Mis à jour par le 9 juin 2012 • 412 Commentaires

Ça y est, vous êtes décidé.

Vous aller créer votre propre site internet.

Vous avez cherché comment faire et un nom revient souvent. Des amis vous le conseillent également.

Apparemment, il s’agit d’un certain WordPress.

Pour vous la faire courte (et parce que vous n’êtes pas ici pour faire un cours d’histoire), WordPress est un logiciel permettant de mettre en place et surtout d’administrer des sites internet simplement.

WordPress jouit d’une grande popularité. Il est la référence en matière de blogging et a su évoluer pour répondre à de nouveaux besoins.

De fait, il est aujourd’hui possible de réaliser des projets très variés avec WordPress.

Que vous soyez un blogueur débutant, un entrepreneur ambitieux, un artiste en quête de reconnaissance, une PME qui se lance sur internet ou encore un étudiant souhaitant mettre en avant ses compétences vous allez aimer ce qui va suivre.

Suivez ces 5 étapes pour découvrir pas à pas les fondements de la création de site internet avec WordPress.

En appliquant rigoureusement ce qui est indiqué dans cette vidéo et cet article, vous mettrez en place un site internet de qualité tout en gardant un budget raisonnable 🙂

Allez, je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps, commençons par…

1. Le nom de domaine de votre site

Choisir un bon nom de domaine n’est pas chose facile. Je suis bien placé pour le dire que WP-Themes-Pro.com (l’ancien nom de WP Marmite) était un nom de domaine catastrophique ! Je pense que je n’aurai pas pu faire pire.

Vous savez le nom d’un site, c’est un peu comme le nom que l’on donne à un enfant. Il faut bien choisir, car il va le garder pendant pendant longtemps !

Je trouve qu’apprendre par l’exemple est une bonne pédagogie. Je vais vous faire part de tous les pièges dans lesquels je suis tombé afin que vous puissiez les éviter, alors prenez un papier, un stylo et c’est parti !

Votre nom de domaine doit être lisible et prononçable

La lisibilité est quelque chose de très important. Vous pouvez savoir si votre nom de domaine est lisible en vous imaginant le communiquer à un proche ou à un futur client. Cette situation m’est arrivée à plusieurs reprises :

Moi :  « Sur mon site, j’aide les gens à construire leur propre site internet avec WordPress. »

Futur visiteur (ou pas) : « Votre site a l’air sympa, quelle est son adresse ? »

Moi : « Alors mon site c’est WP tiret THEMES tiret PRO.com »

Futur visiteur (ou pas) : « euh… pouvez-vous répéter ? »

Je pense que je viens de vous convaincre, non ?

Evitez donc les tirets, les nombres (10depique.com ou dixdepique.com) et plus récemment les accents.

Il doit aussi être mémorable tout en restant original et pas trop long

Si votre nom de domaine est déjà lisible et prononçable, il y a de fortes chances qu’il soit mémorable. C’est aussi extrêmement important, car si vous avez un minimum d’ambition pour votre site, vous voulez que vos visiteurs garde son nom à l’esprit.

Pour cela il ne doit pas être trop long. Voici un contre exemple : goooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooogle.com

Une bonne pratique est de ne pas dépasser les 15 à 18 caractères sans l’extension (.com, .org, etc).

Enfin, il n’y a pas de règle. L’important est de rester mémorable et simple à écrire. Je crois que WP Marmite remplit bien ces objectifs.

Veillez à rester original lorsque vous choisirez votre nom de domaine. Je veux dire par là qu’il faut faire attention à ne pas prendre quelque chose qui se rapprocherait trop d’une marque déposée.

En effet, vous pourriez avoir des ennuis. Allez sur le site de l’Inpi pour savoir si le nom que vous avez choisi n’est pas déjà employé.

À partir de là, plusieurs choix se présentent. Vous pouvez opter pour un nom composé de quelques mots clés ou partir sur un nom totalement nouveau (comme Google.com par exemple).

