Vous avez les pieds bien ancrés sur Terre ? Alors que diriez-vous d’embarquer pour un voyage sur Jupiter ? 

Pour les fans du Système solaire et de l’Antiquité, désolé par avance : on ne va ni parler de la planète maousse costaud, ni du Dieu romain du ciel et de la terre (entre autres).

La planète Jupiter

Ici, on est là pour causer WordPress. Le Jupiter qui nous intéresse désigne un thème WordPress premium à succès, objet de notre test du jour.

Accrochez-vous bien, ça va décoiffer. Vous allez le découvrir sur toutes ses coutures en vous plongeant particulièrement dans sa maniabilité, sa personnalisation, ou encore l’expérience utilisateur. 

Vous êtes prêt à décrocher la Lune ? Tonnerre de Zeus, suivez le guide.

Initialement rédigé en août 2016 par Nicolas, cet article a été mis à jour en octobre 2020. La version de Jupiter utilisée dans ce test est la 1.21.0.

Les liens que vous trouverez dans cet article sont affiliés. C’est-à- dire que si vous passez par l’un d’eux pour acheter votre prochain thème, nous recevrons une commission. Cela ne vous coûte pas plus cher et cela nous aide à financer notre travail de recherche !

Besoin d’un hébergeur pour votre site ?

Faites comme WPMarmite, choisissez o2switch. Non seulement les performances sont au rendez-vous mais le support est exceptionnel.

Le thème Jupiter, c’est quoi ?

Capture d'écran du thème Jupiter sur ThemeForest

Jupiter est un thème premium multi-usages créé en juillet 2013. Conçu pour fonctionner avec le constructeur de page Elementor, il dispose de nombreuses options de personnalisation pour vous aider à créer un site sans aucune connaissance technique.

Cela signifie que vous pouvez vous en servir pour concevoir n’importe quel type de site (site vitrine, portfolio, blog, boutique en ligne etc.) et ce, dans n’importe quel domaine.

Pour vous aider à y parvenir, Jupiter propose par exemple plus de 300 modèles de sites prêts à l’emploi, activables en quelques clics

Avec 141 000 ventes au moment d’écrire ces lignes, il se classe au 7e rang des thèmes les plus vendus de tous les temps sur la plateforme ThemeForest, derrière des concurrents comme Avada, Enfold ou encore The7, pour ne citer qu’eux.

Même si sa note est très honorable (4,71 étoiles sur 5), à noter un détail intéressant : il reste le thème le moins bien évalué par ses utilisateurs, parmi les 10 thèmes les plus populaires sur ThemeForest.

Mais vous allez voir, ce n’est pas pour autant que cela fait de lui un thème imbuvable. Au contraire, je dirais qu’il m’a agréablement surpris. 

Derrière cette machine bien huilée, on retrouve l’agence digitale Artbees, spécialisée en création de thèmes WordPress, qui développe et maintient Jupiter.

Ce dernier est sa tête de gondole mais Artbees commercialise aussi un autre thème plus confidentiel sur ThemeForest : The Ken (6 500 ventes).

Avant de passer à la découverte de l’interface du thème et à sa prise en main, précisons que Jupiter a subi une grosse refonte, fin 2018.  Le thème a notamment été totalement refaçonné en utilisant le constructeur de page Elementor, en lieu et place de WPBakery Page Builder.

Mais ne vous inquiétez pas, on reviendra plus en détails sur l’adaptation à Elementor dans une partie dédiée, un peu plus tard.

Sachez qu’il existe une version gratuite du thème sur le répertoire officiel WordPress, appelée JupiterX Lite. De par sa nature, elle est forcément très limitée en termes de fonctionnalités, mais elle peut vous permettre de vous forger une première opinion sur le thème, ce qui est non négligeable.

