet article Nicolas !

    Répondre
    • Anthony,

      Au travers de mes explications et de ton commentaire, on voit tous les deux la même chose mais sous des angles différents :
      – J’ai eu l’habitude de faire du multilingue sur des sites éditoriaux, là où la géolocalisation n’a que peu d’importance et où le TLD sera générique.
      – L’exemple que tu proposes là est parfait pour du e-commerce.

      Après, chaque solution sera à préférer dans un cas où dans un autre, tout en sachant que le jus passera toujours plus facilement en répertoire que par les sous-domaines.

      Merci de ton commentaire !

  20. AMHA, cela dépend moins du type de contenu (ou de l’activité), que du pays dans lequel tu souhaites voir tes pages gagner en visibilité. Essaye de référencer au Royaume-Uni, des contenus en anglais, sur un site géolocalisé en Australie ; tu te donneras moins de chance de les voir bien se placer, que si tu les géolocalises avec un .co.uk, voir même, si tu les géolocalises via IP (avec un gTLD).

    Il semble important de comprendre, que les moteurs de recherche favorisent les documents qui possèdent une géolocalisation commune à celle de l’utilisateur. L’organisation en répertoire ne permettant pas de jouer sur ce critère, c’est ne pas mettre le maximum de chance de son côté, que de faire le choix de cette structure d’URL.

    Répondre
    • Avec la profusion des nouveaux TLDs, le détournement de certains (.tv) ainsi que les CDN, j’ai bien peur qu’il ne soit inutile de trop s’attacher à ces considérations.

      Aujourd’hui j’ai tendance à penser que le contenu est véritablement roi. C’est à lui de montrer le signal le plus fort à Google et de lui faire comprendre la géolocalisation d’un contenu et ce, peu importe le TLD ou l’IP.

  21. Merci et bravo pour votre travail, cependant j’ai un inquiétude sur des problèmes qui pourraient survenir en cours de route. Y a-t-il des précautions à prendre ou des choses à prévoir avant de commencer l’installation des plug-ins multilingue?
    Mon site Web est : http://logicieldecuisine.com rien n’a encore été prévu pour avoir un site Web multilingue. je suis inquiet sur les fonctionnalité que l’on offre dans mon site Web telle que les plug-ins de membres, d’abonnement, les autorépondeurs, etc.

    Merci, si vous pouvez m’éclaircir sur ce point.

    Pierre

    Répondre
    • Bonjour Pierre,
      En effet, tous les plugins n’ont pas été conçus pour être multilingues. La seule façon de le savoir est de les tester pour voir si cela est compatible.
      Pour l’autorépondeur, à mon sens il faut que les visiteurs qui s’inscrivent sur une liste dédiée à la langue.

      Bonne continuation
      Alex

  22. Bonjour! J’ai 1 seul nom de domaine. Je désire un site WordPress de 10 pages environ en français et l’équivalent en anglais, où le visiteur pourrait passer par exemple de la page « À propos » à « About » en 1 seul clic. Je ne peux utiliser que des sous-répertoires (pas de sous-domaines). PROBLÉMATIQUE, si c’en est une: j’aurai en plus d’autres pages et des formulaires qui ne seront pas traduits car ils sont pour des clients spécifiques et accessibles par mot de passe. Présentement, j’utilise des sous-répertoires pour celles-ci et je configure le htaccess et htpswd.
    – Serais-je mieux en multisite ou en mono-site?
    – Ai-je absolument besoin de plugins genre WPML ou Polylang?
    – Ai-je AUSSI besoin d’un genre de language switcher pour passer d’une page à l’autre sans revenir au menu principal?
    – Et si j’utilise ces plugins, puis-je avoir des pages qui ne sont pas traduites et qui ne « switchent » pas l’utilisateur à l’autre langue? Au pire, ça ne me ferait rien qu’il soit alors référé à la page accueil de l’autre langue.
    MERCI!

    Répondre
  23. Bonjour Jasmin,

    – L’intérêt d’un multisite se fait sentir sur un site qui produira beaucoup de contenu, notamment des articles. Un monosite ferait ici l’affaire.
    – Tu peux très bien te passer de plugins pour réaliser ton multisite ! Tout comme tu peux très bien te passer de WordPress pour faire des sites ! Maintenant, ces solutions sont là pour nous faciliter la vie.
    – Le language switcher est disponible par défaut chez WPML et Poylang
    – On peut tout à fait avoir des pages qui n’auront pas d’équivalent dans une autre langue

    Répondre
  24. Merci pour la rapidité et la pertinence de la réponse! Je regarde WP depuis quelque temps (j’ai joué avec en local sur mon PC avec WAMP) et suis prêt à me lancer. Je suis content d’apprendre que le « switcher » est inclus avec Polylang et que toutes les pages n’ont pas besoin d’avoir d’équivalent dans l’autre langue. WP monosite avec Polylang ce sera, et peut-être ENFOLD comme thème. Merci encore!

    Répondre
  25. Bonjour,
    en voulant tester le plugin « Polylang » j’ai integré plusieurs langues » dont le francais. Suite à cette manoeuvre, le message d’erreur est apparu. « Fatal error: Call to a member function get_default_language() on a non-object in /homepages/22/d164424493/htdocs/new_Ora/orawp/wp-content/themes/Avada/admin/index.php on line 62 »
    Je n’ai plaus acces à mon site, que puis je faire pour revenir en arriere?

    Répondre
    • Bonjour Patrick,

      Je crois voir que vous avez pu réparer votre site entre temps. Quoi qu’il en soit, dès lors qu’il s’agit de problèmes de compatibilité avec un thème ou un plugin il vaudra mieux que vous vous tourniez vers le support de l’un ou l’autre.

      Nous ne serons pas en mesure de proposer du support ici.

    • Bonjour Nicolas,

      merci pour la reponse rapide. Mon probleme n’est pas resolu, le site ne fonctionne pas, a par cette fenetre qui s’affiche, je n’ai plus acces avec mon admin. Donc je ne peut pas modifier quoi que ce soit.

    • Patrick,

      Ce n’est qu’une solution temporaire avant d’aller faire appel aux supports du plugin et du thème mais vous pouvez essayer de retirer le plugin Polylang depuis votre FTP. Ce qui le forcera à être désactivé puisqu’il n’existera plus.