C’est à vous de choisir 🙂

La question de l’extension

Je vous recommande de ne pas choisir une extension de domaine trop exotique. Limitez-vous au .com, .net ou .org.

Le .fr peut être intéressant si votre public est en France. Vous pouvez utilisez une extension régionale si votre site cible un public d’un pays en particulier (.co.uk, .it etc.).

Sachez que les gens ont plus tendance à retenir le .com mais ce n’est pas obligatoire. Si votre site est voué à être connu, il le sera quel que soit son extension.

Prenez maintenant un peu de temps et concentrez vous sur les noms de domaines que vous pourriez utiliser. Notez les, jouez avec les mots et trouvez le nom de votre futur site !

Pour la petite histoire, j’ai passé une journée entière avec un dictionnaire pour trouver WPMarmite.com. Autant vous dire que mon cerveau était en ébullition ! 

Mince, le domaine a déjà été enregistré !

Ça y est, vous avez le nom de domaine parfait pour votre site. Vous le tapez dans votre navigateur et… patatras ! Il y a déjà un site à cette adresse. En d’autres termes, quelqu’un est allé plus vite que vous.

Ce sont des choses qui arrivent souvent et il faut faire avec. Dans la majorité des cas, le mieux à faire est de poursuivre vos recherches. Vous devez avoir d’autres noms en réserve, essayez-les pour voir ce que cela donne.

Il est vrai que vous pourriez essayer de contacter l’actuel propriétaire mais dans le cas ou il serait favorable à un arrangement, il y a de grandes chances qu’il vous demande une petite fortune en échange…

Il peut être judicieux de s’assurer que le nom que vous avez choisi est également disponible sur les réseaux sociaux. Dans ce cas, je vous recommande le site Namechecker.

Cette fois c’est bon, vous avez le nom de domaine idéal et personne ne l’a encore enregistré.

Notez-le précieusement nous allons en avoir besoin à l’étape suivante. Il s’agit de…

2. Choisir un hébergement pour votre site WordPress

Un hébergeur web est une entreprise qui stocke les fichiers constituant votre site (dans notre cas WordPress) ainsi que sa base de données afin que votre site soit accessible 24h/24 et 7j/7.

Choisir un hébergeur est une étape cruciale dans la création de votre site internet. Votre aventure sur le web entre enfin dans le concret !

Il existe plusieurs types d’hébergements mais si vous débutez, un hébergement mutualisé sera la meilleure solution.

Si vous voulez comprendre en détail ce que vous fourni un hébergeur, lisez cet article récapitulatif sur l’hébergement de sites WordPress. J’y aborde en détail tout ce que vous devez savoir avant de commencer.

O2SwitchSi les détails techniques ne vous intéressent pas, je vous recommande d’aller chez o2switch.

C’est l’hébergeur à qui je fais confiance pour la Marmite et tous mes autres sites.

Ils proposent une offre tout compris pour 5€/HT par mois, c’est à dire que si votre compteur de visite explose un jour (ce que je vous souhaite !), vous n’aurez pas besoin de souscrire à une nouvelle offre.

De plus, o2switch fournit un support de qualité et réactif. Ce qui est très appréciable en cas de besoin.

Et je ne suis pas le seul à le dire, regardez ce qu’en pense Cécile une lectrice de la Marmite :

Dernière chose, en hébergeant votre site chez eux, vous soutiendrez une PME française !

J’héberge mon site chez o2switch !

Pour être franc avec vous, le lien menant à o2switch est un lien affilié, c’est à dire que je toucherai une commission (sans aucun surcoût pour vous) si vous décidez de passer par eux pour votre hébergement. Si vous avez une question à propos d’o2switch, n’hésitez pas à me contacter.

Alors, vous êtes convaincu ? Avant de faire le grand saut, je vous conseille de faire un tour sur cette page pour bénéficier de 15% de réduction. C’est mon cadeau de bienvenue 😉

Notez qu’il existe d’autres hébergeurs plus généralistes comme 1&1 ou OVH. Leurs offres de base sont correctes mais il vous faudra peut-être opter pour une offre supérieure si le succès est au rendez-vous.