Jupiter X Lite

Prise en main de Jupiter

Installation du thème

Pour commencer, installez et activez le thème Jupiter. Une fois cette action effectuée, vous constaterez que le thème vous réclame 3 choses pour pouvoir fonctionner correctement : 

  • L’activation de l’extension Jupiter X Core, qui permet d’utiliser toutes les fonctionnalités proposées par le thème et de les personnaliser via l’Outil de personnalisation de WordPress (chiffre 1 sur la capture). 
  • L’ajout de votre code d’achat Envato ou d’une clé API pour débloquer toutes les options du thème (chiffre 2).
  • L’installation requise de 3 extensions (chiffre 3) : Elementor (un page builder), Advanced Custom Fields (pour créer et afficher des champs personnalisés) et Raven (un add-on maison qui ajoute des widgets à Elementor).
Réglages installation du thème Jupiter X sur WordPress

Pour les besoins de ce test, je vais suivre à la lettre toutes ces recommandations, pour voir ce qu’il en retourne.

Pour éviter tout problème (ex : incompatibilité avec un plugin), Artbees vous recommande d’installer son thème sur une installation fraîche de WordPress. Par ailleurs, pour fonctionner correctement, Jupiter a des besoins serveur spécifiques. En cas de problème chez vous, rapprochez-vous de votre hébergeur web pour paramétrer tout cela de la meilleure des façons.

Une fois ces opérations effectuées, je vous recommande d’activer le thème enfant de Jupiter X (JupiterX child theme), mis à disposition sur cette page.

Un thème enfant est un sous-thème qui hérite de toutes les fonctionnalités et du style du thème principal, aussi appelé thème parent (dans notre cas précis, Jupiter X).

En utilisant un thème enfant, vous vous assurez de ne pas perdre les changements effectués (ex : modifications CSS) lors des prochaines mises à jour du thème principal.

Apprenez le CSS une bonne fois pour toutes

Créez des sites au rendu impeccable sans y passer des heures avec CSS Express.

Premières impressions sur l’interface

Lorsque vous en aurez terminé avec les prérequis de Jupiter X, vous aurez la bonne surprise de tomber sur un Tableau de bord simple, et surtout, pas trop surchargé. Personnellement, je n’en croyais pas mes yeux.

Après avoir testé plusieurs thèmes concurrents aussi présents sur ThemeForest (Avada, Bridge etc.), je m’étais plutôt habitué à me dépatouiller au milieu d’usines à gaz.

Ici, rien de tout cela. Cela en devient presque déconcertant. En fait, le thème Jupiter X dispose “seulement” de 3 sous-menus de réglages.

Enfin, pas tout à fait, vous allez comprendre pourquoi.

Tableau de bord de Jupiter X sur l'admin WordPress

Le premier, baptisé Control Panel (Tableau de bord), vous donne notamment accès aux plugins requis et recommandés, aux templates (modèles de sites), ou encore à quelques réglages : utilisation d’un cache, lien avec Google Analytics, possibilité de revenir à une version antérieure du thème ou des plugins en cas de bogue (rollback versions) etc.

C’est clair, rapide et précis. Et on apprécie aussi de trouver des liens renvoyant vers des tutoriels vidéo ou encore la documentation.

Pour prendre le thème en main, c’est toujours utile.

Le Control Panel de Jupiter X

Le deuxième sous-menu (Customize) est en fait un lien vers l’Outil de personnalisation de WordPress (le Customizer, en anglais), que Jupiter utilise à sa sauce. J’y reviens très vite dans la partie suivante.

Enfin, le troisième sous-menu (Help) vous renvoie vers l’aide en ligne (Support) du thème.

Pour résumer nos premiers pas, on peut dire que les développeurs ont fait en sorte que l’on ne se perde pas parmi les menus et sous-menus, et c’est plutôt réussi : on prend vite nos marques.

Il faut savoir aussi que le menu latéral de WordPress a été allégé. Nicolas, qui avait rédigé la version initiale de cet article en 2016, vous expliquait à l’époque que 13 types de contenus personnalisés étaient ajoutés lors de l’installation !

Lors de mon test, je suis juste tombé sur les menus de réglages d’Elementor et d’ACF. Le thème s’est bien mis au régime, entre temps !