    • Merci Nicolas, grace à tes conseils, j’ai pu remettre mon site sur les rails. Je vais creuser en profondeur pour ce probleme de compatibilité avec AVADA.
      Encore merci et bonne continuation.

  26. Depuis la parution de ce menu comparatif, je lis attentivement les échanges concernant les extensions pour créer un site WP multilingue (sur installation non multisite). Je voudrais ici attirer l’attention sur la base de données puisque WordPress est un CMS.
    Cela fait plus de six ans que je travaille sur le sujet et récemment à l’apparition de deux nouvelles extensions, je me dis que l’on ne tire pas les leçons des offres précédentes d’où ce petit mémo : http://2015.extend.xiligroup.org/fr/471/mise-en-garde-sur-les-extensions-pour-creer-un-site-web-wordpress-multilingue/
    Les extensions qui modifient les contenus des posts sont absolument à proscrire car une fois l’extension désactivée, la base de données est perdue.
    Celles qui ajoutent des tables pour y mettre notamment les traductions des posts sont aussi à proscrire si l’on veut respecter le modèle de données de WordPress avec notamment la table Posts. (récupérer, trier ou éclater une installation mono-site en multisite si les performances l’exigent)
    Les taxonomies sont là pour cela et cela depuis la version WP 2.3. D’autres tables préexistent et sont utiles (custom fields)
    Lors de précédents BarCamp et WordCamp, dans des ateliers que j’ai animés, ces points avaient été mise en évidence, mais en privilégiant une apparente facilité d’installation et d’usage (commercial), fasciné par des statistiques, on détruit l’architecture sous-jacente alors que même si c’est un peu difficile, tout est en place dans un WP mono-site pour gérer du multilingue sans fragiliser sa base.
    Depuis quelque temps la grande mode de la WebApp et du Ajax/Json apparait, je vous laisse deviner les extensions qui ne passeront pas la porte à cause d’une architecture non conforme.
    En tant que développeur, comment ne pas se réjouir qu’il suffise de deux ou trois lignes php, d’un ou deux filtres pour rendre compatible multilingue des extensions, des thèmes bien faits. Et d’avoir toujours la possibilité de trier/sous-sélectionner les données dans les tables existantes avec les requêtes possibles de WP.
    A suivre…

    Répondre
  27. Bonjour Nicolas et merci pour ce contenu théorique très riche et de qualité. Si je commente, c’est parce que j’ai rencontré un problème avec polylang. Sur mon site multilingue en local, le plugin traduit parfaitement tous les post et toutes les pages créées dans l’admin, ainsi que les taxonomies, les plugins installés et les menus de sorte que lorsque je lance le language switcher, la page ou le post correspondant est lancée dans la langue demandée.
    Mais voilà le problème se trouve au niveau des chaines de caractère statiques que j’ai traduites dans le thème grâce à poedit, générant ainsi les fichiers .po et .mo correctement. Lorsque je change de langue dans le site en font-end, les éléments dynamiques en base de donnée s’affichent bien dans la langue souhaitée, mais les chaînes de caractère traduites grâce aux fichiers .po et .mo s’affichent toujours dans la langue par défaut.
    – ce comportement est-il normal avec polylang? Ne gère-t-il que les éléments en base de donnée ? Si oui y a t-il un moyen de contourner ce problème afin que le site soit parfaitement bilingue?
    Merci.

    Répondre
    • Bonjour Jean-Marc,

      La théorie veut que lorsque l’on change de langue, le back-office suit également et active les .po/.mo correspondants. Il faut même parfois ajouter les packs de langue que l’on souhaite au coeur de WordPress dans /wp-content/languages/.

      Mais il se peut aussi qu’il y ait un problème plus complexe que cela dans votre installation. Et utiliser le support de Polylang sera alors la meilleure solution. Ils seront les plus à même de comprendre d’où vient le problème et de vous aider dans sa résolution.

  28. Bonjour,
    Et mettre dans un widget Google Translator ou Bing Translator, pas bon ?

    Répondre
    • Bonjour,

      Tout dépend du soin que tu souhaites apporter à tes lecteurs des autres langues. La traduction machine ne fait pas de miracle et les phrases manquent souvent de sens.

      S’il s’agit de lancer une ligne éditoriale ou un business dans une autre langue, je ne miserai personnellement jamais sur de la traduction automatique !

    • Bonjiur darknote, non, je ne miserai jamais pour une traduction automatique car c’est un travail assez professionnel.

    • Merci Nicolas pour ta réponse, je vais essayer de mettre le pack des langues dans le back-office.

    • Bonjour,
      Pardon je n’ai pas reçu de notification, je comprends que la traduction manuelle est meilleur, mais si on ne maitrise pas la langue, pour tout dire, à part le français et encore, je ne parle aucun autre langue, donc je suis cantonné à avoir un site qu’en français ?
      Ce n’est pas un site pro, mais personnel, amateur, c’est juste pour rendre plus facile la compréhension des articles à d’autres personnes, que je vois venir d’ailleurs sur mes stats.
      Merci

    • Darknote,

      Mettre son site en multilingue n’est pas un choix à prendre à la légère. Il faut qu’il y ait de vrais enjeux ou une demande réelle.

      Mais après, libre à toi de faire ce que tu veux de ton site.

    • Bonjour,
      Rendre son site plus facile d’accès, n’est pas important?
      Quand on voit dans les stats plusieurs visiteurs de pays non francophones, ne faut-il pas chercher à s’adapter à ces visiteurs ?
      Je pensais qu’il fallait savoir parfois anticiper la demande, ne pas attendre que les gens réclament une fonction en plus.
      Donc en gros il faut mieux, laisser dans sa langue que de faire une traduction automatique.
      Je fais suivre votre conseil même si je trouve cela un peu peinant, tout le monde n’a pas la facilité d’apprendre une autre langue, mon unique neurone n’arrive pas assimilé.

    • Non mais vous pouvez faire ce que vous voulez : cela ne vous apportera juste pas grand chose. Voire rien du tout.