Attention, veillez à prendre un hébergement Linux et non Windows pour pouvoir installer WordPress si vous n’allez pas chez o2switch.

Enfin, sachez qu’un nom de domaine vous sera offert quelque soit l’offre choisie. Empressez-vous d’enregistrer celui que vous aurez trouvé à l’étape précédente !

Voyons à présent…

3. Comment installer WordPress pas à pas

Vous disposez maintenant d’un nom de domaine et d’un hébergement web. Les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer !

Étant donné que je vous recommande o2switch pour créer votre site, les captures d’écran qui vont suivre seront issues de cet hébergeur.

Cela dit, la procédure est similaire pour n’importe quel hébergeur. Seule l’interface graphique sera différente.

Dernière chose avant de commencer, aujourd’hui la plupart des hébergeurs proposent des installations automatiques.

Vous pouvez utiliser celle d’o2switch sans problème mais je ne vous la conseille pas trop chez d’autres hébergeurs.

En effet, des cochonneries sont souvent installées et la configuration ne sera pas idéale.

Si vous êtes tenté par une installation manuelle, vous allez devoir…

Télécharger WordPress

Nous n’allons pas y aller par quatre chemins. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour télécharger WordPress sur votre ordinateur.

Télécharger WordPress

Vous obtiendrez un fichier .zip (c’est à dire un fichier compressé). Décompressez-le et conservez les fichiers précieusement, ils vont nous être utiles pour la suite.

Passons à l’étape suivante, il s’agit de…

Créer une base de données sur o2switch

La base de données est le lieu où seront stockées toutes les informations liées à votre site (contenu des articles, des pages, les commentaires de vos visiteurs, les options et paramètres de votre site, etc.).

WordPress ne peut tout simplement pas fonctionner sans elle. Vous devez donc en créer une afin de pouvoir l’installer.

Connectez vous au cPanel d’o2switch grâce au nom d’utilisateur et mot de passe que vous aurez reçu dans l’email « Bienvenue chez o2switch ! » :

Identifiants du cPanel o2switch

Le formulaire de connexion ressemble à ceci :

Connexion au cPanel d'o2switch

Vous arrivez sur la page d’accueil du cPanel d’o2switch. On y trouve plusieurs dizaines d’icônes pour accomplir diverses actions.

Rendez-vous dans la section « Bases de données » et cliquez sur « Assistant de base de données MySQL ® » pour continuer :

Créer une base MySQL chez o2switch

On vous demandera ensuite de :

Choisir un nom pour votre base

Nom de la base de données

Mettez des caractères quelconques comme « jubcydb » à la suite du préfixe par défaut et cliquez sur Étape suivante.

Créer un utilisateur pour la base

Créer l'utilisateur de base de données

  • Indiquez un nom d’utilisateur pour aller avec votre base de données (WordPress l’utilisera pour s’y connecter) ;
  • Spécifiez également un mot de passe. Pour être certain d’en avoir un suffisamment sécurisé, cliquez sur le générateur de mot de passe sur la droite ;
  • Cliquez sur Créer un utilisateur une fois que vous aurez noté ces informations précieusement

Associer l’utilisateur à la base

Maintenant que nous avons une base de données et un utilisateur, il faut faire en sorte d’associer les deux.

Une fois que cela sera fait, seul cet utilisateur pourra s’y connecter et effectuer certaines actions.

Le fait de pouvoir effectuer ces actions est appelé privilège. Normalement, vous devriez être sur une page où il faut choisir quels privilèges lui accorder.

On pourrait être tenté de cocher « Tous les privilèges » mais pour plus de sécurité, veillez à ne cocher que :

  • CREATE
  • DELETE
  • INSERT
  • SELECT
  • UPDATE

Voilà ce que vous devriez avoir :

Privileges de l'utilisateur associé à la base de données

Cliquez sur Étape suivante pour finaliser la création de la base.