Pour le moment, le seul petit bémol que j’ai pu relever concerne la traduction de l’interface. Tout est uniquement disponible en anglais. Dommage. Cependant, il y a peu de termes complexes, donc on s’y retrouve. 

Vous pouvez aussi résoudre ce souci de traduction en vous servant de l’extension Loco Translate, ou en vous procurant la traduction du thème chez wpTrads.

C’est bon pour vous, pour la prise en main du thème ? Place maintenant à sa personnalisation.

C’est à partir de maintenant que vous allez vraiment commencer à bâtir un site qui vous ressemble.

Personnalisation de Jupiter sur WordPress

Les démos de sites (Jupiter templates)

Pour personnaliser votre contenu sur Jupiter X (le thème, pas la planète), vous disposez d’abord de plus de 300 templates (modèles de sites) créés avec le constructeur de page Elementor.

Elles sont classées en 16 catégories couvrant plusieurs domaines : corporate, blog/magazine, restauration, sport, voyage, boutique, mode, beauté, événement etc.

Bref, il y en a pour tous les goûts, ce qui vous assure de pouvoir créer un site adapté à la grande majorité des niches.

Démos de sites (templates) de Jupiter

Bien sûr, vous devrez procéder à des modifications pour coller à vos attentes, mais partir d’une base pré-conçue vous fera gagner énormément de temps.

Visuellement, on peut dire que les démos sont belles et réussies. Artbees les liste sur cette page, et je vous ai mis 3 exemples ci-dessous, pour vous faire une première idée :

La démo Decoration Shop de Jupiter
La démo Decoration Shop
La démo Fashion Blog
La démo Fashion Blog
La démo Persephone
La démo Persephone

Vous le voyez, ces démos viennent bien mettre en scène les possibilités du thème. De plus, il est ensuite très facile de les importer dans leur intégralité, ou partiellement (deux clics suffisent).

Pour ce faire, cela se passe dans le Control Panel de Jupiter X, sur votre interface d’administration WordPress. Logiquement, direction ensuite le sous-menu Templates pour retrouver le listing. 

J’ai particulièrement apprécié les éléments suivants :

  • La barre de recherche et les filtres de recherche pour vous aider à mettre la main sur un template bien précis. Je vous rappelle qu’il y en a plus de 300, ça peut servir.
La barre de recherche de templates sur Jupiter
  • La présence d’un fichier PSD pour chaque template, qui vous servira si vous voulez modifier certains éléments graphiques sur PhotoShop.
  • La possibilité de prévisualiser (Preview) un template avant de l’installer.
  • Le fait de retrouver le template installé bien visible en haut du menu Templates. Pratique pour nous éviter de le chercher pendant des plombes, si on veut le remplacer ou le supprimer.
Le template de Jupiter X installé

Au final, le processus d’importation s’est parfaitement déroulé sur mon site de test en local. Pour info, il a fallu environ 2 minutes pour que la totalité de la démo Resume soit importée. 

Je n’ai noté aucun bug et aucun problème de chargement. La page en ligne n’a souffert quant à elle d’aucun problème (pas d’absence d’images, de texte, de mauvais alignement etc.). Et bien sûr, elle ressemblait en tout point à la démo prévisualisée juste avant. 😉

Même si une démo vous a tapé dans l’œil, vous aurez forcément besoin de la modifier, ne serait-ce déjà que les contenus textuels, qui ne sont pas disponibles en français de base. 

Pour cela, voici un allié de choix : Elementor. 

Personnalisez vos démos avec Elementor

De son lancement en juillet 2013, jusqu’à fin 2018, Jupiter a d’abord embarqué le constructeur de page WPBakery.

Plus précisément, les développeurs avaient préféré inclure une version modifiée de WPBakery, qui contenait tous les modules exclusifs à Jupiter (plus de 80 au total).

Les possibilités de mise en forme étaient alors correctes, nous expliquait Nicolas, dans la première mouture de cet article.