      Si vous avez du trafic provenant d’autres pays, c’est probablement des personnes qui parlent votre langue. Ils peuvent être expatriés, en voyage,… Mais ils ne sont pas tombés sur votre site par hasard tout de même ?

      En tout cas, ce n’est pas Google qui a pour habitude de proposer des résultats français pour des personnes faisant des recherches dans d’autres langues.

    • Bonjour,

      Oui et non, mon site est sur un artiste français, qui fait des concerts à l’étranger, un peu connu dans le monde entier.

      Puis je ne suis pas d’accord avec votre argument, j’aime des artistes anglais, américains, même sans parler leurs langues, je vais sur des langues de Shakespeare, je me sers des traducteurs Google, Bing pour comprendre.
      C’est pour ça que j’avais eu l’idée de mettre le widget de traduction Google pour mon site.

      Google.com donne des liens par uniquement dans sa langue mais dans d’autres langues aussi.

      Mais bon, j’ai supprimé le widget, selon vos conseils

  29. Mon problème est plus simple apparemment : le plugin (photogallery par exemple) a déjà ses fichiers traduits en français : bwg-fr_FR.mo, bwg-fr_FR.po. Mais comment les activer en réel pour remplacer l’anglais ?
    Merci.

    Répondre
    • Bonjour,

      Si le back-office de WordPress est en français, alors ce sont les fichiers .po/.mo français qui seront appelés en front. Pour cela, il vous faut aller dans Réglages > Général et vérifier la liste déroulante à la toute fin.

      Si jamais vous avez bien « Français » de sélectionné mais que cela ne marche pas, il vous faudra vous tourner vers le support du plugin.

  30. Bonjour
    Merci pour cet article très intéressant qui m’a (enfin !) donné une solution.
    J’ai créé toutes les pages du site, en français et en anglais … et au moment de créer le menu, douche froide. Pas possible.
    J’ai donc téléchargé multilingual Press, et après beaucoup de difficultés (je suis néophyte) à l’installer.
    Je voudrais maintenant gagner du temps, et, pour m’éviter de recréer toutes les pages, déplacer les pages ou les dupliquer. Je n’ai rien trouvé dans mes recherches sur google. Avez-vous des conseils à me donner ?
    En vous remerciant
    Corinne

    Répondre
    • Corinne,

      Si vous avez bien utilisé une installation multisite pour utiliser Multilingual Press, alors je ne peux que vous conseiller de faire des copier-coller pour migrer le contenu.

      Il y a probablement des manipulations plus techniques qui doivent être possibles en modifiant directement la base de données… Mais je ne m’y risquerais moi-même pas.

      J’ai peur qu’il ne vous faille prendre votre mal en patience en faisant la migration de façon manuelle.

  31. Merci Nicolas pour votre réponse rapide.
    Bien noté pour la migration.
    J’ai maintenant des problèmes plus graves !
    les sous-domaines créés ne fonctionnent pas je ne peux pas accéder à wp. Est-ce un mauvais paramétrage chez ovh ? J’ai envoyé un message hier, j’attends la réponse.
    Vos conseils sont les bienvenus !

    Répondre
    • Corinne,

      Il va falloir que l’on fasse un tutoriel sur la création d’un multisite à terme, le besoin s’en fait sentir.

      Est-ce que vous avez bien procédé à la création d’un réseau comme ceci : https://codex.wordpress.org/fr:Cr%C3%A9er_un_r%C3%A9seau ?

      PS : Nous n’assurons pas de support avec Alex, j’espère que les équipes d’OVH pourront vous aider au mieux.

  32. Merci Nicolas.
    Oui, un article sur le multisite et la différence avec le multilingue serait intéressant.
    Merci pour le lien.
    Je vais plutot essayer de trouver un développeur qui puisse mettre tout ça au clair. Mon stade de compétence est dépassé !

    Répondre
  33. Bonjour Nicolas,

    Chaque fois que je fais une recherche pour mon site c’est sur WPmarmite que la réponse est la plus claire, bravo.
    Je souhaite traduire mon site vitrine uniquement en anglais pour toucher des clients à l’étranger pour des prestations musicales que je propose.
    Est-ce que le plugin polylang reste le plus adapté en terme de simplicité de mise en place sur mon site ou y a t-il une autre alternative plus efficace et plus rapide?
    Merci pour cette avis.

    Répondre
    • Bonjour Grégory,

      Je pense qu’effectivement Polylang sera le meilleur choix dans ton cas.

      Ce n’est que si tu étais bloqué par des limitations techniques qu’il faudrait songer à regarder si WPML ne serait pas mieux. Mais tant que tu n’as pas essayé, tu ne pourras pas savoir !

      Dans l’idéal, fais les essais sur un espace de test en dupliquant ton site au préalable (Duplicator serait parfait pour ça). Tu n’auras ainsi pas de mauvaise surprise.

  34. Bonjour,

    Cet article est vraiment bien écrit et très aidant, et d’un coup une question me vient….
    Aujourd’hui mon site est basé en UK, où est basée ma première société. Je crée sa jumelle en France, et c’est pourquoi je cherche la solution la meilleure pour proposer des contenus similaires sur le blog mais différent sur les autres pages. Je pensais utiliser mon adresse en .fr, mais alors ce sera un nouveau site et non un multilingual site, non?
    http://www.monsite.co.uk et http://www.monsite.fr

    Si j’ai bien compris le seul plugin compétent dans ce cas c’est Zanto?

    Merci d’avance pour la réponse 🙂

    Répondre
    • Bonjour Stéphanie,

      Dans le cas où il est question de marchés différents et donc de noms de domaine différents, la meilleure solution reste le multilingue.

      Mais il faudra lui adjoindre WordPress MU Domain Mapping afin de pouvoir gérer les sous-sites qui seront sur des domaines différents.

      Par ailleurs, Multilingual Press est passé 100% gratuit, il me faudra mettre l’article à jour prochainement. Quand j’en aurai le temps 🙂

  35. Bonjour Nicolas,

    Merci pour ce article sur l’utilisation des plugins de traduction wordpress. Mais j’aimerais avoir un conseil d’expert, est ce que WPML est le mieux plugin pour développer un site web Multilngue pour un développeur débutant ?

