Publié par Nicolas Richer le 7 juillet 2016 • 75 Commentaires

Si vous avez l’habitude de lire mes articles sur WPMarmite, vous devez savoir que j’ai un thème de prédilection : Divi. Je n’utilise plus que lui, comme je vous le disais dans l’article que je lui ai consacré, et du coup je passe peut-être à côté d’autres pépites.

C’est pourquoi je vais tester tous les thèmes premium les plus vendus sur ThemeForest cet été. Un à un, je vais les installer et les triturer pour voir jusqu’où on peut aller.

Je finirai ensuite par un « battle » pour vous dire quels sont les meilleurs thèmes du marché. Et qui sait ? Peut-être que j’en viendrai à moins utiliser Divi ensuite ?

Réponse à la fin de l’été !

Cet article contient des liens d’affiliation. C’est à dire que la Marmite récupèrera une commission si vous décidez d’acheter les solutions présentées, et cela ne vous coûtera pas plus cher. Cela ne vient pas non plus orienter notre jugement : vous le verrez clairement en lisant la suite.


Le premier article de cette série sera consacré à Avada, le thème premium le plus vendu sur ThemeForest. Et quand on dit « le plus vendu », ce n’est pas pour rien : plus de 230 000 licences ont été utilisées au moment de la publication de cet article.

Aperçu d'Avada

Le deuxième thème du podium, X, ne s’est vendu « qu’à » 110 000 exemplaires en comparaison. Soit deux fois moins (mais en plus court laps de temps). Donc autant vous dire qu’Avada est réellement un thème à succès, utilisé sur de nombreux sites.

La raison de cette avance peut s’expliquer par le fait que c’est le thème sorti le plus tôt de cette sélection. En effet, c’est le 16 août 2012 que la version 1.0 a vu le jour.

On pourrait penser que le design serait démodé depuis le temps mais les développeurs ont su s’adapter pour coller aux tendances et continuer à plaire.

Ce succès est-il mérité ? Est-ce encore un bon choix ? Ce sont les questions auxquelles je tiens à répondre dans cet article !

Un look démodé… seulement sur la première démo !

Démo historique d'Avada

Lorsque j’ai utilisé Avada pour la première fois, en janvier 2013, c’était le thème le plus abouti du marché. Et le look était vraiment génial pour des sites vitrines.

Mais voilà, les tendances ont évolué et je pense que la démo de base va maintenant attirer ceux qui ne veulent pas de design innovant. Et il y en a ! Beaucoup de thèmes proposent des démos ultra-modernes qui ne conviennent pas à tout le monde.

Nous ne sommes pas tous des startups !

C’est pourquoi cette démo existe encore et continue d’attirer des clients. Mais il ne fallait pas s’arrêter là, sinon le thème serait tombé dans les oubliettes de la forêt aux thèmes.

C’est pourquoi il y a maintenant 18 démos et on peut dire qu’elles viennent relever le niveau !

Démo Photography Avada

La démo « Photography »

Démo Landing Product d'Avada

La démo « Landing Product »

Il faut dire que la stratégie est intelligente et beaucoup de créateurs de thèmes l’ont compris : en multipliant les démos, on arrive à plaire à tous les secteurs d’activité.

C’est pourquoi vous verrez des mises en scène pour un site de club de gym, d’hôtel, de cabinet d’avocat ou encore d’église (mais très moderne, l’église !).

Et si vous souhaitez voir des cas réels, le site WinningWP a rencensé les 25 meilleures réalisations.

Ont-elles été réalisées par des webdesigners aguerris ou les propriétaires des sites ?
Ça, c’est une autre histoire.

Quelles sont les promesses d’Avada ?

La mission du thème est de « permettre à quiconque de faire son site sans avoir à toucher au code, grâce à ses options intuitives » (on en parlera un peu plus tard).

Il permet également d’installer les démos en un clic afin d’avoir une bonne base de départ. Ainsi il n’y a plus qu’à comprendre comment ont été construites les pages, puis de les modifier à notre goût.

Pas besoin de coder avec Avada

Pour ce faire, il embarque le Fusion Builder, un constructeur de page « maison ». J’y reviens en détail en fin de l’article.

Revolution Slider et LayerSlider sont également inclus pour que l’on puisse facilement créer des diaporamas. Ils viennent se rajouter à deux autres solutions disponibles : Fusion Slider (maison) et Elastic Slider. Autant dire que si vous aimez les diaporamas, vous serez servi !

Il est également compatible avec les extensions les plus courantes du marché  WooCommerce, WPML, Polylang, bbPress, Contact Form 7, Gravity Forms, The Events Calendar… Ce qui permet d’étendre ses fonctionnalités tout en s’assurant que l’intégration sera optimale.

Et côté documentation vous ne serez pas déçu. Ils mettent la barre très haut avec une énorme page web pour répondre à toutes les questions possibles et imaginables.

Pour finir, je n’ai pas eu à tester le support, mais les retours élogieux que j’ai pu trouver en ligne semblent tous indiquer qu’il est rapide et de qualité.

La première prise en main est agréable

Dès l’installation, vous serez invité à entrer vos clés ThemeForest afin de recevoir les mises à jour du thème. On vous propose également de vous créer un compte sur leur support afin de pouvoir accéder à toutes leurs ressources et surtout, pouvoir déposer des tickets.

Peu après, vous pourrez utiliser l’Avada Patcher qui permet d’installer des mises à jour mineures une par une. C’est un système vraiment intéressant si l’on attend la résolution d’un bug : les développeurs n’ont pas besoin de proposer une nouvelle version du thème, il n’y a qu’à installer le patch souhaité.