Par contre, les développeurs avaient désactivé la construction de site en mode « interface publique » (front-end). Ce qui constituait un sérieux frein à l’usage, puisque tout se passait sur l’administration (back office, sans possibilité de visualiser les changements opérés). 

Mais ça, c’était avant. Fin 2018, Artbees a lancé Jupiter X avec une évolution majeure : le remplacement de WPBakery par Elementor.

Elementor est le constructeur de page phare du moment. Il cumule plus de 5 millions d’installations actives sur le répertoire officiel et ses utilisateurs louent notamment sa flexibilité, son ergonomie et son intuitivité.

Elementor sur le répertoire officiel WordPress

C’est vraiment un outil très puissant et agréable à utiliser; D’ailleurs, Alex l’utilise depuis 2016 pour construire certaines pages sur WPMarmite… et il ne peut plus s’en passer !

Comment ça marche ?

Si vous vous souvenez bien du début de cet article, vous vous rappelez que Jupiter requiert l’installation d’Elementor (sa version gratuite, pas la Pro, ne rêvez pas). 

En plus de cela, le thème embarque deux extensions qui proposent leurs propres widgets (des modules prêts à l’emploi pour ajouter des Titres, des boutons, du texte, des images etc.) : 

  • Raven : l’extension maison de Jupiter ajoute une vingtaine de nouveaux widgets.
  • La suite de plugins Jet, qu’Eléonor vous a présentée dans l’article sur Crocoblock.
Aperçu de certains widgets de Raven et Jet Elements
Aperçu de certains widgets de Raven (en haut) et Jet Elements

Au final, vous vous retrouvez avec près de 80 widgets supplémentaires par rapport à ce que propose la version gratuite d’Elementor. 

Peu d’entre-eux sont d’ailleurs redondants et vous aideront à mettre en place des témoignages, des tableaux de prix, des formulaires, des portfolios etc. 

Autre donnée intéressante : Jupiter X ajoute aussi ses propres “blocs”, c’est-à-dire des sections de pages prêtes à l’emploi.

Les Blocs sur Elementor

Ensuite, tout se passe sur l’interface front-end (ce que vos visiteurs voient) de votre site. Comme la plupart des constructeurs de page, Elementor s’utilise en glisser-déposer et vous permet de redimensionner manuellement les contenus de votre page.

Pour en savoir plus sur son mode d’utilisation, je vous renvoie vers l’article que nous lui avons dédié sur le blog de WPMarmite.

Et si vous désirez apprendre à le manipuler sur le bout des doigts pour construire des sites professionnels qui vous ressemblent, WPMarmite dispose d’une formation aux petits oignons :

Formez-vous à Elementor

Apprenez à créer votre site WordPress grâce au constructeur de page le plus populaire du marché.

Elementor icon CTA

Construisez toutes les sections de votre site

Dans sa version gratuite, Elementor ne permet pas de créer un en-tête (header) et un pied de page (footer) personnalisé. 

L’un des atouts de Jupiter X, c’est de vous mettre entre les mains cette possibilité-là, grâce à son extension Raven

Pour cela, passez par le menu Elementor > Modèles, et régalez-vous ! Vous aurez le choix parmi 20 modèles prêts à l’emploi :

Les headers

Mais vous pourrez aussi créer le vôtre en partant de zéro (from scratch). Le principe est exactement le même pour votre footer.

Par ailleurs, vous pouvez aussi accéder à d’autres fonctionnalités normalement uniquement livrées avec Elementor Pro : 

Une utilisation personnalisée de l’Outil de personnalisation

Après les démos et l’usage d’Elementor, sachez que vous pouvez aussi personnaliser votre contenu sur Jupiter X grâce à l’Outil de personnalisation de WordPress (Customizer).

A noter que ce n’était pas possible sur la version testée par Nicolas. Il y a donc eu aussi une évolution positive à ce niveau-là. 😉

Il faut savoir que le Customizer est très pratique pour configurer des réglages généraux applicables sur tout votre site (menus, couleurs, logo etc.), en particulier parce que vous pouvez avoir un aperçu en temps réel des changements opérés.