Plusieurs actions vous seront proposées mais vous pouvez retourner à l’accueil du cPanel, nous en avons terminé avec lui pour le moment.

Envoyer WordPress sur le serveur

Pour envoyer les fichiers de WordPress sur votre serveur vous allez devoir utiliser un logiciel conçu pour communiquer avec des serveurs, on appelle ça plus communément un client FTP.

Je vous conseille le logiciel Cyberduck, il est simple d’utilisation et en français.

Client FTP Cyberduck

Télécharger Cyberduck

Une fois sur le site, cliquez sur le bouton de téléchargement dédié à Windows ou Mac selon votre ordinateur.

Procédez ensuite à l’installation de Cyberduck puis lancez-le.

Pour vous connecter à votre serveur vous avez besoin de trois choses : l’hôte, l’identifiant et le mot de passe.

L’hôte est constitué de la manière suivante : ftp.votrenomdedomaine.com

Par exemple mon nom d’hôte est : ftp.wpmarmite.com

Pour trouver votre nom d’utilisateur et votre mot de passe vous allez devoir retourner dans l’email « Bienvenue chez o2switch« ;

Se connecter en FTP avec Cyberduck

Vous êtes toujours là ? Bon, maintenant que vous avez l’hôte, le nom d’utilisateur et le mot de passe. Insérez-les dans les champs correspondants et cliquez sur Connexion.

Si tout est bon, vous allez voir s’afficher une liste de fichiers, cela correspond aux fichiers se trouvant sur votre serveur.

Localisez ensuite le dossier de votre ordinateur dans lequel vous avez précédemment décompressé WordPress.

Quand vous l’aurez, sélectionnez le contenu de ce dossier (les 3 dossiers wp-admin, wp-content et wp-includes ainsi que plusieurs autres fichiers) puis faites un glisser déposer pour les placer dans le dossier public_html de votre serveur.

Transfert des fichiers via Cyberduck

Vous pourrez constater que Cyberduck est en activité. Il envoie un à un les nombreux fichiers de WordPress sur votre serveur.

Cela va prendre un peu de temps, profitez en pour vous désaltérer, vous méritez bien un petit verre d’eau 🙂

Installer WordPress demande un peu de travail n’est-ce pas ? Voilà pourquoi je vous recommande de passer par l’installation automatique d’o2switch.

Une fois l’envoi des fichiers terminé, nous allons pouvoir procéder à l’…

Initialisation de WordPress

Nous y sommes. Les fichiers de WordPress sont sur le serveur, la base de données est créée, il ne vous reste plus qu’à faire communiquer les deux pour que votre site soit sur pied.

Entrez votre nom de domaine dans votre navigateur web (Chrome, Firefox, Safari ou autre) pour voir s’afficher la page suivante :

Créer site WordPress

Cliquez sur le bouton « Créer le fichier de configuration« , ce fichier est très important. C’est grâce à lui que WordPress fonctionne car il renferme les identifiants permettant de se connecter à la base de données.

Continuez en cliquant sur le bouton « Allons y ! ».

Vous devez maintenant fournir plusieurs informations afin de pouvoir continuer :

Insérer les informations

Normalement, vous devriez avoir noté les informations nécessaires lors de la création de la base de données, à savoir :

  • Le nom de votre base de données ;
  • Le nom d’utilisateur ;
  • Le mot de passe ;
  • L’hôte de la base de données.

Pour des raisons de sécurité, veillez à changer le préfixe de table (wp_) par quelque chose de la forme « PREFIXE_ » (par exemple « wphfjrs_« ).

Une fois que tout est rempli convenablement, cliquez sur le bouton « Valider« . Si les informations sont correctes WordPress va vous proposer de lancer l’installation.