Le Avada Patcher

On peut ensuite installer n’importe quelle démo ou partir d’une page blanche. De mon côté, j’ai d’abord fait le choix de partir de zéro. Plus tard j’ai décidé d’installer une démo et tous mes réglages précédents ont été écrasés. Donc si vous veniez à vouloir faire de même, sauvegardez d’abord votre configuration !

L'installation des démos Avada

Pour finir, avant de s’attaquer à la configuration du thème, il ne reste plus qu’à activer les extensions incluses. C’est ainsi qu’il faut activer « Fusion Core » pour qu’Avada prenne tout son intérêt : c’est en réalité le page builder. Et sans lui, adieu les mises en page évoluées !

On nous propose également d’activer les extensions de diaporama (Revolution Slider et LayerSlider), WooCommerce, bbPress, The Events Calendar et Contact Form 7. Cependant ce n’est pas obligatoire, surtout si vous n’en avez pas besoin !

L'installation des extensions Avada

Et si vous avez attentivement regardé les captures d’écran précédentes, vous avez peut-être remarqué quelque chose : tout est en anglais, ou presque ! En effet, les traductions françaises sont bien maigres. Et en plus, il faut les copier manuellement dans le thème.

Pourquoi ne pas les inclure dans l’archive du thème et les mettre à jour à chaque nouvelle version, même mineure ?

Là, je ne comprends pas.

Et une fois que tout est bien activé, on peut s’attaquer aux « Options du thème ».

La personnalisation du thème est un calvaire

Et là quelle déception… L’outil de personnalisation de WordPress n’est absolument pas utilisé, il faut régler les différents paramètres à l’aveugle en sauvegardant puis rechargeant une page pour voir les effets de nos actions.

On est en 2016 tout de même ! Cette pratique ne serait donc pas généralisée ?

On arrive donc dans un menu composé de multiples éléments et sous-éléments avec des listes interminables de réglages, partiellement traduits bien sûr.

Les options du thème Avada

Et lorsque je vous disais que la mission du thème était de ne pas avoir à utiliser de CSS, c’est mission réussie ! Ils ont quasiment intégré tous les réglages possibles dans leur interface.

Résultat des courses ? La personnalisation est vraiment laborieuse. À vouloir permettre à tout le monde de faire « tel petit réglage », on se retrouve avec une interface sacrément lourde.

Du coup si vous comptez faire votre premier site avec Avada, vous allez y passer de nombreuses heures. Vous y perdrez quelques cheveux et vous serez frustré : vous finirez avec un site qui ressemble à celui des autres utilisateurs du thème.

Soit parce que vous aurez chargé une démo, soit parce que vous n’aurez pas réussi à modifier les options comme vous le souhaitiez.

Par contre les webdesigners et intégrateurs qui souhaitent beaucoup de contrôle seront ravis. Dès lors qu’ils auront pris leurs marques, ils pourront modifier un grand nombre de choses sans entrer dans le code.

Mais alors ? Avada est-il intéressant pour les débutants ?

Je ne pense pas.

Sauf que ça ne s’arrête pas à la personnalisation du thème.

Le builder n’est pas des plus pratiques (mais ça va changer)

Lorsque l’on choisit un thème, c’est d’abord pour son design et ensuite pour son page builder. En effet, on a envie de pouvoir reproduire les mises en forme des démos puis de faire des pages comme on l’entend.

Eh bien là encore, le Fusion Builder ne fait pas partie des meilleurs du marché. Son interface est plutôt vieillotte, peu précise et c’est à se demander si les créateurs du thème l’utilisent eux-même !

Aperçu du page builder d'Avada

Je suis dur mais heureusement c’est un point qui va s’améliorer avec la sortie d’Avada 5.0. En effet, ils reprennent entièrement le constructeur de pages pour le mettre au niveau des autres solutions du marché.

Mais clairement, au moment de ce test, il fait partie des mauvais élèves. Pourtant en soi il est franchement bien loti : il permet de faire jusqu’à 6 colonnes et 46 modules sont disponibles.

Mais l’ergonomie n’est pas au rendez-vous et l’expérience de personnalisation est identique aux options du thème : laborieuse !

De plus, s’il y a bien quelque chose que je déteste dans les constructeurs de page, c’est quand il faut rajouter des marges ou des séparateurs dans tous les sens pour arriver au design qu’on a en tête.

Là, il est très dur d’arriver à un webdesign correctement proportionné sauf si on vient régler chaque module et chaque section les uns après les autres, pour y appliquer des réglages de marges externes/internes identiques.

Alors, faut-il encore utiliser Avada ?

Franchement, je dirais qu’Avada ne s’adresse pas à tout le monde. Si vous avez déjà passé un temps fou à le maîtriser et que vous avez vos repères, tant mieux. Si vous connaissez tout des polices, des hauteurs en pixel et des marges mais que vous ne voulez absolument pas le faire en CSS, ce sera pour vous.

Mais pour tous ceux qui voudraient y faire leur premier site ou commencer à le prendre en main, je pense que ce n’est pas une bonne idée. Il est clairement en retard par rapport à ce que d’autres proposent et sa version 5.0 va seulement le mettre au niveau du marché… quand les autres continuent d’évoluer.

Le thème est très complet. Trop même.

À tel point qu’on ne tire aucun plaisir à l’utiliser et à naviguer parmi ces dizaines de sous-menus.

Le thème coûte 59$ (avec 6 mois de support), ce qui est la norme pour ThemeForest. Mais je trouve que c’est cher payé par rapport à ce que l’on peut attendre d’un thème WordPress en 2016.

Découvrez Avada sur ThemeForest

Je mets la barre haut, j’attends beaucoup des thèmes suivants et j’espère qu’ils seront aussi prometteurs que leurs discours de vente le laissent entendre !

À la semaine prochaine pour le test complet d’Enfold !