Tous les thèmes ne l’utilisent pas forcément. Personnellement, je vois ça d’un bon oeil quand ils le font.

Cela permet à l’utilisateur d’atterrir dans un environnement qu’il connaît déjà, afin de lui éviter de devoir prendre ses marques à nouveau.

Pour voir ce que cela donne avec Jupiter, passez par le menu Jupiter X > Customize, ou par Apparence > Personnaliser.

Si vous connaissez un peu l’apparence visuelle de l’Outil de Personnalisation, vous ne serez pas trop surpris pour le moment.

Au-delà des réglages natifs proposés par WordPress (Identité du site, Réglages de la page d’accueil, Menus, CSS additionnel etc.), vous tomberez quand même sur une dizaine de sous-menus supplémentaires.

Mais là où se démarque Jupiter X, c’est dans sa façon d’utiliser le Customizer.

Lorsque vous cliquerez sur une zone de réglages prise en charge par le thème, une fenêtre pop-up s’ouvrira immédiatement en surbrillance. Je n’avais encore jamais vu ça sur un autre thème.

A noter un petit artifice pratique pour l’expérience utilisateur : vous pouvez déplacer la fenêtre en question n’importe où sur votre page, par une simple action de glisser-déposer (drag and drop) :

L'utilisation du Customizer

Parmi les options qui ont retenu mon attention, je pourrais vous citer : 

  • La possibilité régler le thème en pleine largeur.
  • 3 mises en page (layouts) différentes pour votre Blog. Vous pourrez aussi choisir d’afficher des articles associés, des boutons de partage sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et LinkedIn), un encart Auteur.
Mises en page pour le Blog
  • Une option pour pouvoir créer un sticky menu (un menu qui reste fixe en haut de l’écran au scroll).
  • La possibilité d’assigner un template de page créé avec Elementor pour votre page 404 et votre page Maintenance.
  • Des réglages spécifiques à WooCommerce, si vous l’utilisez. Vous pourrez personnaliser les couleurs de votre page produits, les boutons associées aux produits et leurs textes etc.

Bien sûr, vous pourrez également procéder à des ajustements sur la typographie, les couleurs, les barres latérales etc.

Mais aussi des réglages au cas par cas 

Au-delà des modifications que vous pouvez opérer à l’aide d’Elementor et/ou de l’Outil de personnalisation, il est aussi possible d’affiner certains paramètres individuellement, pour chaque page ou article.

Une fois sur votre éditeur de contenus favori (Gutenberg ou le Classic Editor, si vous êtes de l’ancienne école), vous constaterez la présence d’un encart dédié au bas de votre page :

Encart de réglages sur une page

Vous pourrez agir sur les éléments suivants : 

  • Le header (en-tête), avec possibilité de l’activer/désactiver, ou encore d’assigner un header personnalisé à votre page/article. Désactiver votre en-tête peut être pratique si vous souhaitez créer une landing page, par exemple.
  • Le corps de votre page (Main), avec par exemple la possibilité d’afficher votre contenu en pleine largeur (full width), de lui affecter ou non une sidebar (barre latérale), de régler les marges intérieures (padding) et extérieures (margin) etc.
  • Le Titre du contenu (Title Bar) : vous pourrez l’afficher ou non, ajouter un sous-titre et un fil d’Ariane.
  • Le footer (pied de page), avec grosso modo les mêmes options que pour le header.

Intégration avec les plugins

Pour personnaliser votre site sans coder, WordPress a aussi sa botte secrète : ses fameuses extensions (plugins, en anglais).

Le répertoire officiel en recense plus de 57 000 et certaines d’entre-elles sont d’ailleurs requises pour fonctionner avec Jupiter.

Parmi elles, rappelez-vous, il y a déjà Elementor et ACF :

Elementor et ACF sur Jupiter

Retrouvez dans cet article notre Top 25 des extensions à installer d’urgence sur votre site.