    Répondre
    • Oyeniyi,

      Je ne vais pas pouvoir affirmer que WPML soit le meilleur plugin non.

      Le mieux que je puisse te conseiller est d’utiliser Polylang en premier lieu pour voir si tu arrives à faire tout ce que tu veux ou non. Et si jamais il y a des soucis, tu pourras alors creuser dans WPML et ses add-ons pour voir si c’est une piste viable.

      Quoi qu’il en soit, il me faudra refaire un article WPML vs Polylang prochainement. Les choses ont évolué et de nouveaux articles sont apparus, je trouve qu’il est dur de trancher.

  36. Ce que j’ai vraiment beaucoup apprécié dans polylang c’est le fait que le concepteur a pris le temps d’intégrer une fonctionnalité pour « développeurs » qui permet de gérer la problème de chaînes de caractères non traduite (cela peut arriver lorsque ces chaînes sont écrites en dur dans le code). Il est donc possible d’identifier des chaînes grâce à la fonction pll_register_string afin de les faire apparaître malgré tout dans l’onglet « traduction des chaînes » et de leur attribuer une traduction. Il suffit ensuite d’utiliser la fonction pll_e, qui renvoie la valeur de la traduction en fonction de la langue, pour remplacer les chaînes de caractères problématiques dans le code du thème.

    Répondre
  37. Votre article est daté d’août 2015 mais quand donc fut écrit le contenu produit par Nicolas Richer que vous y avez introduit?
    Je m’interroge depuis que j’ai:
    * Consulté le site de WPML. Voilà quelques années, je n’avais, en effet, pas fait de bonnes expériences avec ce plug-in à cause notamment de sa lourdeur. Désolidariser les 2 contenus crées avec cet outil s’est avéré compliqué. Maintenir depuis 2 sites en parallèle loin d’être optimal. D’où mon intérêt renouvellé pour voir comment a évolué cette problématique.
    Or je lis sur le site de WPML https://wpml.org/2015/04/wpml-3-2-performance-improvements/ que les développeurs de la version 3.2 datant d’avril dernier se sont employés à améliorer les performances de leur outil. Info ou intox? On eût pu supposer qu’un article paru 6 mois plus tard ait fait le point sur la réalité en cours.
    Par ailleurs, il semble que la technique consistant à modifier les tables standard de WordPress ait été remplacée par le recours à une table de références mais il faudrait contrôler sur une installation que tel est bien le cas. https://wpml.org/documentation/support/wpml-tables/.Il leut été souhaitable qu’un article sur le sujet aborde cet aspect qui influe énormément sur la perennité d’un site.
    * Grâce à Network Shared Media, « plus besoin d’envoyer vos images sur chacun des sites à chaque fois! » peut-on lire dans ce texte. La promesse paraissant alléchante, je me suis rendue sur la présentation du plug-in où l’on peut lire dans les reviews qu’en réalité il ne semble supporter ni les « featured images », ni les galeries d’images. A ce stade, la solution semble donc encore loin d’être utilisable. Et un avertissement allant dans ce sens eût été désirable.
    * Votre bébé de 2700 mots a attiré mon attention également sur Zanto dont j’ignorais l’existence. Avez-vous même jeté un coup d’oeil à la démo? On y trouve uniquement 2 articles au pied desquels un lien est censé conduire à la traduction du texte consulté. Or ce lien renvoie une erreur alors même que les 4 textes sont directement consultables dans leur langue respective. A voir l’url, Zanto semble s’attendre à ce que les dates de parution soient identiques de part et d’autre ce qui n’est pas le cas dans la démo et bien mauvais signe pour qui entend créer un site de plus de 20 articles… Non seulement l’auteur du plugin ne s’est pas rendu compte ou donné la peine de corriger le problème mais il n’a pas mis à jour son plug-in en version 0.3.4 depuis 7 mois avec 90+ istallations actives… A comparer à une mise à jour bimestrielle et 7000 téléchargements mentionnés dans cet article…
    Voilà qui me laisse à penser que cet article est ce qu’on appelle « une vieille lune ».

    Répondre
    • Bonjour Marie-Jo,

      Cet article a été rédigé en novembre 2014 et contient donc les informations de l’époque. Mais à chaque mise à jour (même mineure) c’est la dernière date que vous voyez ici.

      Maintenant, certaines choses ont évolué depuis et une vraie mise à jour du contenu aura lieu prochainement. Un nouvel article pour comparer WPML et Polylang en détail est également prévu.

      Vous l’avez également remarqué : Zanto semblait prometteur et finalement ne l’a pas été.

      – Côté monosite il y aura un donc un réel « combat » entre WPML et Polylang ;
      – Côté multisite il n’y a plus réellement de débat possible : Multilingual Press est maintenant totalement gratuit, seul le support est payant ;
      – Et côté Network Shared Medias, un plugin premium est venu compenser les limites du gratuit (mais vous avez du le voir dans vos recherches) même s’il n’a pas eu un très bon accueil. À l’époque de mon test, il est vrai que je n’avais pas eu à tester le fonctionnement des images à la une, des galleries ou de WooCommerce.
      Mes besoins et ceux de mes clients étaient limités à des pages de sites vitrine avant le test, d’où ce biais.

      Merci de votre longue contribution !

  38. merci ! c’est juste ce que je cherchais ! bien expliqué , c’est clair !

    Répondre
    • Avec plaisir Camara 🙂

  39. Merci pour cet article hyper clair et efficace !! C’est pile poil ce que je cherchais pour me lancer dans la mise en place de mon blog en multilingue.

    CLAP CLAP 😉

    Répondre
  40. Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant.
    Juste une petite remarque, je viens de découvrir le plugin weglot qui me parait vraiment très prometteur! Par contre ce qui me gène un peu c’est de devoir payer une licence annuelle, comment peut-on revendre ça à un client si le client ne prend pas de contrat de maintenance?

    webcreation-bzh

    Répondre
    • Bonjour et merci de votre remarque,

      Pour l’instant WeGlot est une jeune solution qui se cherche. Ils ont même changé leur grille tarifaire récemment, attendons de voir ce que cela donne.

      J’en parlerai lors de la mise à jour de mon article.