Vous devriez ensuite voir la page suivante :

Installer site WordPress

Indiquez le nom de votre site, l’identifiant avec lequel vous souhaitez créer un compte, votre mot de passe (pensez à utiliser un générateur) et votre adresse email.

Cliquez sur le bouton « Installer WordPress » pour finaliser le tout.

Attendez quelques secondes et le tour sera joué ! WordPress sera installé 🙂

Connectez-vous avec l’identifiant et le mot de passe que vous venez de définir.

Félicitations, vous disposez maintenant d’un site internet avec WordPress, cependant je ne vais pas vous laisser partir tout de suite.

Cela fait quelque minutes que vous naviguez sur cette page et si vous n’avez encore jamais installé WordPress, il y a des choses dont je veux vous parler. On en parle dans l’…

4. Configurer et personnaliser WordPress

Il y a plusieurs petites manipulations à effectuer à chaque fois que l’on installe WordPress. Cela prend quelques minutes mais cela vous évitera bien des ennuis par la suite.

Rendez vous dans l’administration de votre site à l’adresse suivante : votresite.com/wp-admin

Régler les permaliens

Bon, le nom peut faire peur mais en fait ce n’est pas grand chose. Les permaliens correspondent au format des adresses des pages de votre site.

Allez dans Réglages > Permaliens pour définir les paramétrer et choisissez « Nom de l’article » comme dans l’image ci-dessous :

Réglages data-lazy-srcset= Permaliens dans WordPress » width= »640″ height= »355″>

Il est important de ne plus toucher à ce réglage par la suite car vos visiteurs ne pourront plus retrouver vos pages.

À présent, attardons-nous sur l’apparence de votre site.

Changer le thème et le configurer

Pour le modifier, rendez-vous dans Apparence > Thèmes.

Vous allez pouvoir en choisir un autre afin de modifier le design de votre site.).

Cliquez ensuite sur “Ajouter” en haut de l’écran. Une liste de thèmes gratuit apparaîtra. Parcourez-les et cliquez sur leur image pour avoir un aperçu en plein écran.

Ajouter un thème WordPress

Dans le tutoriel vidéo placé en début d’article, j’ai utilisé le thème Sydney mais utilisez celui qui correspond le plus à votre site.

Info : Ne vous laissez pas influencer par les images mais essayez de voir votre futur site à travers ce thème (même si ce n’est pas facile).

Si un aperçu vous plaît, cliquez sur “Installer” en haut à droite de l’écran. Patientez, puis cliquez sur “Activer” pour le mettre en service sur votre site.

À partir de l’administration du site, allez dans Apparence > Personnaliser. Vous allez pouvoir modifier l’apparence du thème et effectuer d’autres réglages.

Attention : Les options de personnalisation sont propres à chaque thème. Ils n’offrent pas tous les mêmes possibilités. À vous de personnaliser votre thème comme bon vous semblera.

Étant donné qu’il s’agit de votre premier site : restez simple. N’essayez pas de faire des choses évoluées pour “faire beau”.

Rappelez-vous que vous ne faites pas un site pour vous, mais pour vos visiteurs.

Ils doivent bien se sentir en parcourant ses pages et bien comprendre ce dont il s’agit. Sinon, ils partiront aussi vite qu’ils sont venus.

Paramétrer le menu principal

Un site sans menu ne serait pas vraiment un site, n’est-ce pas ?

Pour le créer, rendez-vous dans Apparence > Menus :

Configurer les menus de WordPress

Dans la vidéo, nous créons un menu en passant par l’outil de personnalisation mais cela revient au même.

Pour votre menu, ajoutez l’élément “Accueil”, puis créez les pages suivantes (au minimum)

  • À propos : où vous vous présenterez ;
  • Contact : où vous indiquerez vos coordonnées.

Quelques bonnes pratiques à retenir pour les menus :

  • Placez-y un minimum d’éléments (pour rester simple) ;
  • Le libellé de chaque élément doit être explicite (on sait à quoi s’attendre en cliquant dessus) ;
  • Dans la plupart des cas, évitez d’utiliser des sous-menus.
  • N’oubliez pas d’assigner un menu à un emplacement dans WordPress, sinon il ne s’affichera pas sur le site.