Par ailleurs, Jupiter X vous propose aussi une sélection de 21 plugins optionnels, à installer uniquement si vous en avez l’utilité.

Comme le précise le thème, si vous activez de nombreuses extensions, vous avez plus de chances d’altérer la vitesse de chargement de votre site et, donc, de proposer une expérience utilisateur moins agréable à vos visiteurs. Réfléchissez bien avant d’agir. 😉

Parmi ces extensions optionnelles, on retrouve par exemple : 

  • Des plugins de sliders premium comme Layer Slider, Master Slider et Slider Revolution. On a testé ces trois-là par ici, si cela vous intéresse.
  • WooCommerce, si vous désirez transformer votre site/blog en boutique ecommerce.
  • Des extensions issues de la suite Jet (ex : Jet SmartFilters, Jet Menu, Jet Tabs etc.) évoquée plus haut dans cet article.

A noter que Jupiter X propose aussi sa propre version de WPBakery Page Builder, si vous ne souhaitez pas utiliser Elementor. Le thème embarque aussi la version Pro d’ACF.

Au total, avec cette flopée d’extensions premium, le thème Jupiter X prétend vous proposer des plugins dont la valeur totale atteint 275$ (environ 235€).

Valeurs des plugins

Enfin, Jupiter X sur WordPress est compatible avec de nombreux plugins classiques comme  WPML, bbPress, Yoast SEO, Gravity Forms, Contact Form 7 etc.

Le Shop Customizer de WooCommerce

Parmi les nombreuses intégrations d’extensions proposées par Jupiter X, arrêtons en détails sur WooCommerce. Les options proposées sont vraiment très intéressantes.

Une fois que vous avez activé la célèbre extension ecommerce, un sous-menu Shop sera disponible dans l’Outil de personnalisation. C’est à partir de là que vous pourrez procéder à des réglages en temps réel sur : 

  • La liste de vos produits : modification de leur taille, de la typographie, des couleurs, de la largeur, de l’alignement etc.
  • Votre page Produits en customisant les images, la description, le prix, les notes, les avis etc.
  • La page Panier et la page de Paiement.
Le Shop WooCommerce sur Jupiter

Le thème Jupiter X met aussi à votre disposition des templates de pages produits prêts à l’emploi.

Et si jamais vous vous demandez comment créer une boutique WordPress avec WooCommerce, régalez-vous avec cette vidéo de chef Alex qui recense toutes les bonnes pratiques :

Et voilà, vous en avez terminé avec ce large aperçu de la personnalisation du thème d’Artbees. Sans transition, je vous propose de passer à un autre domaine majeur : l’expérience utilisateur. 

Dans la partie suivante, on va s’arrêter sur 3 thématiques-clés : la vitesse de chargement du thème, le SEO et le responsive.

Expérience utilisateur

Performance

Le temps de chargement des pages de votre thème a un impact sur deux aspects principaux : 

  • Le référencement naturel. Google, le moteur de recherche ultra-majoritaire en France (90% de parts de marché), prend en charge ce critère pour positionner une page dans ses résultats de recherche. Cependant, pas d’affolement : ce critère a relativement peu de poids. Mieux vaut par exemple vous concentrer en priorité sur la production de contenus de grande qualité, ainsi que sur l’obtention de liens (backlinks), en anglais.
  • Et surtout l’expérience utilisateur, soit la qualité de l’expérience vécue par les internautes sur un site web. Si une page se charge très lentement – pour info, Google recommande un temps de chargement inférieur à 3 secondes sur mobile -, vous risquez de faire fuir vos visiteurs et d’augmenter votre taux de rebond. Et d’envoyer par la même occasion un très mauvais signal à Google, qui n’aime pas ça.

Critiqué au départ pour sa lourdeur, comme le détaillait Nicolas dans la version initiale de cet article, Jupiter X s’est depuis bien amélioré, heureusement.

Aujourd’hui, la performance est même devenu un de ses arguments phares. Sur sa page de présentation ThemeForest, les concepteurs du thème précisent qu’il est “extrêmement léger” et que “chaque ligne de code est optimisée”.