  41. Bonjour,
    Je dois faire un site vitrine WordPress (framework Genesis) (15 pages) avec un portfolio pour une artiste. Elle souhaite une version anglaise. Suite à la lecture de votre article, je pense utiliser Polylang. Hors traduction du contenu (les textes seront fournis en anglais), combien de temps faut-il estimer dans son devis pour passer le site en anglais?

    Répondre
    • Bonjour Evelyne,

      Si vous vous chargez de la traduction, cela peut prendre un certain temps…
      Après, je ne peux pas vraiment vous donner un nombre précis.

      Bonne continuation

  42. Bonjour,

    je suis novice sur wordpress.
    je viens de voir dans votre commentaire publié le 2 novembre 2015 et parlant de Network Shared Medias qu’il existait une version prémium.
    savez vous ou peut on la télécharger. et qu’apporte elle de plus que la version 0.11. (beaucoup de chose ne fonctionne pas bien sur cette version0.11)

    Répondre
    • Bonjour Heilmann,

      Ne l’ayant pas testé, je ne peux pas me prononcer.

      Mais l’extension gratuite n’est plus suffisamment maintenue et il semblerait que l’alternative premium (qui ne provient pas du même développeur, attention) soit la seule solution viable aujourd’hui.

      Si c’est une fonctionnalité dont vous avez vraiment besoin, je ne peux que vous recommander d’acheter l’extension et de nous faire part de vos retours ensuite !

      Vous nous tenez au courant ?

  43. Bonjour,

    Je dois faire un site associatif en français et anglais, j’ai donc acheté deux noms de domaine avec ovh : un en « .fr » et un autre en « .com »

    A ton avis, que dois-je faire avec mon site (wordpress) ? Je fais mon site en français et j’ajoute le plugin WPML ? Ou faut-il que je fasse entièrement mon site en français sur le .fr et mon site en anglais également sur le .com ?

    Je te remercie pour tes conseils !

    Répondre
    • Bonjour Léa,

      La toute première question à se poser est « est-ce que les versions FR et EN de ton site auront des contenus équivalents ou des contenus uniques ? ». En effet, il y a des cas où les sites multilingues ont des discours différents pour chacune des cibles visées.

      S’il y a du contenu différent pour chaque langue (pas d’équivalence) il vaut mieux partir sur du multisite où tu vas utiliser les noms de domaine en .fr et en .com. En ajoutant l’extension « WordPress MU Domain Mapping » il sera alors possible de faire un multisite sur des noms de domaine différents. Multilingual Press sera alors l’extension conseillée pour faciliter le travail de multilingue.

      Maintenant, dans le cas où il y aurait des équivalences, on arrive dans un cas différent où plusieurs solutions sont possibles.

      Mais en tout premier lieu, je pense qu’il serait plus intéressant pour cette association de n’utiliser qu’un seul des deux domaines et de rediriger l’autre. Dans ton cas, je pense que le mieux serait de faire le site anglais sur le .com et de faire le site français sur le .com également mais en sous-répertoire /fr/.

      Que faire du nom de domaine en .fr à ce moment-là ? Et bien le mieux serait de le rediriger vers la version française du site qui sera donc ton-association.com/fr/.

      L’avantage de ce fonctionnement est qu’il est plus facile de référencer un site plutôt que deux. C’est deux fois moins de travail même.

      À ce moment-là, tu peux donc très bien utiliser des extensions multilingues comme Polylang et WPML sur un « monosite » qui sera installé sur ton nom de domaine en .com.

      Je suppose (dis-moi si je me trompe) que le site de l’association aura des contenus équivalents. Donc à mon sens, le mieux serait de commencer avec le monosite en .com qui aura Polylang comme extension. Et puis il faudra faire une redirection du .fr vers la page d’accueil de la version française du site : ton-association.com/fr/.

      Mes explications sont-elles claires ?

  44. Bonsoir Nicolas,

    J’ai créé un site avec WP MU mais j’ai rencontré quelques soucis. Mes sous-domaines mettaient énormément de temps avant de s’afficher (+ de 3 secondes) et après 1 mois je ne parvenais plus à accéder au site admin du réseau.

    Avez-vous une petite idée du problème ?

    Répondre
    • Je suis désolé Khadija, je ne vois pas d’où peut venir le problème.

  45. Bonsoir Nicolas,

    Je suis en train de réaliser mon site et comme je m’adresse à un public Anglais et Français, j’ai préparé du contenu dans ces deux langues.

    Mon site va être relativement simple (présentation d’info médicale page d’accueil et 6 ou 7 pages avec sous menus) pas de module commercial, juste un module de contact.

    Pensez-vous que je doive passer obligatoirement par du multisite (je débute dans la création wp et ça me semble un peu compliqué) ou bien puis-je utiliser Polylang?

    Merci d’avance de votre aide.

    Katie

    Répondre
    • Bonjour Katie,

      Ce n’est que dans le cas de sites où il y aura du nouveau contenu régulièrement que je recommande de passer par du multisite.
      En lisant votre projet, je pense que le monosite avec Polylang est la meilleure solution.

      Bonne continuation !

  46. Attention a Polylang
    Suite à la lecture de votre article et à la recherche d’un plugin efficace (en essayant d’eviter de débourser les 29 dol pour WPML) j’ai installé PolyLang et la Patatra… la catastrophe..
    PolyLand suite à chaque création d’une nouvelle langue à fait disparaitre un article complet de ma base de donnée. (j’ai fait les recherches dans la base SQL, les entrées ont étés complètement supprimées).
    Aucune réponse de la part du support sinon que d’aller consulter une documentation PDF qui n’était même pas à jour de la dernière version.
    Cela crée également des conflits avec les plugins Instagram.
    ça vous fout un merdier pas possible dans les menus, et lors de la desinstallation compter une bonne heure de boulot pour tout remettre en ordre.
    Bref je ne peux conseiller qu’une chose : Dépensez 29 dols…

    Répondre
    • Merci de ton retour Fred,

      Il peut effectivement y avoir des conflits avec Polylang, c’est vrai. Mais c’est également le cas avec WPML.
      Tu as peut-être eu de la chance que tout marche en dépensant les 29 dollars de licence !