Vous pourrez en savoir plus sur la gestion des menus dans cet article.

Allez, voyons maintenant comment…

Gérer les widgets

Les widgets sont des encarts que l’on peut placer à divers endroits du site (généralement dans la barre latérale et le pied de page).

La plupart des widgets disponibles dans WordPress sont inutiles, vous pouvez quasiment tous les retirer.

Pour savoir si un widget est pertinent, demandez-vous si cela est utile pour vos visiteur. Voici un exemple :

  • Question : Est-ce qu’afficher un calendrier est utile pour vos visiteurs ?
  • Réponse : Étant donné qu’il y a de grandes chances qu’ils savent quel jour nous sommes et qu’ils ne viennent pas sur votre site pour chercher cette information, ce widget n’a rien à faire sur votre site.

Servez-vous des widgets pour afficher des informations pertinentes comme :

  • Une brève présentation (avec une photo et un lien vers votre page à propos) ;
  • Les derniers articles de votre blog ;
  • Vos produits et/ou services ;
  • Un encart de newsletter ;
  • Des publicités.

Si vous hésitez, il y a de fortes chances pour que ce widget n’ait rien à faire là 😉

Ajouter et éditer des contenus

Pour rédiger des articles sur votre blog (dans le cas ou vous désirez bloguer), allez dans Articles > Ajouter. L’éditeur visuel de WordPress s’affichera et vous pourrez commencer à rédiger.

Écrire un article dans wordpress

C’est la même chose pour les pages. Modifier le contenu et cliquez sur Publier / Mettre à jour sur la droite pour enregistrer vos modifications.

Pour ajouter des images, cliquez sur “Ajouter un média” au dessus de l’éditeur visuel.

Eh bien, vous avez fait un sacré chemin depuis le début de votre aventure. Bravo !

Allez, on continue avec la dernière étape.

5. Installer les extensions indispensables

WordPress regorge d’extensions (que l’on appelle aussi plugins en anglais) pour apporter de nouvelles fonctionnalités à votre site web.

Les possibilités sont quasi illimités. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de WordPress.

On en compte environ 50000 gratuites à ce jour (autant vous dire qu’il y a de quoi faire).

J’espère que ce chiffre ne vous impressionne pas. En tout cas rassurez-vous, vous n’avez pas forcément besoin d’en installer beaucoup sur votre site.

En voici 5 que je vous recommande pour commencer :

Pour installer une extension sur votre site, allez dans Extensions > Ajouter.

Ajouter un extension dans WordPress

Lorsque vous en aurez trouvé une, cliquez sur le bouton Installer, puis Activer pour la mettre en service.

Vous trouverez d’autres extensions à installer dans cette infographie.

Tout est bon. Et maintenant ?

Eh bien bravo ! Vous devez avoir passé quelques heures derrière votre écran à faire en sorte que tout fonctionne correctement.

C’était peut-être une tâche ardue (surtout si c’était votre première fois) mais je vous adresse toutes mes félicitations.

Dans tous les cas, je suis sur que cet article et cette vidéo vous auront appris quelque chose aujourd’hui.

Prenez donc un peu de temps pour vous reposer et digérer toutes ces informations 😉

Je vous encourage à télécharger la fiche recapitulative de la vidéo si vous avez lu l’article en diagonale.

Cela vous permettra de tout reprendre pas à pas et de bénéficier de ressources exclusives.

Cependant l’aventure de votre site internet ne s’arrête pas là. Un site internet est quelque chose de vivant, il faut l’entretenir, le faire évoluer et le bichonner pour qu’il vous aide à atteindre vos objectifs.

Alors, est-ce que ce tutoriel vous a été utile ? Dites-moi ce que vous en avez pensé en rédigeant un commentaire 😉

Photo : Family Heirloom via Flickr