Dans ses réglages, Jupiter X va même jusqu’à proposer des options vraiment poussées, comme des fonctions de cache.

Pour vous donner un premier ordre d’idées, je me suis amusé à tester la vitesse de chargement d’un des templates (le dénommé Church) de Jupiter X, à l’aide de l’outil Pingdom Tools. Et le résultat s’est avéré plutôt concluant :

Performances Jupiter X

Par contre, je précise : ne prenez pas ces données pour argent comptant. Si vous menez des expériences chez vous, vous pourriez avoir des donnés complètement différentes (ex : de moins bonnes performances) en fonction de votre hébergement, ou encore des plugins que vous utilisez avec le thème.

Rappelez-vous : plus vous aurez tendance à le surcharger, plus il y a de chances que le temps de chargement des pages ralentisse.

Personnellement, lors de mon test sur une installation en local, j’ai constaté quelques ralentissements sur le back office lorsque j’ai activé de très nombreuses extensions, pour voir ce que le thème avait dans le ventre. Il y a peu de chances pour que vous vous retrouviez avec la même configuration chez vous, mais encore une fois, ne soyez pas trop gourmand. Plus vous allez ajouter de fonctionnalités et de plugins, plus vous risquez de faire face à ce genre de désagréments.

SEO

Allez hop, on passe maintenant au SEO. En français, on parle d’Optimisation pour les moteurs de recherche. 

Le SEO désigne largement les techniques qui vont vous permettre de tenter de positionner les pages de votre site le plus haut possible sur un moteur de recherche (Google, Bing, Yahoo etc.). 

Note : Je parle de positionner des pages juste au-dessus, à dessein : un moteur de recherche ne référence pas un site entier, mais des pages.

Alors ici, pas de surprise ni de breaking news à vous dévoiler. Comme tous ses concurrents, Jupiter X fait dans le classique. Il prétend être “optimisé pour le SEO” (tous les thèmes martèlent ça). C’est-à-dire qu’il affirme suivre les bonnes pratiques en la matière, notamment dans le code.

Difficile de tout vérifier point par point, mais ce que l’on peut déjà constater, c’est qu’il utilise une structure de balises de titre (les titres hn) correcte.

En inspectant le code de deux démos, j’ai remarqué qu’il n’utilisait qu’un titre h1 par page (c’est une très bonne pratique SEO, bravo) et que la hiérarchie des titres (h2, h3, h4) était respectée derrière.

Après, pour le SEO, la grande partie du boulot est entre vos mains. Vous pouvez déjà agir sur certains éléments à l’aide d’Elementor, par exemple sur ces fameuses balises titre à l’intérieur de vos contenus :

Les balises Titre sur Elementor
Paramétrage des balises hn sur Elementor

Ensuite, rien ne vous empêche d’activer une extension de référencement pour vous aider à optimiser vos contenus. On en a testé quelques-unes sur le blog, si cela vous botte : 

  • Yoast SEO : celle utilisée sur WPMarmite
  • Rank Math : l’un des principaux challengers de Yoast.
  • SEOPress : une extension 100% française de qualité, cocorico !

Responsive

Le responsive est une technique qui consiste à rendre votre site lisible sur n’importe quel type de support utilisé par vos visiteurs (ordinateur, smartphone et tablette).

Comme le SEO, il s’agit d’un argument de taille pour les développeurs de thème, qui ne se privent pas de mentionner que leur thème chouchou est bien responsive.

Vu les enjeux, on les comprend. En France, par exemple, plus de la moitié des internautes utilisent désormais leur smartphone pour accéder à internet.

Alors autant vous dire que votre site a intérêt de bien s’afficher sur un téléphone portable !

Si vous comptez vous procurer le thème Jupiter X, vous ne devriez pas rencontrer de souci à ce niveau-là. Les templates du thème s’adaptent parfaitement sur tous les écrans.