      Sinon il y a Weglot comme solution « sans-conflit » mais leur solution est un peu jeune pour l’instant. À terme ce sera une alternative vraiment viable !

  47. Retour d’expérience polylang. Bon alors premièrement il faut s’ habituer, car c’ est un gros bordel dans les menus après.
    Toutefois ça fonctionne bien, mais, et c’ est un mais de taille, si vous utilisez jetpack avec souscription des articles ce c** de polylang envoie un mail par langue, si vous avez un site à 4 langues 4 mails, votre audience va se précipiter sur une chose: désabonner. (j ai perdu 8 personnes sur 16 ,magnifique). De plus utilisant jetpack publisize idem facebook 4 articles(1 par langue) aye. Heureusement, en installant un petit plugin sur jetpack on peut avoir l’option de désactiver l’envoie de la newletter. Il suffit alors de désynchroniser les articles et d’aller dans toutes les langues pour décocher les cases réseau sociaux et cocher ne pas envoyer en newletter, et cela pour tous vos articles(que de manipulations…).

    Du coup vos clients reçoivent bien une newletter, en français, mais impossible de s’ abonner à la newletter en anglais uniquement par exemple.

    Dommage. Gros point faible.
    Par contre les widget sont gérés par langue, mais ça fait une liste immense . de plus les popups et autres captures restent en français.

    Bref il manque encore des choses pour un site plus pro.

    Répondre
    • Merci de ce retour Julien !

  48. Bonjour Nicolas,

    Merci pour cet article qui me donne une bonne vision des différentes options pour mes futurs sites traduits pour mes clients. J’ai testé Polylang, mais cela nécessite de dupliquer et traduire les différentes pages ce qui m’a suffit jusqu’à maintenant.

    J’ai désormais un client qui veut utiliser un thème dont la Home n’est pas une page que j’ai créée, mais directement celle du thème. De ce que j’ai vu, Polylang ne me permet pas de traduire cette « Home » car il faut nécessairement que ce soit une page à traduire. J’ai du contenu identique dans les différentes langues (A propos = About us), mais la possibilité de faire un Multisites me plait, et j’imagine que pour le référencement c’est bien également. Si je souhaite rester sur une option gratuite (donc pas WPML ni de thème déja traduit), c’est la seule (et la meilleure?) solution que j’ai?

    Merci pour votre aide!

    Kevin

    Répondre
    • Bonjour Kevin,

      Maintenant que MultilingualPress est devenu gratuit, tu peux tester le multilingue sans avoir à débourser un centime !

  49. Bonjour,
    Il semblerait que Polylangue soit conflictuel avec le thème DIVI et Divi enfants, avez-vous déjà eu cette expérience ?
    Cordialement

    Répondre
    • Bonjour David,

      Je n’ai pas encore eu à faire de sites avec Divi et Polylang donc je n’ai pas encore rencontré le problème.

      Cependant vous n’êtes pas le premier à me dire ça… Il faudra probablement se tourner vers WPML ou WeGlot.

  50. Merci de votre réponse rapide. A suivre
    Bonne soirée

    Répondre
  51. Bonjour
    J’ai installé Polylang et activé le plugin et résultat plus aucune page !
    Comment faire ?
    Je le désactive et ça revient comme avant ?
    Je veux juste que les utilisateurs puissent aller sur mon site en français et en Anglais
    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour Julien,

      Si Polylang entre en conflit avec ton thème ou tes extensions, il vaut mieux le désactiver en effet.

      Tu peux alors consulter le support de l’extension ou tenter ta chance avec une autre solution, comme WPML.

  52. Ok merci
    Je vais voir avec le créateur du plugin

    Répondre
  53. Bonjour Nicolas,

    Tout d’abord merci pour ce super article ! 😉

    Je dois réaliser un site one page pour une imprimerie (refonte d’un site existant). Le site sera dispo en français et en anglais. Il s’agit d’un site vitrine pour présenter les produits, les équipes, etc.

    D’après ton article, il serait plus judicieux que je parte sur un monosite. Il n’y aura pas de changement de contenu entre la version française et anglaise.

    Pour les structures d’URL multilingue, je penche pour le répertoire avec monsite.com/fr/ et monsite.com/en/

    Par contre, je ne sais pas par où commencer pour la version anglaise. Une fois que j’aurais fait le site en français, que dois-je faire ? Il suffit que j’installe l’extension WPML par exemple et je trouverai la version anglaise sur le tableau de bord wordpress ? Je suis un peu perdue en ce qui concerne les étapes pour obtenir l’url monsite-com/en/.

    Merci d’avance pour ton retour.

    Cordialement
    Pauline

    Répondre
    • Bonjour Pauline,

      Tout d’abord, tu ne pourras pas avoir monsite.com/fr/ et monsite.com/en/ à moins que tu ne le fasses exprès. Ce qui risque de se passer c’est que tu auras plutôt monsite.com et monsite.com/en/.

      Quant à la création de ces pages, tu n’as pas de souci à te faire : tu pourras les ajouter les unes après les autres dans ton administration WordPress. N’aie pas peur, il n’y aura aucune manipulation technique à faire !

  54. Bonjour,

    Je souhaite traduire mon blog manuellement en russe et en anglais (je maîtrise parfaitement ces deux langues) en adaptant le contenu du blog en fonction des langues.

    J’envisage donc créer plusieurs sites avec URL différentes: /ru, /en

    Pourriez vous me dire, si je traduit tout manuellement moi même, est j’ai besoin de télécharger des plugins?

    Car j’ai tenté d’en télécharger des extensions (suite a la lecture de votre article) mais ce n’est pas possible avec mon blog: il s’agit de wordpress.com avec un thème gratuit. Est ce que l’achat du pack Premium, ou un thème payante me permettra d’en télécharger des plugins?

    Je suis désolée si mes questions semblent trop « bêtes », je commence tout juste a découvrir WordPress.

    Je vous remercie de votre aide,

    Répondre
    • Bonjour Julia,

      Tous nos articles concernent WordPress.org et non WordPress.com, comme vous l’avez deviné. Je vous invite à lire l’article d’Alex qui explique la différence.

      Du coup la plupart des articles que vous lirez au sujet de WordPress ne vous seront pas applicables.