Pour vous en assurer, vous pouvez d’abord procéder à une vérification grâce au Test d’optimisation mobile de Google. Chez moi, aucun obstacle à signaler :

Test d'optimisation mobile de Google

Ensuite, vous pouvez vous servir des icônes de contrôle d’affichage situées en bas de l’Outil de personnalisation pour vérifier l’apparence correcte de vos pages, en fonction du terminal utilisé :

Contrôle du responsive sur Jupiter

Enfin, vous pouvez bien sûr procéder à des ajustements encore plus fins à l’aide du constructeur de page que vous allez utiliser. Elementor, par exemple, permet de gérer de nombreux aspects responsive qui vont de la taille de la police d’écriture, à l’affichage de certains éléments en fonction du type d’appareil utilisé, en passant par la gestion des marges internes et externes. 

Documentation et support

Lorsque l’on prend en main et découvre un thème, il peut arriver que l’on cale à certains moments. Comment fonctionne telle ou telle option ? Où se cache ce réglage ? 

Dans ces moments de solitude, on apprécie de disposer d’une documentation fournie et bien fichue.

C’est le cas de celle de Jupiter X, qui propose d’abord des tutoriels écrits détaillés, captures d’écran à l’appui.

Pour vous aider à mettre le pied à l’étrier, vous pouvez aussi vous appuyer sur les vidéos de la chaîne Youtube d’Artbees Themes.

Il y en avait 123 au moment d’écrire ces lignes. De quoi satisfaire votre appétit, n’est-ce pas ? Petit exemple avec cette vidéo courte et pratique pour changer l’alignement d’un élément en fonction de la résolution d’écran :

Attendez, ce n’est pas terminé. 😉 Un forum est aussi disponible, tout comme un groupe Facebook privé rassemblant plus de 700 membres. 

Enfin, si vous séchez encore, vous pouvez toujours solliciter directement le support, soit en utilisant un chat, soit en envoyant un message direct.

Un lien sur le Tableau de bord de votre Control Panel est d’ailleurs prévu à cet effet.

Seul bémol de toutes ces ressources : elles sont uniquement disponibles en anglais.

Combien coûte Jupiter ?

Prix de Jupiter X

Le thème WordPress Jupiter X est vendu 59$ (soit environ 50€) sur la plateforme ThemeForest. Il n’existe pas en version gratuite. 

Ce tarif est valable pour 1 site uniquement. Il englobe 6 mois de support et les futures mises à jour du thème. 

Ce prix de vente se situe dans la fourchette moyenne pratiquée par ses concurrents premium, que vous retrouverez vendus généralement 59$ ou 60$, même s’il existe des exceptions. Par exemple, le thème X est accessible pour 29$ (environ 25€). 

Alors, Jupiter, une bonne affaire ?

Dans la première version de ce test, Nicolas concluait de la sorte :

Ça fait quand même un bien fou d’être enfin surpris par un thème premium !

Quatre ans plus tard, je partage son opinion. Le thème WordPress Jupiter X m’a globalement emballé. 

Le passage à Elementor, opéré fin 2018, a clairement été une bonne décision de la part des concepteurs du thème. Par rapport à WPBakery, les utilisateurs se retrouvent désormais avec un page builder souple, intuitif et pratique. Et ça change beaucoup de choses. 

Comparé à la concurrence sur ThemeForest, j’ai trouvé ce thème beaucoup plus agréable à manier que la plupart de ses “adversaires”, type Avada et Bridge. 

Globalement, c’est une belle trouvaille mais pour réellement en profiter sans s’arracher les cheveux, comptez quand même une courbe d’apprentissage conséquente.

Si vous êtes néophyte, c’est un critère à garder à l’esprit Même si le Tableau de bord est clair et concis, vous devrez vous familiariser avec tous les réglages. Sans oublier la prise en main d’Elementor, qui ne se fait pas du jour au lendemain. 

Si vous êtes prêt à vous y coller, vous pouvez donner sa chance à Jupiter !

Et vous, avez-vous essayé ce thème ? Quel est votre ressenti ? Partagez-le en commentaire !