      Bonne continuation

  55. Merci beaucoup pour votre réponse!
    Maintenant tout est clair 🙂

    Répondre
  56. Article très intéressant. J’utilise Polylang depuis un an et demi sur mon blog, j’en suis très contente. Tous les contenus sont reliés, on peut facilement naviguer d’un contenu en français à un contenu en anglais.
    Le souci que j’ai aujourd’hui par contre c’est la séparation de la newsletter. Pour le moment qu’un article sorte en français ou en anglais toute ma liste de diffusion est prévenue. J’aimerai que chacun puisse le recevoir seulement dans sa langue. Si vous avez des idées je suis preneuse. ( J’utilise actuellement MailPoet)

    Bonne journée.

    Répondre
    • Bonjour Astrid,

      L’incompatibilité entre Polylang et MailPoet semble récurrent, on trouve beaucoup de tickets de support à ce sujet. Hélas, je ne vais pas avoir quoi que ce soit à vous proposer à part de consulter leurs supports respectifs.

      Bonne continuation

  57. Bonjour et merci pour votre contribution. Je veux créer un multi-site français et anglais. Donc je comprends monsite.com/fr et monsite.com/anglais
    Cela veut-il dire que je crée une première page monsite.com/home avec sur cette page un lien « continuer en français » et « continue in English » dessus? Puis dois-je installer wordpress sur monsite.com/fr et aussi sur monsite.com/en ?
    Voila, ça semble peut-être évident pour certains, mais ça ne l’est pas pour moi. Je veux être certaine d’installer tout cela correctement avant d’avancer trop loin dans la création de mon site et devoir tout refaire après. Merci !

    Répondre
    • Ghislaine,

      Je suis déçu que vous n’ayez pas trouvé la réponse au travers de mes schémas.

      Si vous utilisez une extension multilingue monosite, vous aurez une seule installation WordPress ; si c’est une extension multilingue monosite, ce sera une seule installation WordPress multisite. Les liens d’équivalence sont ensuite gérés par les extensions.

      Quoi qu’il en soit, il vous faudra faire le grand saut à un moment, quitte à tout refaire à un moment. Ça reste le meilleur moyen d’apprendre !

  58. Bonjour, j’ai utilisé Polylang sur mon site, j’utilise le theme DIVI. tous s’est bien passé jusqu’à ce que je veuille faire la trad de mon footer que j’ai enregistrer dans ma bibliothèque Divi… Comment traduire celui ci sans le transformer en élément classique (3 blocs texte avec chaque mot qui renvoit sur les pages concernée…) de bas de page et le refaire sur chaque page…?
    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour Seveidea,

      Pourquoi ne pas re-créer la version anglaise de ce footer dans la bibliothèque et l’utiliser dans les pages traduites ?

  59. Bonjour et merci pour ton article très enrichissant.

    J’utilise l’extension loco translate pour mon site sous wordpress.

    Mais une fois avoir fini la traduction, je me rends compte que pour que le site soit en italien il faut que mon wordpress soit configuré en italien dans les réglages généraux.

    Mais je souhaite pourtant que mon site puisse proposé la langue italienne et donc qu’il y ait des icones sur la page d’accueil avec les drapeaux des pays pour lesquels la langue est disponible.

    Savez-vous comment arriver a proposer des liens via ses icones sur la pages d’accueil ?

    Cordialement,

    Alba

    Répondre
    • Bonjour Alba,

      La réponse est dans l’article : il faut utiliser une des solutions proposées. Ce n’est pas le rôle de Loco Translate de proposer un site en italien !

  60. Super article ! 🙂

    Répondre
  61. Bonjour Nicolas,
    nous te remercions pour ta vaste contribution et pour ta mention de MultilingualPress. Comme tu l’as déjà évoqué, il va sans dire que pour les solutions de grande envergure et celles où la performance joue un rôle clef, la solution multisite est la meilleure approche. La semaine dernière encore, nous avons migré une page web en 35 langues de WPML vers MLP et le chargement est passé de 2,5 secondes à 250 millisecondes !

    À cela s’ajoute encore l’avantage concernant la SEO.
    Avec MultilingualPress, tu peux aussi vraiment tout transposer dans la langue de chacune des pages, sachant que les solutions monosite comme Polylang ou WPML sont un peu problématiques, puisqu’elles ne traitent en fait qu’une seule page et que tu ne peux pas tout localiser. Par exemple, tu n’utilises qu’une image avec le nom de fichier et les tags dans une langue, au lieu d’optimiser aussi les images pour chaque langue. C’est la même chose avec les URL qui sont dans les sous-pages. Pour l’optimisation SEO, une bonne performance est également nécessaire.

    MultilingualPress te donne une flexibilité et une liberté totales pour créer des pages, soit toutes pareilles à l’exception des langues, soit des pages distinctes à quelques détails près ou complètement différentes. Comme p. ex. pour certaines exigences juridiques dont tu as besoin dans certains pays et pas dans d’autres, et qu’il n’est donc pas utile d’afficher et/ou d’adapter. Ou encore des designs complètement différents puisque la clientèle varie beaucoup d’un pays à l’autre.

    MultilingualPress fait l’objet d’un perfectionnement constant et cette solution est désormais utilisée par beaucoup de grandes agences WordPress. Même WooCommerce la recommande.

    Avertissement : Je fais partie de l’équipe des développeurs de MultilingualPress, et nous ne disposons jusqu’ici que de support en anglais et allemand. Mais peut-être qu’un volontaire motivé aimerait se faire connaître qui pourrait se charger du support en français.

    Meilleures salutations !

    Alex

    Répondre
  62. Super article et très complet, j’ai apprécié, et surtout appris 🙂

    Répondre
    • C’était bien le but !

  63. Bonjour,
    D’abord merci pour votre blog très complet et très clair.
    Est-ce qu’il y a des thèmes proposant le multi langues, au moins pour 2-3 langues dont le français et l’anglais, où il suffira de venir remplit le contenu (texte, photos et autres visuels) ?
    Je voudrais avoir un site pour rendre visible mes locations meublées saisonnières où une bonne partie des clients sont anglophones et arabophones.

    Répondre
    • Bonjour DLT,

      J’expliquais justement dans cet article que le multilingue est une affaire d’extension et non de thème.

      Par contre je crois voir que vous utilisez un site en WordPress.com et non WordPress.org. Ce ne sera alors pas possible.

      Voici un article qui explique les différences.

  64. Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos.
    Je viens de créer un site de diffusion du Kenjutsu et de sa culture sous DIVI. Cela démarre tout doucement.
    J’ai l’idée de ce site depuis plus de 10 ans mais j’avais toujours reculé par manque de temps et aussi de goût pour « soulever le capot », bien que je sois loin d’être un néophyte du numérique.
    Bref, je viens de sauter le pas et, mon audience se trouvant plutôt en Europe, je dois d’emblée mettre en œuvre au moins un site multilingue en/fr.
    Je n’ai pas de visibilité sur l’importance que pourra prendre le site. J’envisagerai donc de démarrer avec un monosite avec WPML, quitte à migrer vers une solution multisite avec MLP lorsque le besoin s’en fera sentir.
    Ma question :
    Est-ce la migration WPML > MLP est aisée ou problématique ?
    Dans ce dernier cas, je démarrerai directement un multisite MLP.
    Merci de votre expertise.
    Bien à vous
    Pierre

    Répondre
    • Bonjour Pierre, les deux options ont leurs avantages et inconvénients comme vous avez pu le lire. Par expérience, avant de consacrer du temps à la technique, je vous conseille de voir sur la durée votre rythme de publication. Si la motivation est toujours là, alors prenez le temps de la réflexion sur le multilingue.

  65. Bonjour,

    J’utilise actuellement PolyLang sur deux sites et j’en suis assez content.

    Cependant je rencontre un petit problème lorsque je crée un article.
    Explication : Lorsque je crée un article dans une langue A, je le traduis ensuite dans la langue B.

    Je clique donc sur le drapeau dans le Langue B et un 2e article, avec la même image à la une, se crée afin que je le traduise. Cependant tout le contenu disparaît : texte ( pas grave en soit ) mais également les images , que je dois donc intégrer une 2e fois.

    Existe-t-il une méthode, afin d’avoir également les images qui se copient ? Voir même d’avoir accès à la bibliothèque média avec les images utilisées dans l’article de l’autre langue ?

    Merci d’avance et salutations !

    Répondre
    • Bonjour François,

      C’est une option payante de Polylang que de pouvoir « cloner » le contenu lors de la création d’une traduction !

    • En effet, dommage mais merci !

  66. Je vois.
    Comme par ailleurs, j’aimerais à terme développer un projet similaire pour d’autre disciplines (le shintaido lui-même et le bojutsu) et qu’il y aura des contenus communs aux trois (donc au six en comptant les deux langues), je pense que je vais d’emblée attaquer en multisite.
    Merci pour votre aide, et pour votre site très instructif.

    Répondre
  67. Bonjour,

    Merci pour cet article de qualité. Je souhaite créer un site web multilingue qui contiendra aussi des éléments type multimédia (infographie, vidéo…). Je n’ai pas réussi à voir clairement sur les sites de WPML ou PolyLang qu’ils prenaient cela facilement en charge.

    Un exemple simple et concret, je veux inclure une vidéo dans mon article :
    > l’article anglais pointe sur le lien de la vidéo en anglais
    > l’article français pointe sur le lien de la vidéo en français

    Est-ce possible? Quel est ton expérience sur le sujet ? As-tu des conseils à donner ?
    Merci ton aide.

    Répondre
    • Bonjour alex,

      Dans l’article français, il suffira de mettre le média français. Et dans l’article anglais, le média anglais.

      Mais si tu n’arrives pas forcément à appréhender le fonctionnement, je t’invite tout simplement à installer Polylang pour mieux comprendre.

  68. OK c’est très clair, merci. Donc si nous avons plusieurs articles (de langue différente) pour un article donné, je me demande comment Google interprète ce « duplicata » et quelles sont les conséquences dans le Page Ranking (PR).

    Mais, je me pose peut-être les mauvaises questions…

    Je reviens donc à mon besoin initial : je cherche à consolider mon audience de lecteurs (d’où les 2 langues) pour avoir un meilleur PR sur un site… Dans la foulée, partagerai sur les réseaux sociaux mes articles qui toucheront une population internationale.

    J’imaginais qu’en cumulant 2 langues sur un Mono-site mon Page Ranking serait meilleur qu’un Multi-site qui séparerait le PR entre le site français et le PR du site anglais. Ma réflexion est-elle bonne? ou suis-je en dehors des clous? 🙂

    Je ne suis pas encore à l’étape de partager sur les réseaux sociaux en fonction de la langue mais ça ne devrait pas tarder 😛

    De toute manière, je vais te suivre et tester de mon côté pour voir les fonctionnalités. Un grand merci du conseil et de ton éclairage.

    Répondre
    • Alex,

      En effet, le PR n’a rien à voir dans l’équation. D’ailleurs c’est un concept qui n’a plus de sens aujourd’hui. C’est même l’indicateur qui permet de voir quels sont les référenceurs qui sont restés bloqués 10 ans en arrière !

      Quelque part la réponse est déjà dans l’article :

      La [structure] plus facile, mais aussi la plus efficace en terme de référencement, sera la structure en répertoire.

      Il n’y a aucun lien avec le mono-site ou le multisite de WordPress. Ce qui compte c’est la structure des URL.

  69. Je vais tout relire dans ce cas 😀 Merci encore pour ton aide précieuse!

    Répondre
  70. Bonsoir Nicolas et merci pour cet article.

    Si j’ai bien compris en faisant du multilingue cela revient à faire plusieurs sites. Il y aura donc à payer les différentes licences (thème et plugin) pour chaque nouvelle langue que l’on ajoutera ?

    Répondre
    • Bonjour Itshak,

      En fait, si tu pars sur du monosite il ne faudra qu’une licence. Mais en multisite, il en faudra plusieurs en effet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Marmite ne peut malheureusement pas fournir de support. Merci d'en tenir compte dans votre commentaire 😉

Si vous ne lui en voulez pas, donnez-lui un j'aime sur Facebook :



392 Shares
Share123
Tweet170
Share99